AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [RP/IG] Rejoins le côté obscur de la force…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valentina...
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 2284
Date d'inscription : 12/05/2012

MessageSujet: [RP/IG] Rejoins le côté obscur de la force…   Mer 03 Fév 2016, 21:43

" Une partie de tout homme la force manipule,
D'un rien il suffit pour que l'être bascule*,"


Depuis peu la rouquine était de retour sur les routes de France et de Navarre. Accompagnée pour l’occasion d’un jeune homme qui souhaitait découvrir les ficelles du métier.

Tout avait commencé lors du poutrage hivernal de la Caprese alors qu’elle partait rejoindre – après un long moment au calme passé sur les bancs des universités – les rescapés des Grotteux-Crotteux pour le tournoi de Genève. A peine sortie de Lyon, avait-elle été poutrée à Mâcon. Ah les Bourguignons… Ils étaient fous d’elle et s’étaient battus pour la voir de prêt. C’est ainsi que Valentina passa 45 jours supplémentaires chez elle à Lyon. Et c’est précisément là que commence notre histoire. Prasé et Shawie avaient rencontré un homme en taverne qui souhaitait s’engager dans la voie du « côté obscur ». Il devait passer par Lyon, la jeune femme encore alitée l’avait donc attendu.

Les deux compères devaient rejoindre le restant du groupe qui s’amusait déjà plus au nord. La petite rousse avait donc décidé de prodiguer, en chemin, au jeune apprenti quelques bases du métier de ce qu’elle aimait à appeler « le commerce itinérant ». Elle prenait d’autant plus cela à cœur que quelques années plus tôt, c’est elle qui avait été l’apprentie . Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle avait eu la meilleure mentor que l’on puisse espérer. Si aujourd’hui, Val’ en était là, c’était grâce à Elle qui avait eu l’écoute et la patience nécessaire. La rouquine comptait bien en faire de même pour Hasiar pendant les quelques jours qu’ils avaient à passer ensemble.

Les premiers échanges avaient été épistolaires. L’homme semblait réservé – pour ne pas dire coincé – dans ses premiers courriers. Cela dit, les courriers de la petite rousse ne manquaient pas de piquant, ce qui pouvait intimider voir effrayer les minots. Puis petit à petit, Hasiar avait commencé à se dérider. Quelques leçons avaient été données par courrier :
1/ Etre patient.
2/ Avoir une bonne carte.
Pour le coup, c’est elle qui s’était plantée en se trompant de nœud et avait été repris par le blondinet… Et me*** ! Ca commençait bien… ou l’art de passer pour une brigande en mousse ! Le soir venu, elle rejoignit Hasiar devant les remparts.

Prêt le bleu ? Sers les fesses, paraît-il qu’une armée traine en Bourbonnais mais comme le dahut, on la connaît, on en entend parler mais on ne la voit jamais.

C’est tout sourire et pas peu fière de sa blague qu’elle lui emboita le pas.

N’aies pas peur, va. Je te défendrais…

Et toc !



* IAM, L'Empire du côté obscur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hasiar
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 261
Date d'inscription : 17/01/2016

MessageSujet: Re: [RP/IG] Rejoins le côté obscur de la force…   Sam 06 Fév 2016, 20:14

Depuis son départ de la taverne Hasiar avait reçut un message lui indiquant une route a suivre. Le temps de faire quelques provisions et il partit à l'aventure.
Plusieurs jours de marche en ayant pour seule indication le nom d'une ville. Il savait aussi qu'il était attendu par une ravissante commerçante....Attendu ? En chemin ? Il allait de ville en ville avec méfiance.

Durant ses escales Hasiar se faisait discret. Il évitait les tavernes et ne se rendait au marché que par nécessité. Au cours du jour et de la nuit le blond portait sa cape qui cachait ses gantelets et un capuchon sur la tête.
Le bruit de sa cotte de maille avait disparut, il la céda pour quelques écus au marché avant son départ, et son casque...Il l'avait donné a la brune rencontré en taverne pour s'en faire un pot de chambre.
Seules ses jambières témoignaient avec ses mains de son expérience dans les armes. Du moins, le laissaient envisager.

Arrivée a Lyon sans encombre une femme prit contact avec lui. Cette femme, son contact. Le blond échangea donc quelques informations et quelques leçons avec cette Val' comme elle aimait signer ses courriers, jusqu'à l'heure du départ qui sonna assez tôt.
Les deux protagonistes devaient se retrouver devant les remparts de la ville a la nuit tombée. Hasiar la retrouva donc comme convenu et fronça légèrement les sourcils en apprenant la nouvelle de cette armée.
Il espérait que son histoire de Dahut soit vraie et puis il haussa les épaules, tant pis pour cette armée, elle perdra sans doute de valeureux soldats.

Mais pas le temps de réfléchir que Val' avait déjà quelques pas d'avance alors marchant pour la rattraper il lui dit...
Il parait que les prétendantes a la coure tiennent le même discours au sujet du Roy et de son aiguille.
Arrivé a sa hauteur Hasiar reprit ses vieilles habitudes et posa sa main gauche sur la pommeau de son épée. N'en oubliant pas sa provocation amusante de tout a l'heure, il tourna la tete cachée sous son capuchon et rétorqua...Me défendre ?...Laissant échapper un petit rire il reprit...Tu es aussi rêveuse que mignonnette....Et sans manquer une occasion de se vanter il ajouta...J'ai lever mon épée chez les Helvètes durant la grande croisade, ce ne sont pas quelques Bourguignons qui me font peur.
Hasiar posa alors de nouveau son regard devant lui gonflant légèrement le torse et affichant dans l'ombre de son couvre chef un sourire dans le coins de ses lèvres.

La nuit et les lieux s'effaçaient lentement mais sûrement. Aucune armée en vu, aucun campement, aucune odeur a par celle des cheminées des quelques maisons a l'extérieur de Lyon.
Et ca durait depuis quelques jours. Depuis leur départ du LD il n'avait fait aucune mauvaise rencontre, que ce soit brigands et ou soldats, tous semblaient bien loin.
L'heure de faire ses armes approchait et le blond voulut en savoir plus sur la méthode employée. Alors qu'il faisait une halte en chemin pour se reposer les jambes il lui demanda.

Dis moi, Val', on procède comment ? Tu joues la catin pour faire diversion ? On tend un piège ? Une attaque frontale ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valentina...
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 2284
Date d'inscription : 12/05/2012

MessageSujet: Re: [RP/IG] Rejoins le côté obscur de la force…   Sam 06 Fév 2016, 23:11

Le Roy et son aiguille... Cela fit sourire la petite rousse. Et c'est dans la bonne humeur que les deux acolytes poursuivirent leur chemin pendant quelques jours encore, jusqu'au lieu le plus propice pour lancer le bleu dans le monde des affaires. Ce dernier portait toujours son capuchon sur la tête, ce qui alimentait la curiosité de la Caprese. Pourquoi porter un capuchon jour et nuit ? Pour le travail, il valait effectivement mieux sortir couvert. Mais en dehors du travail, à quoi bon ? Hasiar était-il laid ? Il n'avait pas la voix de quelqu'un de moche. Perdait-il ses cheveux ? Peut-être ! N'avait-il pas de dents ? Non, ça n'avait pas l'air. Borgne ? Le bandeau de pirate, c'est sexy. Elle en était à tergiverser sur les raisons de la capuche lorsqu'elle entendit la voix du blondinet l'interpeller.

Valentina se retourna pour voir l'apprenti au repos. Elle revint près de lui, se posa à même l'herbe et s'adossa contre un grand chêne. La jeune femme passa la main dans sa besace, en sortit Buzz et un morceau de pain. Buzz fut posé sur ses genoux puis elle rompit le pain en deux morceaux. La rouquine en lança un morceau à Hasiar puis mordit dans le sien, tout en gratouillant le cou de Buzz.

D'abord il faut manger. On ne peut pas travailler correctement et être concentré si l'on a le ventre vide. Elle s'interrompit un instant, le temps de croquer à nouveau dans le pain puis reprit.

Moi... Jouer la catin ? Val sourit à l'idée. Ah non, je n'ai jamais essayé cette approche... c'est trop dégradant. Trop de mauvais souvenirs également mais elle n'en pipa mot. Mon mignon, ce soir, c'est ta première nuit de folie. N'hésite pas à être inventif. Je vais te laisser mener la danse mais serais prête à prendre la relève si tu venais à défaillir à un moment. N'aies pas peur, les premières fois c'est toujours stressant, mais, il n'y a pas de raisons que cela se passe mal...

Un sourire se dessina à l'attention d'Hasiar.


Je ne vais pas te donner de plan clé en main, ce serait trop facile et tu n'apprendrais rien. C'est en forgeant que l'on devient forgeron. Pour le "commerce itinérant", c'est pareil. Tu vas me montrer de quoi tu es capable. Val' adressa au blondinet un clin d'oeil malicieux suivi d'un : Epate-moi ! Puis elle ajouta, on ne peut plus sérieuse. Si tu veux te lancer dans le rôle de la catin, tu peux...

Peut-être la méthode ne plairait pas à l'apprenant, mais pour elle c'était de loin la meilleure. On apprenait des erreurs. Il fallait qu'Hasiar commette les siennes pour apprendre. Et comment le pourrait-il, si elle lui disait précisément quoi faire. De toute façon, si cela se passait mal, elle l'aiderait. La rouquine n'était pas adepte des armes, des pièges et autres tactiques habituelles. Ce qu'elle aimait c'était faire le show et marquer les victimes de sa marque de fabrique. A voir qu'elle serait la tactique et la marque de fabrique du blondinet. Un bref regard aux alentours suffit à Valentina pour repérer le terrain.

Nous resterons postés ici cette nuit. Il y a de quoi se cacher mais en même temps la route est suffisamment dégagée pour que nous puissions voir les clients arriver. Reste concentré et à l'affût quoi qu'il arrive. C'est très important car tout peut basculer très vite. Ca va aller ? Tu te sens prêt ?

La rouquine posait la question pour la forme. Avoir de l'appréhension était normale. Le plus dur était de franchir la frontière pour passer de l'autre côté. La vraie question était là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hasiar
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 261
Date d'inscription : 17/01/2016

MessageSujet: Re: [RP/IG] Rejoins le côté obscur de la force…   Mer 10 Fév 2016, 00:54

Les explications étaient terminées, le bout de pain bien entamé et Hasiar comprenait qu'il allait devoir penser la stratégie tout seul. Le blond jeta un coup d'oeil autour de lui pour se familiariser a son tour avec ce nouveau terrain de chasse. De souvenir il n'était jamais venu dans ces contrées, mais les conditions lui rappelaient celles qu'il avait connu sur les routes de la Bretagne.
La pluie avait rendu les chemins boueux mais les nuages semblaient se faire moins épais. Les feuilles des arbres pleuraient encore les unes sur les autres et déjà le chant des oiseaux commençaient a s'échapper des alentours annonçant le retour du soleil.


Sa ration terminé et a peine la derniere bouchée avalé qu'il emboita le pas pour faire un tour dans les environs tout en indiquant....Je reviens.
Hasiar marcha quelques pas en direction de l'ouest. Ce chemin il en venait et espérait que ce soir d'autre en face autant. Il examina minutieusement les différentes possibilité qui s'offrait a lui, marmonnant dans sa barbe qui continuait de pousser maladroitement il laissait inconsciemment s'échapper quelques mots ....Si ....hmmm...Jui rentre dans 'lard...Tout en ponctuant ses paroles en cognant son poing droit dans sa main gauche...Hmm....Par contre si......Le regard dans le vide comme perdu dans ses réflexion il prit un moment pour reflechir a tout ça avant de revenir au "campement".
La main gauche toujours sur le pommeau de son arme, le bras droit balançant de façon orgueilleuse sous ses épaules bien droite il lui dit tout en marchant vers elle d'un ton sûr...
J'ai trouvé Val' ! Si la personne est toute seule je m'en occupe ! Tu n'aura qu'a m'admirer. Par contre si ils sont plusieurs...J'ai bien une petite idée mais....N'étant pas sûr de celle ci il se contenta de lancer sa main droite devant lui comme pour balayer ce qu'il venait de dire....Nan, il seront pas plusieurs... Un gros pari qu'il prenait là, et un pari risqué.

La nuit tomba bien vite sur la tête de nos deux héros qui attendaient, patiemment, tapis dans les bosquets, l'arrivée de voyageurs.
La nuit était calme, putot belle si elle n'était pas gachée par le sol et les branches qui trempaient la cape du blond. La faune profitait de cette accalmie pour de nouveau devenir maitre de leur brin d'herbe, leur branche etc...Tout semblait calme, trop calme...Tellement calme qu'Hasiar commençait a perdre patience. Il se souvenait bien entendu de sa premiere leçon mais commençait a fatigué de fixer l'horizon pour rien. Alors murmurant a la rousse il lui dit....
Pssst...Val'....Tu crois qu'on va croiser quelqu'un ? ....Un soupire plus loin....Ca commence a faire long...Mieux vaut dormir pour assurer nos forces pour demain. Du moins c'est ce que je vais essayer.

Hasiar recula alors discrètement et vint s'adosser au tronc humide d'un arbre avant de fermer les yeux et de lui dire avant de s'endormir...Préviens moi si il y a quelque chose.L'ancien soldat savait le temps de repos précieux et il reprit bien vite le reflexe des gardes et laissa Val' commençait son tour.

Le jour se leva et Hasiar aussi par la même occasion. Le soleil était au rendez vous et ses rayons venaient ouvrir les paupières du blond qui dormit d'une traite.
Val' n'était pas là comme a chaque réveil. Mais comme a chaque réveil il trouva un mot, ce jour là il put lire : "On remet ça ce soir".  
Et le soir arriva bien vite. De nouveau en position caché dans les bosquets le bleu parcourait son regard de droite a gauche sur les chemins.
Une heure plus tard environ a en croire la course de l'astre lunaire, une silhouette apparut sous ses rayons arpentant les chemins a quelques jours seulement de la tombe d'un Roy.


Hasiar donna alors un coup de coude a Val' et lentement indiqua la cible en tournant la tête dans sa direction. De là où ils étaient seul une ombre sur pattes se dessinait. Sans savoir si c'était un homme ou une femme et vu qu'elle semblait seule, il agrippa le fourreau de son épée de sa main gauche et murmura...Une seule cible, je vais y aller. Puis le silence, comme le calme avant la tempête, le temps de réfléchir une dernière fois a l'approche et de regardait grandir et se dessiner plus en détail la pauvre victime.
Dans un premier temps la forme de ses habits laissait penser a une femme mais la lune laissa voir ce qui semblait être un homme de spectacle. Une belle bête qui plus est. Hasiar commencait a regreter son enthousiasme par peur de passer pour un vulgaire paysan dans le cas d'une défaite.
L'homme était grand et ses vêtements semblaient cacher des muscles travaillés a en croire sa carrure. Ca n'allait peut etre pas etre une partie de plaisir mais il n'était pas soldat a reculer devant l'ennemi, il ne sera pas brigand a fuir devant le bouffon.


Le moment arriva, Hasiar quitta sa cache toujours vêtu de sa cape et de son capuchon, il dégaina son épée et s'interposa sur la route du voyageur plantant la pointe son arme dans le sol entre ses pieds et les deux mains posées l'une sur l'autre sur le pommeau.


Gardes toi de faire un pas de plus voyageur....Il pourrait te conduire au trépas.


Le bouffon s'arrêta et fixa le blond avant de lui demander d'une voix calme : "Que veux tu ?".

Pour réponse l'apprenti brigand répliqua par la célèbre en y ajoutant une touche Angloise...
Par Saint George ! La bourse ou la vie !
Si une armée Anglaise pouvait patir de ce geste, il n'en serait que plus heureux. Pour ce qui en était de notre voyageur, il semblait refuser le combat en tendant sa main gauche devant lui. Néanmoins toujours calme il attrapa sa bourse et la lança au bandit, elle n'était pas bien lourde a la pesée et quand le blond y plongea ses doigts il toucha presque le fond.

Rmmmmm !...S'exprima t il en prenant conscience de son pauvre butin. Alors d'un signe de la tete il indiqua a l'homme de passer son chemin avant de se ranger sur le coté méfiant jusqu'à son passage devant lui.
Après quoi il alla retrouver sa complice et lui lança la bourse avant d'essuyer sa lame sur sa cape et de la ranger.


Un maigre butin...On comptera demain et a mon avis, il nous faudra pas beaucoup de Pater.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valentina...
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 2284
Date d'inscription : 12/05/2012

MessageSujet: Re: [RP/IG] Rejoins le côté obscur de la force…   Sam 20 Fév 2016, 00:39

Le petit nouveau apprenait vite et bien, c'était le moins que l'on puisse dire. Information donnée = information enregistrée. La rousse observait le jeune homme prendre peu à peu ses marques, observer son terrain de jeu, élaborer son plan, dessiner sa touche personnelle. La première nuit ils avaient fait choux blanc. Val en avait été déçue car elle aussi avait débuté et avait vécu cette envie de réussir rapidement, de voir ce dont on était capable et si on en était capable. Au matin, la Caprese avait déposé un pli près de l'ancien soldat qui dormait encore et avait quitté le campement de fortune pour s'isoler un peu. Au programme, toilette dans la rivière du coin - c'est que même une voleuse a le droit de sentir bon - puis chasse. La tête d'un lièvre avait malencontreusement rencontré le projectile de son lance-pierre. Cela annonçait un bon repas !

Le soir venu, elle observa attentivement le blondinet se mettre en action.

Par Saint George ! La bourse ou la vie !

Un large sourire se dessina sur le visage au teint d'albâtre. D'où lui venait cette expression ? Se moquer de lui ou ne pas se moquer ? Voilà qui divisait l'esprit de la rouquine. Lorsque son comparse revint, les yeux de Valentina pétillaient toujours. Elle réceptionna habilement le butin de la soirée sans trop y prêter attention. Vu le poids de la bourse, ça n'en valait pas le coup.

Mais, d'où te vient cette expression ?, dit-elle amusée. Ce n'est pas banal quand même, ça vient d'où ? De ta région ?

La jeune femme recouvra son sérieux et dressa un court bilan de la nuit.


Revenons à nos moutons. Tu ne t'en ai pas trop mal sorti. Mais, ne crâne pas trop car c'était facile. Il ne s'est même pas défendu.
Les points positifs : tu as bien repéré le coin avant l'opération. Il faut toujours le faire. Tu as été rapide pour agir tout en étant prudent.
Les points négatifs : c'était un coup facile, donc à voir ce que tu peux faire quand ça se complique, et, ton approche manque un peu d'originalité.


Il faut dire que la rousse était un peu excentrique, alors forcément, une approche normale lui semblait bien triste. Cela dit, il s'en était bien sorti. Elle se releva, lui tapota l'épaule.

Par ailleurs, tu mises beaucoup sur la force. C'est important mais n'oublie jamais que tu peux tomber sur plus fort ou plus rusé que toi et finir la tête dans le fossé.
Bon, ça t'a plu quand même ? Tu ne regrettes pas ton choix ?
C'est fini pour ce soir, dors un petit peu car on met les voiles dans quelques heures. Ce n'est jamais très conseillé de rester trop longtemps sur les lieux d'un "délit". Plus tu restes longtemps, plus tu risques d'être vite repéré, mis en procès, etc.


Et hop, la troisième leçon dispensée ni vue ni connue. Cette nuit là, Val dormit peu, tracassée sans vraiment savoir pourquoi ou sans vouloir le savoir.

Spoiler:
 

Avant que le jour ne se lève, elle réveilla l'apprenti. Ils marchèrent plusieurs lieux jusqu'à leur prochain terrain de jeu. La pluie avait laissé place au froid et les joues de Valentina en subissaient les morsures. Les doigts gelés et le teint bien plus rose qu'à l'habitude, la rouquine se lança dans quelques explications à l'attention du blondinet. Et, à chaque mot, une fine buée exhalait des lèvres de la jeune femme.


Il existe une technique très utilisée dans le milieu. Il s'agit du "casse-croute". Pour faire simple, nous sommes le pain et notre client est la tranche de jambon. C'est simple, net et précis et bien souvent infaillible. Nous allons mettre cela en pratique, ce soir.
Avant cela, je te laisse déterminer quel est le meilleur endroit pour notre sauterie. Choisis mais choisis bien !


Cette dernière phrase fut ponctuée d'un petit clin d'oeil à l'attention d'Hasiar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hasiar
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 261
Date d'inscription : 17/01/2016

MessageSujet: Re: [RP/IG] Rejoins le côté obscur de la force…   Mer 24 Fév 2016, 16:06

Aux premiers mots de la rouquine le blondinet ouvrit grand ses yeux avant de s'empresser de la reprendre...De ma région ? Hilh de puta non ! A ce qu'on raconte c'est le cri de guerre des Anglois....Et j'aime pas les Anglois. Guyenne, Bourgogne, Anglois....Crache par terre...C'est du pareil au même.

Puis il écouta Val' qui lui faisait un rapport sur sa première embuscade. De son coté Hasiar était satisfait, même si le butin était bien maigre il avait apprécié se sentiment de supériorité qu'il ressentit quand sa victime se plia a ses ordres. Alors une fois qu'elle eut fini, après l'avoir mis en garde sur leur prochains méfaits qui risquaient d'etre plus compliqué il lui rétorqua...Ca manque d'originalité ? Haha ! Je suis sûr qu'avec la nuit le bougre m'a prit pour un envoyé du Sans Nom. Bon certes, il n'avait pas l'air bien courageux....Mais je me souviens d'une phrase qu'un de mes supérieur m'avait dit une fois..."Le plus grand des chefs de guerre est celui qui remporte la victoire sans combattre". ...Dit il même si il était du genre a terrasser ses ennemis jusqu'au dernier.

Plus fort et plus rusé....Elle n'était pas loin de la vérité. Il n'en fallait pas beaucoup pour etre plus rusé que notre ancien Sergent. Et d'ailleurs ses mots lui rappelèrent un épisode de sa vie qui se cachait bien de dévoiler. Une traque qui avait mal tourné et dont il garder les traces sur son torse.
Il fronça alors les sourcils face a se souvenir et soupira avant de répondre....
Mouarf, tu as bien raison sur ce point là. L'habitude de combattre mes ennemis par la force...Le nombre et la détermination, c'étaient là des armes que j'aimais manier. Mais aujourd'hui, j'imagine que ces méthode sont dépassées. Les brigands ne sont pas du genre a affronter leurs ennemis dans une bataille rangée je me trompe ?

Et quand elle lui demanda ses impressions et ses regrets, Hasiar, étrangement, n'en trouva aucuns. La changement semblait se faire naturellement. Si a leur départ de Lyon il appréhendait son premier acte de brigandage, il en était tout autre face a sa première victime. Un combat reste un combat, seule la cause change. Une cause qu il avait surement adopté quand il était encore dans les rangs. Surement a cause de ses nobles et de ses conseillers qu'il cotoyait a l'armée. Sans le savoir ou sans se l'avouer, il aspirait deja a cette nouvelle vie. Alors c'est le coeur léger qu'il lui apporta une réponse.

Des regrets ? Milà diu non ! Je ne me suis jamais senti aussi bien ! Et je vais te dire, vivement le prochain !

Enfin, suivant ses conseils, il se reposa quelques heures avant le départ. S'enveloppant dans sa cape il ferma les yeux jusqu'a son réveil.
Une gorgée d'eau pour se remettre les idées en place et Hasiar reprit la route a quelques lieux d'ici accompagnant toujours son mentor.
Sur place Val' lui annonça qu'il devait choisir le terrain après lui avoir enseigné une stratégie payante selon elle. Au loin il pouvait voir ce qui ressemblait a des collines et se souvenant des paroles de la Rousse, il essayait de trouver un coin a la vue dégagée. Mais la foret qui bordait le village semblait épaisse, tant mieux se dit il, cela les protégera de la vue des sentinelles sur les remparts.


Regarde Val'....Pointant le clocher du doigt...Une foret juste a la sortie du village. On pourrait en profiter qu'est ce que tu en penses ? Si on attire notre victime hors des chemins les gardes auront du mal a nous voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valentina...
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 2284
Date d'inscription : 12/05/2012

MessageSujet: Re: [RP/IG] Rejoins le côté obscur de la force…   Mer 24 Fév 2016, 20:12

Les azurs de la Caprese suivirent le doigt d'Hasiar pour se poser sur la forêt touffue qui s'étalait derrière les murailles. Les lèvres de la rousse se pincèrent et c'est un sourire qui finit par éclairer son visage par la suite. Ce bleu était certes un peu crâneur, mais, il avait de l'idée et était plutôt dégourdi quand il le voulait... Et j'ai bien dit quand il le voulait !

Très bien, nous irons donc à la forêt. Ce soir, c'est toi qui observe. Tu vas découvrir comment agissent les professionnels, les commerçants aguerris. Pars toujours du principe qu'un bon commerçant est toujours comédien. Ne serait-ce qu'au tribunal, tu as besoin de jouer la comédie... La force, c'est bien, c'est utile. Mais l'ingéniosité, la malice et la réflexion sont des qualités essentielles à mon sens.

La petite rousse s'approcha d'Hasiar et se planta devant lui, tout en faisant de grands gestes non pas pour donner plus de valeurs à ses paroles ou pour tenter de convaincre son interlocuteur, mais, simplement parce qu'elle était emballée, parce qu'elle parlait de quelque chose qui lui tenait à coeur et qu'elle aimait plus que tout. Etonnamment aussi, elle se plaisait à partager ce que Shawie lui avait appris quelques années plus tôt. Encore que le côté "spectacle", c'était la Valentina's touch...

Elle se posa à même le sol puis sortit un bout de saucisson de sa besace et une miche de pain qu'elle entailla à l'aide de son couteau qui ne la quittait désormais plus.


Tu sais - bien que notre butin n'ait pas été fameux - il faut que tu aies toujours à l'idée que tu risques de finir en prison pour tes actes. Cela peut aller vite et les gardes peuvent s'emparer de toi partout... Bizarrement, ils finissent toujours par te rattraper... Donc l'important, c'est de placer tes rentes !

Valentina découpa un morceau de saucisson pour elle et le dalleux de blondinet, non sans sourire, et lui en déposa un morceau dans la main. Elle croqua largement dans son sandwich de fortune puis poursuivit.


En gros, le maitre mot, c'est l'investissement. Il y a plusieurs écoles à ce niveau là. Tu peux investir dans les murs. Tu t'achètes des hôtels un peu partout dans le royaume. Cela te permet d'y déposer tes petites économies. Personnellement, c'est la méthode que j'emploie. Enfin que j'employais car maintenant je vais à l'université et ça me coute un bras... Je suis médecin, balança-t-elle fière comme jamais ! Ou alors, tu peux dépenser tes sous dans de l'équipement, dans des vêtements. Ou bien dans des mets de choix pour devenir plus beau, plus fort. Mais ça tu l'es déjà... Sourire coquin et yeux de braises pour le mettre mal à l'aise ou du moins tenter, ou plus intelligent ! Sourire narquois cette fois.

Une nouvelle bouchée fut croquée puis avalée, Valentina prodigua à l'apprenti une dernière vérité.

Garde à l'esprit que les autorités peuvent tout te prendre, à part tes vêtements et ton équipement. Sinon, ils peuvent te mettre à poil. Donc soit sur tes gardes, toujours !!!


Alors qu'ils causaient, la nuit était tombée et le froid s'était durci. Valentina souffla sur ses mains puis les mit entre ses cuisses pour les réchauffer. Buzz - son merle - grignotait les quelques miettes de pain qui jonchaient le sol.

Tu as des questions ?

Mais déjà quelqu'un approchait. Valentina se redressa, attrapa d'une main le restant de la miche de pain, s'approcha de son acolyte pour tapoter de son index le bout du nez d'Hasiar et lui chuchota Finalement, je vais y aller seule.... Observe le maitre... avant de partir au devant du client de la soirée, en prenant bien soin de ne pas s'éloigner de trop des arbres qui la cachaient. Un bel et beau jeune homme comme elle les aimait...

La rousse se mordilla la lèvre inférieure, glissa la miche de pain sous sa chemise, côté rebondi bien en évidence. Elle poussa un premier cri - pas trop fort, juste ce qu'il faut pour que le client l'entende - puis un second. Lorsque l'homme l'eut entendu, elle s'effondra au sol en se tenant le ventre rebondi de la miche de pain.


A l'aide... s'il vous plait, haleta-t-elle.Aïeuhh, un bras se tendit vers la prochaine victime. S'il vous plait, monsieur, aidez-moi. Avec mon mari, nous avons été attaqués par des brigands plus loin. Ils nous ont laissé pour morts et... et... Elle fit une pause, son visage se tordant par la douleur imaginaire... Aidez-moi, je... je crois que je vais accoucher.

Quand le gentilhomme se baissa pour lui venir en aide, Val attrapa son petit couteau de la main droite et le glissa sur la gorge de son bienfaiteur tandis que la main gauche tâtait, non sans plaisir, son torse et sa taille à la recherche d'une bourse. La Caprese lui chuchota suavement :

Mon beau, je te conseille de te laisser faire sans broncher...


Oh il avait bien essayé de se défendre mais la jeune femme avait pressé un peu plus la lame du couteau contre la carotide de l'homme qui vibrait sous la lame. La rouquine le délesta de son sac et de la bourse de cuire qui ornait sa ceinture. Elle lui déposa un baiser sur le lobe de l'oreille lui ordonnant de se taire - et qu'il lui arriverait des bricoles s'il venait à avoir la langue bien pendue - puis lui subtilisa ses mitaines - Déshabilleuse un jour, déshabilleuse toujours ! - avant de le laisser se sauver.
Cela fait, elle se rapprocha tout sourire du blondinet, lui tendit le sac et la bourse en reluquant ses nouvelles mitaines.


Citation :
10/02/1464 04:09 : Vous avez racketté Corbeyran qui possédait 23,13 écus et des objets.
10/02/1464 04:09 : Vous vous êtes battu avec Corbeyran (coefficient de combat 2), qui essayait de vous résister. Vous avez triomphé, l'obligeant à vous ouvrir sa bourse.

Un peu de nourriture et quelques écus. C'est pas brillant mais un peu mieux qu'hier ! La prochaine fois, c'est la richesse. Bon alors ? Ca te fait quoi d'avoir vu à l'oeuvre une artiste de toute beauté ? Ebloui ? Conquis ?


Rien à dire, elle soignait toujours aussi bien ses entrées ! Les azurs de la rousse pétillaient de malice... et de prétention, il faut bien le dire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hasiar
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 261
Date d'inscription : 17/01/2016

MessageSujet: Re: [RP/IG] Rejoins le côté obscur de la force…   Ven 26 Fév 2016, 17:23

Un morceau de cochonaille, le Blond n'y cracha pas dessus et y croqua généreusement laissant sa fierté de coté...
De bonne idée qu'elle avait là, investir dans des hotels pour y déposer des réserves il n'y avait jamais pensé. Pour lui, c'était juste une façon de ne pas payer les impots destinés aux étrangers qui arrivaient dans les Capitales. M'enfin il n'y était pas encore, les pauvres sont plus nombreux que les riches dans le Royaume et pour le moment, seul un pauvre saltimbanque avait croisé leur route.

Peut etre que ce soir là la chose allait être tout autre, peut etre croiseraient ils la route d'un convois transportant on ne sait quelles richesses...La nuit tomba et ses reves de convois s'envolèrent avec les premiers rayons de la lune. Une seule cible, encore, mais une cible qui trimballait un sac, de l'or ? Des vêtements de noble ? Il ne pouvait le savoir et comptait sur la rousse pour lui apporter des réponses.

Tapis dans l'ombre des arbres, il observait discrètement la scène. Inquiet au début que la supercherie ne soit découverte, il restait sur ses gardes prêt a intervenir si le bougre se montrait courageux.
Heureusement Val', en bonne comédienne, arriva a ses fins. Hasiar la regardait un sourire sur ses lèvres. Le regard fixe, il ne savait pas si il devait admirer ses talents ou la bêtise de l'homme. Il faut dire qu'elle jouait bien la comédie et cette scène l'amusa. C'était donc ça le spectaculaire dont elle parlait.
Elle était allongé sur le sol, sa victime prise au piège au dessus d'elle. L'homme avait essayer de se dégager et Hasiar agrippa sans tarder le fourreau de son épée. Les parties métallique de son baudrier raisonnèrent mais il semblait ne pas les avoir entendu et Val' reprit sans difficulté le dessus.
Quelle femme ! Pensa Hasiar sous son capuchon. Rare étaient celles qui avaient réussi a le surprendre. Légèrement macho sur les bords il se souvenait de cette brune qui avait partagé sa vie il y a de ça quelques années. Nul doute qu'elle aurait fait elle aussi une bonne commerçante !

L'affaire réglée la rousse revint munie des biens de sa victime. Un peu de nourriture et quelques écus ! Certes c'était mieux que la veille mais ils étaient encore loin d'être riche. Libérant le fourreau de son arme il lui répondit en se redressant et en lui donnant une tape amicale sur l'une de ses épaules.


Ahah ! Il est pas prêt de s'en vanter de celle là ! A la vitesse où il a filée il doit déjà se trouver a Limoges....Et continuant de rire repensant a ce gus top bon, trop con, il passa son pousse sous la levre inférieur de la rousse pour lui effacer le sang qui avait légèrement coulé et reprit...Ne tardons pas...Jetant un oeil a droite, a gauche...Dieu sait quelle créature rode dans ses bois...

Hasiar était courageux, il affrontait ses ennemis et ce, qu'importe le prix a payer mais...Il était aussi superstitieux ! Il croyait en Aristote et au Sans Nom. Il croyait aussi a toutes ses histoires de sorcières et autres créatures qui peuplaient l'imaginaire collectif et craignait de devoir affronter des démons. Face a eux pensait il, la comédie ne suffirait pas et les bras de la rousses n'allaient pas être d'une grande aide. Alors il lui dit.

Foutons le camp Val'. La nuit est déjà bien entamée et ses arbres offrent une bonne protections a tous ses....DEMOOOOOOOONS ! Mais il se gardait bien de le dire, d'une part par crainte de les attirer et d'une autre pour ne passer pour une pucelle. Alors il ramassa le sac et le balança par dessus son épaule gauche....Aller, aller ! Il faut filer !...Insista t il avant d'emboiter le pas....Il faut sortir de cette foret et rejoindre les chemins !

Elle méritait bien quelques explications et il se souvint de son petit jeu de tout a l'heure, le flatter pour mieux le descendre. Lui dire qu'il était beau pour finir par s'interroger sur ses capacité de réflexion. Ca l'avait amusé et si il avait commencé a sourire de façon légère acceptant le compliment, ses levres prirent la forme d'un bec de canard quand il entendit la chute. Alors il lui fit face, posa sa main libre, la droite, sur son épaule gauche avant de remonter ses doigts sur son menton et le prendre tendrement entre son index et son pouce...
Tu arbore peut être le minois d'une Sainte....Souriant de tendresse....Mais je ne sais pas si il en est de même pour ta croupe ! Alors ne tardons pas !

Et il reprit la marche d'un pas pressé. Quelques minutes plus tard il retrouva les chemins et par chance, une croix Aristotélicienne avait été érigée en bord de route. C'est là qu'il ferait une halte ! Il posa le sac contre le socle en pierre et prit un moment pour se détendre. Ils étaient sauvé ! Du moins il l'espérait.

Ici nous serons en sécurité....Soupirant de soulagement il reprit...Bon, et maintenant ? Quelle est la suite du programme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valentina...
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 2284
Date d'inscription : 12/05/2012

MessageSujet: Re: [RP/IG] Rejoins le côté obscur de la force…   Sam 27 Fév 2016, 00:38

La prétentieuse souriait toujours quand Hasiar lui essuya une gouttelette de sang sur la lèvre.  Elle ne s’était pas rendue compte qu’elle avait appuyé si fort sur la gorge de son client. Quelques années auparavant, la rouquine aurait sûrement eu des remords, mais, son propre mentor lui avait appris à ne jamais en avoir pour les victimes. A chacun son travail… Toutefois, le geste de son acolyte la surprit et elle se trouva quelque peu prise au dépourvu.

Elle le fut d’autant plus lorsque le blondinet précisa subitement qu’il fallait déguerpir rapidos. Mais quelle mouche avait bien pu le piquer ? Les yeux grands ouverts, tout comme la bouche, Val – toujours plus étonnée – observait l’apprenti ramasser ses affaires avec précipitation pour décamper. Se dépêcher, filer, le blondinet était déjà loin devant elle.  Valentina se retrouva comme deux ronds de flan, seule, sans comprendre ce qu’il se passait. Hasiar avait-il subi une attaque de fourmis volantes ? Un écureuil – sorti d’hibernation – avait-il essayé de se frayer un chemin dans le fondement du blondinet en voyant que l’hiver n’était pas terminé ? Ou bien s’était-il pris une poignée de châtaignes en la touchant ? Certes, elle pouvait provoquer bien des effets parfois, mais celui de faire fuir un homme ainsi était une grande première…

La petite rousse fourra Buzz dans sa besace et quitta, donc, le campement de fortune pour rejoindre son compagnon.  Après quelques enjambées, elle finit par le rattraper. Là, il s’arrêta, lui caressa le menton, lui fit un compliment puis lui lâcha une vacherie. Val allait d’étonnement en étonnement. La surprise laissa place au frisson, sans doute en raison du froid ambiant… sans doute… A moins qu’il ne s’agissait de la carrure – quand même - impressionnante de l’homme qui lui faisait face et de ce geste tendre auquel elle ne s’attendait pas. Allez savoir… Puis le frisson laissa place à une petite moue qui se transforma en un fin sourire. L’arroseur était arrosé. Celui qu’elle malmenait affectueusement depuis des jours commençait à se rebeller. Et la rousse n’était pas habituée à ce genre de réaction. Habituellement, les hommes tombaient dans le panneau comme des guêpes sur une cuillère de miel. Mais là, il se prenait au jeu. Intéressant…


Minute papillon. Tu peux m’expliquer ? Qu’est-ce qui t’arrive ?  Tu as une colonie de morpions qui te suit au train ou quoi ?

La Caprese scruta le voleur en herbe puis un large sourire au coin des lèvres, elle le taquina.

Tu sais le vilain méchant loup-garou n’existe pas ! Il en est de même pour l’ogre des forêts… Tu n’as pas peur du noir au moins ?  Non parce que si c’est le cas, il va être difficile de commercer pendant la lune rousse…  Et je ne parle pas de ma croupe hein…

Valentina reprit plus sérieusement.

Puis tu sais, il vaut mieux parfois passer par la forêt, cela évite de tomber nez à nez avec les maréchaux du coin ou des soldats…

Et ça, elle ne le savait que trop bien, l'ayant appris à ses dépends, il y a de ça une éternité maintenant, alors qu'elle était encore une gentille jeune fille dans le droit chemin. Valentina le suivit quand même d’un pas rapide, tout en chantonnant quelques phrases de son invention espérant bien, ainsi, agacer son partenaire ; douce vengeance pour l'insinuation dite plus tôt par le dit partenaire.


Hasiar a peur du noir,
Voleur mais pas sans peur,
S'il voit un méchant,
Il se sauve en courant !


Certes, elle n’avait pas les talents de Prasé en matière de création littéraire, et n’ayant pas plus d’inspiration, elle répéta en boucle ces quatre "vers" jusqu’à l’arrivée du duo devant une croix sur le bord d’un chemin. Val regarda, interloquée, son compagnon de fortune puis la croix.

Tu veux qu’on passe la nuit là ? C’est bizarre. On n’est pas plus en sécurité que là où nous étions tout à l’heure.

Néanmoins, elle s’adossa contre la croix et se laissa tomber au sol. Val sortit Buzz de sa besace, le posa sur ses cuisses puis glissa sa main droite dans le plumage du volatile qui frissonnait de plaisir sous les gratouilles de sa maitresse. De sa main gauche, elle déplia la couverture - sortie quelques instants plus tôt de son sac - et l'étala sur ses jambes et sur son merle.

Au moins, cette croix me servira d’oreiller, c’est plus confortable qu’une pierre, puis ça coupe du vent, dit-elle en souriant. Val n’étant pas spécialement croyante, cela ne la dérangeait pas le moins du monde de se « vautrer » contre le symbole aristotélicien. Pour la suite du programme, il est envisagé de se joindre au restant du groupe pour une tentative de révolte. Tu verrais une autre facette de notre métier. Si nous partons demain, nous y serons à temps. Puis cela te permettra de rencontrer le restant du groupe de Grotteux-Crotteux. Tenté ?

Au fait, je ne t’ai jamais demandé. Tu as de la famille encore ? Une femme et des enfants peut-être ? Tu verras la Grotte, c’est un peu comme une seconde famille, voire comme une famille pour beaucoup d’entre nous.


Avec des disputes parfois, des coups de gueules, des froids, et des tensions mais pas grand chose à côté des bons moments de rigolades et de camaraderies qu’il était possible d’y passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hasiar
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 261
Date d'inscription : 17/01/2016

MessageSujet: Re: [RP/IG] Rejoins le côté obscur de la force…   Sam 27 Fév 2016, 18:31

Hasiar n'avait pas prit le temps de repondre aux provocations de la rousse, l'heure n'était pas a la réponse mais a la fuite ! Mais il gardait quand même sa petite chansonnette dans la tete et serait prêt a lui rappeler le moment venu. Prêt de la croix il se contenta de l'imiter, il s'adossa au socle en pierre, s'enroula dans sa cape et rabaissa au maximum le capuchon sur sa tête pour se protéger du froid.
Faut dire que ça caillait dur et le temps de lui donner quelques informations sur sa vie passée il passa ses mains sous sa cape pour la maintenir fermée sur son torse.


De la famille ? Non personne...Repensant obligatoirement a la brune. Puis, hésitant, n'aimant pas se dévoiler il reprit...J'ai....J'ai eu une femme une fois. Enfin, une femme, nous n'avions pas officialiser ça devant le Très-Haut mais nous nous aimions.

Une brune, peu commode. Le genre de femme a se présenter devant l'ennemi l'épée a la main
...Un léger sourire se dessina dans le creux de ses lèvres en se remémorant ses souvenirs passés a ses cotés et il reprit le coeur léger.

J'en ai vécu des choses avec elle. J'ai livré mes plus grandes batailles a ses cotés et je dois dire qu'elle m'a apprit la plus part des trucs que je sait maintenant.
A l'époque nous vivions dans l'Ouest du Royaume, nous avions une chaumière, enfin elle avait une maison que je squattait héhé
...Puis un petit rire nostalgique s'échappa avant de continuer...Jamais une femme ne m'avait fait courir autant. J'étais jeune en ce temps là, jeune et naïf, mais amoureux. Je me souviens a chaque engueulade elle prenait la route et moi comme un con je la rejoignait a chaque fois.

C'est a cause ou grace a elle que je me suis retrouver a vivre sur les bords de la méditerranée. Quand nous avons tout quitté nous n'étions plus ensemble mais faut croire que je l'aimais assez encore pour faire tout ce chemin.

Depuis je vis seul et mes amis se comptent avec un seul doigt. Ils sont tous mort, soit emporté par la maladie, la guerre ou les flots
...A ses derniers mots le blond frissonna repensant a cette rousse d'Eli qui s'était suicidé par noyade. Cette pensée lui fit un pincement au coeur, en apparence il ne laissait rien paraitre de ses sentiments mais au fond de lui il était encore meurtri par sa disparition. Aucune tombe pour se recueillir, la mer n'avait pas était clémente et ne lui avait pas rendu le corps. Alors quand le souvenir se faisait trop pesant il avait prit pour habitude de se rendre sur la plage pour l'honorer en se souvenant.

Sentant alors la faille s'ouvrir il lui dit...Assez parlé de moi....tournant la tete vers Val'...Et toi ? Un mari ? Des enfants ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valentina...
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 2284
Date d'inscription : 12/05/2012

MessageSujet: Re: [RP/IG] Rejoins le côté obscur de la force…   Dim 28 Fév 2016, 00:43

A l'abri contre le socle de cette croix, Valentina écouta les propos du bleu avec attention. Même si une de ses mains fouillait l'herbe fraiche à la recherche d'un petit caillou à faire tourner entre ses doigts. L'histoire d'Hasiar n'était pas très heureuse. Il avait couru comme un couillon derrière une femme de caractère et avait fini par la perdre. En temps normal, elle lui aurait lancé deux ou trois moqueries. Mais là, il semblait meurtri, par ses souvenirs sûrement. Aussi, ne dit-elle rien. Lorsqu'il lui retourna la question, la rouquine appuya sa tête contre le socle de la croix en observant les étoiles.

Non, plus de famille non plus. Mes parents sont morts tous les deux. Ma mère était auvergnate et tisserande de son état. C'est à elle que je dois cette chevelure et ces petits points de rousseurs disséminés qui m'amèneront peut-être un jour au bûcher, dit-elle en souriant. Quant à mon père, il était cordonnier. Et mes origines italiennes viennent de lui. Après leur disparition, mes ennuis ont commencé. Disons que les Autorités en ont bien profité...

La Caprese ne s'étendit pas sur le sujet. Ces souvenirs restaient douloureux malgré le temps qui s'était écoulé doucement et la reconstruction difficile qui avait suivi, l'avait été également. On ne guérit jamais vraiment de ces choses là... Même avec le temps... Même en sachant que l'un d'entre eux était mort, qu'un autre avait été tué, non sans l'avoir outragé auparavant. Il en restait un dernier et le jour où elle le retrouverait, elle le tuerait... C'est pour cela qu'elle avait choisi la voie de la médecine... Elle se para d'un sourire de circonstance pour cacher son mal-être.

C'est à ce moment là que j'ai choisi de "changer de voie". Et ma nouvelle famille, c'est la Grotte maintenant. C'est Shawie qui m'a prise en main quand je suis arrivée, une jolie brune avec un caractère bien trempé, tu ne peux pas la rater. Les azurs de la rousse s'assombrirent à cette évocation. Elle m'a tout appris, montré les ficelles du métier. Elle m'a aidé à me reconstruire, je lui dois beaucoup. Longtemps, avec Silvin - un joli minois, inratable également -, ils ont représenté ma famille. Aujourd'hui, c'est différent, mais c'est de ma faute...

Un léger sourire mélancolique s'esquissa sur le visage marmoréen de la rouquine.


Je n'ai pas de mari. Bien que sur ce point, ce n'était pas tout à fait la juste réalité. En fait, si j'ai - parait-il - un mari, un "vieil homme" avec un chapeau. Mais on ne le voit plus guère ces temps-ci. Non, je plaisante, c'est une blague que mes acolytes m'ont faite alors que je m'amourachais d'un énième blondinet rencontré à Patay dont nous avions pris les commandes. Le blondinet s'est retrouvé en procès pour avoir eu des vues sur la "pseudo-femme du maire". Voilà, tu sais tout, pas de mari et pas d'enfants non plus. A quoi bon s'encombrer inutilement. Juste des amusements de temps en temps, histoire de passer le temps.

Elle fit une pause et se tripota une mèche pensive. Lui en parler ou ne pas en parler ? Valentina remonta sa petite couverture et ferma les yeux quelques instants, troublée. La Caprese l'évoqua, peut-être parce que c'était dur de ne pouvoir en parler à personne.

Il y a eu quelqu'un aussi avant mes "passes-temps". Ce n'était pas une passade, ni un amusement. Mais parfois, on a peur de gâcher une amitié, de perdre quelqu'un de cher si jamais ça ne marche pas, peur de perdre cette personne, peur qu'elle parte avec une autre. Et puis les sentiments changent... Alors on s'en éloigne. C'est ce que j'ai fait. Et je l'ai perdu...

Les yeux de Val s'assombrirent à nouveau. Elle s'arrêta là. La situation qu'elle vivait depuis quelques semaines lui pesait. Depuis son retour à la Grotte, plus rien n'était comme avant. Bien sûr, elle s'y attendait. C'était de sa faute évidemment. C'est elle qui était partie, elle qui avait pris ses distances. Elle ne s'était jamais excusée. Elle avait donné des raisons, vagues, alors que son ancien amour méritait plus que cela. Valentina le comprenait maintenant. Mais c'était trop tard... Néanmoins, la conversation avec le blondinet lui avait fait prendre conscience qu'elle avait peut-être des excuses à présenter. Elle lui écrirait prochainement. Cela ne résoudrait probablement rien, mais, perdre son amitié chagrinait la rouquine.

Allez, tu en sais déjà bien de trop ! Mais tu ne m'as pas dit, ça te tente d'essayer une mairie ? Si oui, on part demain à la première heure. En chemin, tu prendras un bain dans la rivière.
Elle lui donna un petit coup d'épaule pour le taquiner. Je sens tes pieds de là... Allez dors, demain, une longue route nous attend. Puis tu feras du feu demain soir aussi, ça évitera qu'on se les gèle ainsi.

Valentina bailla à s'en décrocher la mâchoire et ne tarda pas à s'endormir, la tête et le haut de son corps tombant légèrement sur le côté. La journée avait été longue et la seconde partie de soirée, riche en émotion, plus qu'elle ne l'aurait pensé. Cette nuit là encore, Val dormit mal. Elle eut froid, et les bruits des animaux ou le bruissement des branches ne cessèrent d'entrecouper son sommeil. Si bien que le lendemain, c'est à la première heure qu'elle réveilla le bleu.


Hasiar, réveille-toi, dit-elle en le secouant doucement. On décolle !

Sans tarder, Val sortit sa carte et lui montra la destination. Cela fait, elle étudia la route à prendre puis la rangea dans sa besace où Buzz dormait. Direction l'est.

Pour prendre une mairie, il faut être le plus discret possible. Etudier les défenses en place. Le mieux est d'envoyer un éclaireur quelques jours avant l'attaque. Et le jour J, à la nuit tombée, on se lance. Enfin, je ne vais pas te faire un cours là-dessus, je me doute que tu es habitué à ça. Enfin, si tu as des questions n'hésites pas.

Ce jour là, le ciel était bleu et l'air glacial. Les nuages dispersés semblaient au repos vu le peu de vent qu'il y avait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hasiar
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 261
Date d'inscription : 17/01/2016

MessageSujet: Re: [RP/IG] Rejoins le côté obscur de la force…   Dim 28 Fév 2016, 18:40

Quelle fin de journée pour nos deux protagonistes. Depuis leur départ de Lyon, l'ambiance était a la rigolade, ou a la préparation des attaques. C'était la première fois qu'ils se livraient une partie de leur vie, et, a entendre la Rousse, le Blond compris que ca n'avait pas été facile pour elle non plus.
Il faut dire que l'époque dans laquelle ils vivaient y jouée beaucoup. A moins d'etre noble, notaire ou curé, la vie n'était pas clémente avec le petit peuple qui se débrouillait comme il pouvait pour survivre.
Elle lui parlait de ses amis, de ses amours et se garda d'évoquer ses emmerdes. Mais Hasiar la soupçonnait de lui cacher quelque chose. Bien sûr il ne posa aucune questions, il ne la connaissait que depuis quelques jours et même si il commençait a s'attacher a elle, il était encore trop tôt pour entrer dans la confidence. Dans le cas contraire, elle lui en aurait sûrement parlé...Alors il la laissa avec ses démons.

Shawie ? Une jolie brune au caractère bien trempé ? La Grotte ? Peut être était ce cette femme qui avait hérité de son casque. Il se rappelait qu'elle était mignonne malgré la tronche de déterrée qu'elle se payait se jour là et qu'elle avait sale caractère. Un sourire apparut dans le creux de ses lèvres en y repensant. Et cette vieille femme, elle devenait quoi ? Peut être la recroiserait il un jour, elle et ses bonne manières.

Mais pour l'heure il se devait de répondre a Val' qui le traitait de dégueulasse...
Oui...Comptes la dessus Val'...Je ne vais pas me baigner par ce froid au risque d'attraper la mort. Saches que je ne me lave qu'aux belles saisons, ou quand le sang se fait trop important héhé.
Et pour ce qui est du feu...Et bien faudra t'en passer ! Du moins si nous "commerçons". La lumière attire les gardes et les odeurs attirent les chiens. Tu ne veux quand même pas qu'on se retrouve avec des chiens aux miches si ?
Ahah t'as pas connu ça...Manger de la viande cru pour ne pas attirer l'ennemi ? Trouves moi du sel et je te ferai de la viande séchée ! Ca se conserve bien, c'est un peu dur mais ca nourrit son homme. Mais le sel c'est cher et ça prend du temps pour sécher...Alors t'as compris ? On va manger du pain et du maïs pour un petit moment encore.


A peine avait il fini sa phrase, ou peut être même avant, que sa partenaire trouva le sommeil. Hasiar posa ses yeux sur elle un petit instant. Cela faisait une éternité qu'il ne s'était pas endormi aussi prêt d'une femme. Elle était mignonnette surtout quand elle dormait, au moins là, elle ne lui lacherait aucune vacherie.
Et elle avait bien raison, l'heure du réveil approchait a grand pas, le Blond attrapa le sac qu'elle avait dérobé plus tot dans la soirée et y posa l'arrière de sa tête contre. Il agrippa le fourreau de son arme et ramena la poignée de son épée vers son bas ventre histoire de dégainer plus facilement si un danger venait a le réveiller. Ils étaient peut être adossés a une croix Aristotélicienne mais l'idée de rencontrer un démon ou une sorcière était toujours présente chez lui.

Fidèle a elle même elle le réveilla a la première heure. Et fidèle a lui même, il avait dormit d'une traite. Confortablement installé contre le sacs et les quelques miches qu'il contenait il s'était perdu dans ses rêves, tant est qu'il sursauta quand elle le secoua doucement amorçant par la même occasion la sortie de son épée.
Quand sa vue devint plus claire, après quelques battement de cils, il rangea la garde de son épée contre le fourreau et se leva avant de s'étirer.
Pas de vent se jour là, mais le froid était bien présent et pendant qu'elle lui indiquait leur prochaine étape, Hasiar retira ses gantelets et se gratta les précieuse avant de s'éclipser pour se soulager. Son affaire terminée il revint auprès de Val', le visage déridé et les yeux bien ouvert cette fois ci.


Oc. Mettons nous en route dans ce cas. J'ai hate de mettre a l'épreuve leur défense
...Dit il recouvrant ses mains de ses gantelets avant d'attraper le sac et de le balancer sur ses épaules. On mangera en route ! L'aventure nous attend !
Et le voila repartit sur les chemins excité a l'idée de prendre une mairie.


Les jours passèrent et les lieux aussi. Des jours sans brigander a ne faire que marcher. La première nuit apres leur départ, il s'en souvient, il avait eut du mal a allumer un feu. Le froid surement, mais heureusement en hiver, ce n'est pas le bois mort qui manque. Des jours bien calme qu'il passa sur les chemins du Royaume, aucune armée en vue, aucun brigands même, mais heureusement il pouvait compter sur la rousse pour animer le voyage et s'en prendre plein les dents. La lassitude se faisait a peine sentir qu'il aperçut au loin le clocher du village qu'ils venaient attaquer. Celui ci était entouré d'une foret, une autre...Et la nuit, sachant qu'ils devaient retrouver plusieurs de ses amis, il se demandaient quelle chanson allait germer de leur tête si ils apprenaient ses craintes. Surement qu'il jouerait les hommes sans peur et sans reproche mais avec la rousse a ses cotés, nul doute que son petit jeu tomberait a l'eau.


Val', regardes, une foret...Comment on procède ? On entre par la grande porte en simple voyageur ou tu veux qu'on attende la nuit ? Et tes amis, ils sont où ?
Oh ! Et j'y pense, si ce soir un des gardes perd son arc je suis preneur ! Penses y
...Avant de lui sourire et d'attendre la marche a suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valentina...
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 2284
Date d'inscription : 12/05/2012

MessageSujet: Re: [RP/IG] Rejoins le côté obscur de la force…   Mar 01 Mar 2016, 22:38

Quoi de plus poétique que de voyager avec un homme ? Entre ceux dont le corps émet des bruits divers et variés, ceux qui ronflent la nuit, ceux qui ne se lavent pas, ceux qui mangent la bouche ouverte, sans compter que tous, le matin venu, se tripotent les valseuses… Jusque là, elle avait échappé à cela, soit parce qu’elle décampait avant son réveil, soit qu’il se laissait aller au fil des jours. Valentina en était là de ces considérations tandis qu’elle déambulait aux côtés d’Hasiar. Qui a dit, un jour, que si l’on embrassait une grenouille, elle se transformait en prince ? Un crétin pour sûr ! Embrassez ce qui ressemble – à première vue – à un prince et il se transformera en crapeau. La Caprese n’avait pas eu besoin de cela pour voir petit à petit le naturel de son acolyte revenir au galop. Bien sûr, la rouquine ne s’en formalisait pas. Ca la faisait même sourire pour vous avouer la vérité.

Cela faisait quelques jours déjà qu’ils déambulaient en direction de la Bourgogne, terre aimée et « adulée » de la plupart des Crotteux. Finalement, le bleu avait fait du feu… Pas très débrouillard ce bleu. Et c’est au cours de la dernière soirée avant le jour J, tandis qu’un petit gibier chassé du jour rôtissait, que Val’ se permit de remettre quelques points sur les « i ». Non, non, elle n’avait pas oublié le discours moralisateur du blondinet.


Tu sens cette bonne odeur de viande qui cuit ? C’est mon lot quotidien depuis des années. Nul besoin de se contenter d’un vulgaire pain rassis ou de viande crue, quand tu peux vivre dans le luxe, la volupté et l’abondance… Déguster des jambons de différentes régions, des dattes, du raisin, du foie gras et tellement d’autres mets divers. J’espère qu’un jour, tu auras ce plaisir de consommer ces produits habituellement réservés aux riches. Et, tu sentiras tes papilles s’éveiller comme jamais.

Ce soir là, ils avaient dîné comme des seigneurs. Et c’est le ventre bien plein, rassasiée, que Valentina se coucha près du feu, couverture sur elle, Buzz blottit contre son ventre. Après quelques heures de sommeil, alors qu’il faisait encore nuit, ils reprirent la route pour arriver aux premières lueurs du jour devant la cité ciblée. La rouquine écouta les propos du bleu et répondit à ses interrogations.

Dis donc, c’est quoi toutes ces questions ?  T’es inquiet mon petit ?
Elle le regarda amusée. Paniques pas comme une pucelle, je ne vais pas t’emmener dans la forêt et y faire de toi mon esclave…
Bon, on rentre en ville. Fais toi beau et attife toi mieux que ça. Le but, c’est de ne pas se faire remarquer. Parce que les douaniers, ils voient tout ! Même la somme exacte de ce qu’il y a dans ta bourse, et parfois même la nature et la couleur de ton linge de corps… C’est pour dire !

Quant aux autres, ils sont déjà là pour certains normalement et les autres arriveront dans la journée. Tu en connais déjà certains.

Valentina lui adressa un sourire.

Ils sont sympathiques et tu ne seras pas le seul bleu. Il y en a d’autres aussi à priori. Pour le plan. On attendra la tombée de la nuit et on fonce. Jusque là, on se fait oublier. Tu as quartier libre pour te balader mais ne te fais pas remarquer surtout. Ce soir, lorsque les cloches sonneront complies, derrière la taverne de la mairie.

La Caprese lui fit un petit signe de la main et laissa Hasiar en plan. Cette journée, elle l’avait passé à fureter sur le marché, cherchant la bonne occasion, mais sans succès. Le soir venu, elle rejoignit le point de rendez-vous. Et lorsque le signal fut donné, Val’ fit un signe encourageant à Hasiar. La première mairie, ce pouvait être compliqué. Surtout lorsque habituellement, on se trouvait dans le camp adverse. Ressentait-il ce qu'elle avait ressenti la première fois ? La peur, l'excitation, l'envie, tout ce melting-pot de sentiments qui agite une première fois.


Allez, c’est le moment de jouer l’homme fort, va falloir défoncer cette porte, lui chuchota-t-elle.

….

La fin de l’épopée ne se passa pas tout à fait comme prévu. Et le petit groupe s’en retourna avant de se faire chopper par la maréchaussée. La rouquine ne trouva pas non plus d’arc pour le petit bleu. Quand bien même, elle se demandait bien ce qu’il pourrait en faire. Pas pratique, encombrant, etc, etc. La dispersion sonnée, Val quitta les murailles de la ville. Mieux valait filer en douce. Avant de se reposer quelques heures, elle évoqua la suite avec Hasiar.

Pas trop déçu ? Je te rassure, il ne faut pas l'être. Ca ne marche pas à tous les coups. C'est ça qui est bien. Il faut être patient, tu sais bien, leçon n°1. Pour la suite du programme, tu as le choix. Tu peux te joindre à un autre groupe ou bien poursuivre avec moi. Pour ma part, je compte filer vers le Berry puis commercer vers l’Ouest. Je pars au champ du coq.

La Caprese le laissa et se rendit à l'orée du bois pour y trouver quelques heures de sommeil, loin du souk qui devait désormais régner au sein de la ville.

Serait-il là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shawie
Taulière qui roule les R
Taulière qui roule les R
avatar

Nombre de messages : 4294
Date d'inscription : 25/08/2010

MessageSujet: Re: [RP/IG] Rejoins le côté obscur de la force…   Dim 06 Mar 2016, 01:10

- Mairie d'Autun -



Ce fut la défection. Oh, il n'y avait pas d'autre mot pour décrire la situation. Une mairie lamentablement échouée. Ce n'était pas le pire dans toussa, oh non. Cet échec, ce n'était pas grave, il avait échoué en toute bôté. Toute leur prise ou tentative de toute manière, étaient merveilleuses. Un acte à l'amour, une tendresse du début à la fin. Une caresse légèrement appuyée et c'est le drame. Refoulé par la milice et la maréchaussée, ils c'étaient tous enfuit, un peu séparément, pour plus de discrétion. Erreur fatale.

L'armée Bourguignonne était en planque non loin. La communication de 1464 était à la pointe de la technologie, n'imaginez pas autre chose. Des courriers avaient du partir pour prévenir cette enflure d'armée. La rançon de la gloire aussi, la célébrité à l'état pure et quand elle se retourne, elle se retrouve avec une armada de bonhomme armés jusqu'au dents juste pour elle. L'était pas belle la vie ? Percey se trouvait avec elle. Bizarrement, il ne l'avait pas quitté d'une semelle, connerie monumentale ! Elle dégaina son hachoir de collection et son tout nouveau bouclier, entraînant le petit bleu derrière un buisson.



Petit, c'est pas ton heure ! Alors, tu vas m'écouter et te barrer, sinon c'moi qui te fait la peau. Jé sais parfaitement que c'est ma gueule qu'ils veulent, alors si tu peux sauver ton petit cul, tu le fais direct. C'est la règle entre nous, tu te soucis pas des plus "anciens".


Règle qu'elle venait tout juste d'inventer pour le faire dégager. Il venait tout juste d'arriver et c'était hors de question qu'il prenne pour elle. Alors elle le poussa plus loin, avec un peu plus de force, presque qu'elle lui aurait mit un coup de hachoir sur la tronche.


Allez dégage, on se retrouve en ville, plus tard.


Elle passa le buisson et se retrouva en face de cinq armures, armés jusqu'aux chicos. Le combat ne fut pas équitable du tout mais qu'importe, elle batailla au milieu de toussa, espérant au fond d'elle que Silvin, Tanhya et Percey soient bien loin. Au moins, elle aurait l'honneur de les retenir un peu. Elle remua son hachoir -qu'elle ne maîtrisait absolument pas- mais elle fut rapidement touché en plein ventre, puis dans la tronche. Au sol, elle garda son bouclier pour se protéger mais sous la violence mais il éclata en morceau, tout comme son hachoir.

Elle se retrouva sans défense -ni attaque d'ailleurs- une pensée pour Satyne et une pour Sheilla. La première, sans doute morte, lui manquait terriblement et la seconde, pourrissait en geôle à l'heure actuelle. Un léger sourire et son poignet se cassa net, sa blessure au ventre lui déchira les entrailles et un cris raisonna dans la nuit. Ces yeux se fermèrent sans attendre, mais elle sentit qu'on l'embarquait. Pour la soigner ? Non du tout, pour la foutre en procès !





[24/02/1464 04:11 : Votre bouclier a été détruit.
24/02/1464 04:11 : Votre arme a été détruite.
24/02/1464 04:11 : Actarusia vous a porté un coup d'épée. Vous êtes mort au combat.
24/02/1464 04:11 : Vous avez été attaqué par l'armée "La Maudificator II" dirigée par Maud.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Praseodyme
Grande Chroniqueuse devant l'éternel
Grande Chroniqueuse devant l'éternel
avatar

Nombre de messages : 2182
Date d'inscription : 11/10/2013

MessageSujet: Re: [RP/IG] Rejoins le côté obscur de la force…   Dim 06 Mar 2016, 11:22

Des greniers de Semur aux geôles autunoises
Itinéraire d’une ancêtre gâteuse
Janvier/Février 1463

Si Langres-la-Maigre avait été une réussite sur le plan stratégique - une prise bien préparée, bien menée, avec des éléments en grande majorité grotteux, pour une victoire sans coup férir -, en revanche, ça avait laissé quelque peu à désirer sur le plan du rapport pécuniaire. Les plus anciens avaient laissé leur part aux plus jeunes, à ceux qui avaient le plus faim, le plus de besoins. Praséodyme n’avait rien réclamé, se satisfaisant de savoir que l’opération avait servi d’entrainement aux nouvelles recrues, qu’il fallait aguerrir. Dans ce métier, les plus faibles meurent en premier, c’est l’inéluctable Loy de la Briganderie. Puis, comme à l’accoutumée, les meneurs avaient rassemblé leurs équipiers, et chacun s’en estoit allé dans une direction différente, histoire de se ménager des plates-bandes suffisamment larges pour qu’on ne s’y marchât poinct mutuellement sur les arpions.

Entraînant derrière elle Jasinte et Exodusse, et encore un peu après la bande des Souffleurs de Liards, Praséodyme estoit retournée aux marches de l’Empire. Elle avait été satisfaite de l’accueil que les Impériaux lui avait réservé au cours de l’hiver, que ce soit en Savoye, en Helvétie ou en Comté, et elle avait jugé que Dôle estoit un bon endroit pour se mettre à l’abri, tout en gardant à portée de main la grasse et juteuse Bourgogne. Elle estoit en effet en contact, depuis quelques semaines, avec un individu au profil incertain, navigateur en eaux troubles, semeur de bruits et incitateur à la révolte, dont il faut bien avouer qu’elle se méfiait un peu. A dire vrai, elle s’en méfiait même énormément. Aussi, lorsqu’il luy proposa de s’associer pour prendre la riante cité de Cosne, qui ne doit poinct son nom seulement au caractère de ses habitantes, elle s’empressa de luy faire dire qu’elle acceptait ... tout en préparant à la place la prise d’Autun.

Revenir à Autun alors que l’on avait pris Semur trois semaines auparavant, et qu’on se trimballait des physionomies aussi remarquables que celles de Shawie, Valentina ou elle-même, dont le portrait de face et de profil s’affichait dans quasiment toutes les maréchaussées des Royaumes, celà estoit un tantinet aventureux, mais qui ne risque rien n’a rien. Après avoir rameuté les bonnes volontés, réglé les détails de logistique, préparé les itinéraires de repli, au petit matin la bande investit la place. Praséodyme estoit restée cachée toute la journée, surveillant les mouvements, épiants les miliciens, guettant la soldatesque. Le coup se présentait plutôt bien, le signal de l’attaque avait été lancé lorsque, Praséodyme s’étant élancée hors de sa cachette, prête à bondir sur la mairie, elle se heurta à une bande d’argousins qui l’interpella sans cérémonies :


Hé la Vieille ! Où cours-tu comme ça, à cette heure ? Arrête-toi, qu’on reluque un peu ta sale trogne !

Elle hésita ... Devait-elle résister, tenter de fuir ? Ils estoient nombreux, l’avaient déjà entourée, coupant sa retraite. Elle se résolut à choisir la soumission, se disant qu’ils ne se méfieraient poinct d’une innocent vieillarde.

Ahhh, le bon soir, Messeigneurs ! Je suis fort ayse de vous voir, j’ai ouï dire que des malfaisants traînaient en ville, votre présence me rassure, j’avais grand crainte d’être molestée, et même pire, qu’ils tentent de s’en prendre à ma vertu. Mais maintenant que vous êtes là, je vais pouvoir rentrer tranquilement chez moi. Merci, et bonsoir, Messeigneurs.

Hola, la Vieille ! Nous prendrais-tu pour des jambons, par hasard ? Viens avec nous, qu’on voye un peu si ton avenante physionomie ne figure pas dans les petits papiers de Messer le Prévost.


Et il la saisirent fermement par le col, et l’entraînèrent avec eux.

La nuict fut longue. Elle apprit par des bribes de conversation que la prise avait échoué. Pas d’espoir d’être délivrée par ses compaignons. Elle aperçut le jeune Exodusse, enchaîné et malmené par des gardes, poussé dans une geôle. Ce jeune garçon la suivait comme son ombre depuis le début de l’hiver. Elle l’avait rencontré en Comté, alors qu’il traînait sur les chemins en quête d’une compagnie. Elle l’avait pris sous sa protection, lui prodigant ses conseils, lui apprenant les ficelles du métiers. Il était de bonne volonté, apprenait vite, et il commençait a acquérir force et expérience. Celà ferait un bon brigand, certainement. On pouvait tout juste regretter son mutisme quasi absolu. Sa phrase favorite, c’estoit « Oui, chef ! », ce qui était rassurant sur sa fidélité et son obéissance, mais assez peu enrichissant pour les longues conversations philosophiques au coin de l’âtre.

Praséodyme fut reconnue par le prévost, c’estoit inéluctable. Il la renvoya par devant le Procureur, non poinct pour avoit tenté de prendre Autun, chose qu’il soupçonnait peut-être, mais qui n’estoit poinct avéré, mais pour avoir accepté un mandat fort juteux au cours de la prise de Semur. De fil en aiguille, Praséodyme se retrouva devant le Juge, qui luy demanda de s’expliquer. Praséodyme, bien que n’estant poinct normande, mais mayesnoise, joua les andouilles, s’inventant une histoire de donation charitable faite par la mairie, destinée à nourrir une nombreuse progéniture, à laquelle le Juge fut peut-être sensible.


Je dois vous avouer être peu touché par vos... combien ? 11 ou 12 enfants ? Apprenez plutôt à utiliser des vessies de porc plutôt que de nous raconter des carabistouilles ! Je vous condamne donc à trois jours de prison fermes et une amende de principe de 15 écus.
Enfin, vous avez eu la chance d'être la dernière affaire de mon mandat ducal. Aussi, si cela vous agrée, je consent à venir vous visiter en prison pour vous faire une démonstration de comment judicieusement utiliser ces ustensiles si pratiques ?


Au fond de sa geôle, Attendant la visite de ce sympathique Juge qui viendrait peut-être l’aider à passer le temps de manière agréable, Praséodyme songeait. Se saisissant d’un morceau de brique, elle traça cinq barres verticales sur le mur à côté d’elle. Elle ne comptait pas les jours, non. Dans le groupe de Shawie, ils estoient une main. Cinq barres. Deux barres pour Valentina. Une main moins le pouce pour les Souffleurs. Quatre barres. Pour elle, elle comptait quatre barres, avec l’ami de Jasinte. Une barre ou deux pour Méliane, peut-être, et peut-être encore deux ou trois de plus pour des gens à qui on avait parlé, ici ou là.

Elle regarde toutes ses petites barres, les regroupant en mains. Elle arrivait à quatre mains. Quatre mains, de quoi jouer une belle partition, et en faire danser certains ...

Le printemps promettait d’être chaud, riche et sanglant.

Un sourire large découvrant ses gencives édentées, elle se ramassa dans ses hardes et se prit à rêver à des lendemains glorieux.

_________________


Praséodyme  (login RR)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP/IG] Rejoins le côté obscur de la force…   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP/IG] Rejoins le côté obscur de la force…
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rest In Peace Rejoint moi du coté obscure de la force !
» Obscur Project nouveau site rémunérateur
» Rejoins-nous!
» Vraie épée clair obscur ou épée ogre indigo
» [Obscur Wolf] De Bomber Est Dans La Place XD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Grotte des Joyeux Brigands :: La Grotte des Joyeux Brigands :: [RP] Dans les profondeurs de la grotte… :: A travers les Royaumes-
Sauter vers: