AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'abus d'Armagnac est dangereux pour la santé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Praseodyme
Grande Chroniqueuse devant l'éternel
Grande Chroniqueuse devant l'éternel
avatar

Nombre de messages : 2083
Date d'inscription : 11/10/2013

MessageSujet: L'abus d'Armagnac est dangereux pour la santé.   Mar 23 Juin 2015, 14:12

Citation :

Nouvelles du front. Et du reste ...

De nostre envoyée spéciale, correspondante de guerre diplômée d’Etat, Praséodyme Gazélec, esq.

Après que des rumeurs eurent circulé dans le sud-ouest au sujet d’un nouveau rassemblement de brigands sous la férule de Satyne (dicte aussi « un poing de fer dans un gant d’acier hérissé de poinctes dans ta gueule »), la nouvelle n’a pas tardé à faire le tour des tavernes du sud du Royaume : la Pègre est de retour !

Une armée de malandrins de tout poil, écorcheurs, tires-laine, Corleone, bandits, fripons,  grotteux, chiche-capons, coupe-jarets, berrichons, gibiers de potence, suisses, écclésiastiques, pillards, voleurs, banquiers, notaires et autres malfaisants à levé l’étendard noir de la révolte, sur lequel est piquée une paire de vaches montées l’une sur l’autre. Il ne faut surtout pas voir dans ce puissant symbole une représentation de la capitaine de l’armée au lit en compagnie de sa favorite, mais bien plutôt l’illustration que cette armée a obtenu l’agrément du Comte de Béarn, le fier et spectaculairement couillu Andom. Leur but : faire enfin régner le désordre dans ces contrées sauvages de l’Armagnac, et aussi arracher tout ces alignements de légumes à ramasser tous les cinq jours, qui offensent la vue de tout malhonnête homme qui se respecte. Plantez-nous donc de la vigne, que Diantre, qu'on puisse boire !

A la fin du mois de juin, l’armée pénétra en Armagnac, drapeau en tête, flamberge au vent. Il était prévu qu’elle s’emparât de la capitale, Auch, sans coup férir, mais une malencontreuse erreur de calcul dans le rapport des forces a remis cette opération à un peu plus tard. Mais que les auscitains ne s’affolent pas, les pégreleux reviendront plus tard, et à ce qu’il se murmure, il y aura des règlements de compte. Des têtes vont rouler dans la sciure, surtout que c’est votre serviteuse qui devait prendre le poste de juge, je peux vous assurer que ça aurait chié. Dans la foulée, nous assistâmes au départ impromptu et en fanfare de la Comtesse et de l’armée auscitaine, le feu au cul, les braies humides, le dernier arrivé à Toulouse est un trou du luth.



Les cheffes de la Pègre (oui, chez nous, c’est les femmes qui commandent. C’est pour ça que ça marche si bien), après avoir réfléchi au problème, convinrent d’une tactique subtile, et se répandirent dans le comté, prenant les mines, et envoyant des petits commandos pour tenter d’arracher un maximum de ces légumes honnis. Puis l’armée se reforma à Eauze, morne plaine.

Entre temps, la Grande Prévoste, charmante personne que nous saluons (entre Grotte et Griotte, il n’y a pas grande différence), avait entrepris de faire la tournée des popottes en Armagnac, et ne voulant pas se mêler au commun, se détourna d’Auch pour se réfugier à Lectoure. Fâcheux contretemps, donc la Royne se serait émue. Cette dernière enjoignit donc à son capitaine en toulousain, le non moins couillu Calderón, de lever le ban et de courir sus aux miches de Satyne. Gageons qu’il ne reçut poinct cet ordre sans un certain plaisir. La comtesse et Alcide, trop contents de se planquer derrière les larges épaules du capitaine, lui emboîtèrent les pas.

Du coup, alors que l’Armagnac ressemblair un peu au trou-du-cul du Monde, par la Grâce d’une poignée de peigne-zizis en goguette, on trouve maintenant réunis, à ma droite, l’armée toulousaine, avec la Grande Prévoste, celle d’Alcide et la Comtesse, à ma gauche les gascons (dans gascon, il y a aussi gas) qui ferment le passage, au milieu l’armée de la Pègre dans le rôle du jambon, et un peu en dessous les deux armées béarnaises, dont l’une vient de dézinguer la deuxième armée armagnacaise. Quel pataquès, ma doué ! ça ne devrait pas tarder à chauffer.

Je vous tiens au courant ...


_________________


Praséodyme  (login RR)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Praseodyme
Grande Chroniqueuse devant l'éternel
Grande Chroniqueuse devant l'éternel
avatar

Nombre de messages : 2083
Date d'inscription : 11/10/2013

MessageSujet: Re: L'abus d'Armagnac est dangereux pour la santé.   Mer 24 Juin 2015, 11:16

Citation :
À tous ceux qui liront ou se feront lire ce qui suit,

Salut et paix.


Sous la guidance du Très-Haut et de son incommensurable sagesse, soutenu par Aristote et Christos, puisse leur grande clairvoyance en aiguiller d’autres comme elle aiguille chaque jour Notre esprit, inspirée par Saint Bynarr mais aussi Saint Ânani Mhour qui Nous soufflent Nos mots & guident nos pas,


Faisons annonce ce jour d'hui pour faire savoir que jusqu'ici, le Comte du Béarn, profitant de son absence d'opposition en les Pyrénées, se contentait de jouer avec les limites de ses prérogatives sans toutefois jamais se permettre de les franchir totalement. De fait, heureuse de constater qu'il existait en notre Province du Béarn un Vassal des plus actifs déterminé à reprendre en main sa Province, une profonde mansuétude s'est exercée de notre part à son endroit, en prenant le contre-pied de certains de nos conseillers, qui nous invitaient à plus de sévérité. À nos Provinces Vassales, nous avons accordé pleine liberté de conscience. Aussi, il appartient au Béarn de se lier à Rome de par l'expression de sa Foy partagée, pour peu qu'il ne contraigne point le Royaume en son ensemble à agir de même.

Hélas donc, la confiance ne peut plus subsister. Quand bien même nous préférerions traiter avec 1.000 Andom de Louvelle qu'un seul Hadrien Marcus de Sparte, nous sommes contrainte d'acter l'évidence selon laquelle nous ne sommes plus placée au-devant de chicanes politiques dans le cadre d'habituelles polémiques entre feudataires, mais d'une rupture consommée. Nous sommes donc forcée de témoigner de notre lassitude face aux nouveaux caprices de la Chimère Navarraise, au-devant de laquelle notre clémence s'est moult fois exercée, mais qui vient ces jours-ci de franchir une nouvelle limite qui ne peut demeurer sans réaction.

En de telles conditions, plus rien ne saurait nous retenir d'apporter notre soutien et notre aide la plus intégrale à notre fidèle province de l'Armagnac & des Comminges en invitant nos Vassaux du Midi à intervenir pour se défendre contre les mercenaires de la Pègre et aux béarnais de bouter une nouvelle fois Andom de Louvelle hors du Castel de Pau. Ainsi, la Couronne, acculée par le chantage de son vassal Béarnais qui profite du conflit avec l'Empire pour revendiquer de façon très claire son indépendance au travers de plusieurs annonces officielles, se trouve bien obligée de prendre parti entre ses fils en renonçant au simple statut d'observateur auquel elle s'était engagée au nom de l'égale considération qu'elle leur devait.

En conséquence de quoi, même si nous n'avons pu qu'apprécier la gouaille, l'esprit Gaulois, & l'élégance de style avec lequel le Béarn a fait passer l'Empereur pour un gros imbécile quand celui-ci le voulait flatter pour mieux le dresser contre sa mère, c'est avec tristesse & affliction que nous déclarons Andom de Louvelle, félon & traître à la Couronne de France, en laissant à Dieu & aux Béarnais le soin de juger de sa santé mentale lorsqu'il se revendique régent d'un Royaume de Navarre qui ne saurait exister que dans les limbes de son imagination.


Car ainsi nous l'avons décidé et parce que tel est notre bon plaisir.


Donné et scellé à Paris le 23e de Juin 1463.

Eauze, 24 juin, 10h45

Ce matin, le front est immobile. La nuit a été calme à peu agitée, la grasse matinée anormalement prolongée.

La température est fraîche, les flammèches s'assèchent, les chevêches dorment tête-bêche, et dans le parfum des livèches, le linge rêche sèche, piqué par des flèches dans les brèches des bretèches.

Soudain, une dépêche ! Le prêche est revêche, mais un petit mot émèche les esprits sous les chèches. La Royne vient de s'apercevoir qu'elle a un grain de sable dans sa babouche, qui peut faire déborder son vase.

Un précision, toutefois : la Pègre n'est pas constituée de mercenaires. Les mercenaires font ça pour de l'argent ...


P. G., pour l'Agence France Pègre.

_________________


Praséodyme  (login RR)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Praseodyme
Grande Chroniqueuse devant l'éternel
Grande Chroniqueuse devant l'éternel
avatar

Nombre de messages : 2083
Date d'inscription : 11/10/2013

MessageSujet: Re: L'abus d'Armagnac est dangereux pour la santé.   Jeu 25 Juin 2015, 11:01


Quelque part, le 25 juin, matin.


Praséodyme Gazélec (A.F.P.), en direct du front, pour quelques nouvelles neuves.

Cette nuit, aux alentours de quatre heures GMT (4:00 A.M.), des forces armées considérablement supérieures en nombre, armement, matériels et équipements ont, par surprise et lâchement, attaqué l'armée de la Pègre qui tenait sa position devant Eauze. Celle-ci, faisant preuve d'un courage sans égal, à combattu pied à pied, et s'est repliée en bon ordre sur des positions aménagées à l'avance, ne subissant que des pertes très légères en comparaison de celles qu'elle a infligé à l'ennemi. Les forces adverses se composaient de l'ost toulousain agréé par la Royne de France, de l'armée d'Alcide dict le Péteux, et d'une armée garce conne dont on se demande encore ce qu'elle fichait là.

On apprend de source sûre que le réputé couillu Calderon, chef de l'ost de Toulouse, s'est fait émasculer par la fière Jéliza Rose, qui aurait utilisé pour se faire une petite cuillère à thé en vermeil, laquelle lui vient du trousseau de sa mémé. Gageons que cela doit faire horriblement mal, et saluons le sacrifice de Jéliza, qui restera à jamais gravé dans la mémoire collective grotteuse. Les Grotteux déplorent la perte momentanée de leur Muse de la Guerre en chef, la dénommée Satyne. Coïncidence ou pas, Calderon et Satyne ont subi le même destin la même nuit, et il n'est pas impossible qu'ils soient à présent étendus sur la même paillasse, dans le même hôpital de campagne. Cela dit, si l'information à propos de la petite cuillère à thé de Jéliza est avérée, Satyne risque d'être déçue.

Trois autres éléments manquent à l'appel de la Grotte : Méliane, dont la distraction fatale lui a fait manquer le départ, Théo, qui s'est encore une fois révélé complètement inapte au combat (à quoi est-il apte ?, la question reste posée), et Tramzir, un sinistre individu, déserteur et traître à sa Cause, que nos fidèles lecteurs sont invités à traquer, et éradiquer par tout moyen laissé au gré de leur imagination, à condition que ce soit très douloureux. Jéliza peut prêter sa petite cuillère, le cas échéant.

----

PETITES ANNONCES



_________________


Praséodyme  (login RR)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'abus d'Armagnac est dangereux pour la santé.   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'abus d'Armagnac est dangereux pour la santé.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'abus d'Armagnac est dangereux pour la santé.
» un peu + de 5V avec mon Supergun = dangereux pour la PCB ?
» amd
» Wrynn, cet homme est t'il dangereux pour la Nation ?
» Le FPS bon pour la santé !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Grotte des Joyeux Brigands :: La Grotte des Joyeux Brigands :: [RP] Dans les profondeurs de la grotte… :: Fi ! Gare aux brigands !-
Sauter vers: