AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les p'tis bateaux ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Praseodyme
Grande Chroniqueuse devant l'éternel
Grande Chroniqueuse devant l'éternel
avatar

Nombre de messages : 2083
Date d'inscription : 11/10/2013

MessageSujet: Les p'tis bateaux ...   Dim 22 Fév 2015, 10:45

Citation :

Paris (AAP) - Le 26 janvier 1463, l'amiral breton Pit de Guérande, duc de Guérande, donne ordre de couler un bateau artésien aux environs de Saint-Brieuc, son équipage et un trésor de près de trente mille écus. S'ensuit rapidement une indignation diplomatique de la part de l'Alliance Fatum, auquel appartient l'équipage, et du comté d'Artois.

Cet incident résulte d'événements antérieurs. Le 3 septembre 1462, Kiriell de la Rose Noire vole une caraque de guerre, pille plus de trente mille écus au trésor poitevin et se réfugie au sud de l'Angleterre. Le 12 janvier 1463, trois des membres de sa famille et lui embarquent à Dover, dans la cogue de guerre artésienne « Harmony 2 », sous le commandement du capitaine Fidji, dit l'Ours, afin de rejoindre la France. Alors que le débarquement était initialement prévu à Calais, en Artois, le voyage se poursuit jusqu'aux environs du port de Saint-Brieuc, au nord de la Bretagne. Six jours durant, l'équipage demande en vain l'autorisation d'accoster un port breton. Cependant, le 26 janvier, l'amiral breton Pit de Guérande – la liste de l'équipage lui ayant été fournie par le capitaine lui-même – donne l'ordre à la caraque de guerre bretonne « Ar Spontus » du capitaine Linkii de couler la cogue de guerre, prétextant le pillage subi par leur allié poitevin et prétendant alors à tort que le navire flottait sous pavillon anglais. Très vite, aux environs de midi, le bateau coule, son capitaine, son équipage et son trésor avec.

L'Alliance Fatum, à laquelle appartient depuis peu la Rose Noire – mais pas son trésor –, proteste le jour même auprès du Grand Duc Lemerco et de son amiral pour qu'ils cessent cette attaque contre le bateau artésien. Mais il est trop tard. C'est ensuite l'Artois, par la voix du chancelier Albroc, qui s'indigne diplomatiquement des actes de la Bretagne et de son amiral. Cette indignation est accrue par le souvenir encore récent des attaques sur plusieurs bateaux artésiens par le passé. Ce fut en effet le cas du navire « le Magnifique » du capitaine artésien Jehanne, coulé l'année dernière au large de l'Irlande par des navires bretons. Si le pillage du Poitou est mis en avant pour justifier l'assaut, la Rose Noire est déjà passé par le fil de l'épée pour être puni de ses méfaits antérieurs. La manière expéditive dont a été réglé le sort de la cogue de guerre artésienne serait en effet plutôt la résultante d'un conflit personnel entre l'amiral Pit et Kiriell de la Rose Noire. Malgré les excuses, officielles ou officieuses, du Grand Duc et de l'Amiral, et diverses promesses faites au comté d'Artois et à l'Alliance Fatum, l'idée d'éventuels dédommagements aux victimes est encore incertaine. Le repêchage du trésor et des débris artésiens par la caraque de guerre bretonne s’élèverait pourtant à plus de cinq mille écus. Échoué sur la plage de Dover, l'équipage se trouve quant à lui en plein repos forcé, méditant certainement sur la manière future de rejoindre le continent le plus rapidement.

Cet incident, n'étant pas le premier, semble ajouter à la dégradation des relations entre anciens ponantais et indépendantistes, déjà rendue visible par les récents événements.

ODW, pour l'AAP

Longtemps les brigands ont été considérés comme des gens plutôt terre-à-terre, bien que nombre d'entre eux représentent la boue de la société, et que leur vie ne soit bâtie que sur du sable, la plupart n'ayant pas de racines.
Mais depuis, de l'eau a coulé sous les ponts, et une nouvelle tendance est en passe de se faire jour, le brigandage fluvial. Une technique d'avenir, à développer, qui semble présenter quelques belles opportunités, et dont d'autres pourraient bien s'inspirer.

Un problème reste récurrent, toutefois : comment échapper ensuite aux forces royales, ducales, comtales et autres troupes en -ales ? Il ne fait de doute pour personne que la pire engeance en ce bas Monde, le fléau premier, ce sont les armées régulières, menées par quelques nobliaux qui se sont arrogés un nombre suffisant de droits pour mener n'importe quelle action à leur bénéfice personnel, au nom de la Loi et de la Justice, et avec la bénédiction royale - tant qu'ils ne font pas trop d'ombre au Roy lui-même.

Un détail amusant, pour finir : l'Alliance Fatum proteste diplomatiquement auprès des Autorités. Quand on vous dit que le Monde change ! Bientôt ce seront eux qui porteront plainte auprès de la procure royale.

Un comble ...!

Reste que si vous pouvez retenir votre respiration suffisamment longtemps, il y a trente mille écus à récupérer au large de la Bretagne.

_________________


Praséodyme  (login RR)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Satyne
Scribe officiel
Scribe officiel
avatar

Nombre de messages : 4749
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: Les p'tis bateaux ...   Mer 25 Fév 2015, 09:40

Parce qu'il y a des gens qui s'allient avec Fatum ? Nom d'une saucisse... Mais où vont les royaumes ?

Il y a longtemps je connaissais la Rose Noire pour avoir participé à une prise de mairie avec eux. Et je ne pensais pas qu'un jour un groupe ancien puisse s'associer avec de la racaille fatumiste. Tssss...


Et de dodeliner de la tête navrée devant le papier de Prase.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les p'tis bateaux ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» bateaux de légende.
» Maman les p'tits bateaux...
» Les bateaux de Kiki
» Taille des bateaux
» Je cherche des bateaux posable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Grotte des Joyeux Brigands :: La Grotte des Joyeux Brigands :: [RP] Dans les profondeurs de la grotte… :: Fi ! Gare aux brigands !-
Sauter vers: