AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [RP]Des fleurs dans un champ de putréfaction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aurus
Maniaque du brigandage
Maniaque du brigandage
avatar

Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 21/02/2010

MessageSujet: [RP]Des fleurs dans un champ de putréfaction   Jeu 06 Sep 2012, 07:17

24 juillet 1460,Aurus,Montauban


Seul dans une petite clairière de la forêt de Montauban,l'irlandais rendait un dernier hommage à son vieil ami Ethior.On pouvait désormais lire Rest in Peace Ethior 1435-1460 gravé sur le vieux chêne qui surplombait le centre de la petite clairière.Il avait ensuite prit un long moment en silence pour honorer sa mémoire tout en laissant remonter les souvenirs de son vieil ami qu'il n'avait pas vu depuis 4 ans. Mais avant il avait dû chasser de son esprit certains détails mentionnés dans la lettre reçu le jour d'avant qui lui avait glacé le sang....


6 jours plutôt,Ethior,campement ennemi au nord-ouest de l'Irlande....


J'était couché plat ventre sur la table de tortures, les mains et les pieds liés. Bien que me débattant tel un fauve, je n'avait exactement aucune chance de salut. Je savait pertinemment ce à quoi j'étais destiné: le pal. Dans ma tête les derniers événements de ma vie repassèrent en rafale; la faim qui m'avait assailli durant nombres de semaines, ma dernière tentative de subtiliser quelques vivres afin de me sustenter, en vain, et ma capture par la garde du Chef de clan Argoth... Le bourreau m'assena d'un vif coup de maillet à la tête afin que je cesse de me débattre, ce qui porta fruit. J'était étourdi, affaibli, mais néanmoins conscient. Je senti des mains solides maintenir mon corps, probablement l'assistant du bourreau. Dans ma terreur j'entendis des lames tinter, comme lorsque l'on affute un couteau éméché. Je savait sciemment que mon supplice n'avait qu'à peine commencé.Dieu ait pitié de mon âme! Qu'il m'accorde...sa clémence...

Je senti alors le fer découper ma chair sur mon postérieur et entailler mes fesses.J'eus beau pleurer, blasphémer, crier, m'en mordre la langue à en saigner à pleine bouche, mon tortionnaire continua sa sale besogne comme s'il en avait fut qu'un simple lièvre à abattre. Jamais je n'avait ressenti pareille souffrance, ma chair se détacher de ma base avec une douleur qui me couvrait de frissons et me fit convulser les muscles de tout le corps. Je sentait les tissus se détacher aisément tel un pain que l'on coupe, le sang gicler entre mes aines. J'espérais de tout mon être que mon calvaire s'achève en même temps que ma vie; puis le bourreau tira sur la viande pour l'en détacher du restant de peau encore accroché. Le bourreau en chef s'éloigna. Je leur pria de me tuer sur le champs, je les suppliait comme jamais mon orgueil me l'avait permis... Mais nulle réponse ne venait, les bourreaux parlaient certes entre eux, mais ne portaient aucun minime intérêt au misérable que j'étais. Dans mon agonie je cru même entendre ces derniers échanger quelques rires d'hommes simplets. Le bourreau revint finalement, accompagné d'un troisième homme, puis il fit signe à son complice de me tenir d'avantage fermement. Dans mon for intérieur, je bouillonnais, essayant une fois définitive de me relâcher de l'emprise de l'assistant!!
Hélas, je n'avait ni la force ni la volonté nécessaire...

Je senti, sans délicatesse aucune et sans préavis, un pic de bois grossièrement arrondi s'enfoncer dans mon rectum... Puis je poussa de mon corps à son encontre, et de mes pleurs, mon visage rougi par la honte et le mal. Le pieu continua pourtant son chemin sans grand mal contre mes résistances naturelles, je me senti si démuni, violé, vulnérable que je cru en perdre toute l'essence de mon humanité.
Puis le bourreau se mis à frapper l'extrémité du pieu pendant que le troisième homme le tenait en équilibre, pendant que j'étais couché sur le ventre, me sentant gonflé progressivement dans la douleur d'un corps étranger, pendant que petit à petit l'entrevoyait ma conscience me perdre et sombrer dans un état de veille, entre le cauchemars et la réalité. À chaque coups de mailloche mon corps tanguait vers l'avant dans une posture grotesque et ridicule. Mon ventre grossissait par l'intrusion du pieu et je ressentait en moi se tasser mes boyaux, mes organes dans un affliction invivable. Le pic huilé libérait pourtant de part et d'autre quelques échardes de bois dans mon organisme souillé, sans pour autant détruire le tout. Je cru vivre ce supplice pendant des jours, que chaque secondes, chaque coups de maillet de plus étaient une épreuve gargantuesque.

Puis, tard, trop tard pour ma lucidité, ce manège cessa.On me pris, me transporta à l'extérieur, me fit passer devant nombres de villageois, certains fut des connaissances, certains fut des amis. Pardi, personne ne pouvait rien pour moi. J'était désormais une loque, voué à laisser couler un morceau de bois hors de mon gosier par l'unique force de la gravité, par mon unique poids. Je n'y songeais guère, je n'avais d'ailleurs rien auquel m'accrocher hormis la folie qui vint me frapper en même temps que l'empalement.
Il n'y avait que pour avantage que maintenant je ne fut plus seul, érigé près de champs en jachère avec bon nombre de compatriotes, tendus sur de longues lances vers les cieux, attendant que les dieux de nos ancêtres viennent nous quérir, attendant que les corbeaux d'Odin viennent nous dévorer les yeux vivant comme des fleurs dans un champ de putréfaction.


(Tiré du livre Le jardin des supplices d'Octave Mirbeau avec quelques modifications apportées.edit:droit d'auteur)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[RP]Des fleurs dans un champ de putréfaction
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP]Des fleurs dans un champ de putréfaction
» Tutorial PrBoom - créer et rejoindre un serveur internet
» Guide de l'élevage
» Yuuka Kazami[validée]
» Cherche joueurs pour m'aider à tuer Sirok dans le champ de fusées sur terre !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Grotte des Joyeux Brigands :: La Grotte des Joyeux Brigands :: [RP] Dans les profondeurs de la grotte… :: A travers les Royaumes-
Sauter vers: