AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Où est l'enfance est l'âge d'or.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jeff_
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Où est l'enfance est l'âge d'or.   Ven 22 Juin 2012, 01:43

"Dès ma première enfance, une flèche de la douleur s'est plantée dans mon coeur. Tant qu'elle y reste, je suis ironique - si on l'arrache, je meurs." Kierkegaard



On se demande souvent comment grandisse de dangereux brigands -oui, j’aime à cette idée- On pense bien souvent, à tort, qu’ils ont tous eu une vie tragique, avec de nombreux rebondissements souvent tout plus farfelus les uns que les autres. Mais non, je vous assure, nous autres, mal aimé, avons été de joyeux avortons tout comme vous.

Je vous préviens desuite, je vais donc vous narrer quelques bribes de mon enfance que j’ai saisis dans des circonstances parfois extrême. Ensuite, nous avancerons vers cet élément déclencheur et pour finir, mon moi de maintenant. Il faudra de la patience pour tout savoir.

Nous n’avons pas de gène méchant, non ! Nous avons simplement appris à avoir une perception différente de la votre. Et bien, c’est cette porte que nous avons prise alors que vous vous êtes contentés de prendre l’avenue principale. Oui d’accord, il y a quasiment toujours un élément déclencheur qui vous fait sombrer. Encore que, pourquoi un enfant serait par définition, bon ? Il doit bien exister des mauvais enfants, ceux qui n’aiment pas les animaux, ceux qui préfère arracher les ailes d’un oiseau que de les caresser.

Un bébé méchant est il un monstre ? Je dirais que cela dépends des parents. En tout cas, l'enfance est indigente, chimérique, indéchiffrable. Elle est un mystère simple et respectable. Elle est à l'image du grain qui éclate. Elle est violente.

Il y a toujours dans notre enfance, un moment où la porte s'ouvre et laisse entrer l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff_
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: Où est l'enfance est l'âge d'or.   Ven 22 Juin 2012, 14:05

« Tel croit être un bon père de famille, et n'est qu'un vigilant économe. » Rousseau.



L’autre grand là, c’est mon père. Je me suis longtemps demandé ce qu’il fichait à tourner autour du couple merveilleux que nous formons, mère et moi. Il semblerait que c’est sa place, qu’il est aussi un peu chez lui. Après tout, qu’il reste, je ne vois pas bien à quoi il sert, mais tant qu’il ne gène pas trop.

Quand père est de garde, je le sens parfois s’impatienter. Insensiblement, il va tenter de concilier l’inconciliable c’est-à-dire son devoir de me garder avec ces envies de faire autre chose (et Aristote sait qu’il en a des envie de faire autre chose quand il est avec mo, à croire qu’elles lui tombent toutes dessus à ce moment. Alors ça, ça ne marche pas avec moi. Pas de ça père. Vous connaissez mon axiome de base : ou vous êtes avec moi ou vous êtes contre moi.

Dés lors, si vous n’êtes pas totalement avec moi (et ça, vous ne pouvez pas longtemps me le cacher), je m’ingénie à faire échouer, avec une réelle ingénuité mais aussi subtile efficacité, toute tentative d’évasion. Essayez d’écrire (à qui ? Pourquoi ?) et je vomis discrètement sur ma chemise toute propre. Tentez de parler avec un voisin, et je déclenche une belle sirène de hurlement.

On pourrait conclure à une regrettable manifestation d’égoïsme de ma part. Quelle erreur ! C’est tout l’inverse. Quand comprendrez vous, père, que mon acharnement à vous retourner vers moi est d’abord une façon de vous détourner de vous ? Centre d’un monde factice, ne voyez vous pas comme je vous recentre sur un monde charnel ? Cette part de vous-même qui se dissout au contact de l’extérieur alors qu’elle vous constitue, secrètement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff_
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: Où est l'enfance est l'âge d'or.   Ven 22 Juin 2012, 15:55

"Un enfant prodige est un enfant dont les parents ont beaucoup d'imagination." Cocteau.



De toutes les civilisations, je suis sur que nous autres bébés sommes les seuls à faire caca en mangeant. Culturellement, ces deux fonctions sont dissociées. Mais nous, nous faisons fi des délicatesses de chochotte. En toute décontraction, loin des tabous et jugements a priori, il nous arrive de produire sans barguigner, au beau milieu du repas, de somptueux cacas puissamment odoriférants.

Nous évoluons ainsi dans une sphère purement biologique, embrassant toutes nos fonctions naturelles d’une même humeur, sans en répudier aucune, sans y voir aucune incompatibilité ou atteinte à la bienséance. Nous sommes dans le corps, comme nous sommes dans l’instant. Un et indivisibles.


Je sens en moi quelque chose naitre,
Guidé par une dame de sournoise prestance,
Celle qui sème des graines d’envies,
Au creux de cœurs purs d’apparence,
Et qui écloront en pétale de folie.
Dame aussi surnommée la jalousie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff_
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: Où est l'enfance est l'âge d'or.   Ven 22 Juin 2012, 23:59

"Un bon escroc est un farceur ironique qui se joue de la distraction, de l’impertinence, de la naïveté ou de la nervosité de ses contemporains." Jeanson.




A ma sœur, j’ai imposé ma conception du partage. Cette fois totalement conçue et appliquée par moi-même :  « A moi le bonbon, à toi le papier ». Ca a marché. Décidément, j’aime le partage.


On ne peut pas dire que j’ai été malheureux
Mes chers, très chers parents,
M’obéissent au doigt et à l’œil,
Me couvre de bénédictions,
Moi, le petit ange, le prodige fils,
Peuh, quels pauvres naïfs !


Et ce type là, qui m’a fait asseoir pour me mettre un truc froid sur la poitrine, un bâton dans la bouche, une bougie pour regarder mes oreilles, et qui pour finir (on croit rêver !), ma tripoté le bout du zizi … je ne suis pas sur d’avoir envie de le revoir.


Je la hais tellement. Pourquoi existe-t-elle ? Pourquoi a-t-il fallut qu’elle arrive alors que le tableau familial était parfaitement bien rempli. Nous trois : père, mère et moi. Moi, l’enfant roi, moi l’enfant qui décide de tout, moi qui mène mère par le bout du doigt, désormais, elle me tourne le dos pour regarder au dessus du couffin. Lorsque je m’approche un peu trop près, père me repousse violement sous prétexte que je risque de lui faire mal. Je ne lui ferrai pas de mal voyons, pas devant vous père.


En roulant sur la soule, je tombe. La chute est rude. Il y a vraiment de quoi pleurer. Pourtant, j’hésite et finalement, je ris ! Je mesure à quel point la frontière est fragile entre le drame et la joie, les larmes et le rire. La prochaine fois, si ça se trouve, je pleurerai. Je n’ai pas encore décidé.


Parents, très chers parents,
Après laquais, vous n’êtes plus qu’épines sous mon pieds,
Et toi, la chose, avec ton air d’oisillon sage,
Qu’une poussière aux prises d’un fatal engrenage,
Soigneusement mis en place par mon génie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff_
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: Où est l'enfance est l'âge d'or.   Sam 23 Juin 2012, 18:08

Dieu aurait pu se contenter de créer l'homme à son image. Mais, en bon schizophrène, il n'a pu s'empêcher de lui faire aussitôt un croche-pied en lui offrant ce foutu libre-arbitre. Sontag.



Métaphysique : Mère me souffle sur le visage. « C’est comme le vent » je dis. Mais alors, pour le vent … qui souffle ?

Des questions essentielles me taraudent … les vaches mangent elles des pâtes ? Où va l’eau du baquet après le pain ? Est-ce que les marmottes dévorent leur amis ? Mon zizi fait il dodo ?


On dit qu’au rythme des tambours du cœur,
Grimpe la peur.
Sans pitié,
Jusqu’au sommet,
Celui de la terreur.


Je ne suis pas un mauvais bougre : qu’on se penche pour me regarder, droit dans les yeux, et je gratifie le visiteur d’un large sourire qui le fait fondre et sourire à son tour. Un sourire communicatif qui recèle dans ces petites commissures toute la douceur du monde. Qu’une armée en partance pour la guerre le regarde, et je me fais fort de désamorcer, soldat après soldat, toutes velléités belliqueuses.


Quelque soit l’être bizarre que vous finissez par être, il y a des chances qu’il y ait toujours quelqu’un pour vous. À moins bien sur qu’il soit déjà passé à autre chose ... Parce que quand il s’agit d’amour, même les êtres bizarre ne peuvent attendre éternellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff_
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: Où est l'enfance est l'âge d'or.   Lun 25 Juin 2012, 17:13

De tous les crimes de l’amour, celui qui semble jouir d’une place privilégiée, c’est assurément, l’inceste. Le nœud tragique qu’on lui narrera un beau soir de Mai année décimée dans son esprit « et bien l’ami, reconnais cette sœur criminelle dans votre épouse infortunée. Reconnais moi, reconnais à la fois ta sœur, celle que tu as séduite, et l’épouse de ton père, et l’infâme créature qui a trainé ta mère à l’échafaud ».



Mes yeux immenses. Mon regard doux et patient où brûle ce feu qui la consume. Où sans relâche la nuit, meurtrit ma lumière. Dans l’âtre, le feu qui ronfle, et moi, appuyé de l’épaule contre le manteau de la cheminée. A mes pieds, ce chien au regard vif et si souvent levé vers toi. Dehors, la neige et la brume. Le cauchemar des hivers. De la nuit interminable.

La route impraticable et fréquemment, te songe à un départ, une vie autre, à l’infinis des chemins. Ta morne existence dans ce village, ma solitude. Ces secondes indéfiniment distendues quand je vacilles à la limite du supportable. A chaque printemps, je me demande si je serai assez fort. Mes mots sont noués dans cette gorge incapable de parler. Cet appel, cet élan, ma force enfin revenue.


Toi, je te regarde désormais te mourir chaque jour. Tu n’as pas mangé depuis des semaines, ni même sentit un quelconque liquide coulé dans ta gorge. Tu me regardes chaque soir faire ce devoir conjugal à cette femme que tu appel « épouse » et que tu ne touche pourtant pas. Et pendant l’acte, je te regarde dans les yeux. Tu finiras par laisser échapper ton dernier souffle sans que personne ne prête attention à toi.

Toi, je te tiens menaçant de tuer ta fille. Je te tiens tout simplement parce que tu es faible. Tu ne dis rien. Chaque soir à la même heure, tu m’accueille sans un mot. Mais ces instants où tu lâchais les amarres, te livrais éperdument à la flamme, où tu laissais s’épanouir ce qui te poussait à t’aventurer toujours plus loin, te maintenait les yeux les yeux ouverts face à ton inconnu d’époux. Tu regarderas ton mari mourir et te laissera partir avec lui.

Père et mère, je vous aimais.



Toi, je te regarde par la fenêtre en train de crier et d’essayer de partir, plein de pitié. A quoi bon partir, toute fuite est vaine et tu le sais. Les longues heures spacieuses, toujours trop courtes, où tu vas et viens en toi, attentive, anxieuse, fouaillée par les questions qui alimente ton incessant soliloque. Une buche enflammée dans les mains, je sors te rejoindre à pas lent, te retrouvant aux abords de notre foret. Je te prends dans mes bras, déposant la buche enflammée contre cette arbre, souvenir de notre enfance. Et puis, la libération. Comme un coup qui aurait brisé ta nuque, ce brutal retour au quotidien, à la solitude, à la nuit qui n’en finissait pas. Quelle beauté de te voir enflammée. Effondrée, hagarde. Incapable de reprendre pied. Te dire au fil des ans, des hivers avec cette lumière qui te portait, je te haïssais un peu plus. Mais ce jour, je te libère, je te recréer.

Ma sœur, je te hais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff_
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: Où est l'enfance est l'âge d'or.   Mar 26 Juin 2012, 16:05

" Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l'appelle renaissance. " Lebon.



Je sors de la forêt. Les brouillards se sont dissipés. Mes blessures ont cicatrisé. Une force sereine m’habite. Sous mon œil renouvelé, le monde a revêtu d’émouvantes couleurs. J’ai la conviction que je ne connaitrai plus l’ennui, ni le dégout, ni la haine de soi, ni l’épuisement, ni la détresse. Certes, le doute est la, mais je n’ai plus à le redouter. Car il a perdu le pouvoir de me démolir.

D’arrêter ma main à l’instant où me viens le désir de faire ce que je veux. La parturition a durée de longue, d’interminables années, mais j’ai finis par naître et pu enfin donner mon adhésion à la vie.

Depuis cette seconde naissance, toute ce dont à quoi j’aspirais mais qui me semblais à jamais interdit, s’est emparé de ces terres : la paix, la clarté, la confiance, la plénitude, une douceur humble et aimante. Parvenu désormais à proximité de la source, je suis apte à faire bon accueil au quotidien, à savourer l’instant, m’offrir à la rencontre.

Et je sais qu’en dépit des souffrances, des déceptions et des drames qu’elle charrie, je sais maintenant de toutes les fibres de mon corps, combien passionnante est la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff_
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: Où est l'enfance est l'âge d'or.   Jeu 28 Juin 2012, 00:59

"Peu d’entre nous font vraiment usage de leur cerveau. Le corps cesse de grandir après quelques années, mais l’esprit peut grandir toute la vie." Lubbock.



On ne peut pas dire que j’ai été malheureux
Mes chers, très chers parents,
M’obéissent au doigt et à l’œil,
Me couvre de bénédictions,
Moi, le petit ange, le prodige fils,
Peuh, quels pauvres naïfs !

** Il est grand temps … **

Parce qu’il y a longtemps que petit ange,
A pris le raccouri de la déchéance.
Guidé par une dame de sournoise prestance,
Celle qui sème des graines d’envies,
Au creux de cœurs purs d’apparence,
Et qui écloront en pétale de folie.
Dame aussi surnommée la jalousie.

Et oui, petit ange choyé et adoré,
S’est fait détrôné par un nouveau né.
Cette … chose a pris ma place !
Oh vraiment quelle stupide farce.
Mais je n’ai pas l’intention de tomber le masque,
Celui de la politesse est fort efficace,
Pour couvrir nombre de menace …

** Il est grand temps que je … **

Parents, très chers parents,
Après laquais, vous n’êtes plus qu’épines sous mon pieds,
Et toi, la chose, avec ton air d’oisillon sage,
Qu’une poussière aux prises d’un fatal engrenage,
Soigneusement mis en place par mon génie.

On dit qu’au rythme des tambours du cœur,
Grimpe la peur.
Sans pitié,
Jusqu’au sommet,
Celui de la terreur.

** Que je me mette à tuer … **

Et moi, c’est cela que je vais inspirer,
Marche après marche,
Sur l’escalier de la cruauté.
Oui, il est grand temps de se mettre à tuer.

Après tout, tuer, c’est un jeu d’enfant
Et je n'étais qu’un enfant … ayez pitié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff_
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: Où est l'enfance est l'âge d'or.   Jeu 28 Juin 2012, 14:01

"Mais qu'importe l'éternité de la damnation à qui a trouvé dans une seconde l'infini de la jouissance !" Baudelaire.



Je m’appelle Arion, et j’ignore qui je suis vraiment, je sais juste qu’il y a une partie obscure en moi. Et je la cache, je n’en parle jamais. Mais elle est là, en permanence. Ce Passager Noir. Et quand il prend le contrôle, je me sens, vivant. À moitié écœuré par l’immoralité absolue. Je ne le combat pas, je le laisse. Il est tout ce que j’ai. Personne d’autre ne pourrait m’aimer. Pas même, surtout pas moi. Ou est-ce juste un mensonge du Passager Noir ? Parce que, ces dernier temps, je me sens parfois... connecté, à autre chose. Comme si, le masque glissait. Des choses, des gens n’ayant jamais eu la moindre importance en ont soudainement.

Ça me flanque une trouille bleue...

Je suis toujours celui que j’étais, celui que je suis, mais la question c’est de savoir ce que je deviens ! Il reste tellement de blanc à remplir, mais pour l’heure à cet instant, je suis content, peut-être même heureux ! Finalement je dois en convenir, la vie est belle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff_
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: Où est l'enfance est l'âge d'or.   Ven 29 Juin 2012, 18:13

"Exister, c'est aussi s'opposer, ne pas toujours suivre l'opinion" Malavoy .



La vie humaine est un songe ; d’autres l’ont dit avant moi, mais cette idée me suit partout. Quand je considère les bornes étroites dans les quelles sont circonscrites les facultés de l’homme, son activité et son intelligence ; quand je vois que nous épuisons toutes nos forces à satisfaire des besoins, et que ces besoins ne tendent qu’à prolonger notre misérable existence ; que notre tranquillité sur certaines questions qui nous tenaient à cœur n’est qu’une rêverie résignée, semblable à celle des prisonniers qui auraient couvert de peintures variées et de riantes perspectives les murs de leur cachot ; tout cela, mon ami, me rend muet.

Je rentre en moi-même, et j’y trouve un monde, mais plutôt en pressentiments et en sombres désirs qu’en réalités et en action ; et alors tout vacille devant moi, et je souris, et je m’enfonce plus avant dans l’univers en rêvant toujours.

Mais que les hommes faits soient de grands enfants qui, d’un pas mal assuré, errent sur ce globe, sans savoir non plus d’où ils viennent et où ils vont ; qu’ils n’aient point de but plus certain dans leurs actions, et qu’on les gouverne de même avec du biscuit, des gâteaux et des verges, c’est ce que personne ne voudra croire ; et, à mon avis, il n’est point de vérité plus palpable.*


*Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff_
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: Où est l'enfance est l'âge d'or.   Ven 13 Juil 2012, 20:47

"La normalité est une expérience plus extrême que ce que les gens veulent communément admettre." Cronenberg.



Mon journal que je négligeai depuis quelques temps, m'est tombé aujourd'hui sous la main. J'ai été étonné de remarquer à quel point c'est sciemment que je me suis toujours davantage avancé dans cette affaire. Qu'elle affaire me diras tu ? Comment j'ai toujours clairement vu ma situation, n'en ai pas moins agi en enfant, je vois tout aussi clair aujourd'hui, et il n'y a toujours pas apparence que cela s'améliore.

Je pourrais mener la vie la plus douce, la plus heureuse, si je n'étais pas fou. Des circonstances aussi favorables que celles où je me trouve se réunissent rarement pour rendre une homme heureux. Tant il est vrai que c'est notre coeur seul qui fait son malheur ou sa félicité.

Aujourd'hui, je suis allé me confesser. Je me sens toujours le même mais apparement, en bon croyant que je suis, je dois me laver de mes pêchés. J'ai également saluer une brave mamie, et j'ai donné un écus à un mendiant. Je crois que je suis pardonné. Et puis, alors que tout se passé bien, je me fais menacer ouvertement par une sorte de gringalet tout juste sortit du fion de sa mère.

Et comme on dit si souvent, vous aussi, vous connaissez ce proverbe. Tout le monde l'a entendu au moins une fois dans sa vie. C'est le gâteau sur la cerise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff_
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: Où est l'enfance est l'âge d'or.   Sam 29 Déc 2012, 17:55

"La connerie, c'est un peu comme la mort : le mort ne sait pas qu'il est mort, ce sont les autres qui sont tristes. Le con, c'est pareil." Phillippe Geluck.



Depuis peu, j’ai enfin pris conscience de mon potentiel. Car oui, il est bien connu qu’un voleur est une personne à qui il ne peut rien lui arriver. Il pille une mairie à lui tout seul, que dis je, un château seul. Il est aussi capable de tuer une armée entière d’un simple couteau caché sous le mantel. Il peu également recevoir plusieurs coups de couteaux sans souffrir, il peu également insulter un duc sans que rien ne lui arrive. J’ai récemment vu une personne qui pensait pouvoir casser les dents d’un gros, sauter en saut arrière, retomber sur ces jambes et tuer le tavernier d’un coup d’ongle, se retourner, esquiver les coups de poings, donner un coup de boule à x personne, et sortir de la taverne, remplie de tueur sanguinaire, par la fenêtre qui était comme par hasard ouverte et retomber à côté de l’abreuvoir d’un cheval qui l’attendait la aussi le hasard, pour l’emmener loin de l’énervement qu’il avait causé.

Tout ça bien sur en étant ivre.

On a tous rencontré des voleurs typique si je puis dire ainsi. Cela qui se cache sous une capuche, celui qui parle mal, celui qui n'aime pas les nobles, celui qui pense être le chef alors que son groupe est composé d'une personne, lui. Celui qui a trois cent armes planquées sous son manteau. Un jour comprendront ils que la caricature du brigand doit être changée ? Qui se méfie d'un bel homme rasé de près, sans capuche et avec seulement une épée ?

Mon dieu, les voleurs seraient ils tous cons ?

Il y a peu, j’ai donc commencé à brigander. Oh, je ne m’en sors pas trop mal, la preuve en est. J’ai découvert qu’il était plus simple de voler les biens d’autrui pour s’enrichir bien plus vite. Mais alors, serais je doté d’une intelligence supérieure pour m’en rendre compte alors qu’eux, ils ne s’en rendent pas compte du tout et continue de travailler à la mine ?

Alors je n‘ai qu‘une chose en tête présentement : Si les cons avaient des ailes au cul tu s'rais chef d'escadrille !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Où est l'enfance est l'âge d'or.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Où est l'enfance est l'âge d'or.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Grotte des Joyeux Brigands :: La Grotte des Joyeux Brigands :: [RP] Dans les profondeurs de la grotte… :: Journal Intime-
Sauter vers: