AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [RP] Un voyage qui commence bien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fahrenheit
Malfrat
Malfrat
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 29/01/2011

MessageSujet: [RP] Un voyage qui commence bien   Mer 23 Fév 2011, 19:42

Trois, un nombre idéal, comme pour la trinité, il l'avait senti, ce voyage s'annonçait sous les meilleurs auspices. Il était parti avec la Fauve du village où il avait établi ses quartiers, le temps de préparer quelques affaires et les voilà sur les routes en direction d'un avenir qui lui semblait radieux. Il n'avait pas tourné la tête non, ce qui se trouvait derrière lui n'avait aucun argument pour le retenir. Il trouverait ce qu'il cherche devant lui, droit devant, accompagné de son acolyte à la chevelure et au caractère de feu, il allait enfin pouvoir tirer un trait sur son passé, il envisageait tout à fait de ne plus jamais remettre les pieds ici. Ils avaient tous deux rejoint un compagnon de route, Aurus, dans un village voisin, lieu véritable de départ de l'expédition. Tout avait été examiné avec soin, le trajet, les étapes, le temps pour réaliser tout cela. Oui vraiment, tout ne pouvait que très bien se passer. Ils attendirent la nuit pour commencer leur voyage, équipés de charrettes et de vivres en quantité suffisante pour tenir plus d'une semaine sans se ravitailler. Les charrettes les ralentissaient quelque peu et ils ne purent avancer que de dix lieues lors du premier jour. Mais cela n'était pas très important, ils leur restaient une marge de manœuvre largement suffisante pour arriver dans les temps au point de rendez-vous. Ils s'installèrent donc pour la nuit, devisant de façon conviviale autour d'un feu de camp, légèrement à l'écart de la route qu'ils empruntaient. La conversation était animée mais tout à coup Fahrenheit posa un doigt sur sa bouche et fit signe avec l'autre main de se taire avec ses compagnons. Son premier réflexe fut de taper du talon de sa botte sur le feu pour effacer leur présence, ses deux compagnons de voyage ne disaient plus un mot, il chuchota.

- Je crois avoir entendu un bruit...enfin une voix plutôt, comme si quelqu'un était en train...de chanter ??? Allons voir...

Ils s'approchèrent donc tous trois du chemin d'où provenait la voix, d'ailleurs bien peu mélodieuse, caché derrière un talus, totalement invisibles. Ils observèrent la scène. Un homme à l'allure loin d'être miséreuse. Il chantait une chanson paillarde qui fit sourire Fahrenheit. Il dit d'une voix basse à ses camarades.


- Si il voulait passer inaperçu je crois que c'est raté...

Leurs yeux s'arrêtèrent alors sur la cargaison qu'il transportait, tirée par un cheval de bât. De nombreux tonneaux, sacs de toile et autres denrées faisaient de cette charge une vraie caverne d'Ali Baba. Ils se tournèrent alors les uns vers les autres et firent un signe de tête qui signifiait qu'ils avaient tous la même idée, pas question de laisser passer une occasion pareille. Quelques signes des mains pour s'organiser rapidement et en aussi peu de temps qu'il ne le faut pour le dire, les trois compères encerclaient le malheureux voyageur. A leur seule vue, il paniqua et s'enfuit en criant "Au voleur" dans le silence de la nuit. Ils étaient presque déçus de ne pas avoir eu besoin de sortir leurs armes. Aussitôt, ils tirèrent la charrette hors du chemin, loin de tous les possibles regards, bien que l'endroit était fort désert. Une longue séance d'inspection de la cargaison fut alors faite, tels des enfants ouvrant un coffre à jouets. Mais Fahrenheit avait trouvé son plus précieux trésor, plus important encore que les plus de 700 écus trouvés dans un petit coffre.

- Hey, regardez ce qui sort de ces tonneaux ! C'est du cidre...du cidre tu entends Fauve ? Je n'en avais pas bu depuis des années...

Pour le coup il aurait presque laissé échapper une larme, cela lui rappelait tellement de souvenirs, surtout sa Bretagne natale en fait. Il ne put s'empêcher d'en boire directement au petit robinet fixé sur le tonneau, la tête à l'envers, laissant couler le liquide doré le long de ses joues avec allégresse.

- Foutredieu que c'est bon...quel bonheur.

Oui vraiment ce voyage s'annonçait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurus
Maniaque du brigandage
Maniaque du brigandage
avatar

Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 21/02/2010

MessageSujet: Re: [RP] Un voyage qui commence bien   Jeu 24 Fév 2011, 05:13

En voyant l'homme s'enfuir en courant après avoir crié ''Au voleur'',Aurus décida instinctivement de le poursuivre pendant un moment.Il voulait s'assurer que l'homme ne tenterait pas la bonne vieillle ruse de feindre une retraite pour ensuite contre-attaquer a distance ou tendre une embuscade.

Rapidement,Aurus rangea son épée au fourreau,prit une de ses dagues empoisonnées et se mit a la poursuite du voyageur....après une vingtaine de seconde de course a toute vitesse,il vit l'homme chuter pour aussitôt se relever et reprendre ses jambes a son cou.Il ne fesait plus aucun doute que le voyageur était en proie a une panique extrême et qu'il ne désirait pas combattre trois adversaires en même temps....

Aurus jetta un dernier regard vers l'homme et rebroussa chemin pour aller rejoindre ses deux compagnons....en arrivant il vit Fahrenheit en train de boire directement du robinet d'un tonneau,tête renversée.


Heureusement qu'y en a pour tout le monde,cette petite course m'a assécher le gosier! dit-il en se frottant les mains avant de faire de même avec un autre tonneau.

Les prochains jours allaient être intéressants et ce trio pour le moins....très efficace. pensa-t'il avant de savourer ce liquide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fauve
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 561
Date d'inscription : 23/03/2009

MessageSujet: Re: [RP] Un voyage qui commence bien   Lun 28 Fév 2011, 21:59

Assise à terre, regardant son compagnon s'ingurgiter à même le robinet le cidre si peu chèrement acquis, la rousse souriait pour la première fois depuis des jours. Qu'il était bon de gouter à un plaisir simple pour une fois! Entendre le rire juvénile de l'homme semblait suffire à son bonheur à cet instant! Des semaines qu'ils étaient bloqués à la ville maudite, des semaines qu'ils ne mangeait que du poisson en faisant désespérément le tour des tavernes sans trouver autre chose que leur infâme tisane.

Appuyée au dos d'un arbre à regarder les deux picoler comme des gosses, la Fauve avait sorti les sacs du coffre et commençait à compter le précieux trésor. Pouffant comme une gamine, elle termina ses comptes en renversant le dernier sac dans le précieux coffret, l'œil pétillant d'entendre les pièces trébucher les unes contre les autres.


Hey les gars! Y'en a pour 700 environ! Plus les marchandises , moi j'dis que pour un premier coup d'essai à nous trois, on s'est pas si mal débrouillés hein...

Se relevant, elle réprima une grimace en portant la main à sa cuisse douloureuse après ces jours de marche puis s'avança comme si de rien n'était vers les deux autres. Elle secoua légèrement la tête de gauche à droite en les regardant vider les tonneaux comme des gamins puis sourire au lèvre, tata du bout du pied l'épaule de Faren.

Hey pousse toi l'ami, je sais qu'le cidre et toi c'est une grande histoire d'amour mais faudrait penser à en laisser aux copains hein... Laisse moi partager celui là, on se garde le dernier pour la revente!

Prenant place sous le robinet elle aussi, elle ouvrit grand la bouche avant de faire couler le précieux liquide au fond de sa gorge. Bientôt la mousse coula de son menton à son cou ce qui la fit partir dans un grand éclat de rire quis e termina en quinte de toux monumentale quand le liquide prit le mauvais chemin dans sa trachée.

Oh bon sang, j'suis même plus fichue d'boire au goulot avec toutes ses conneries! Va falloir que je reprenne les bonnes habitudes moi ! glissa t-elle entre deux fous rires.

Avachie sous le tonnelet, elle gloussa un moment avant de faire silence les yeux et le cœur bien loin de cette foret où ils avaient élus domicile pour la nuit. Au bout d'un long moment, elle poussa un profond soupir. Oui c'était bon de se sentir libre, bon de se sentir en vie pour une fois. Laisser partir le vieux sans elle avait été difficile, il est de ces gens qui vous manquent alors même que parfois leur présence vous insupporte au quotidien. Machinalement, sa main se porta à son menton pour se débarrasser du liquide restant, alors que les images du vieux et de la gamine lui sautaient au visage.

Ouai, ils auraient été drôlement contents ces deux là avec une prise comme celle là, elle les imaginait déjà à s'engueuler pour savoir qui aurait la primeur de gouter en premier au tonnelet. Y'aurait eu prise de bec à coup sur et surement de longues minutes de tergiversations avant de décider que le vieux au final, vu son grand age, aurait droit à la première gorgée. Pour sur que la gamine aurait exigé qu'on sorte un godet pour être sure qu'elle serait pas lésée sur la quantité... Humm... Oui, vraiment ces deux là, elle l'admettrait jamais mais ils lui manquaient même si elle goutait au plaisir d'avoir retrouvé le borgne qu'elle croyait six pieds sous terre depuis bien longtemps.

Au final la Savoie ne lui avait pas laissé que de mauvais souvenirs, elle y avait retrouvé le Farhen et appris à vivre l'instant.Que pouvait bien demander de plus une rousse perdue à la croisée des chemins...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fahrenheit
Malfrat
Malfrat
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 29/01/2011

MessageSujet: Re: [RP] Un voyage qui commence bien   Dim 06 Mar 2011, 01:39

Après l'euphorie d'un début de voyage tambour battant, la suite s'avéra beaucoup plus calme. Les jours se suivaient et se ressemblaient, marcher, manger, dormir, boire, les autres activités étaient pour le moment rangées au placard, mais il fallait savoir parfois faire profil bas et ne pas se faire remarquer, alors les activités illégales étaient mises au ban...pour le moment. Peut-être par ennui ou par simple lassitude, Aurus abandonna Fauve et Fahrenheit lors d'une étape dans un village. Fahrenheit avait simplement haussé les épaules et souhaité bonne continuation à leur éphémère compagnon de route. De toute façon le rendez-vous était pris, ils allaient très vite se revoir. Et les revoilà comme au bon vieux temps, la rousse et le borgne, tiens, ça aurait plu à Esope ce genre d'histoire.

Citation :
La rousse aux mauvaises manières
Avait choisi comme compagnon de galère
Un vieux borgne parfois un peu trop fier
Ils firent route un long moment
Entre eux pas de sentiments
Ils se prétendaient dangereux brigands
Un pauvre homme à la charrette garnie
Qui avait abusé de la bière d'abbaye
Se retrouva bien vite démuni
Lorsqu'il croisa leur chemin
Il jura haut contre le destin
Et repartit le feu à l'arrière-train

Il avait griffonné ce petit texte dans un carnet qu'il tenait à jour régulièrement et où il notait tout ce qui lui passait par la tête. Il avait eu cette idée depuis qu'il avait rencontré une jeune femme qui faisait la même chose. Il avait trouvé l'idée intéressante et avait décidé d'en faire autant, même si il cachait bien soigneusement à ses compagnons cette pratique, il faut l'avouer, bien peu virile et en adéquation avec les pratiques des malfrats de tous genres. Il rangea son carnet dans une poche intérieure de son mantel et apostropha Servane qui marchait un peu en avant.

- Je crois que je vais te laisser finir la route toute seule jusqu'à ce duché où tu as tes affaires. Je n'en peux plus je vais t'attendre ici, dans ce petit village.

Il indiqua du doigt un village situé en contrebas, où ils allaient bientôt arriver, et d'où l'on pouvait remarquer la fumée s'échapper de quelques cheminées.

- On se retrouve ici dans deux jours. Si tu n'es pas revenue je pars seul...

Il attendit quelques secondes la réaction de son amie avec un sourire aux lèvres puis enchaîna.

-Sauf si la bière est bonne évidemment je pourrais peut-être tenir une journée supplémentaire. Il nous reste une semaine environ pour aller jusqu'au point de rendez-vous ensuite, je ne te cache pas que j'ai hâte d'y être, plein les bottes de marcher sans arrêt !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fauve
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 561
Date d'inscription : 23/03/2009

MessageSujet: Re: [RP] Un voyage qui commence bien   Mar 08 Mar 2011, 21:16

La lune étaient encore haute dans le ciel et éclairait suffisamment le chemin pour que la rousse continue malgré la nuit. Le pas était bien moins assuré qu'au début de leur voyage, des semaines qu'ils marchaient sans escale, se reposant à peine quelques heures avant de reprendre la route. La démarche de moins en moins assurée, la fauve écarta de justesse une branche avant qu'elle ne lui griffe le visage tandis que son pied dérapait sur une pierre rendue glissante par le gel. Pestant entre ses dents, elle se rattrapa de justesse en posant la main au sol tandis qu'une grimace de douleur tordait son visage.

Elle n'était plus que douleur et courbature depuis quelques jours, les muscles de sa cuisse, contractés par les efforts qu'elle leur demandait, refusaient de plus en plus souvent de porter le poids pourtant fluet de son corps. Respirant par à coup pour tenter de maitriser la douleur qui lui vrillait la jambe, elle resta un moment là, genou à terre, main posée au sol, attendant patiemment que son corps reprenne le dessus et obéisse à son esprit. Elle en avait les larmes au yeux la rousse de se sentir ainsi diminuée, la Bourgogne ne lui avait décidément pas fait de cadeau, elle avait compris depuis des mois qu'elle devrait vivre avec cette douleur permanente et tenter de l'apprivoiser mais ce soir, seule au milieu de la nuit, elle se sentait plus accablée que d'habitude.

D'une geste las, elle baissa légèrement la tête, laissant ses cheveux effleurer le sol gelé et capitula. La fauve était vaincue, elle ne ferait pas un mètre de plus cette nuit. Scrutant les alentours du regard, elle fronça les yeux pour distinguer un peu mieux les abords du chemins. Elle ne pouvait pas rester là, en plein milieu du sentier, elle serait une proie bien trop facile pour ses congénères, se reposer oui mais pas avant de trouver un abris acceptable.

Avisant des fougères au milieu d'un bosquet, elle rattrapa la lanière de cuir de sa besace qu'elle avait laissé tombée à quelques centimètres de sa main. et concentra ses dernières forces à se relever maitrisant à grand peine les tremblements de sa jambe. Sans se préoccuper de la sacoche au contenu pourtant précieux, elle se dirigea vers les herbes hautes en trainant le cuir à même le sol derrière elle. Le cliquetis de la bouche frottant les pierres abruptes du chemin résonnaient étrangement à ses oreilles, faire autant de bruit était imprudent, jamais elle n'aurait laissé un de ses compagnons en faire autant sans crier au scandale. Ce soir pourtant, les choses étaient différentes, elle était seule et dans son état de fatigue, même la plus élémentaire des prudences lui paraissait au dessus de ses forces. Qu'ils viennent, qu'ils l'emportent son maudit butin, plus rien n'avait d'importance sinon de reposer cette maudite jambe qui était en train de bousiller sa vie!

Elle avança au centre du parterre de fougères et s'allongea en plein milieu, tassant de son dos les hautes tiges pour en faire un abris acceptable. Un frisson lui parcourut l'échine quand elle sentit l'humidité du feuillage chatouiller le coton grossier de sa chemise mais refusant d'y prendre garde, elle continua lentement d'y faire son nid.

Quelques minutes plus tard, allongée sur le dos, mains derrière la nuque, la fauve après avoir avalé quelques goutes de la précieuse potion qui ne la quittait plus depuis la Bourgogne, regardait le peu de ciel étoilé que lui permettait la cime des arbres. Son esprit, comme à chaque fois dans ces moments de solitude , vagabondait allègrement.

Demain elle retrouverait Fahren et Aurus, il leur faudrait pas tarder à reprendre la route, son détour ne les avait que déjà trop retardé. Souriante elle repensa à ses deux acolytes, pour des mâles fringants, ils avaient pas bien tenus la route au final! Ils l'avaient tous lâchés dans la dernière ligne droite les bougres! C'en était presque vexant même si elle comprenait que le train d'enfer qu'elle leur imposait avait de quoi épuiser le plus fougueux des soldats. M'enfin, faudrait quand même qu'ils s'aguerrissent un peu les beaux brigands s'ils voulaient arriver à gagner plus que leur misérable pain quotidien!

Soupirant, elle enroula plus fermement sa cape autour de ses épaules et la cala de son poing contre sa poitrine en fermant les yeux. Elle avait besoin de sommeil si elle voulait arriver à temps au point de rendez vous, quelques heures à peine avant que le soleil ne se lève, quelques heures à peine avant de repartir vers ses hommes...

Le sommeil ne tarda pas à la prendre, il fut peuplé d'images de combats, de borgnes au multiples visages, de fumées acres , d'une charrette aux relents de morts, de reflets roux s'évaporant à l'onde d'un seau...

Huit heures plus tard, la démarche chancelante, elle frappait à la porte d'une chambre d'auberge, la Fauve était de retour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fahrenheit
Malfrat
Malfrat
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 29/01/2011

MessageSujet: Re: [RP] Un voyage qui commence bien   Mer 09 Mar 2011, 17:00

Elle monta les escaliers menant aux chambres, renseignée par le tavernier qui lui avait répondu en ces termes.

- Ah le borgne ! Pas bien souriant le bougre, il est à l'étage, la chambre du fond du couloir à droite. Vous le connaissez ce gars là ?

Elle n'avait pas répondu et avait continué son chemin. En ouvrant la porte, elle le vit là, seul, allongé sur son lit, les bras derrière la tête. Il fixait le plafond comme si celui-ci allait lui révéler l'origine du monde. Sur le chevet, un morceau de pain à demi entamé et quelques miettes, ainsi qu'on pichet de vin de Champagne vidé jusqu'à la dernière goutte. Il y avait fort à parier qu'il n'avait pas mis les pieds en dehors de cette chambre depuis quelques jours désormais. Il ne tourna même pas la tête vers la Fauve, alors qu'il ne l'avait pas vu depuis plusieurs jours. Il était là physiquement mais son esprit était ailleurs, il marmonnait des phrases peu intelligibles, il se parlait en réalité à lui-même. Doucement, ayant enfin admis que la porte s'était ouverte, il tourna la tête vers la rousse, puis la fixa quelques temps avant de lui parler d'une voix très douce, que peu avaient eu l'occasion d'entendre en provenance de sa bouche.

- Ah...te revoilà, déjà.

Il retourna à ses pensées quelques instants avant de se rendre compte qu'un tel accueil manquait de politesse.

- Ton voyage s'est bien passé ?

Il jeta alors rapidement un oeil sur son chevet, son vieux carnet qui l'accompagnait désormais partout était resté là, ouvert. Il réagit avec une vitesse qui contrasta fortement avec son comportement jusqu'alors, précipitant sa main droite sur le carnet, le refermant tout aussi promptement et le glissant dans le tiroir, lui aussi laissé ouvert, qu'il referma aussitôt. Puis comme si de rien était, il reprit la parole.

- Alors je t'écoute...cela a dû être...passionnant non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fauve
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 561
Date d'inscription : 23/03/2009

MessageSujet: Re: [RP] Un voyage qui commence bien   Jeu 10 Mar 2011, 20:49

Quel accueil chaleureux! La fauve grimaça pourtant à peine face à tant de chaleur humaine se contentant d'un grognement qui se voulait etre un salut.

Repoussant la porte du plat du talon de sa botte, elle s'avança dans la pièce, observant les restes d'un repas plutôt frugal ainsi que le cruchon en terre sur le chevet. Connaissant Fahren , devait plus y avoir grand chose là dedans! Humm connaissant Farhen... Oui mais au fond le connaissait-elle vraiment?! Elle connaissait l'autre, le jeune homme épris de justice et de liberté, l'homme aux cheveux couleur de blé qui riait presque à chaque fin de phrase...A l'époque il était doux, gentil , généreux et toujours prévenant... Aujourd'hui il était difficile de reconnaître ce visage là sous les traits du borgne qui se terrait dans son mutisme depuis leur départ. Bah c'est vrai que l'épreuve qu'ils avaient traversé avait pas été des plus agréable ; perdre un être cher, ça vous changeait un homme m'enfin quand elle lui avait proposé de faire route ensemble, elle avait pensé qu'il mettrait plus de gaité que ça dans leur routine.

Lassée par la route qu'elle venait de faire, la rousse s'approcha du seau posé sur une tablette de bois. Souriante, elle y plongea les doigts en secouant légèrement la tête, prenant plaisir à sentir l'eau couler de ses mains avant de la porter à son visage. L'eau glacée à son visage mit très vite fin à sa rêverie et c'est avec énergie qu'elle se décrassa.


Ton voyage s'est bien passé ?

Elle frotta encore un peu son cou noirci par la transpiration avant de répondre en s'essuyant le visage d'une vieille chemise qui trainait à terre.

Ouai ça va... J'ai vu personne. Par contre qu'est ce qu'il fait froid dans ce pays! C'est pas tant le froid, c'est l'humidité qui vous ruine les articulations, j'ai cru que j'y arriverais pas sans faire de halte tellement j'en pouvais plus!

Pendant qu'elle parlait, elle s'était rapprochée de la cheminée faisant mine de s'y réchauffer les mains mais gardant à l'œil le petit calepin que le borgne trainait depuis plusieurs jours avec eux. Pfutt s'il croyait qu'elle avait pas déjà remarqué son cinéma! Des jours qu'il écrivait sur cette chose, l'était pas vraiment discret sur ce coup là! Qu'est ce qu'il pouvait bien écrire d'abord...? Elle voyait mal le borgne se mettre à faire des vers ou se lancer dans de la poésie... Humm faudrait qu'elle trouve un moyen de jeter un coup d'œil à ce calepin quand même un de ces quatre matins, juste manière de voir si y'avait rien de compromettant sur eux bien sur! La curiosité, c'était pas son genre mais y'avait des choses qu'il valait mieux pas écrire, on savait jamais dans quelles mains les mots pouvaient tomber... C'était juste une question de sécurité quoi...

Enfin pour le moment, elle avait mal aux jambes la Fauve et un peu mal aux tripes aussi mais ça elle l'aurait jamais avoué alors, elle se contenta d'avancer près du lit.


Hey Fahren pousse toi un peu et fais de la place à ma vieille carcasse! J'suis crevée, besoin de m'étendre un peu!

Sans hésiter elle s'assit sur la paillasse, le poussa rudement de son postérieur et s'allongea comme elle le put dans le petit espace qu'il avait bien voulu lui laisser. Soupirant d'aise en sentant tous ses os craquer, elle gémit en étirant ses bras au dessus de sa tète.

Oh putain que ça fait du bien une paillasse! J'en rêvais!

Se tournant alors vers lui, elle se mit sur le coté en chien de fusil, ses bras entourant son propre buste pour ne pas trop le toucher. Elle regarda un long moment sa cicatrice avant de se concentrer sur le gris de son autre oeil et de lancer la question qui lui brulait les lèvres depuis qu'ils s'étaient retrouvés.

Dis, on s'en fout de mon voyage, y a pas plus ennuyeux que de rendre un mandat et tu le sais bien sinon tu m'aurais accompagné! Non... si tu me disais un peu c'que t'as fabriqué toi depuis tout c'temps... Et j'te parle pas de ces quatre jours hein... j'parle de toutes ces années où on t'a tous cru en train de bouffer les pissenlits par la racine!

Le sourire mutin et la voix douce, la rousse avait lancé l'invitation sur le ton de la confidence, elle espérait que le borgne répondrait et lui ferait assez confiance pour partager enfin ses secrets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fahrenheit
Malfrat
Malfrat
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 29/01/2011

MessageSujet: Re: [RP] Un voyage qui commence bien   Mer 16 Mar 2011, 13:28

Les réactions de la Fauve étaient scrupuleusement observées, disséquées par Fahrenheit qui sentait chez elle quelque chose d'étrange. Elle meublait la conversation pour répondre à sa question sans grand intérêt, mais semblait tourner autour du pot, comme si une question importante se cachait derrière tout ce blabla. Il la connaissait depuis fort longtemps, elle ne pouvait plus lui cacher grand chose de manière efficace, il se dit d'ailleurs que l'inverse devait être tout aussi vrai. Il l'avait même noté dans son carnet. Puis, enfin, elle cracha le morceau, avec toute la délicatesse qui l'habitait.

Dis, on s'en fout de mon voyage, y a pas plus ennuyeux que de rendre un mandat et tu le sais bien sinon tu m'aurais accompagné! Non... si tu me disais un peu c'que t'as fabriqué toi depuis tout c'temps... Et j'te parle pas de ces quatre jours hein... j'parle de toutes ces années où on t'a tous cru en train de bouffer les pissenlits par la racine!

Le décor était planté. Il hésita un instant à éluder la question, à repartir sur un autre sujet sur le ton de la plaisanterie, pour détendre l'atmosphère et surtout ne pas avoir à parler de ça. Mais cela faisait tellement longtemps qu'il avait gardé cette histoire pour lui. Alors il essaierai de lui expliquer, avec ses mots, de toute façon elle savait bien qu'il n'était pas très doué avec tout ça.

- Tu sais...j'étais mort malgré ce que tu peux dire. Mon corps était encore en vie peut-être...mais la tête n'y était plus...

Il avala sa salive à la façon d'un accusé à qui l'on vient d'annoncer la peine de mort.

- Je vais commencer par le début...je crois que tout sera plus clair...

Il s'arrêta un instant, chercha ses mots, c'était la première fois qu'il allait énoncer à haute voix toute cette histoire, il se l'était répété tant de fois dans sa tête mais il n'avait jamais osé franchir le pas pour en parler à quelqu'un d'autre. Elle l'écouterait, le comprendrait. En tout cas, il s'en persuada.

- Tu dois te souvenir de cette histoire, de cette attaque de Pontarlier qui a mal tourné. J'ai été gravement blessé, mais là je ne t'apprends rien, mon oeil en témoigne chaque jour. J'ai fui vers Grandson, dans un état pitoyable, je pouvais à peine marcher, je ne savais pas où aller. Alors j'ai choisi l'isolement, je me suis réfugié dans une forêt avoisinante, habitant une petite cabane abandonné. Personne ne passait là, j'étais seul et c'est ce que je cherchais.

Il levait les yeux au ciel, comme pour faire défiler l'histoire dans son esprit, tout en parlant toujours de sa voix douce et cahoteuse.

-Mes blessures ne guérissaient pas, ou mal...j'ai souffert plus que de raison, je commençais à devenir fou. Fou et seul...
Je vivais de braconnage, de cueillette...non, ne dis rien, je sais c'est pitoyable.


Ça y est, il commençait à regretter d'avoir commencé à parler. Il se concentra et reprit malgré tout son récit, malgré l'émotion qui l'assaillait.

- Je descendais de temps en temps sur le village pour aller en taverne et pour boire, je ne parlais jamais à personne, mon but n'était pas là, je voulais juste boire, boire pour oublier la douleur et la solitude. Un soir, alors que je me traînais lamentablement par terre après avoir trop abusé, je vis des pieds juste sous mon nez. Quelqu'un s'était arrêté devant moi et me regardait. Je levais donc la tête et vit le visage d'une jeune fille, que dis-je, d'une gamine, d'une dizaine d'années à peine qui me regardait avec un sourire...de ces sourires tristes qui prennent les tripes...

Fauve attendait certainement la suite. Mais un long silence s'en suivit, interminable. Il avait fermé les yeux, il ne voulait plus en dire plus pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fauve
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 561
Date d'inscription : 23/03/2009

MessageSujet: Re: [RP] Un voyage qui commence bien   Dim 03 Avr 2011, 22:33

La fauve était restée allongée près de lui sans oser bouger un orteil de peur de déranger les confidences de son compagnon. Depuis leur rencontre à Geneve quelques mois plus tôt, ils n'avaient jamais parlé aussi intimement et au fond la situation lui paraissait presque incongrue. La tête posée sur ses mains jointes, en chien de fusil, elle ne lâchait pas l'homme du regard, patiente à ses silences, attentive aux moindres grimaces de sa figure montrant les souffrances qu'il avait pu endurer.

Au fond, la rousse n'était pas particulièrement étonnée de ses révélations, elle se doutait depuis des mois de quelque chose de ce genre. Fahren avait dans les yeux depuis son retour quelque chose qui vous disait qu'il était passé proche des enfers...

Le récit l'emmena vers Pontarlier et les souvenirs affluèrent à sa mémoire comme si ils s'étaient passé la veille. Les combats qui avaient fait rage, sa blessure et le terrible moment où il lui avait demandé de fuir et de sauver sa peau sans penser à la sienne. Combien de fois depuis avait-elle cauchemardé en pensant à lui et à sa propre lâcheté? Des nuits sans sommeil où son regard revenait la hanter, il y en avait eu tellement depuis ce jour là... Et puis il y avait eu Shera, Shera qui lui avait craché à la figure en apprenant qu'elle l'avait laissé mourant, Shera qui ne lui avait jamais vraiment pardonné sa décision...

La suite du discours augmenta sa sensation de malaise, sa blessure l'avait rendu fou disait-il. Si elle avait été là, elle aurait pu le soulager, elle aurait pu tenter de soigner cette cicatrice, elle aurait pu aussi tenter de soulager son âme dévastée mais voilà, elle n'avait pas été là, elle avait préféré fuir, l'abandonnant à son triste sort au milieux des cadavres...


Je descendais de temps en temps sur le village pour aller en taverne et pour boire, je ne parlais jamais à personne, mon but n'était pas là, je voulais juste boire, boire pour oublier la douleur et la solitude. Un soir, alors que je me traînais lamentablement par terre après avoir trop abusé, je vis des pieds juste sous mon nez. Quelqu'un s'était arrêté devant moi et me regardait. Je levais donc la tête et vit le visage d'une jeune fille, que dis-je, d'une gamine, d'une dizaine d'années à peine qui me regardait avec un sourire...de ces sourires tristes qui prennent les tripes...

A ces mots la jeune femme fronça les sourcils, ne comprenant pas très bien ce qu'une fillette venait faire dans son histoire... Qui était-elle? Pourquoi semblait-elle avoir tant d 'importance dans sa vie? Elle attendait la suite mais le regard à nouveau perdu dans le vague, l'homme semblait être reparti dans sa rêverie et ne semblait pas vouloir en dire plus. Taraudée par la curiosité, elle ouvrit la bouche pour le prier de continuer mais se ravisa avant même d'avoir émis un son. Il avait droit d'avoir ses secrets, droit de prendre son temps, droit à ce qu'elle le laisse tranquille pourtant le voir renfermé ainsi lui pinçait étrangement le cœur. Compassion ou culpabilité...? La rousse ne chercha pas trop à analyser, elle savait qu'il était temps de faire ce qu'elle se refusait à faire depuis des semaines.

Se rapprochant doucement, elle avança lentement la main vers sa cicatrice, l'effleurant à peine du bout des doigts en ignorant le tressaillement de l'homme au contact de sa peau. Se rapprochant encore un peu plus, elle ôta sa main et posa sa tête sur l'épaule de Fahren sans toutefois oser le regarder. Le silence ne dura que quelques secondes qui lui parurent une éternité avant qu'elle n'ose enfin prononcer les mots qui lui brulaient la bouche depuis des semaines.

Je te demande pardon... Je sais que je suis en partie responsable de tout ça... J'aurais jamais du te laisser là bas à Pontarlier, j'aurais du tenter quelque chose au lieu de te laisser sur ce champ de bataille! Je...Je sais pas si ça peut excuser mon geste ou te soulager un peu mais sache que je me le suis toujours reprochée depuis, il ne s'est pas passé une nuit sans que je ne repense à ce moment là et ma trahison. Ça n'excuse rien bien sur mais... mais je voulais que tu le saches...Et je... je comprendrais que tu m'en veuilles toujours pour ça, moi même je ne me le suis jamais pardonnée...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Un voyage qui commence bien   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Un voyage qui commence bien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voyage au Vietnam 2014: Dien Bien Phu
» Quelle PSP choisir... pour Monster Hunter bien sûr!!
» Les BD qu'elles sont bien
» Les Bien-Nés et les Shen'dralar
» Bien Suprême, Aun'shi ou Farsight ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Grotte des Joyeux Brigands :: La Grotte des Joyeux Brigands :: [RP] Dans les profondeurs de la grotte… :: Journal Intime-
Sauter vers: