AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Editions 3, Gazette n° 3 !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Satyne
Scribe officiel
Scribe officiel
avatar

Nombre de messages : 4748
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Editions 3, Gazette n° 3 !   Jeu 17 Fév 2011, 11:40

Combien de temps avait-elle passé à calligraphier le tout ? 100 heures ? Piouf ! Peut-être le double ? Tout ce qu'elle savait c'est qu'à ce jour sa main droite était toujours tordue par les spasmes.

Vache qu'est-ce qu'elle ferait pas pour la Gazette !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Satyne
Scribe officiel
Scribe officiel
avatar

Nombre de messages : 4748
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: Editions 3, Gazette n° 3 !   Jeu 17 Fév 2011, 11:41




Les mots du mois :

Abéqueuse n. f. : Nourrice.
Abloquir v. a. : Acheter en bloc.
Abloquisseur, euse n. : Celui, celle qui achète en bloc.
Aboulage acré n. f. : Abondance.



Chers amis brigands,

Laissez moi vous présenter un produit qui vous deviendra vite indispensable : le Casque.

Vous êtes nombreux à penser que les casques ne sont pas faits pour vous, qu'ils sont réservés aux soldats disciplinés ou aux nobles qui font les fiers sur leurs chevaux. Ce sont des préjugés d'un autre âge qu'il importe de combattre. Et qui plus que le brigand est ennemi des préjugés et des idées reçues dont il est trop souvent la victime ?

Prenons un exemple tout bête : chacun sait que le brigand ne dort pas tous les jours en ville bien au chaud dans une auberge et qu'il passe le plus gros de son temps en plein air. Et bien si tout le monde a déjà entendu parler de ce couteau helvète si pratique qui évite de se coltiner une caisse à outils, bien peu sont ceux qui savent que pour le campeur le casque peut avoir mille et un usages.

- Vous établissez votre campement et avez besoin de puiser de l'eau ? Nul besoin d'avoir une outre, vous avez votre casque !
- Vous partez cueillir des herbes aromatiques, des champignons, des baies ou des fruits ? Nul besoin d'un panier, vous avez votre casque !
- Vous voulez faire cuire un ragoût de lièvre ou une soupe ? Nul besoin d'une marmite, vous avez votre casque !
- Vous voulez enterrer un butin (ou quelqu'un) ? Nul besoin d'une bêche, vous avez votre casque !
- Un bélier vous lance un défi ? Vous pouvez le relever grâce à votre casque !

Il serait fastidieux d'énumérer par le menu tous les avantages que le campeur retire de son casque, mais vous aurez compris qu'il satisfait de nombreux besoins pour un encombrement minimum. "Qui veut voyager loin ménage sa monture et porte un casque !"

Chers amis brigands, vous êtes maintenant convaincus que les casques sont fort utiles pour les scouts et autres campeurs mais vous pensez qu'ils n'apportent aucun plus à cette profession si particulière qui est la votre ? Laissez moi vous prouver que le casque est votre ami.

Déjà le casque recouvre une grande partie du visage. Qui d'entre vous en entendant un procureur demander : "Madame, reconnaissez vous votre agresseur ?" n'a jamais entendu répondre "Oui c'est bien lui, jamais je n'oublierai son visage chafouin!". Désormais vous entendrez répondre: "Non, il portait un casque." ! Qui d'entre vous n'a jamais retrouvé sa figure sur une affiche offrant une forte récompense ? Désormais sur les affiches on ne verra plus que votre casque. Grâce au casque retrouvez votre anonymat !

Que ce soit pour tendre une embuscade ou échapper à des poursuivants mal intentionnés, un casque, associé à des vêtements de la bonne couleur, vous permet de vous fondre plus facilement dans votre environnement sans perdre un temps précieux à vous barbouiller le visage de terre ou de suie. Plusieurs coloris sont disponibles pour tous les milieux : urbains, forestiers, désertiques, neigeux, aquatiques, nocturnes... Grâce aux casques, égalez les caméléons !

Enfin un brigand casqué n'est jamais pris au dépourvu. Que vous ayez besoin en urgence d'un récipient lorsque vous vous appercevez trop tard que vous avez oublié votre sac à butin et que vous craignez de passer pour un con devant les voyageurs que vous détroussez, ou que vous ayez besoin de faire taire d'un coup de boule celui qui proteste qu'il est le prince trucmuche de machinchose et qu'il vous fera pendre, votre casque sera toujours là pour vous tirer d'affaire ou pour vous faire gagner un temps considérable.

Amis brigands, vous savez ce qu'il vous reste à faire : achetez un casque !





Allons amis, ce soir j'ai décidé de vous sortir de l'ignorance fétide dans laquelle vous vous trouvez. Un cours d'histoire s'impose quand on fait partie de la noble famille des détrousseurs de grand chemin. Revenons aux sources, c'est à dire à nos ancêtres : les homo brigandus de l'âge de pierre!

L'homo brigandus, comme son nom ne l'indique pas, vient de très lointaines contrées sauvages. Homme de montagnes, il vit en tribu dans de vastes cavernes où il passe son temps à forniquer avec les rares femmes de la tribu et à digérer le fruit de ses rapines. L'homo brigandus n'est pas très causant, ses borborygmes plus communément appelés grognements ( à opposer au jacassement des femelles) se limitent à des « gruimpffffff berrrhhh » traduisons là : « Dégage de là c'est ma place! » ou des « turdiaaabeurgggg » qui, en bon françois d'aujourd'hui hui signifie : « Donne moi cet' putain d'viande où je te troue la peau! » .
L'homo brigandus est donc notre ancêtre: il ne travaille pas, va de cavernes en cavernes et ne se nourrit que du fruit de la chasse de ceux qui croisent son chemin. En effet, l'homo brigandus étant déjà TRES fortement plus intelligent que la moyenne de ces concitoyens, il a déjà compris que mieux valait se recevoir quelques coups de massue sur la tête ou quelques silex mals taillés dans le dos, que de rencontrer les défenses d'un Mammouth ou les dents d'un féroce tigre à dents de sabre. L'homme ne rapine que pour se nourrir et n'a pas encore idée d'accroitre sa fortune. Toutefois, il ne crache pas devant une belle peau de bête, un bel os de dinaurose ( oui oui dinaurose ) à planter dans le nez ou un beau silex pré taillé ( je vous avais dit qu'il était plutôt feignasse!). Une table ( enfin un beau caillou central) toujours bien garni et une belle notoriété lui valent la reconnaissance de la gent féminine qui, ornée de ses plus beaux atours, se presse régulièrement autour de sa caverne pour jouir de la grande virilité de ce superbe phénomène.
Prenons exemple de la tribu des Serrallongator primus, tribu des plus primitive mais qui illustrera un peu mieux notre discours.
Le Serrallongator primus n'est pas très grand, 1m20 au garot en comptant la voute plantaire, il est pourtant massif et son ventre rebondi est couvert d'un abondant pelage couleur marron crasse. Notre spécimen est simplement vétu d'une peau de belette cendrée qui lui ceint la taille cachant par là son membre fort proéminent. Chef de clan, il ne chasse que très peu souvent et préfère laisser son immense progéniture fomenter complots et razzias sur le clan des bisounouritus ses voisins. L'homme passera donc son temps à ronger quelque tibias, à honorer ses nombreuses femelles et à compter le butin que ramènera sa nombreuse marmaille.
Sa progéniture s'agrandit ainsi au fil des temps jusqu'à envahir tout l'occident.




Aurélien de Penthièvre, Rehael et Lothilde sont aux portes du Paradis.
Dieu les interroge:
- Que croyez-vous ?
- Je crois que l'Eglise sera sauvée des hérétiques un jour ! Dit Rehael.
- Bien, dit le Tout Puissant, assieds-toi à Ma Droite, Rehael !
- Et toi, Lothilde, que crois-tu ? demande-t-il encore
- Moi, je crois tout ce que Vous voulez, du moment que Vous m'aidez à déglinguer l'Anjou !
- Viens, Lothilde, assieds-toi à Ma Gauche !
- Et toi, mon petit Aurélien, que crois-tu ?
- Excusez-moi, mais je crois que vous êtes assis à ma place.
Briseys.

Il y a quelques jours, on discutait tranquillement quand un de mes copains s'est exclamé :
- Hé ! Les gars, j'ai lu quelque part qu'il y avait des hormones femelles dans la bière !!!
Comme on aime bien les expériences, on a décidé de tous boire une dizaine de bières pour vérifier ses dires...
Au bout de dix bières :
- nous avions tous pris du poids,
- nous parlions beaucoup pour ne rien dire,
- nous ne pouvions plus conduire correctement,
- il nous était impossible de tenir un raisonnement simple,
- nous refusions obstinément de reconnaitre que nous avions tort même lorsque cela était évident et pour couronner le tout, on allait pisser toutes les cinq minutes.
Nous pensons qu'il est inutile de pousser les tests plus loin... Il y a bien des hormones femelles dans la bière.
Briseys.





Les Piques-sous recrutent truands, voleurs, pilleurs, tueurs et filles de joies qui n'ont pas froid aux yeux. Rendez-vous à Craon (Anjou) ou contactez Zoko sur la Grotte des Joyeux Brigands. Plus d'informations ICI

La Gazette du Joyeux Brigands recrute toujours de jeunes talents en tant que journalistes !
Rejoignez nous !

Si vous souhaitez passer une annonce, n'hésitez pas !
Contactez La Dévouée à la Grotte des Joyeux Brigands.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Editions 3, Gazette n° 3 !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Editions 3, Gazette n°4 !
» Editions 3, Gazette n°4 !
» La gazette
» [A verrouiller] Gazette LBP
» la gazette du début de saison 32

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Grotte des Joyeux Brigands :: La Grotte des Joyeux Brigands :: [RP] Dans les profondeurs de la grotte… :: La Taverne-
Sauter vers: