AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [RP] La Fauve en déroute...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fauve
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 561
Date d'inscription : 23/03/2009

MessageSujet: [RP] La Fauve en déroute...   Sam 30 Oct 2010, 01:42

Couchée sur des draps miteux en vieille chemise de laine, regard dans le vague, la Fauve sommeille en écoutant le bruit que fait le marteau sur l'enclume du forgeron du coin de la rue. Espérons qu'c'est sur le fer de son cheval qu'il travaille celui là! L'avait pas l'air pressé de le faire quand elle lui avait refilé son canasson le matin même, s'il était pas prêt à l'heure il pouvait toujours se l'attendre sa commission.

Fronçant le nez, en chassant une énième mouche de son visage, la rousse réfléchit aux derniers évènements. Finalement, il était pas de tout repos ce voyage meme s'il avait pas rapporté autant qu'elle l'aurait voulu. Bah elle avait bien de quoi se faire plaisir quelques temps mais fallait quand même qu'elle fasse attention, elle pouvait pas se permettre de grande folie encore.

Et puis sa dernière tentative de brigandage... une vraie catastrophe au final. Pourtant, elle s'était bien équipée: le type était un pro et il risquait pas d'y avoir de problèmes normalement. Pfuttt misère oui ! Il avait fallu que les gendarmes viennent le chercher sur le noeud où ils travaillaient. Bon sang, il aurait pas pu lui dire qu'il était en procès au lieu de l'emmener à une croisée aussi?! C'était bien un homme ça, pas fichu de prévenir des possibles risques encourus!

Pas très fière de cette soirée là, la rousse se retourne sur le ventre et pose sa joue parsemée de taches de rousseur sur le matelas avec un long soupir. S'amusant à battre l'air de ses longues jambes fuselées, elle trace une ligne invisible sur le matelas. Bah, qu'est ce qu'elle pouvait faire elle contre une troupe entière de miliciens...? Bien sur qu'elle avait bien fait de déguerpir! Et puis le magot, elle allait pas le laisser là quand même... fallait bien que quelqu'un lui récupère ses affaires même si c'était pas énorme!

Nouveau soupir et la Fauve se retourne bruyamment dans le lit en poussant un petit cri de mauvaise humeur. Bah oui elle était partie en le laissant là mais que pouvait-elle faire d'autre? Il était introuvable et on avait pas voulu la laisser entrer dans la prison. Elle allait quand même pas l'attendre pendant des semaines … et puis les autres avaient décidés de filer , c'était quand même pas sa faute ! Sur qu'il allait lui en vouloir le bougre... Elle le connaissait assez pour savoir qu'il laisserait pas passer ça... Bon sang il allait quand même pas mettre un contrat sur sa tête pour un si petit malentendu?! Et elle qui savait même pas comment le joindre:les messagers étaient restés sans réponses. Bah il comprendrait quand il verrait qu'elle lui avait gardé sa marchandise, oui il comprendrait... enfin elle l'espérait avant qu'il lui tranche la gorge dans son sommeil .

Un bruit dans le couloir et elle sursaute en prenant sa dague toujours cachée sous ses oreillers. Une porte qui grince et qui claque , puis plus rien. Ça c'était le Serra, il devait rentrer de l'auberge à cette heure... Mouai ou du bordel... bah de toute façon, c'était pas ses affaires, il pouvait bien aller où il voulait pour soulager son asticot, qu'est ce que ca pouvait bien lui faire à elle?! S'il croyait que ce tout petit interlude l'avait ébranlé... ben il se fichait le doigt dans l'œil. Elle en gardait à peine souvenir... enfin si elle s'en souvenait encore parce que c'était frais mais bientôt elle en garderait aucun souvenir, c'était certain.

Bah elle en avait connu d'autres des hommes, et des qui embrassaient bien. Tiens le Frehan par exemple, et ben lui c'était un homme! Ça pour sur qu'il savait toucher une femme et elle avait même failli se laisser prendre à son jeu ; enfin elle l'aurait surement fait s'il était pas parti en courant sans demander son reste un beau matin... mais le Serra lui... Pfut aucun intérêt à le mettre dans son lit. Oh en ami et compagnon il était parfait mais il était beaucoup trop imbu de lui même pour être un bon amant enfin de ce qu'elle imaginait être un bon amant hein... Elle avait à peine frémis... oui vraiment à peine... et même quand sa main s'était emparée de ses fesses rebondies... et quand sa bouche avait... Nonnnn!!! Stop !!

La rousse se lève d'un bond et vient se poster près de la petite console où se trouve un broc d'eau fraiche. Sans hésiter elle s'asperge le visage et la gorge en haletant sous l'eau glacée. Bon sang mais qu'est ce qu'il lui prenait de penser à tout ça maintenant?!

Bah ça devait être la petite discussion d'hier soir avec le maire... C'est sur qu'elle s'attendait pas à le trouver lui dans la ruelle, elle pensait parler au troubadour, mais certainement pas au maire, quand elle lui avait proposé de s'acoquiner avec la bande. Par bleu quelle stupeur quand l'autre s'était mis à lui répondre tout doucereux qu'il la voulait dans son lit pour jouer au médicastre en compagnie de sa femme ! Encore un qui fantasmait sur les rousses apparement et il en voulait deux pour le prix d'une ce soir là.
Elle avait vite pris la poudre d'escampette la belle ; ça, elle avait pas mis longtemps à rentrer à l'auberge même si elle avait joué la femme blasée sur le coup!

Laissant les gouttelettes dégouliner sur sa poitrine, elle retrouva son plumard et s'y affala dans une plainte avant d'enfoncer sa tête sous l'oreiller malodorant.

Encore une boulette qui, si elle arrivait aux oreilles du vieux, ne ferait pas ses affaires. Recruter le maire... Non mais elle faisait vraiment n'importe quoi en ce moment !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fauve
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 561
Date d'inscription : 23/03/2009

MessageSujet: Re: [RP] La Fauve en déroute...   Sam 30 Oct 2010, 22:08

Secouée par les nids de poule sur la route, la Fauve tranquillement installée dans la charrette que tire le Serra mâchonne distraitement un brin d'herbe. Héhé, voilà deux jours qu'elle se met exprès à l'arrière pour profiter de la charriote du vieux, S'en était pas encore rendu compte apparemment ou alors il faisait semblant de rien voir... Avec lui, on savait jamais sur quel pied danser de toute façon!

La rousse referme bien sa cape sur ses épaules en frissonnant, c'est qu'il commençait à faire bien frais ici. Le vent était vif et la pluie qui ne cessait que par vagues intermittences, laissaient tous leurs vêtements dans une désagréable humidité dont la rousse se serait bien passée. Elle commençait à avoir une mauvaise toux d'ailleurs, faudrait qu'elle se prépare une infusion de thym et de lavande ce soir avant que tout cela ne descende sur les bronches.

Ainsi ballotée, la gueuse faisait ainsi l'inventaire de ses pertes de la veille. Arf le démon du jeu! C'était son seul vice à la Fauve, elle baisait pas, chiquait jamais ou presque mais elle aimait jouer. L'excitation des tables de jeu ne l'avait jamais quittée malgré les années et les lourdes pertes subies parfois. Bah en général, elle se débrouillait pour les récupérer sur la croisée ses pertes mais là, y'avait pas eu moyen, il avait fallu partir trop vite.
Humm les autres s'étaient-ils rendus compte que ses sacoches avaient légèrement diminuées? Bah ça l'aurait étonnée.
L'épouvanteur lui, ce sale rustre qui ne cessait de l'appeler « vieille » depuis leur première rencontre, était obsédé par la route. Il voyageait toujours en tête,droit comme un I, cheveux aux vents, comme s'il devait annoncer la venue du Roi en personne!
Le Pics, lui, bah parlons en de celui là. Pas fichu de regarder les gens en face hein... Il lui avait jamais adressé la parole le type, trop occupé à murmurer à l'oreille de la gamine sans doute. Soit disant qu'il était pas bavard... Ça pour pas sur qu'il l'était pas sauf quand il était bourré le bougre. Là on l'entendait brailler à des kilomètres à la ronde. M'enfin au moins lui, il jacassait pas comme la morveuse.
Jamais au grand jamais, elle n'avait connu une pie comme elle. Elle s 'arrêtait jamais, nan jamais de parler! Enfin si, parfois elle bouffait, picolait et avec un peu de chance, si c'était fait dans le bon ordre, après elle s'endormait. Oh et puis, elle était pénible à boire les paroles du vieux en permanence ! La bave lui coulait des lèvres et les yeux lui sortaient de la tête quand il osait émettre un commentaire et puis fallait pas le contredire hein... C'est qu'elle vous aurait bouffé la gueuse, si vous aviez osé émettre un doute sur l'avis de SON Serra!

Refrénant un irrésistible fou rire pour pas se faire piquer sur la charriote, la rousse gloussa dans sa cape en se souvenant de la veille à l'auberge. La tronche qu'elle avait faite la Dévouée quand elle lui avait dit qu'elle l'avait surprise à s'caresser avec la plume du Serra ! Ha ça lui en avait bouché un coin pour une fois et elle avait pas moufté la pouliche! Nan mais fallait quand même être un peu dérangée pour faire des choses pareilles... L'était gentille la fille, et Fauve l'aimait bien au fond mais... Elle était vraiment bizarre !

Non, personne s'était rendu compte de rien et puis c'était pas leurs affaires d'abord ! Elle faisait ce qu'elle voulait d'son argent! Humm fallait quand même penser à en garder pour l'encapuchonné quand même ou elle finirait par avoir des problèmes avant la fin .

La chariotte commença à ralentir et la belle se souleva légèrement. Zut, un village! Fallait s'lever dare dare avant que le vieux se doute de quelque chose! Bah de toute façon, il la regardait à peine lui, ou alors, c'était pour la fusiller du regard ! C'était la misère pour avoir une réponse à ses questions et elle aimait pas ça la Fauve. Non elle aimait pas ça du tout ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fauve
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 561
Date d'inscription : 23/03/2009

MessageSujet: Re: [RP] La Fauve en déroute...   Mer 22 Déc 2010, 22:50

Juchée sur une monture tout fraichement volée pour l'occasion, la Fauve reprend la route à la nuit tombée. Elle a plus grand chose de la fière guerrière la Fauve, non il lui reste plus que la peau sur les os et s'il n'y avait la bête entre ses cuisses, elle ferait pas une lieue sans s'effondrer à coup sur.
Faut dire que le destin ne l'a pas épargnée ces dernières semaines : se faire bastonner au détour d'un chemin passait encore mais se faire faucher par une armée entière... La rousse ne savait toujours pas comment elle était rechapée vivante au final.
Oh ça avait pas été sans mal et s'il n'y avait eu les encouragements des compagnons, elle aurait pas bataillé si fort pour rester en vie à coup sur. Heureusement que la noireaude l'avait aidé, elle n'en croyait pas ses yeux quand elle l'avait vu passer la porte. Bon sang qu'elle avait changé celle ci!

Elle était fraiche comme une fleur et aussi pimpante qu'une duchesse malgré sa tenue de voyage, à en faire pâlir d'envie une rousse au corps complètement brisé... les retrouvailles avaient été chaleureuses bien que quelque peu distantes, chacune avait changé et leur vie bien que liées à jamais étaient devenue un obstacle à leur complicité. La noireaude avait pourtant tout fait pour que la rousse se remette sur pied, elle avait employé un médicastre compétent quoiqu' insupportable et malgré toutes ses craintes la rousse devait avouer qu'elle lui devait sa guérison.
Bien sur elle était vite repartie quand elle lui avait dit ce qu'elle savait sur l'attaque, la rousse savait que la zingara ne résisterait pas à l'appel de la vengeance. Elle avait filé en douce laissant juste un petit mot mais la rousse ne s'en formalisait pas, il n'avait jamais eu besoin de mots entre elles pour savoir a quoi pensait l'autre. Elle attendait juste l'heure de leur prochaine rencontre avec un peu plus d'impatience.

Grimaçant légèrement, la Fauve tendit un peu la main vers sa cuisse et massa le muscle tendu à travers le cuir de ses braies. La douleur était devenu son compagnon le plus fidèle depuis l'attaque et la Fauve en venait parfois à regretter le temps où elle n'avait plus aucune sensation dans les jambes, le temps où son corps ne lui répondait plus. Soupirant, elle reprit position et raffermit sa prise sur les rennes et comme un pied de nez au destin, serra les cuisses pour ordonner à son cheval d'accélérer l'allure.

Non, fini les lamentations et les jérémiades, il lui avait fallu des semaines pour réapprendre à marcher à peu près correctement, la douleur elle l'apprivoiserait, comme le reste!
Bon sang que la rémission lui avait parue longue, combien de tisanes, de remèdes infâmes, de cataplasmes et de séances de bandages sous l'œil de ce rebouteux bouffi d'orgueil avait-elle du endurer?! Certains jours, seule la haine qu'elle portait à ce bouffon lui permettait de terminer ses exercices. Elle imaginait le sang coulant lentement de sa gorge, le léger cri de surprise quand la lame taillerait la veine principale et la peur dans ses yeux globuleux au moment de passer dans l'autre monde... Arf cette simple image suffisait alors à lui redonner courage et lui avait permit de se mettre debout au bout de quelques semaines.

Le vent fit voler un instant les branches et profitant que la belle était perdue dans ses pensées, un joli tas de neige tomba sur la chevelure flamboyante de la cavalière. Pestant et vociférant contre son inattention, la Fauve s'empressa de s'ébrouer et frissonna presque aussitôt quand elle sentit les flocons passer par son col pour lécher son dos. La réaction ne se fit pas attendre, elle se cambra de toutes ses forces pour éviter la brulure du froid et laissa échapper un cri de douleur quand ses os se refusant à ce geste pourtant anodin, se rappelèrent à son bon souvenir.

Tachant de reprendre son souffle et à calmer la douleur qui lui traversait le corps, la Fauve se demanda pour la énième fois depuis son départ si elle ne se fourvoyait pas en tentant de rejoindre l'équipe.
Elle n'était pas prête, elle le savait et son corps le lui criait avec peu d'élégance depuis des jours. A vrai dire, un seul coup d'œil permettait à n'importe quel nigaud de voir qu'elle était loin d'être fraiche! Elle avait perdu tant de poids que ses vêtements flottaient autour d'elle avec peu d'élégance, des cernes noires ombraient ses yeux et sa démarche raide et légèrement bancale ne la rassurait guère sur ses qualités de combattante. En l'état actuel des choses, un gamin aurait pu lui faire mettre pied à terre! Et pourtant... Pourtant, elle n'y tenait plus. Rester seule dans cette ville fantôme avec pour seul compagnon ce médicastre belliqueux... C'était au dessus de ses forces ! Et puis la route au final , n'était-elle pas son seul chez soi...?
Remontant alors sa capuche, elle prit une dernière inspiration et se remit en route. Son chez soi l'appelait et peut importait son état, elle ferait la seule chose qu'elle savait faire et le plus vite serait le mieux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] La Fauve en déroute...   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] La Fauve en déroute...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP] La Fauve en déroute...
» [résolu] mise en route Mac
» [XL 2011] Construction zone et type de route
» Route du Rhum - 2010 'Virtual Regata'
» Video sur la Route du Rhum en virtuel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Grotte des Joyeux Brigands :: La Grotte des Joyeux Brigands :: [RP] Dans les profondeurs de la grotte… :: Journal Intime-
Sauter vers: