AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'histoire d'la Pègre Grotteuse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Briseys
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 21/10/2007

MessageSujet: L'histoire d'la Pègre Grotteuse.   Jeu 12 Aoû 2010, 07:43

La Caverne des Pègres, qu’Est-ce ?

Une pièce de la Grotte qui sert de  rassemblement entre Grotteux, les plus dynamiques , «la famille des Grotteux » désirant organiser des coups au nom de la Grotte.


Comment venir en la Caverne ?


Prenez l'aile droite de la Grotte, suivez là jusqu'au plus profond de cette aile et munissez vous bien évidemment d'une torche. Une fois arrivé au fond du cul de sac cherchez un petite passage, un tunnel sur votre droite, prenez le vous arriverez à la Caverne. La Caverne est une vaste cloche ou seul une percé vers l'extérieur ravitaille l'endroit d'air pur. Le sous terrain est bien éclairé par des torches et peu agencé en mobilier, seul une table et des sièges en bois (faut pas demander comment on l'a ramener celle là) jonchent le milieu de la pièce ainsi qu'une étagère vide et poussiéreuse.


L’Histoire de la Caverne des Pègres :

Au début la Caverne des Pègres c'était Kandler le Renard [Paix à son âme] et Briseys. Deux amis, frères de cœur, qui peu après la prise de Montpellier le 17 juillet 1456 se rencontrèrent en taverne de la Grotte des Joyeux Brigands. Briseys était un brigand qui connaissait plutôt bien son métier et qui se débrouillait même très bien, le Renard lui était un brigand débutant qui évoluait dans des coups foireux. Dès les débuts les brigands se plurent mutuellement, ils commencèrent à se fréquenter de plus en plus, Briseys apprenait à son nouvel ami le grandiose métier de brigand sur un aspect technique et morale. Une fois son apprentissage terminer le Renard voulut passer au chose sérieuse et enfin prendre son destin en main, il proposa l’attaque d’une mairie à Briseys. La famille Pègre de la Grotte naquit.

L’organisation de l’attaque de la mairie n’avait même pas commencer que ce bon Renard se voyait déjà en haut de l’affiche avec un maximum de château sous ça botte, il avait la folie des grandeurs et était un perfectionniste. Briseys faisait peu attention à ses folies, il accepta tout de même de prendre Saint Bertrand des Comminges en Armagnac avec lui. Briseys et le Renard se complétaient, le premier n’était guère sociable mais était un organisateur plutôt brillant, le second avait le don d’ensorcelé quiconque l’écoutait parler mais ne s’intéressait pas à la partie technique de l’aventure. A eux deux ils purent aisément recruter des marauds et prendre la ville le 16 septembre 1456. Comme dis, le recrutement fut simple pour le beau parleur, il put enrôler les premiers membres de cette glorieuse famille, le Tik, Maelisse la compagne du Renard, le Joker, le Farfadet, Alystrael et Angëlyss, tous des Grotteux.

Le butin de l’attaque n’était pas faramineux, la plupart des membres étaient même déçu, mais Kandler était la pour remonter le morale des troupes, « Ce n’est qu’un début, St Bertrand n’est que de l’argent de poche » qu’il nous disait. Et c’est suite à ces paroles que le projet d’attaqué un château vint, au début on parlait du grand château de Rennes, puis se fut celui de Limoge et finalement se sera le château de Tours. Briseys avait un gout amère quand on parlait de Royaliste, l’attaque de ce château fut une bénédiction pour lui, le deuxième de ca carrière. Le recrutement fut aussi rapide que pour la précédente attaque, de même pour l’organisation, l’attaque du château aboutit un 18 octobre 1456 et se fut avec plaisir qu’on put accueillir dans la famille des Pègres de la Grotte le grand Serrallonga et Satyne.

Le butin de Tours était en conséquent de nos espérances, nous avions assez d’écus pour couler de beau jour pour quelques bonnes années. Mais il en fallait plus pour les deux frères, ils voulaient plus gros, ils voulaient Reims. Les deux hommes prirent la décision de se reposer tout de même un peu, des confrères étaient en procès, d’autres morts, il fallait faire le deuil avant d’entreprendre de nouvelles aventures. Le nouveau danger qui s’ouvrit à cette belle famille ne fit peur à personne et l’attaque du château de Reims s’enchaina, pourquoi Reims ? Reims était une ville du Domaine Royale ainsi que la capitale de la Champagne, plus grosse région du Domaine Royale et en bonus, la cathédrale de Reims était le lieu ou le Roi actuel se fit baptiser. Il n’en fallut pas plus pour nous appâter surtout quand le mot d’ordre chez la Pègre est « provocation », provoquons le Roi. Le projet était fou, le recrutement fut dès plus enfantin, qui ne rêvait il pas de voir le château de Reims tombé ? Mais l’organisation de l’attaque fut plus longue et bien plus minutieuse, le risque était de mise, et c’est sans doute ce qui nous fournissait cette adrénaline, et cette envie de réussir, de vaincre. Le 8 novembre 1456 le château de Reims tomba, quelle joie, quelle bonheur ! Briseys venait de faire tomber trois châteaux en à peine l’espace de cinq mois ! Le Renard pouvait se vanter de son incroyable réussite ! Les deux frères jubilaient, ils étaient sur toutes les bouches dans toutes les conversations, à la une des journaux et étaient maintenant des brigands respectables. Le butin fut bien plus honorable que celui de Tours, la cathédrale de Reims avait brulé, le message au Roi était passé. Les deux frères avaient enfin une fortune considérable ainsi qu’une gloire qui jamais ne se perdra, ils étaient sur d’être sur les livres d’histoires ! Un peu prétentieux tout de même, mais ils avaient cette esprit là.

Malheureusement avec cette gloire vint les ennuis, beaucoup des brigands, gitans et mercenaires participants aux attaquent ont été pendu, les procès et les geôles étaient pour nous, plus personne ne pouvait circuler librement en France. C’est pourquoi et heureusement la plupart des Pègres réussirent à s’enfuir en Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae. Accompagner du Briseys et du Renard il y avait leurs deux compagnes respectives ainsi qu’un Joker, une personne bien étrange mais avec qui une grande amitié pu naitre entre les brigands, ils étaient maintenant à trois dans leur coup ! Le petit groupe profita tranquillement de ses butins de guerre, bien caché, pendant que des pairs se faisaient étripés et d’autres ayant assez de cette vie beaucoup trop mouvementé partirent avec leur butin vivre une vie plus calme au soleil. Se fut un coup dur pour cette belle famille, si soudé et nombreuse auparavant. Se ne fut pas la fin pour autant.

Après un bon repos oisif le trio décida de défier la couronne Germanique, de cette décision naquit une organisation « La Confrérie des Couronnés » qui ne fit qu’une attaque, celle de Munchen. Le recrutement fut long et lent, personne ne voulait vraiment s’aventurer en territoire inconnu,
l’organisation très compliqué aussi, « la Germanie était une belle inconnues n’attendant que le dépucelage. » Au terme de plusieurs débats tumultueux, tout était fin prêt, la caravane de brigand traversa le froid de la grande Forêt Noire pour finalement attaqué le 14 février 1457 le château de Munchen. Le magot n’était pas au rendez vous mais la plus grande aventure humaine brigande était bien là. Après l’attaque les brigands se firent encerclés par des armés Germaines, ils leurs étaient impossible de fuir,  Ils étaient en territoire ennemis, en pleine hiver, sans logement, sans interprète Allemand, de cette situation est né une incroyable entraide et solidarité entre brigand. Le Renard c’était alors fait chopper par les autorités Germaniques, Briseys quand à lui avec quelques amis entreprit quelques négociations (C’est pendant ces négociations là que Briseys tint en respect avec son épée le Roi Germain) avec le Roi Germain Sirron qui avait fait le déplacement en personne, heureusement que le bougre avait des notions de Français ! Le Roi voulait récupéré le peu d’or voler, les pilleurs eux voulaient rentré en vie avec le Renard, et c’est après quelques jours de pourparlers qu’un accord se fit. Huit brigands devaient affronter sept gardes du roi plus le roi lui-même, l’occasion de tuer un roi était trop belle. L’armé était montée quand trois personnes lâchèrent pour « éviter une mort certaine », à ce moment là le groupe était très faible et peu d’entre eux pouvaient encore tenir une épée, ils étaient donc en sous effectif, affaibli contre un Roi et ses hommes en pleine forme, c’était donc du suicide. Le duel fut annulé et Briseys tenta de reprendre les négociations, le Roi n’en voulait plus, les brigands furent coincé comme des rats. A ce moment Briseys eu le droit à une mutinerie de la part des trois/quart des participants à l’attaque, ils ne supportaient plus ces conditions de vie et l’inactivité du chef, ils tentèrent donc leur chance. (Et ce n’est que plus tard, une fois sortit de ce pétrin qu’on apprit qu’ils avaient été choppé par une armée.) Seul était resté fidèles les Pègres, Briseys prit alors la décision de faire racketter les passants de Munchen tout en restant discret et imprenable par ses acolytes. Une semaine plus tard, le plan porta ses fruits et le Roi excéder d’attendre la reddition et de voir les malfrats continuer à se renflouer les poches, il les laissa sortir sain et sauf de son pays. Briseys était cependant abattu, il avait sauvé ses camarades mais avait laisser le plus cher sur place, son bon Renard était toujours en prison à Munchen. Et c’est quelques mois plus tard, après y avoir envoyé des espions que le Bris’ apprit la mort de son frère.

La tristesse de Briseys mit fin aux affaires de la Caverne des Pègres. Il n’avait plus le cœur d’organiser quoi que se soit. Après le tragique évènement de Munchen la petite famille fut dissous, chacun partit de son côté. Briseys resta rôdé par ci et par là sans vraiment concrétiser quoi que se soit, le Joker quand à lui partit faire des affaires en Espagne.

L’histoire de la Pègre reprit sans grand intérêt un jour de mars 1458, Briseys rappela les Pègres pour un coup en Angletterre, un coup qui ne verra pas sa fin. L’organisation était là, mais le recrutement était bien trop difficile pour le brigand.

A suivre donc…


Le palmarès de la Pègre :

- 16 septembre 1456 : Saint Bertrand des Comminges = 500 écus (marchandise confondue) chacun.
- 18 octobre 1456 : Château de Tours = 15 000 écus (marchandise confondue) chacun.
- 8 novembre 1456 : Château de Reims = 25 000 écus (marchandise confondue) chacun.
- 14 février 1457 : Château de Munchen = 5000 écus (marchandise confondue) chacun.

NB : La somme en écus ne prend pas en compte les amendes reçut lors des procès.


Qui sont les Pègres ?

Ils sont essentiellement des brigands de la Grotte, les plus actifs d’entres eux, les plus surs aussi et pour la plupart ils sont des brigands indépendants de toute organisation criminelle, oui c’est des brigands purs et durs ! Ils rackettent et pillent au nom de la Grotte, rien que pour sa splendeur ! La famille de la Pègre Grotteuse est actuellement constitué de :

- Briseys,
- Fauve,
- Garoth,
- Satyne,
- Le Faucheur,
- Le Joker,
- Mari…,
- Scarificare,
- Serrallonga,
- Zoko.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Briseys
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 21/10/2007

MessageSujet: Re: L'histoire d'la Pègre Grotteuse.   Ven 20 Aoû 2010, 00:03

L'hymne au brigand de la Pègre :



- "Allons amis brigands
Nous sommes hors-la-loi
Et nous courons sans foi
Détrousser les manants

Aux nobles et aux valets
Les bourses nous volons
Au diable l'écusson
Qu'ils portent à leurs livrées

Buvons, buvons, en brigands assoiffés
Chantons, chantons,et volons en gaité
Courons, courons, v'la la maréchaussée

Au détour d'un fourré
Rusé comme L'Renard
Caché sous son foulard
A l'embuscade vous tombez

Et partageons en frères
L'amitié et les femmes
Nous, les crapules infâmes
Sans honte et sans frontières

Buvons, buvons, en brigands assoiffés
Chantons, chantons,et volons en gaité
Courons, courons, v'la la maréchaussée

La fierté chantante
A nos dames de cœurs
Leurs apportant sur l'heure
Des écus trébuchants

Revendiquons le fait
D'aimer la liberté
Pillards invétérés
Refusant pauvreté

Buvons, buvons, en brigands assoiffés
Chantons, chantons,et volons en gaité
Courons, courons, v'la la maréchaussée

Allons piquer des thunes
A ces affreux noblards
Dont nous sommes avares
Détournons les fortunes

Que ces écus bien gagnés
Nous claquons en taverne
Et que seul se prosterne
Un tonneau bien vidé

Buvons, buvons, en brigands assoiffés
Chantons, chantons,et volons en gaité
Courons, courons, v'la la maréchaussée"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'histoire d'la Pègre Grotteuse.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» L'histoire de Dietrich de la famille Hohenloe
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» Liqueur panda de brume; histoire, description et questions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Grotte des Joyeux Brigands :: La Grotte des Joyeux Brigands :: [RP] Dans les profondeurs de la grotte… :: Fi ! Gare aux brigands !-
Sauter vers: