AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [RP] Le journal de Mainiot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: [RP] Le journal de Mainiot   Jeu 24 Sep 2009, 15:24

Un journal? pourquoi pas. Voila qui me servirait de chronologie à une mémoire défaillante.

Compilation de notes pour la postérité, de l'infortune et de la fortune d'un apprenti brigand téméraire mais pas très courageux...


Tout commença ce jour ou un riche et vieux laboureur s'inquiétant de savoir à lequel de ses fils il confierait sa propriété, décida d'aller faire un tour avec chacun d'eux dans les champs pour voir a quoi ils étaient destinés.

Le premier bien charpenté jugea de la bonne tenue d'un champs et le père reconnut en lui un bon paysan. Il lui confia la propriété.
Le second, bon coureur, leva d'une garenne un lièvre. Le père ébahi d'avoir un lévrier comme fils se dit que celui là fera un bon garde-forestier.
Le troisième tout maigrichon, s'extasiant devant un épais buisson rendit le vieux fermier plein de circonspections...

-"Un buisson est un buisson, mon fils. Que voudrais tu en faire?."

Je répondis :
"-Si je me cachais derrière avec une massue je pourrais bondir et crier au passant :"vite ta bourse". Il serait tellement effrayé qu'il n'aurait même pas l'idée de se défendre." *

Brimant mes talents innés, voici donc pourquoi je commençais mon adolescence sous l'hospice de quelques moines compatissants ...aux inquiétudes de mon père. Mais mon destin n'étant point de devenir moine novice, et certain de posséder un talent qui me permettrait de m'enrichir vite, malgré ma faible corpulence, je décidai de prendre congé après deux années. Je claquai dans un grand retentissement la porte du monastère, ou du moins l'aurais-je fais, si je ne m'étais point enfuis par une fenêtre. Et emportant avec moi quelques pièces d'argenterie, je recyclai ce modeste tribut en quelques 50 écus.

J'errai alors, et d'aventures en aventures ...[ on notera que cette partie reste assez obscure et lacunaire, mais on trouvera dans un registre paroissial que le vagabond s'installa dans un village ou il s'échinera paisiblement sur un petit lopin de terre ou dans les mines du duché] ...me voici sur la route pour assouvir mes mauvais penchants, et je sifflotais sur le chemin d'une fière gaité lorsque soudain, arrivé à la frontière, un cri dans la nuit me fit sursauter:

-Vite ta bourse !
-Pardon ?
dis je surpris

Après ce singulier baptême, j'arrivai le lendemain dans la première ville du duché voisin, sans sous, sans vivres et quelques hématomes [ On n'en est pas sûr pour ce dernier point, du moins ses souvenirs sont un peu flou, du moins préféra t'il ne point se défendre, si son agresseur l'eût tabassé, si ? non ? Je ne sais pas] et pour finir une injonction de faire demi-tour. Et bravant avec courage l'insensible prévôt des maréchaux , je finis par la supplier à genoux de ne point me faire repasser par ce lieu ou ce vil brigand devait peut être encore se trouver...Qu'à cela ne tienne, du courage je me jure d'en avoir demain.

C' est plus tard , remis sur pieds, que me voilà à mon tour embusqué. Et sur le chemin enfin arrive ma première victime. Je l'aperçus portant mantel et bouclier, signes de bonne fortune. Je surgis du fourré, sûr de mon coup et tel un diable bondissant pour l'effaroucher , je lui crie :
- Vite ton manteau !
Mais l'homme contrairement a mes calculs n'y fut point disposé et une bagarre s'ensuivit ou j'essayai de m'extirper. Par chance, ou maladresse, celui-ci d'un coup de coude eut le souffle coupé et j'en profitai pour lui échapper. Non sans lui arracher sa besace. Mais un sac vide récompensa mon audace. Et quel type de coquin ou drôle de mendiant était il pour voyager ainsi sans vivres et sans argents. Avait-il déjà été surpris par un concurrent?
Je grommelai...

Chemins déserts continuèrent de renforcer ma malchance, mais inespéré soudain, arrive l'infortuné, qui sans violence mais dans un langage grossier, j'arrive néanmoins à faire plier.
6 écus seulement ! cela valait bien la peine de se faire insulter aussi promptement ! Et alors que je restais tapi dans l'ombre des fourrés, avec véhémence l'inconsolable colérique semblait m'y chercher.
J'avais peur...


Je repris la route dépité, et me trouvant dans un lieu bien achalandé arrive, soudain imprudente, une dame bien élégante. Maudis soi je de l'avoir importunée, mais la Dame se trouva posséder, 127 écus, 2 miches de pains et une dague, sous sa manche, dissimulée.

[17-09-2009 04:07 : Vous avez racketté ***** qui possédait 127,83 écus et des objets.]

Je lui aurais bien offert quelques fleurs si la bonne fortune faisant, je ne m'étais enfuis comme un voleur...

C'est ici que s'arrêta ma première campagne, enhardi, un peu plus je l'étais, mais trop de soldats dans le coin écourta précipitamment mon voyage. Je pris le chemin du retour et décidé de faire une pause dans mon village je dépensai en chemin mes écus par quelques superstitions que l' infortune ne me fit point regretter. Car sifflotant gaiment à une lieu de mon village j'entendis soudain :

-vite ta bourse !
-Pardon ?


[24-09-2009 04:10 : Vous avez été racketté par ******]

* intro inspirée d'un Conte du Moyen Age
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   Mer 07 Oct 2009, 12:40

Cher journal,
alors que J'arrive à (...) je reprend à la ligne où je t'ai laissé.
L'endroit a l'air sympathique, l'air est pur, l'environnement de qualité et il y a une forêt. C'est bien ça..Puis pas d'guerre ou de mobilisation ici, du moins ça à l'air, ou l'onde n'est pas encore arrivée jusqu'ici.
Parceque ça s'embrase derrière et dans le duché voisin tandis que les nobliaux partent se livrer en catimini au meurtre et au pillage de leur voisin, on fait croire au petit peuple que la patrie est en danger. A votre bon coeur gentes dames et messires ! .

Mais qu'ai je à voir dans l'affaire ? Ben que ce ne fut pas bon pour les miennes. Autant dire, zéro prise la semaine dernière. Il a fallut que je traverse tout un duché au pas de course si je ne voulais pas me retrouver empalé sur la route. Même pas le temps de faire une pause pipi. Tu parles d'un périple, j'aurai mieux fait de rester bricoler dans mon champs plutôt que de reprendre le braconnage.

Bon d'accord, je lis pas les décrets..Mais je connais un type..il avait un laissez passer, ben c'était limite qu'il ne meurt pas. Ce brave type, c'est celui qui avait dérobé ma bourse au retour de mon premier voyage. L'homme affable et sympathique malgré qu'il fût un fardeau pour la profession car le lendemain il vola un autre brigand par mégarde, me proposa de faire du compagnonnage sur un bout de route. J'avais accepté joyeusement. Et même si je fus dépité à l'idée que je ne récupérai jamais mes 21 écus, au moins j'avais la consolation de savoir qu'ils ne seront pas loin.
Mais suite à un contre temps, nous nous séparâmes et je pris seul la route, dans cette contrée où l'imprudence faillit me jouer un mauvais tour. Le duché était alors au bord de la guerre et ce n'était point trop le moment de se nicher en bordure d'un champs... les armées étaient en pleine moisson. Et fidèle à moi-même, tu me connais, cher journal, je pris mon courage à deux pieds et je quittai précipitamment le duché.

Alors j'espère que la semaine prochaine je rattraperai le coup. Parceque je suis plutôt déficitaire en ce moment. Hein, parcequ'on pourrait me dire : mais qu'est ce que tu branles?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   Mar 27 Oct 2009, 10:19

La petite guerre de Mainiot

Journal, me revoila !

La Guerre fait rage et tu comprendras que depuis mon refuge, je n'ai point eu le temps de glisser ma plume sur tes pages. Mais finalement j'ai entendu l'appel jusqu'ici, celui du cœur, celui de la patrie qui dit "allons enfants !". Me voila enhardi soudain. J'eus une idée :
Apporter son soutien, harceler les troupes ennemies par de promptes embuscades sur leurs arrières. Certes un stratège vous dira que je suis un peu loin derrière... Mais sait-on jamais ! Si l'ennemi, soudain, décide de contourner? Personne n'y a pensé...Hein ? Puis les affrontements face à face entre armées, c'est pas trop mon truc. Trop de risques...On a vite fait de se prendre un coup. Non, non, moi je préfère me cacher dans la forêt et me faire un camouflage avec des tas de petites branches pour surprendre l'ennemi là où il ne s'attend pas.


Vint la nuit. Et alors que la chouette hululait, j'entendis soudain du bruit.... Clang, clang clang clang clang, clang, clang, clang, clang, clang, ....En fait beaucoup de bruits...
Des hommes armés ! cinq d'ailleurs ! Dans un bruit de pièces métalliques s'entrechoquant. Tu vois je te l'avais dit...Bon je m'attendais plutôt à les voir passer dans l'autre sens...De pas en voir aussi. Ça m'a surpris. Je réalisai soudain avec stupeur et effroi ma situation.
-Zut, je suis cerné.

Je décidai d'un repli stratégique en visant précipitamment un buisson.
Et alors que le silence revenait et que le hibou faisait
...Cling, cling, cling... Je levai la tête soudain.
- M'a l'air seul celui - là ...Déduisai-je, en murmurant et distinguant uniquement de mon oreille experte et affutée la différence entre le précis et léger "cling, cling" que j'entendais à présent du tintamarre "clang, clang" précédemment évoqué
Et je ne me trompais pas :
Bouclier sur le dos, épée dans le fourreau, pas de doutes : Un soldat isolé, sûrement ! Perdu, déserteur ? Hum...Voilà ma chance.

-A l'assaut ! ...dit le bosquet.

Et dans un élan héroïque, je me décidai a écrire un nouvel épisode épique qui restera fort probablement ignoré, du combat pour la liberté contre les féroces soldats qui pillent volent assassinent, mais je m'égare...Et d'une souplesse de félin compensant un corps frêle, je fis un saut magnifique que j'enchainai aussitôt par une roulade victorieuse, entremêlé avec mon adversaire, sur la litière d'humus jusqu'à capitulation de l'ennem..Humm...Gloups

- Bonjour damoiselle ...
-Vous êtes bien charmante ...
- Dites vous voulez bien être ma prisonnière ?

Citation :

27-10-2009 04:10 : Vous vous êtes battu avec **** (coefficient de combat 1), qui essayait de vous résister. Vous avez triomphé, l'obligeant à vous ouvrir sa bourse.

27-10-2009 04:10 : Vous avez racketté ***** qui possédait 10,35 écus.
[b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   Mer 28 Oct 2009, 17:04

La damoiselle ne répondit point à mes avances et sans demander son reste continua son chemin;
Elle me donna l'aumône en guise de bourse. Juste de quoi manger et boire. Je boirai un jour à son souvenir.
...Impérissable.


Mais depuis, les chemins sont restés déserts.
Et à la lueur de l'aube me désespère, quand du haut de son grand chêne on entend le coucou.
Il répond au hibou
Coucou hibou
Coucou coucou coucou


Vise d'une pierre.

tchoc !

Coucou coucou coucou


Fichtre, quelle drôle de guerre...
Pensif.
Demain sera un jour meilleur !


Je dors
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   Mer 28 Oct 2009, 21:19

Rou-rou , rou-rou

Ouvre un oeil

-Qu'est-ce que c'est ?

[ Un pigeon banane ! ]

Code:
Bonsoir vil messire !

Je vous lance un défi ..

Celui de m'avoir une seconde fois ( me croiser dans vos Mémoire et vision ou/et me brigander une nouvelle fois )

je serai votre prisonnière !

Les jeux sont fait !

- Je saavais que je lui avais plu!
Sourire en coin.
Regards croisés avec le pigeon. Ses yeux rouge sang semblaient sonder mon esprit.
-Un piège tu penses ?
-Hum...A voir, mais je ne peux me défausser.
C'est pas tous les jours que les victimes donnaient de leurs nouvelles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   Jeu 29 Oct 2009, 09:30

Profond dans la forêt, frémissement des feuilles.
Ombres épaisses, plus de gazouillis.
Seulement le chant d'un coucou.

Au pied d'un grand chêne, un fossé couvert de ronces.
Dissimulé, une silhouette d'obscurité semble assoupie.
A peine troublée par le piaillement continu de l'oiseau solitaire.

Des pas écrasent les feuilles séchées.
Il les entend maintenant s’approcher.
La silhouette glisse.
Et dans la futaie encombrée et dense,
Mes yeux observent...

Mon cœur bat...
Cette fois-ci je l'inviterai à une danse.
Mais soudain de marche, le pas se fait course.
L'ombre fuit.


[La petite dame a accompli sa parole, mais Mainiot ne l'a point vu.
Néanmoins, c'est a bout de souffle qu' elle arriva à l'orée du bois...

******* est MORT.(e)
Niveau : 1
Points de réputation : 16
Argent : 0

Je lui tire mon chapeau.
]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   Jeu 29 Oct 2009, 16:40

Citation :
29-10-2009 04:10 : Vous avez racketté un écureuil qui possédait 3 glands

Faut bien meubler...
Deux jours que je ne vois plus personne.

En plus j'ai pris des risques.
Il a fallu que je monte dans l'arbre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   Ven 30 Oct 2009, 12:18

[Extrait d'un RP en gargotte. Je me permet ici de rebaptiser la narratrice boucle d'or]

Citation :
La nuit commençait apparemment à tomber, vu l'obscurité grandissante qui entourait boucle d'or. A travers des fourrés elle aperçut une forme allongée. Elle resta immobile, sans bouger, regardant la forme hideuse qui se trouvait couchée. Boucle d'or se méfia. Sa maman [...] lui avait dit de se méfier des étrangers. Et celui-ci malgré l'obscurité qui tombait semblait vraiment d'une grande laideur, n'encourageant pas à aller plus loin afin de lui demander de l'aide.

Vilaine....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   Ven 30 Oct 2009, 14:40

Mainiot s'engage dans l'armée


Il y avait eu affluence cette nuit !
On se serait cru sur les boulevards de la capitale.
une bourse maigre, trois dames,
et une compagnie louche...
C'étaient les mêmes que la dernière fois, mais en plus nombreux.
Clang, clang, clang
L'un portait oriflamme.
Ils tournaient peut-être en rond. Ça s' comprend !
Moi même parfois je m'perd dans les bois.
Je grimpai à mon arbre pour finir la nuit loin de cette agitation, et le lendemain
que vis je ?
Ils en avaient laissé un derrière eux.
Un chevalier avec sa lance ..vide
squattant ma place.
J'étais point très d'accord.
J'étais là avant lui.
S'il veut s'embusquer, qu'il aille s'embusquer ailleurs.
Je descendis de mon arbre.
Et je squattais le squatteur :


Citation :
Vous appartenez à un groupe armé qui comprend aussi ****

Mais alors là, je me dis qu'il y avait une opportunité à saisir...


Bonjour Messire.

Je me présente, Mainiot.
Je me suis permis d'enter dans votre lance ,
car j'aimerais m'engager dans votre compagnie.
Acceptez vous un volontaire peu expérimenté mais motivé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   Sam 31 Oct 2009, 11:07

Citation :
31-10-2009 09:45 : *** vous a accordé sa confiance.

Le chevalier breton avait répondu positivement à ma demande.
Mais je pris la route la nuit venue, mettant un terme précoce [et temporaire, peut être] à une brillante carrière de mercenaire qui se serait tout aussi brillamment et probablement terminée par une mort prématurée et une tombe anonyme.
Certes , je me sentais plus filou que soldat, mais c'est surtout que cette nuit là, j'eus une révélation et décidai de me retirer dans un monastère...


[Mainiot part en retraite...A suivre

Bilan sur quatre nuits de brigandage : un soldat, une fugueuse, deux courants d'air, 18,91 écus , 2 miches de pains, beaucoup de pas d'bol et énormément d'encre...
]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   Mer 07 Avr 2010, 21:53

Citation :
Messire,

J'ai eu la surprise d'apprendre que vous vous étiez révolté la nuit dernière. Il y a t'il quelque chose qui ne va pas ? Avez vous des doléances ou des besoins particuliers? Nous pouvons en parler.

xxx Bourgmestre de xxx

On ne peut pas dire que la bourgmestre n'est pas aux petits oignons avec ses administrés...La prochaine fois je tenterai de me petit suicider contre une autre porte...


Dernière édition par mainiot le Mer 07 Avr 2010, 23:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   Mer 07 Avr 2010, 22:02

Citation :
xxxxx 04:24 : Le vagabondage est interdit dans cette ville. Vous avez passé la nuit derrière les barreaux, comme une loque que vous êtes (-1 PR).
xxxx 04:07 : Votre révolte a été un échec. Vous étiez une petite bande contre un escadron de gardes.

Le comble dans l'histoire, c'est que cette fois -ci, j'étais parmi les gentils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   Mer 07 Avr 2010, 22:48

En retard sur son journal, Mainiot était de retour, brigand de petits chemins et petits pécules, fortuné, parfois unfortuné.
Lorsqu'il partait en vadrouille, il disparaissait dans la forêt, si bien habitué à cet environnement qu'il faisait corps avec celle-ci.
Il s'amménageait une petite base de repli rudimentaire, faite de branches et de feuillages, chassait la journée et se nourrissait également de baies et de fruits sauvages. La nuit, il se dissimulait dans une cape piquée un jour à un voyageur, trouvait une cache sombre le long de la route et restait la nuit entière à épier, attentif aux milles bruissements de la forêts, au cris et chants des rapaces nocturnes, aux mystérieux bruits des taillis et futaies et aux lugubres hurlements des loups...


Cela lui fit penser à un poème déclamé une fois par un garde forestier sur le comptoir d'une taverne.

Citation :
La nuit dans les bois, un hiboux cria : enfin la nuit pour que je chante!
La nuit dans les bois, un loup se reveilla et se dit : roh il n'y a rien à manger, je vais faire un tour pour voir s' il y a des chose a becter.
La nuit dans les bois, le lapin courait pour pas que le loup le mange.
Il criait : au secours ! au secours ! aidez moi !
Le hiboux le sauva et le loup repartit le ventre vide.

Voila un homme qui gagne a être connu.

Craquement sourd d'une branche... finis de transgresser,

Shuttt.. voilà qu'on vient !

Et à qui tu dis shut d'ailleurs?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   Jeu 08 Avr 2010, 09:58

il était déconcertant de voir la facilité avec laquelle les victimes laissaient leur bourse sans demander leur reste.

A se demander si on ne me confondait pas avec le préposé au péage routier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   Jeu 08 Avr 2010, 11:03

Dame fortune était capricieuse. De retour dans ma tannière, je restais trois jours à brasser de l'air.
Même pas un pauvre diable fauché à se mettre sous la dent.
A croire qu'on s'était passé le mot.
Puis comme un appel d'air, c'était la ruée. Et v'la plein de monde qui poussait aux portes.
Un peu trop à mon goût. Je restais sans bouger.
Puis le calme revenu, j'entendis à nouveau des pas légers.
Emmitouflés dans le parterre de feuilles.
Je jettai un coup d'oeil et m'étonnai.
Une frêle silhouette solitaire.
Inconsciente.
Elle paraît si jeune.
Déambulant vers ma cachette, le regard sans peur, telle une funambule qui défie la mort.
Elle avait un joli visage avec des cheveux que je devinais blond cendré.
J'éprouvai un élan de désir.
Elle leva soudain ses yeux vers moi. C'est moi qui sursauta.
Elle avait un regard intense, plein d'incrédulité.
Elle me laissa faire, sans résistance aucune, puis je détournai mon regard pour masquer mon embarras.
La jeune femme continua sa route.

Citation :
07-04-2010 04:07 : Vous avez racketté xxxx qui possédait 28,05 écus et des objets.

Mais c'est au devant d'une nouvelle surprise encore, qu'elle prenait la route de la capitale. Déléstée, la jeune ingénue risquait de se retrouver en prison pour vagabondage, sans passer par la case départ. Pour sa première fugue du foyer, je craignais que la belle n'y survive pas.

Je fus pris de remords...

Citation :
En effet premier voyage et me voilà dans une belle situation ... Mais je crois que ce qui m'a fait le plus peur c'est la prison ! Vous ne m'avez pas pris grand chose, même si c'était tout ce que j'avais.

Je ne vais même pas songer à rentrer chez moi après ça ! Et bizarrement je ne vous en tient pas rigueur même si je le devrais (Surement parce que sans votre petite note, je serais rester en prison sans savoir comment en sortir !).

Je suis surement trop naïve pour vous pardonner ça ...
Tant pis pour moi.

Mainiot, un ami qui vous veut du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   Mer 05 Mai 2010, 19:03

Mainiot sur une mule tentait de rejoindre Laval.
Tout à coup, au loin, deux angevins à cheval le prirent en chasse.
Mainiot sauta de sa mule et lui botta le train arrière,
pour qu'elle continue sa route, tandis qu'il se cachait.
Mais la ruse ne prit pas.
Pas qu'elle ne courrait pas vite, la mule!
C'était une bonne trotteuse.
Mais à cause de la carotte,
celle restée dans ma poche..


Citation :
25-04-2010 04:10 : Vous avez été racketté par un groupe composé de **** et de *****.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   Dim 06 Juin 2010, 07:13

Billet d'humeur:
Le jour où je me prend un redressement fiscal, je vais pleurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   Dim 06 Juin 2010, 08:08

Cher journal,

Me voici marchant de ville en ville le long de la Loire lente et fière , suivant son long ruban chatoyant et ses coteaux de vignes et de forêt.
Sompteux décor, je fredonne :
Oh belle rivière,
tu me prends , tu me berces,
tu m'enroules et je rêve,
que je suis capitaine,
d'un beau bateau...


Et pirate à terre ,me revoila balançant ma misère, voguant sur les chemins parmi les fous, tout ça pour une poignée d'écus, mais la tête pleine de rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   Lun 07 Juin 2010, 09:36

«Aujourd'hui...rien». *



[* Ref : citation célèbre du journal intime de Louis XVI, daté du 14 juillet 1789. Cette phrase restera célèbre, mais selon des historiens, fût decontextualisée, faisant référence à une partie de chasse le jour même]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   Sam 01 Jan 2011, 07:58

Prologue

Quelque part dans le canton de Vaud, ce vingtième jour de décembre 1458

Tchoc…tchoc…tchoc...

Silhouette d'ombre d’un étranger frigorifié et attiré par la lueur rougeâtre qui se glissait au-dehors par la fente des volets d'une bâtisse imposante. Alors qu’un vent insidieux soufflait, celui-ci marchait péniblement dans la nuit, au son du bruit sec d’un déambulateur. Et encore, ça faisait moins de bruits que d'habitude…à cause de la neige.

- Ah, enfin c'est là.

- Ah ben non...C'est pas ça.


- AAAAAAAAAHHHHHHH ! Mais bordel ! Il est où ce dispensaire ?! Il est où? Ça fait une éternité que je tourne dans le bourg ! En plus il fait nuit, j’vais finir par coucher dehors si ça continue ! Heureusement que j’ai voulu rentrer tôt, tiens !

Renifle, prend un ton plus calme.

- Fichtre, j'aurais dû écouter le médicastre et ne pas partir me promener si loin. En plus j'ai faillis me gameler vingt fois au moins sur la route verglacée. j'suis crevé d'avoir marché toute la journée avec mes jambes toutes molles....et me voila perdu maintenant ! C'est vraiment malin Mainiot, bravo…Pis personne dehors par ce froid de loup pour te renseigner...


Apercevant soudain un signe s’agitant dans le vent.

- Tiens, curieux… On dirait une auberge. …Ben oui c’est bien ça ! une auberge ! Allelluia ! J'suis sauvé !


Hâtant le pas dans un dernier effort.

Tchoc ! tchoc ! tchoc !

CRIIIITCH…la porte s’ouvrit et notre bonhomme se tint alors sur le seuil


- Salut la compagnie !


[...]

Personne ne semblait faire attention à notre bonhomme. le jeune homme n'en tint pas rigueur. Puis pénétrant dans la pièce au mobilier rustique, il s'approcha du foyer.

Après avoir un instant réchauffé en silence ses mains, il visa un tabouret non loin du feu et alla pour s'asseoir dans un mouvement de jambes pénible, mettant de côté son déambulateur.

Il sortit une miche de pain sur la table, son ventre le tenaillait. Il regarda autours de lui, les yeux sondeurs, espérant qu'une bonne âme lui proposerait une choppe de bière. Ses paupières étaient lourdes, le corps à bout de forces, mais Mainiot ne voulut point succomber au marchand de sable.
La mince clientèle de l'auberge était du genre discrète, voir complétement invisible. On disait les vaudois bon vivants et toujours prêts à boire un coup, il les trouvait repliés sur eux-même et passifs . Puis, j'vais vous dire une chose : c'est toujours pareil d'être étranger quelqu' part, les douaniers vous le répètent jamais assez, en plus j'ai les cheveux plats couleur corbeau, pis un léger patois d'la Sarthe su'l'bords. Alors, avec ça, si les gens vous regardent pas de travers.


-...

-Fichtre..Encore un mois de convalescence dans cette bourgade moribonde. Se dit-il pour lui-même


Pour repousser le sommeil et tromper l'ennui, Mainiot eut soudain l'idée de sortir son journal négligé depuis des lustres, mais néanmoins gardé précieusement au fond de sa besace. Il le relut jusqu'à sa dernière brève, celle datée du septième jour de juin. Puis brusquement, ce fut comme une envie soudaine, celle de sortir un encrier, sa belle plume d'oie et de continuer à narrer la suite de ses pérégrinations. C'est que bien de l'eau avait coulé sous les ponts depuis la prise de Craon...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   Dim 02 Jan 2011, 08:59

Cher journal, me revoilà.
Ça fait maintenant des mois entiers que je t’ai abandonné, ne pensant pas glisser à nouveau ma plume sur tes pages. Et c’est un Mainiot pas tout à fait le même, ni tout à fait différent qui revient les noircir. Disons que du frêle brigand solitaire, courageux mais pas téméraire, qui vêtu d’un poncho camouflage apprenait dans la forêt le langage des oiseaux, le voici à présent battre des ailes et apprendre à voler.
La route, tu sais, la route, ça vous forge un homme... surtout ses pieds.

Car autant te dire, des sillons j’en ai creusé et des souliers, usé.

Enfin... Où en étais je ? Oui la prise de Craon. En avril, je crois, et pardonnez cher lecteurs si le Mainiot vous conte des histoires qui remonte à Mathusalem. C’est qu’il est du genre paresseux dans la rédaction de ses chroniques.

Je m’étais donc fait mercenaire improvisé de la cause, et bouche en chœur je rejoignis en cours de route un groupe de vingt mainois, moi compris, qui voulaient récupérer leurs impôts et résistèrent durant deux semaines, barricadés dans le bourg de Craon .
Je me promus ainsi chef de la milice municipale plusieurs matins de suite avec une équipe d'angevins. Vous remarquerez l'incongruité de la chose. Ce qui me valut d'ailleurs d'être gentiment enguirlandé par le maire usurpateur, car notre boulet occupait la place d'un auxiliaire local supplémentaire à vrai dire. Mais vingt écus par jour, ça valait le coup quand même. Parc’ que même pour laver l’honneur du Comté qui l’avait allaité, tout salarié méritait salaire. Le mercenaire se bat pour la solde, le butin avant toute chose. Il est également assuré d’une courte vie. Ça c'est le côté plus contraignant du métier à vrai dire. Faut pas se louper. Surtout quand on a des bras de crevette et comme seule arme un bâton de qualité douteuse. C’est pour ça qu’on devrait vite empocher sa solde et se barrer avant que ça se gâte. Mais le Mainiot avait trop de conscience professionnelle pour cela, même s'il n'était pas couvert en cas d'accident du travail. Néanmoins j'ai fini par intégrer mon groupe lorsque l’affaire devint plus corsée. Puis confidence pour confidence, j'étais fauché. Et tenir un siège le ventre vide, c’est tout comme le ventre lourd. Ça vous affaiblit.

Le mercenaire est aussi animé par le plaisir de la castagne, ici taper sur l’angevin. Mais c’était plus par tradition familiale, commenta une cousine éloignée. J’ étais mainois, d’père mainois. On se refait pas. Mais pour ceux qui ont la sensibilité angevine, rassurez-vous, aucun angevin ne fût blessé, ni maltraité par mes soins dans cette histoire, tout au plus quelques bosses et à peine un quolibet. C’est plutôt moi qui aurait à me plaindre de la façon dont j’ai été éconduit (Voir le billet du cinquième jour de mai, plus haut. )

Parcequ’à part mater des révoltes, le Mainiot n’avait tapé personne en particulier. Enfin du moins, si ce fut le cas, il ou elle ne s’était pas présenté. Puis d’façon, à la guerre vaut mieux tuer les gens avant de les connaître, sinon ça devient plus compliqué. Sentiment et tuerie n’ont jamais fait bon ménage. Ca s’saurait dans le cas contraire !


Dernière édition par mainiot le Dim 02 Jan 2011, 12:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mainiot
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   Dim 02 Jan 2011, 12:06

Citation :
Brèves de comptoir dans une taverne entre deux mercenaires ce matin là. Celle occupée par les mainois...

-C'est curieux ce besoin chez les combattants d'aujourd'hui de faire des phrases. Qu'est devenu l'esprit cape et d'épée d'antan ?
-Tout fout l'camp. C'est dommageable. Maintenant, on pense, on argumente, on se situe.
- Moi, j'ai du mal à penser le ventre vide. Où sont les œufs durs, le pain frais et les pommes cuites?
- Pour avoir le petit déjeuner, faut descendre sur la place du marché. Mais il n'y a plus personne pour y aller !
- Pourquoi ? Il est passé où le grand blond?
- Il est tombé du rempart cette nuit. il est mort.
- J'avais dis pourtant, de ne pas marcher sur le parapet.
- Le pauvre gars, il calculait la distance à vue d’nez jusqu’au camps angevin. Pour la catapulte. C'était un consciencieux... Il s'est pris un carreau d'arbalète.
- Et la p'tite brune?
- Ben, elle est partie se coucher. Elle a été choquée par les évènements de cette nuit. Elle dit que nous autres sommes rustres et mal élevés. Elle dit qu'elle préfère les gens guindés, qu'ont du style, du charisme et que de toute façon, elle est angevine, qu'on a rien à faire ici et qu'elle nous donne la journée pour prendre nos affaires et quitter les lieux.
- Elle a dit tout ça?
- Je résume.
- Dommage, elle avait un petit minois pas désagréable ...
- Mouais...Il est difficile de faire confiance aux angevins pour défendre le bourg. Tiens t'as vu qui c'était ? l'ancien maire de Montmirail, un gars bien. Il raconte qu'hier, ils ont fait surface sur les remparts tels des oiseaux de nuit.
- Qui ? ceux de dedans ou de dehors ?
- Ceux de dehors en plus de ceux de dedans.
- Où ça ? j’ai vu personne hier à part ceux de dedans.
- Ben ça s'est passé de l’autre côté de la ville.
- Tu veux dire qu’on n’etait pas du bon côté des remparts ?
- Ma foi...On ne peut pas défendre partout. Puis on était déjà assez occupé à mater la révolte près de la mairie. Ceci dit, j'ai vu un gars courir avec ses tripes sorties à l'air. Il a quand même tenu une bonne longueur...
- Des pertes ?
- Le Mathieu, entre autres, s'est pris un coup d'estoc paraît-il. Il est entre la vie et la mort. Il a failli atteindre la duchesse d'Anjou.
- Fichtre...Et la duchesse d'Anjou était sur les remparts !?
- Oui, paraît il. Elle doit se prendre pour Jeanne d'Arc.
-Hum, faudra bien faire attention à regarder qui monte sur les remparts avant de frapper. Moi, tu sais qui j'ai vu devant la mairie? Une môme ! J'ai fais comme si je ne l'avais pas vu et je l'ai laissé courir.

[Dans la mêlée, vous avez reconnu **** parmi les assaillants.]

- Elle devait peut être valoir une rançon.
-Je ne sais, néanmoins faut se méfier avec la marchandise angevine. Il peut y avoir des vices cachés et tu peux aller te moucher pour la garantie. C’est comme le bâton l’autre fois. Je l’ai acheté 14 écus sur le marché. Il appartenait au juge du duché.
- C’est cher 14 écus.
- Justement, je me suis dis qu’à ce prix là, il devait être au moins en chêne.
- Et alors ?
- Ben, il est vermoulu…
-...
-Néanmoins, mon cher Marcel, on va arrêter de lambiner. J'viens de trouver un place dans une de nos sections.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Le journal de Mainiot   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Le journal de Mainiot
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP] Le journal de Mainiot
» Azov ou le journal d'un patriote.
» Brève du Journal Officiel du Donjon.
» Journal d'un paysan
» Un journal de la Horde...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Grotte des Joyeux Brigands :: La Grotte des Joyeux Brigands :: [RP] Dans les profondeurs de la grotte… :: Journal Intime-
Sauter vers: