AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [RP] Le choix de Vivre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kamazone
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 406
Localisation : Le Jardin des Délices
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: [RP] Le choix de Vivre   Ven 27 Mar 2009, 19:01

Pourtant elle se pensait invincible, pourtant elle n'avait pas peur...Reginae avait poussé de toute son âme à la création de cette armée, dans le seul but de se battre pour la Réforme et pour la République.

La Sicaire pensait affronter durant la nuit une armée Comtoise. La surprise fut de taille quand elle vit l'oriflammme "Pontus fortis et liber" se joindre à celui de "Ost Parangon". Mais cela ne fit que galvaniser ses sens, pour mieux pourfendre ceux à la solde de Dôle.

Alors qu'elle sort sa lame fumante et sanglante du corps de Djedje59, un accent Hélvète dont elle ne se méfie pas se rapproche dans la furie des combats. Sans doute des soldats de l'Armée du Salut, qui d'autres? Concentrée sur le carnage en cours, l'oriflamme Hélvète "Sicut Aquila" lui est invisible, et même si ce n'était pas le cas, comment imaginer que des soldats Hélvètes se laissent manipuler par la Franche Comté?

Acnia, une Fribourgeoise, profite de la confiance de Reginae en son peuple d'adoption pour lui infliger une sérieuse blessure à la jambe gauche, qui la contraint à se plaquer au sol.

La douleur est intense, mais est un temps oubliée par la surprise de voir Tchantches, penché sur elle, un rictus violent et malsain barrant son visage. Dans son fanatisme, Reginae soutient son regard, le toisant. Aucun allié autour, Tchantchès lui demandant de renier sa foi, l'insultant à son habitude...la lucidité l'emporte: la mort s'approche.

Cette mort, elle n'en avait pas eu peur jusqu'à présent, sachant qu'elle serait omniprésente dès son franchissement du Gué de Lion de Juda. Se dévouer à la cause, et mourir pour la Réforme, tel était son destin. Le Sénéchal de la Noblesse Noire prend visiblement du plaisir à ainsi tenir la Sicaire sous la lame, la faisant glisser sur son torse alors qu'elle est au sol. Puis la lame atteint son ventre, et alors qu'elle sent la pointe s'y enfoncer lentement, avec toute la cruauté dont est capable Tchantches, Reginae dans un un instinct de survie, celui de la perpétuité des espèces, crie:


- Non ! je suis enceinte !

Trop tard, la lame a sans doute déjà ôté deux vies.

Ses yeux se révulsent, et la blessure abdominale provoque un reflux sanguin vers la bouche. En même temps que des larmes glissent de ses yeux, un filet rouge sort de ses lèvres. Sa dernière pensée part vers Aileron, et cet enfant qu'ils auraient du avoir..il ne savait pas..elle n'avait rien dit, peu sûre elle même de son état jusqu'à ces derniers jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamazone
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 406
Localisation : Le Jardin des Délices
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: [RP] Le choix de Vivre   Ven 27 Mar 2009, 19:33




Tchantches a écrit:
Tchantchès depuis son arrivée à Fribourg avait toujours eu la même conduite.

Traquer le félon lion de juda, et sauver leur âme si possible ou bien les faire trépasser.

Ainsi il pouvait hâter leur présence au jugement divin qui lui saurait quoi faire de ces âmes perdues.

Tchantchès lui-même souhaitait rejoindre sa défunte épouse Marguerite décédée en 1438 et que depuis il pleure sans goûter la vie avec joie et en se réfugiant dans sa foi sans faille.

Pressé d'en finir il avait chargé en tête sabrant de gauche et de droite avec sa lourde épée à deux mains.

Comme d'habitude, il avait les flancs découvert mais en face de lui tous reculaient et tous avaient peur de sa grande taille, de sa garde haute et de son habit entièrement noir, sans parler de ces cris de guerre.


Pour Aristote, pour la foi, pour Fribourg et que meurrent les païens

Tout à coup il vit celle qui avait osé brûler la taverne de sa soeur à Lausanne, celle qui insultait les croyants de la vraie foi, celle qui simulait sûrement une blessure pour le prendre par le flanc avec sa Sica, il vit Reginae, la pire raclure qui ait arpenté les rues en Helvétie.

Il avait combattu le pio et aussi aileron à Fribourg et là il tenait la femme d'aileron le primus du Lion de Juda. Il connaissait leur fourberie et tous leurs travers.


- Femme Reginae abjure ta mauvaise foi et demande pardon au très haut, pour tes crimes et pour ton hérétisme.

Pour toute réponse il eu un sourire sarcastique et il la vit prête à bondir sur lui telle un félin.

Alors il planta son épée de rage dans le ventre de la pire engeance qu'il ai jamais rencontrée en lui criant.


- Alors meurs donc, chienne, déchet de l'humanité, âme putride de la bête sans nom, tu vas devoir te présenter devant le très haut et abjurer de tes crimes, impies, courtisane du ruisseau meurs avec ta haine du bien.

Mais il fut perturbé par un cri qu'il n'attendait pas

M.Reginae a écrit:
- Non ! je suis enceinte !

Emporté par son élan il ne pouvait plus arrêter le mouvement, il lui sembla pourtant avoir retenu son poids et ne pas trop appuyer, si bien que l'épée ne ressortit point de l'autre côté et ne la traversa pas de part en part.

Mais voyant le sang couler de sa bouche, il pensa que la pauvresse était morte.

Alors il se dit.


- C'est aussi bien, car si elle porte le lionceau du Primus, celui-ci voudra se venger et je pourrai, le jour venu, le présenter, lui aussi, devant son créateur

Il ne courra plus devant moi pour m'échapper, il viendra à moi et je lui ferai subir le même sort.


C'es à ce moment qu'il entendit un cri Strident

Tchantchèèèèèèèèèèèèèès

Mais c'était la voix d'Edwige, c'était un cri de mort, il quitta prestement les lieux sans se préoccuper de l'hérétique et partit à la recherche d'Edwige en faisant des moulinets avec son épée afin de se faire ouvrir un passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faustulus
Maniaque du brigandage
Maniaque du brigandage
avatar

Nombre de messages : 107
Localisation : dans le campement du Lion de Juda, ou sur les routes occupé à cueillir des champignons...
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: [RP] Le choix de Vivre   Mar 07 Avr 2009, 13:25

Et zut... L'Armée du Salut, bien informée, avait eu vent de la venue de l'armée Ost Parangon, et avait donc décidé de se porter à sa rencontre, pour trancher toute cette affaire dans le vif. Et de cette manière, ils auraient le temps de renvoyer les Dôlois cueillir des paquerettes, avant l'arrivée de Sicut Aquila. Aileron savait que Zefamousmitch avait grande envie de s'en prendre à leur armée, même sans le consentement de Berne, qu'elles qu'en soient les conséquences.

Ce qui n'était pas prévu par contre, c'était la sortie de l'armée présente dans Pontarlier. En tout cas, pas si tôt, tout cela avait retardé le départ des Républicains. L'armée pontissalienne n'était pas de taille, et avait vite été repoussée, refluant comme elle le pouvait le plus loin possible du champ de bataille. Galovert en avait profité pour blesser gravement le chef de l'armée. Un bon point, la journée commençait de façon plaisante.
Mais se poursuivit fort différemment...

Gromukus ordonna finalement le départ de l'armée, vers Besançon, mais ils se heurtèrent bientôt à l'armée commandée par Chevreux. Bataille rangée, en terrain découvert, aux portes de la ville. Les Pontissaliens devaient avoir un beau spectacle, bien à l'abri derrière leurs remparts. Soudain, des cris se firent entendre, derrière l'Armée du Salut. Zefa avec Sicut Aquila... Pris entre deux feux, la bataille promettait d'être chaude.

Rien de tel qu'une journée ensoleillée pour tuer et être tué. Faisant volte face, Aileron chargea, en compagnie d'une partie des Républicains contre les helvètes, traîtres à leur patrie, qui venaient pour tuer leurs compatriotes.


Pour la République !

Le sang, les cris, la douleur, la mort, tout se mélangeait. Le Primus évita de son bouclier un coup de bâton et chercha à planter sa sica dans le ventre de son adversaire pour lui apprendre à vivre, ou plutôt à mourir. Pas le temps, l'ennemi était trop nombreux, et il ne vit pas venir un nouveau coup de bâton, porté avec force, qui lui fracassa le bras gauche. Il sentit l'os se briser, le sang jaillir, et ne put retenir un grognement de douleur. Repoussant son assaillant d'un coup de bouclier, qui ne dut pas lui faire grand mal c'était juste pour avoir un peu de répit, il regarda autour de lui. Davantage de Républicains gisaient à terre, et pourtant aucun d'entre eux n'avait montré la moindre faiblesse. Tous s'étaient battus avec fierté et courage, au nom de la République.

Non...

Aileron ne put rien articuler de plus. Les yeux dans le vague, les jambes tremblantes, il s'avança lentement vers le corps qui gisait inanimé. Il tomba à genoux devant Reginae, sa douce fleur bourguignonne. Il n'avait jamais pleuré, mais là, pour la première fois, il sentit une larme, une seule, couler le long de sa joue et se perdre dans le sang qui maculait une bonne partie de son corps endolori. Il passa doucement sa main dans la chevelure de la jeune femme, comme il l'avait fait tant de fois après des ébats passionnés en forêt, en taverne, dans la mobilotte de Grom... Puis il lui caressa l'épaule, la hanche et enfin le ventre, pour en retirer sa main poisseuse de sang. Le sang d'un ange...

Il se prit la tête à deux mains, mélangeant le sang de Reginae au sien, sans y prendre garde, et retint un cri de haine, de douleur, de rage, du tout mélangé. La froide colère était seule capable de faire payer au centuple ce qui venait de se passer. Le Primus se pencha vers la jeune femme, pour lui murmurer, même s'il savait qu'elle ne l'entendrait sûrement pas.


Je n'aurai pas de repos avant que l'auteur de cet acte ne souffre mille morts. Je t'aime mon amour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamazone
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 406
Localisation : Le Jardin des Délices
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: [RP] Le choix de Vivre   Mar 07 Avr 2009, 19:42

Loin des douleurs, loin de la peur,
Loin des horreurs, si proche du créateur.
Dans les nimbes mortelles d'une fin cruelle,
Cheminement sur les voies éternelles:

La lune
Le brouillard
La plaine
Les galeries
Le Pic
Le soleil
Le paradis

jusqu'à la rencontre avec l'Unique qui lui laisse le choix: toi qui a péri par le fer, veux tu vivre ou penses tu pouvoir accéder au paradis Solaire?

L'âme en tourment tend vers le dernier jugement, convaincue d'avoir oeuvré pour la Vraie Foy. Puis le doute, doit elle abandonner si vite le combat, ne peut elle encore rien apporter dans le monde des vivants? Présomptueux sûrement de penser qu'elle peut elle aussi diffuser la parole d'Averroes. Ses Frères peuvent le faire sans elle, surement même mieux, puisqu'elle ne trouve pas sa place parmi eux.

Et cette lumière est si douce, et cette chaleur si sereine, et cette ondée proche si désaltérante. Puis ici, peut être connaîtra t'elle son enfant. Le seul qu'elle n'aura jamais, l'épée a tranché le nid fertile, le nid n'est plus. Ce corps dont elle n'a jamais pris soin est maintenant mutilé dans les profondeurs charnelles.

Mais...Quelle est cette autre chaleur brûlante qui la retient ? La même que celle mainte fois éprouvée, et qui est encore aujourd'hui si ardente, celle de la main d'Aileron sur sa peau. Sa tête, son bras, sa hanche, son ventre, la vie revient au fil de sa caresse. Et le liquide fertile qui s'étale sur elle, le sang de son amant, fluide vital mêlé à la grâce d'une larme, appelle la Sicaire au retour.

Au loin, très loin, ces mots murmurés, qui lui insufflent la volonté


Je n'aurai pas de repos avant que l'auteur de cet acte ne souffre mille morts. Je t'aime mon amour...

Tressaillement des sourcils, mouvements faibles des lèvres, frêles spasmes des membres, son choix est fait.
La douleur telle une vague déferlante crispe le corps meurtri.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamazone
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 406
Localisation : Le Jardin des Délices
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: [RP] Le choix de Vivre   Ven 10 Avr 2009, 12:07



Citation :
Tchantchès avait appris que sa "victime" avait été emportée à Pontarlier et qu'elle y était soignée dans un lieu tenu secret. Il la pensait morte, mais le corps avait disparu du champs de bataille quand il y était revenu après avoir fait évacuer Edwige.

Rien ne pouvait échapper à ses agents, lorsqu'il s'agissait de trouver un lion réformé, qu'il fut en bonne santé ou non. Et Gégé, la plus opiniâtre de ceux-ci, avait reçu des informations formelles, Reginae était vivante.

Dans ce cas, la suite avait été facile, une bande de gamin soudoyés par Géraldine avait suivi toutes les directions depuis les officines médicinales, au second jour Elle avait repéré l'emplacement de Reginae et s'était empressé de prévenir le Sénéchal de la Noblesse Noire de l'emplacement où se trouvait la sicaire.

Il s'y rendit avec un cadeau qu'il allait lui laisser et surtout il voulait connaître son état. Elle était soignée dans une maison de bourgeois réformé dont Tchantchès s'empressa de garder l'adresse pour la communiquer aux autorités Pontarliennes pour que celles-ci puissent surveiller le dit bourgeois plus tard.

Il s'était déplacé avec deux autres Nobles Noirs de l'armée de Sicut Aquila.
La "Fouine" restait au carrefour pour surveiller les allées et venues et "Jepavu" garderait la porte.

Il avait attendu que le bourgeois sorte et que seule, reste la servante. Il s'approcha de la demeure.

Il frappa et entendit le Judas s'ouvrir et un visage ombragé le scruter derrière la porte. Il avait laissé son épée à Jepavu qui était hors de vue.


- Qui est là ?

- Madame, je suis envoyé par le Messire Aileron l'époux de dame Reginae afin de constater de son bon état.

- Je n'ai reçu aucune consigne, repassez quand mon maître sera là.

- Ne soyez pas stupide, je risque ma vie dehors, et si je voulais entrer de force j'aurais déjà défoncé la porte. Sur mon honneur, je ne suis pas là pour faire du mal, juste pour rapporter d'un état de santé et laisser un message pour son réveil. De plus si j'étais Romain, j'aurais déjà la garde avec moi.

La servante devait hésiter, mais Tchantchès entendit le verrou bouger derrière la porte et celle-ci s'entrouvrir.

- Entrez vite vous avez 5 minutes et puis je ne veux plus vous voir

Tchantchès entra et suivit la servante vers les combles ou était couchée Régina. Il fut surpris de la trouver belle une fois bien lavée (^^) Il vit que sa blessure avait bien été refermée.

Tchantchès dit à la servante en parlant à voix basse.


- Elle était enceinte paraît-il ?

Celle-ci le regarda, stupéfaite : - comment savez-vous cela ?

- Elle l'a crié au moment d'être blessée sur le champ de bataille, je n'étais pas loin d'elle mais je n'ai rien pu faire. Il se pencha sur elle et lui caressa la tête avec compassion.

Puis se retournant vers Reginae

- Alors son enfant ?

La servante fit un non de la tête en baissant les yeux.

Tchantchès eut le regard brillant, une lueur matinale frappa son visage au travers de la lucarne, un observateur aurait pu croire à un sourire sadique, tant son visage venait de s'éclairer et que sa bouche formait comme un sourire.

En réalité il était touché par la compassion et le regret de cette mort innocente. Il ne l'avait pas souhaité, mais il l'assumait comme sa longue vie de misère humaine que lui avait coûté la défense de la foi qu'il avait promis à sa femme sur son lit de mort.

Il prit le livre des vertus qu'il avait pris avec lui et l'ouvrit à la première page. Il en relut le texte à la lumière de la lucarne


Citation :
" Dame Reginae", le très haut a permis que vous ne trépassiez pas, mais il n'a pas permis que votre enfant survive. Interrogez-vous sur le sens de ce message divin.

Puisque vous avez une seconde chance, renoncez à votre foi absurde et préparez votre passage afin de gagner la voie du soleil.

Soyez bonne, soyez juste, et profitez de cette seconde chance, car elle ne se représentera pas. Embrassez la vraie foi et rachetez vos fautes dans l'amour d'Aristote.

Puisse le très haut éclairer votre nouvelle vie vers une voie sans tâche.

Tchantchès, qui fut la main du très haut sur votre destinée.

Puis Tchantchès déposa le livre à son chevet, fit un léger signe de tête à la servante et s'en alla de ce lieu où rêgnait une abominable odeur de poisson frit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamazone
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 406
Localisation : Le Jardin des Délices
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: [RP] Le choix de Vivre   Mar 14 Avr 2009, 12:57

La Sicaire avait repris connaissance dans une chambre, Aileron a ses côtés, lui expliquant brièvement la situation des Républicains, et annoncé la mort de Francesco_sforza. Reginae lui a parlé de l'enfant qui ne naitrait pas, mais d'un accord tacite, sans même un mot, il faudrait oublier, continuer comme si de rien n'était. Les Sicaires doivent avancer, se relever, et combattre, quoi qu'il arrive, et qu'elles que soient les blessures.

Avant de sombrer à nouveaux dans l'inconscience, Reginae a demandé l'appel d'une étrange amie à ses côtés, en tant que médicastre, espérant que celle ci répondrait positivement. Les jours prochains seraient délicats, sa blessure au ventre encore béante, et le foetus sans vie encore présent. Le Primus devrait repartir au plus vite, la laissant convalescente et choquée. Mais elle ne le retiendrait pas, préférant affronter la réalité en solitaire.

Transie de douleurs physiques, la Sicaire ne cherche que le sommeil pour s'évader. Navigant entre deux flots, un cauchemard étrange: Tchantches qui lui lit une page de livre des vertues. A aucun moment Reginae imagine que la scène puisse être réelle, et d'ailleurs il le vaut mieux, le voir admirer sa déchéance ne ferait que rajouter une colère bien inutile.

Une porte claque, la réveillant, une voix rassurante au loin, dans une autre pièce de la maison où elle se trouve.


Ola l'ami ! J'vois que t'es en vie.. Sacré bataille hein..

Gromukus est dans le coin, promesse que tout recommencera, que l'Armée du Salut se relèvera.

Rassurée, la jeune femme tourne la tête vers les rayons de soleil irradiant les lieux, apercevant un parchemin posé non loin. Sa main n'est pas assez forte pour l'attraper, elle n'insiste pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Le choix de Vivre   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Le choix de Vivre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP] Le choix de Vivre
» Choix de couleur d'armée
» Et si aujourd'hui était votre dernier jour à vivre?
» Le Choix des Armes pour un débutant......
» Choix des armes Battle : Les Cavaliers de Naggarond

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Grotte des Joyeux Brigands :: La Grotte des Joyeux Brigands :: [RP] Dans les profondeurs de la grotte… :: Journal Intime-
Sauter vers: