AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le bord du comptoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
zoko
Scribe officiel
Scribe officiel
avatar

Nombre de messages : 625
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mer 04 Mai 2011, 10:58

Tapis dans l’ombre, silencieux comme jamais, le Roux observe la scène. Drôle de coincidence se dit-il. Une telle réunion de rousses ! Non pas qu’il ait un faible pour elles, non, son goût se porte d’avantage sur les blondes en général, et il n’est pas à plaindre en la matière ces temps-ci. Simplement, il se sent moins marginal d’un coup.
Tranquillement, il se lève, un peu ivre, et s’avance au comptoir pour se servir une nouvelle absinthe. Désinvolte, il lance un regard aux nouvelles venues.


Jamais vu autant de roux et de rousses dans une même pièce. J’ai toujours pensé qu’nous autres, on était plus doués que les autres blondinet de mes deux... Ca doit être pour ça qu’ils nous en veulent tout l’temps, ouaip ! D’la jalousie j’vous dis ! Faudrait leur montrer ce qu’on vaut nous les roux tiens !

Sans doutes les effets de l’alcool font divaguer l’homme. Pourtant il a su faire son trou malgré la couleur de ses cheveux. Probablement garde-t-il des vieilles rancoeurs inavouées que l’alcool désinhibe.

Mesdames, si jamais vous cherchez quelques compagnons de route dignes de vos cheveux de feux, j’suis votre homme !

Le poivrot s’enfile alors un énième verre qu’il repose violemment sur le zinc, le faisant claquer au milieu du brouhaha de la grotte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lespiques.forumdediscussions.com/forum
La Chapardeuse
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 01/05/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mer 04 Mai 2011, 13:10

Un bruit presque assourdissant, une entrée discrète et la rouquine toujours en train de boire tranquillement. Elle qui était à l'ordinaire au centre de l'attention et toujours à gueuler de toutes part en taverne était pour le coup plus effacée. Ici, elle se sentait un peu moins à l'aise il était vrai et attendait surtout que quelqu'un vienne la voir.

Pratiquement jamais elle allait voir les gens mais c'était plutôt le contraire, elle était vraiment très belle et elle attirait le monde... Quelques fois, on pouvait y trouver des points positifs, comme le fait d'avoir quelqu'un dans son lit tous les soirs mais... c'était à certaines occasions pas une très bonne chose.
La rousse rit sincèrement à la remarque de l'homme.


Vous avez bien raison, tous jaloux. D'ailleurs vous saviez que deux roux qui se frottent la chevelure au clair de lune et nue comme des vers peuvent réaliser tous leurs rêves ?


Généralement, elle racontait cette histoire au gens qui lui paraissaient sympathiques à la première approche. Mais elle n'avait jamais essayé... A son grand déplaisir.

Pour s'qui est de compagnons de route ou d'autres choses d'ailleurs j'suis votre homme ! Enfin, plutôt votre femme. Bien que j'vous appartient pas. 'Fin bref, j'crois qu'vous m'avez compris.
Et au fait, on m'nomme la chapardeuse, voleuse de coeurs et autres.


Elle résistait plutôt mal à l'alcool la rousse mais buvait généralement beaucoup, cette fois ci, voulant faire bonne impression, elle continua de boire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Une_louve_rousse
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 12
Localisation : Là où on ne m'attend pas!
Date d'inscription : 01/05/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mer 04 Mai 2011, 13:14

La rouquine aperçut l'homme se déplaçait avec un peu de mal, ivrogne du jour? La jeune donz'elle lui lança un regard piquant puis prit la parole en baissant la capuche de sa cape....comme pour dévoiler son visage qui était toujours dans l'ombre.

Jamais vu autant de roux et de rousses dans une même pièce. J’ai toujours pensé qu’nous autres, on était plus doués que les autres blondinet de mes deux... Ca doit être pour ça qu’ils nous en veulent tout l’temps, ouaip ! D’la jalousie j’vous dis ! Faudrait leur montrer ce qu’on vaut nous les roux tiens !

Jamais venu a Marseille toi!
Il y en a pas mal là bas....
je suis d'accord avec toi sur le point des blondinets
......elle en avait pas apres tout les blonds mais un seul, celui a qui elle avait donner une partie de sa vie....mais a present elle le detester...plus que tout!

La louve le regarda boire un verre de plus sans doute, dans l'etat où il se trouver, cela ne se verrai pas....
Restant silencieuse un moment tout en observant les personnes presentes dans cette taverne, la rouquine fit un pas...puis deux en avant pour venir pres du comptoir, toujours sur ses gardes, comme a son habitude!


Mesdames, si jamais vous cherchez quelques compagnons de route dignes de vos cheveux de feux, j’suis votre homme !

ça depent où tu va! et avec qui tu fait la route!
Et si tu me servait un verre! il fait soif ici!


Un sourire vint s'afficher sur les levres de la rouquine qui prit place pres du comptoir, puis porta son attention sur l'autre rouquine.

Enchantée, on ne nomme parfois la Mysterieuse....ou tout simplement la Louve.....aller savoir pourquoi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serrallonga
Seul maître à bord après Dieu, Oeil de Nuit et Chasseur
Seul maître à bord après Dieu, Oeil de Nuit et Chasseur
avatar

Nombre de messages : 2621
Date d'inscription : 04/03/2007

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Jeu 05 Mai 2011, 16:53

Ca commençait à s'agiter dans le coin et c'était agréable de ressentir à nouveau cette effervescence. Ce lieux était attrayant justement par ces côtés oppressants et son désordre. Et puis on y retrouvait finalement toujours une connaissance. Et là, ce n'était pas n'importe laquelle... Ce masque, cette démarche... Tous les détails étaient encore si familiers que les longs mois en solitaire n'avaient en rien altérés la complicité forgée sur les routes.

Hey mais ce s'rait pas l'ami Serra par hasard?! Bon sang le vieux, ça m'fait plaisir d'te voir! J'aurais pas cru qu'ton plumeau m'manquerait mais j'avoue qu'ca m'tardait de le revoir dans mon sillage! Bon alors... Raconte moi tout... Sont comment ces italiens... et leurs femmes...? Allez avoue, c'est pour ça qu't'y es resté si longtemps hein... elles ont trouvé où chatouiller tes favoris!

Recevant la tape sur l'épaule encore douloureuse comme la plupart des parties de son corps battu presque à mort, Serra grinça des dents et retourna la politesse avant d'ajouter :

Ca fait plaisir de te r'voir également tiens ! Qu'est ce que tu deviens depuis tout ce temps ? J'ai cru comprendre que c'était pas simple pour toi. La notoriété te rattrape c'est ça ? D'mon côté, j'ai effectivement passé un peu de temps, involontaire j'dois dire, chez les italiens en effet. J'ai pas trop eu l'temps de visiter l'pays. J'avais à peine fait quelques lieux après la frontière qu'une de leur armée m'est tombée d'ssus, macarèl ! On aurait dit qu'il venait d'attraper l'assassin de leurs mères respectives, tous ces soldats... J'ai été débordé assez rapidement et j'ai eu mon compte tout aussi rapidement. Le pire, c'est qu'ils m'ont avoué ne pas me connaitre ni d'Aristote ni de Christos... Enfin ça, j'te l'avais déjà écris rapidement, comme pour ces médecins qui m'ont fait de tout. Je sais pas où ils apprennent à faire leurs affaires mais les pires bourreaux devraient prendre des cours avec eux.

Bon et toi ? Qu'est ce que t'as fichu pendant tout ce temps ?


Serra, comme à son habitude, avait détourné la conversation en répondant aux questions qu'il souhaitait mais en éludant certaines autres. Puis, jettant un coup d'oeil à l'assemblée qui se retrouvait près du comptoir, il ajouta après une longue gorgée du breuvage apporté par le tavernier :

Y'avait une réunion de carottes prévue ici ? C'est une soirée à thème ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Une_louve_rousse
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 12
Localisation : Là où on ne m'attend pas!
Date d'inscription : 01/05/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Jeu 05 Mai 2011, 22:32

La rouquine observa la scene du coin de l'oeil, on l'apellait pas "La Louve" pour un rien!
Son attention se detacha un court instant des miserables puis se servant une chope de biere, la donz'elle aimait faire comme chez elle!
Un haussement de sourcil quand elle entendit la phrase du misereux qui venait de faire son entrée.
La Louve baissa un instant son regard puis lacha la chope doucement, se retournant vers ce crasseux puis se leva energiquement!


Dite donc t'en a apres qui le crasseux de premiere classe?
Si c'est apres nous! grossiere erreur de ta part!


La Mysterieuse se rapprocha du vilain a pas de loup, comme elle avait l'habitude de la faire puis stoppa.
Un regard dans les yeux du dernier entrant puis la rouquine pencha la tete.
Sur ses gardes, comme toujours, la rousse vint poser instinctivement sa main sur la pomme de son épée, un regard vite fait a sa botte puis le reposa sur le crasseux.


Tu tiens pas a ta vie de misereux on dirais!

La louve reprit doucement ses pas vers cet homme qu'elle ne connaissait guère, mais qui lui fessait nullement peur!

Et si on t'en fou une dans l'cul d'carrote! cela te conviendrai plus! tu pourrai participer aussi a ce theme!!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la_noiraude
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 12/01/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Lun 09 Mai 2011, 14:17

C'est qu'elle cale pas la fauve ! La Margaut attend, cherchant à cacher les troubles de ses pensées. La Fauve et le Borgne, ce sont ses deux garanties pour devenir l'héritière. Mais toute histoire a un début … faut qu'elle lui laisse sa chance ; c'est sa vie qui se joue à ce moment présent. Et v'la qu'elle hésite, qu'elle soupire même … La torture n'en finira donc jamais ! On aime savoir si sa tête va tomber ou pas … et en parlant de tête, la Margaut repère l'entrée de roux. Pas qu'ça lui plaise, hein. On lui a toujours dit qu'les Roux, ça pue ! Ce sont les bêtes du Sans Nom, mieux vaut s'en tenir à l'écart. Pas d'bol que la Fauve, elle soit rousse mais bon, ça voulait bien dire ce que ça voulait dire.

Pis, elle avale sa gorgée, elle repose le regard sur elle, et parle enfin ; sèchement, mais enfin ! Froidement et plus … elle en a des frissons. Elle, la future grande Dame, qui pourrait mourir ici égorgée par une femme diabolique et être salie par tous ces miséreux … arf ! La Margaut elle commence à avoir réellement les pétoches. C'est qu'elle compte bien se servir de la rousse, celle qui a dirigé l'armée pendant la grande guerre, mais … encore faut il apprendre, avant de pouvoir se défendre ! Qu'elle lui laisse du temps, un peu !

Et patatraque ! Tout ce trac pour rien. Voilà que c'est bon, voilà qu'elle accepte … enfin juste dans son sillage qu'elle a dit. Et la v'la déjà trois tabourets plus loin. Coriace jusqu'au bout, la fauve ! Au bout des griffes et des dents acérées oui … Mais bon, peut pas trop en d'mander la Margaut. Déjà la v'la nourrie, dans l'sillage de la meilleure amie de la Noiraude, sur les traces du borgne, et dans les traces de sa soi-disant prétendue mère. Quand on vient de nulle part, on peut difficilement espérer meilleur départ. Elle sait qu'la rousse va la faire chier, trimer, et n'aura aucune pitié, mais elle est juste un tremplin. Dans quelques temps, la Margaut aura les moyens de se venger, et c'est la rousse qui viendra lui becqueter dans la main. A cette pensée, un léger sourire éclaire son visage. Bientôt, bientôt …

Elle boit, rassurée, le breuvage imbuvable que lui a concédé le tavernier. Parce qu'ici quand on n'est pas connu, on n'a pas franchement droit à grand chose. Et en parlant d'ça, les râles d'une autre rousse attire son regard. Tchô … c'est au Serra qu'elle parle comme ça ? La Margaut peut pas s'empêcher d'penser qu'y a des débutantes qui tuent la profession ! Y a des gens comme ça, qui connaissent rien, qui débarquent en terre conquise, qui font toutes les gaffes dès l'premier jour, et qui meurt le second. Bah elle a pas franchement envie d'voir ça. Comme si l'homme au chapeau allait s'rabaisser à répondre à ça … encore une qui mourra sur les routes sans rien avoir compris. Bah finalement ça lui réchauffe le coeur et l'esprit d'savoir qui a encore plus naïve et maladroite qu'elle ! Ça lui laisse une bonne place ça, si les nouveaux sont tous aussi stupides et incultes en matière de brigands. Suffisait d'comprendre comment ça marche et d'savoir faire profil bas … au début …

Un p'tit r'gard vers la Fauve, et elle opine de la tête en signe de consentement. Elle a trouvé sa place. Une nouvelle vie commence …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zoko
Scribe officiel
Scribe officiel
avatar

Nombre de messages : 625
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Lun 09 Mai 2011, 22:48

Un grand éclat de rire vint en guise de réponse à la Charpardeuse, avant qu'il n'ajoute quelques mots.

Non, j'savais pas. Mais pour ma part, ça risque plutôt de mettre fin à mes jours que de réaliser mes rêves... Dommage, j'aurai sans doute été plus joueur en d'autres temps.

Du bout des doigts, il joue avec son verre vide, le regard dans le vague, et enfin se redresse.

Puisque l’heure est aux présentations : Zoko, le Roux ou la Science, pour les Canards, gredin des villes et des chemins.

Il accompagne sa phrase par un geste ample comme pour saluer les deux rousses, et répond enfin à la louve.

En effet, jamais mis les pieds à Marseille, chez moi, les roux courent pas les rues, à vrai dire, j’en connaissais qu’une autre.

Il lance un clin d’oeil à celle qui salue Serra, puis revient à ses moutons.

Quant à où je vais, pour l’instant, je rentre en Anjou, mais comme je ne tiens pas en place, il y a fort à parier que je me promène de nouveau d’ici quelques temps. Et avec qui ? Ma foi j’ai de nombreux amis, mais ne dit-on pas que plus on est de fous, plus on rit ?

Un large sourire sur ses lèvres, il ne précise pas que certains des siens le sont vraiment, fous. Il ajoute simplement quelques mots.

Quant à vous ? Qu’est ce qui vous amène ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lespiques.forumdediscussions.com/forum
la hire de dieu
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 14/05/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Sam 14 Mai 2011, 19:05

La Hire entra dans la taverne d'un pas sur, et fut tout d'abord étonné de voir tant de roux en ce lieu, le brun ne releva pas la chose et s'approcha du comptoir ou il posa son bras gauche en suivant la scène intrigué. Il ajouta alors pour lui même à voix basse:

Au moins elle en a dans le pantalon..

Il tourna son visage vers le tavernier et déposa trois écus sur le comptoir.

Un écus pour ta boisson, et deux autres pour parier que les roux gagnent..

Il lui esquissa un sourire amusé et ajouta

Sauf si il y a invasion de lapins évidemment...

La choppe arriva, et l'homme à la carrure impressionnante s'y attaqua sans attendre et posa ses yeux sur la scène, attendant de voir ce qu'il se passerait plein de curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La dame
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 15/01/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Sam 14 Mai 2011, 20:51

La dame se faisait plus que sué a tourner en rond dans cette grotte. Peu de chose l'avait intéressé et avait attiré son œil. Elle se promena alors prêt de la taverne et fut intrigué par les éclats de voix. Des joutes verbal ou de la bagarre. La pauvre vielle femme poussa la porte et entra en regardant la salle.

Elle n'était pas bien grande, mais fine et musclée. Sa peau buriné montrait que les voyages elle connaissait. Son corps été recouvert de différentes cicatrice et elle boitait légèrement de la jambe gauche. Elle avança jusqu'au comptoir le regard droit et fière. Manquerait plus qu'elle baisse les yeux devant des pochtrons !! Non mais vous la prenait pour qui la dame. En plus d"approcher de la trentaine elle avait un caractère a faire fuir toute personne qu'elle n'apprécie pas.

La vielle harpie ne mâchait pas ses mots et aimait les joutes en Lice. Même si il y avait bien longtemps qu'elle ne s'était pas amusé de la sorte. Un élan de nostalgie la prit... Depuis SA mort elle n'avait pas prit part aux différents combat de la lice. Bah rien n'était perdu. Elle pouvait toujours s'amuser pendant ses voyages et ses feux de camps a taper le bien gros et bien gras voyageurs. Même si elle préférait taper dans les mairies... Ralala sa aussi depuis Décembre rien a mettre sous la dent. Rien d'extraordinaire. Rien qu'y vaille de quoi se taper la tête contre les murs. Ah ! Non on lui a déjà dis de pas le faire !! Elle allait être encore plus con...

Elle sortit de sa torpeur quand le tavernier super aimable lui demanda ce qu'elle prendrait. La dame prit donc une bonne bière et regarda les chopes crasseuse dans laquelle il lui servit sa bibine. Ralala... Qu'elle gâchis. Un long soupir lui échappa et elle paya sa consommation avant de reporter son attention sur la salle de ses yeux violet-bleue perçant. Rien de bien intéressent. Elle était bien déçut la dame... Elle s'accouda de nouveau au comptoir et plongea son nez dans sa chope.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Faucheur
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 652
Age : 105
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mar 24 Mai 2011, 00:09

La vaste salle était bondée, ce soir-là. Bruyante à souhait, dégageant les âcres relents de vice et de dégénérescence sociale. La crème des raclures était réunie. S'y mêlaient poivrots et poltrons, brigands, miséreux, soulards et catins en tout genres. Tout autant de sacs-à-vins dont les simples plaisirs se situaient au fond d'une chope, quand ce n'était pas entre les cuisses d'une femme de mauvaise vie. Dans un coin de la pièce, une série de rires gras se fit entendre, poussée par quelques types passablement décalqués. Entre deux rots, l'un d'eux s'était mis à chantonner une obscène mélodie, flattant ainsi les oreilles de tous avec sa voix pâteuse aux mots mal articulés... jusqu'à ce qu'un courant d'air ne le fasse taire.

Une fois de plus, la porte pivotait pour laisser entrer un autre individu. C'était le Faucheur. Vêtu de loques brunes, plus sale et crevé que jamais. Sa face autrefois séduisante n'était plus faite que de roc, et deux balafres encadraient un regard gris dépourvu de toute chaleur. Mal en point, pas de doute. On l'avait laissé pour mort sur le bord d'une chaussée fangeuse, et il avait mis du temps à s'en remettre. Si une armée ne lui était pas tombée sur la gueule, sûr qu'il aurait réussi son coup.

Quelques pas, et il pénétrait dans la chaleur malodorante de son chez-lui. Y'avait des bleus à la pelle. Assez de donzelles pour égayer plus d'une bourse pleine, et autant de gueux qui les reluquaient la bave aux lèvres. Très peu s'étaient approchés des nouvelles. Une aubaine. Sa main se dirigea naturellement vers le premier croupion qu'il pressa d'un geste ferme, sans plus d'un regard pour la femme accoudée au comptoir qui sirotait son breuvage perso. Pas trop laide, la dame. Elle ferait l'affaire. D'une proposition particulièrement subtile, le salaud lâcha :

"
J'ai besoin d'me remettre en jambes. Tu montes avec moi, chérie ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La dame
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 15/01/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mer 25 Mai 2011, 17:18

Alors qu'elle dégustait dans sa chope crasseuse sa bière une main vient se poser sur son postérieur. Qui osait la troubler dans sa dégustation ? Elle releva la tête et toisa l'homme d'un regard mauvais. Prenant sa main elle la repoussa et haussa un sourcil. Il n'avait même pas cherché a la courtiser même si ce mot dans ce lieu était inapproprié. Il la prenait pour une catin !
La dame se releva doucement et sourit a l'homme a son côté.


Pour commencer, je ne suis pas "ta chérie" ! Ensuite je ne monte pas avec toi pour te remettre en jambe !

Un autre sourire a l'homme et la vielle harpie se pencha vers l'homme, sa main glissant vers le bas ventre de se porc, elle lui murmura a l'oreille avec un petit sourire

Et si tu veux pas perdre ce qui te reste de ta virilités, je te suggère d'aller trainer tes braies plus loin...

Elle se redressa ne supportant plus l'odeur de sueur et de crasse de l'homme. La dame fronça le nez et reprit sa chope qu'elle entrepris de vider ignorant l'énergumène a son côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Faucheur
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 652
Age : 105
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mer 25 Mai 2011, 18:48

Les temps changent. Fort de ses nombreuses errances, le Faucheur était devenu un marginal, totalement paumé et incapable de comprendre les moeurs d'une société civili... Quoi ? Mais bordel, on est à la grotte ou dans une quelconque cour ducale remplie de troufions parfumés ? La beauté s'était refusée à lui. Pas possible. Deux années plus tôt, toutes accouraient pour s'agenouiller devant son membre ! Fallait pas s'essouffler une demi heure pour sauter sa première gueuse ! Progressivement, la figure encore calme du brigand se mua en un masque dur et menaçant. C'était une boule d'orgueil, ce mec. Sa large paluche ne put s'empêcher de retrouver le chemin d'une cuisse, tandis qu'il soufflait :

"
Sois pas timide, poupée. Tu pourras plus t'en passer, une fois que t'y auras goûté. "

Pas très original, ouais. Une bonne centaine de chiens avaient déjà du le sortir, ce refrain. La mignonne n'y réagit même pas, trop occupée à se gaver de bière. Ce qui ne manqua pas d'hérisser notre gars, là, qui se retrouvait la queue encore au frais. Ses lèvres se crispèrent, sèches, pincées. Dans la salle, de nombreux péquenauds braquaient leurs regards sur eux. On connaissait les sales habitudes qu'il traînait avec lui. C'était de notoriété. Fidèle à sa réputation, le malfrat agrippa la belle chevelure de ses doigts, qu'il tira en arrière d'un geste sec. L'avait décidé de se satisfaire en force.

"
Tu montes avec moi, j'te dis ! "

Il la tira sans ménagement en arrière, bien décidé à faire plus ample connaissance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fauve
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 561
Date d'inscription : 23/03/2009

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mer 25 Mai 2011, 22:29

Y'avait pas à dire, ça faisait vraiment du bien de revoir les vieux amis. Tandis qu'elle trinquait avec le vieux, la rousse ne lâchait pas la noireaude du coin de l'œil. Ça, fallait pas être devin pour comprendre que son petit discours avait fait son effet! La chienne était passée par toutes les expressions, de la peur à la rancune jusqu'à la lumière victorieuse qui était passée dans ses yeux quand elle avait compris qu'elle avait gagné la partie. Bon sang, elle en avait le bide en vrac de devoir lui dire oui à cette trainée, l'idée de se la coltiner dans les prochaines semaines suffisait à lui retourner les boyaux.

Au bout de quelques minutes de plaisanterie avec Serra et quelques verres plus tard, elle se pencha vers lui à l'arrivée des deux siamoises rouquines.


Dédiou, y'a recrudescence de filles de satan t'as raison. Dis donc, tu crois qu'j'pourrais passer plus inaperçue maintenant qu'les femmes se mettent à se coiffer au jus de carotte? Non sans blague... Tu crois qu'le reste aussi passe au jus...? Bon sang, quand tu vois comment ça cause, ça fait pitié hein... Plus d'respect pour les vieux! Ça croit qu'ça suffit d'brailler trois insanités pour pouvoir jouer dans la cours des grands... Pfutt, j'te jure, y a plus d'respect pour rien en c'bas monde!

Un coup d'oeil à la salle, un sourire au Zoko qui joue les hotes. Un bon gars celui là, fallait vraiment qu'elle refasse un coup avec lui un de ces quatre! Un regard perçant vers la noireaude qui essaie de capter son regard depuis quelques minutes en vain. Bah ouai pas la peine de le faire comprendre, elle le sait qu'elle accepte sa proposition, elle est pas folle la gueuse, même si elle la fait trimer comme une esclave, elle sait où est son avantage va... Son inspection se poursuit du regard quand un rictus déforme ses traits. Tiens le Faucheur... Putain manquait plus que lui pour lui gâcher la soirée! Cette ordure, elle l'a laissé agonisant à Orléans persuadée qu'il en réchapperait pas cette fois, pas mécontente de s'en être débarrassée pour une fois. Pas de bol vraiment, il avait l'air crasseux, pouilleux, miteux, mais malgré l'odeur, il avait toujours pas passé l'arme à gauche apparemment !

Soudain une idée germe dans son esprit tortueux, ses yeux se posent réciproquement sur la raclure ,déjà occupé à chercher comment soulager son engin, puis sur la noireaude. Ses deux là, pas de doute, pourrir la vie la vie des autres ils savaient faire... et pourtant....

Une main sur l'épaule de Serra, elle se penche vers lui.


Tu m'excuses quelques minutes, une chose ou deux à voir avec ma nouvelle recrue... La brune la bas qui tremble dans sa cape... je reviens... Mais reste dans le coin ; avec le Faucheur dans les parages, ça peut partir au grabuge. J'aurais peut-être besoin d'un coup de main le vieux!

Puis sans plus de cérémonie, elle s'avance vers la Margaut en souriant de toutes ses dents. Suave, elle lui lance en lui prenant la main.

Tu veux voir le gratin...? Ben tu vas commencer ce soir ma jolie. J'vais te présenter un ami, un très bon ami! Une histoire ancienne lui et moi mais l'meilleur dans sa catégorie ma belle... Qui sait, peut-etre qu'il voudra m'aider à te former...

Ce faisant, elle l'emmena au comptoir où le bougre s'escrimait après une donzelle. Sans plus faire de cas elle lui lança.

Hey, salut raclure! Alors toujours en vie...? Moi qui croyait que tu bouffais déjà les pissenlits par la racine... Humm et puis en forme à ce que je vois... Regard vers la drôlesse au comptoir. Humm t'as bon goût, j'reconnais...Vous permettez qu'je vous l'emprunte un peu...? Merci m'dame!

Dis j'voulais te présenter ma recrue, la Margaut qu'elle s'appelle. Elle veut que je le fasse pénétrer dans le milieu sans trop de dommages... Elle cherche un chevalier pour être son écuyer à c'qu'elle raconte. Bon un peu fleur bleu c'est vrai, mais elle a de la ressource, une vraie garce la fille t'y trompe pas! Je me fais vieille à porter le barda alors j'ai acceptéle coup de main mais j'peux pas la prendre avant trois semaines... Ça t'dirait qu'je te la prête tout ce temps...? J'sais qu'j'ai une dette envers toi alors j'me suis dit qu'je pouvais me montrer généreuse pour une fois... Avec toi elle apprendra le métier... tout le monde sait qu't'as été chez les meilleurs dans l'temps... T'en penses quoi...? Trois semaines...?

Durant tout son petit discours, la rousse avait gardé aux lèvres un sourire carnassier sachant pertinemment où ses paroles feraient mouches et insistant généreusement sur le « dans l'temps ». Si elle réunissait ses deux là, elle pourrait bien faire d'une pierre deux coups et avec un peu de chance ils s'entretueraient avant même de penser à lui planter leur lame dans le ventre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debrinska
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 4
Age : 38
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 28/12/2009

MessageSujet: Le bord du comptoir   Mer 25 Mai 2011, 23:06

Deb regarde,,hume l'air environnant...il y a si longtemps qu'elle n'est venu!
Depuis la mort de Fab pour être très précise,,, rien .. non rien à changer....


Elle s'assied,,,pose ses pieds sur la table...et appelle le tavernier...
Amène tes fesses et une chope...
en attendant, observe la faune qui gravite dans la taverne,,,
difficile de voir quelque chose à travers la fumée des chandelles...
les filles chantent , dansent, des bagarres éclatent de ci de là!
Elle n'en a cure... essaie de repérer le Paladin noir!
lui délivrer son message!
Elle sort le feuillet de l'étui de sa miséricorde et relit l'incroyable nouvelle!

Saint-Bertrand, la ville la plus intouchable de l'Armagnac ne serait plus protégée!
il n'y a plus de veto à attaquer la ville!


Par les saints couillons du pape... tu te magnes le cul.. Aubergiste, chiabrena.(cf1)..
.j'ai soif moi...à force d' étouffer dans ton bouge!

(cf1http://beaujarret.fiftiz.fr/blog/173,injures-et-jurons-du-moyen-age.html?cok)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://debrinska-aladriveetlajoie.blogspot.com/
la_noiraude
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 12/01/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Lun 30 Mai 2011, 20:14

Et la jeune Noiraude regarda la Fauve revenir à elle. Ce qui l'étonne c'est la soudaine proximité de cette dernière qui lui prend les mains et l'entraîne vers l'Homme qui est entré quelques instants plus tôt. La Margaut elle s'y trompe pas ; il lui inspire pas confiance c'ui là, mais d'empêche qu'il l'a bien fait rire. La dame, qui se pavanait et ouvrait gosier et bec à qui voulait l'entendre, a eu tôt fait de ravaler ses mots. Elle est jeune la Margaut et un rien la fait rire. Et qu'est ce qu'elle aime les histoires, comme le théâtre de rue, où les Grands ... ou ceux qui s'y croient ... se font rabaisser l'caquet ! C'est trop bon ! Et c'est ce goût qu'a la précédente scène à laquelle elle a assisté.
Bon pour sûr qu'elle aurait pas aimé se faire mettre la main aux fesses, ou tirer les cheveux ... quoique fallait voir c'que l'Homme avait dans ses bourses ... et elle parlait du cuir là ... à la ceinture hein, pas en dessous ! Parce que souvent, plus les brigands semblaient misérables, et plus ils avaient sous en poche. Mais, elle en convient, c'ui là, il a vraiment l'air mal en point ...

Certainement pour ça, d'ailleurs, que c'est un ami de la Rousse !

Elle la r'garde faire. Quel aplomb ! Raclure, elle adore ce nom, presque poétique ! Pis l'gars, ça lui va comme un gant, faut l'dire ... Elle l'écoute donc parler, attentive et tentant d'enregistrer le style. Parce que c'est différent de c'que f'sait la Noiraude. Elle s'était comme tranchée, c'était comme ça et pas autrement quand elle parlait. Ouais, elle tranchait sec. La Rousse, elle y met plus de douceur, ouais c'est ça y a un p'tit côté suave ... mais elle sent qu'y a aussi plein de choses dites mais pas dites, mais dites quand même, au second degré un truc du genre. L'problème c'est qu'la débutante, elle pige pas tout ! Les lettres, les non dits, ces trucs là ... c'est pas encore son fort ! Alors elle apprend ... quand une phrase, toute petite, toute simple, lui fait dresser les poils !!!


Citation :
Ça t'dirait qu'je te la prête tout ce temps...?

Elle tique la Margaut ! Tchôoo qu'est ce qu'elle lui fait la Marraine là ? Retournement de situation ! Elle voit bien qu'elle essaie d'se débarasser d'elle, ça se trouve elle le connait même pas le "guenilleux" ! Mais ça va pas la tête ... Elle va pas être formée par le dernier des bougres ! Et vu c'qu'elle vient d'voir, il s'rait plus là pour la déformer, oui, que la former.
Ebahie, même assommée l'espace d'un instant, elle regarde la Marraine, pis elle peut pas s'empêcher d'gueuler en réponse à ça :


Citation :
J'sais qu'j'ai une dette envers toi alors j'me suis dit qu'je pouvais me montrer généreuse pour une fois... Avec toi elle apprendra le métier... tout le monde sait qu't'as été chez les meilleurs dans l'temps... T'en penses quoi...? Trois semaines...?

- Wow ... WoW ... WOW ... Hé la Fauve ! c'est pas c'qui est convenu ! J'suis pas ton esclave ou ta boniche, franchement ma bohémienne de mère, elle aurait pas aimé ... non pas du tout ! Faudrait voir à pas r'filer l'bébé au premier v'nu ! Si tu t'sens pas capab', bah faut m'le dire ... mais j'suis pas à vendre, ni à prêter ... ni même à souiller ...

Bon, bah là ! c'est clair ! elle tente de capter le regard de l'homme sous la capuche ... C'est quoi ces procédés d'malades !
Pis malgré tout, elle a un p'tit sursaut ... parce que son rêve faudrait pas qu'il lui échappe ...


Tout c'négocie dans la Vie ... faudrait p't'être voir c'que j'y gagne hein. J'suis pas née d'la dernière pluie ... C'est qui d'abord LUI ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Sombra
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 01/06/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mer 01 Juin 2011, 19:13

La sombra se glissa à l'intérieur de la taverne, en silence et sans se faire remarquer. Elle avait l'habitude des tavernes mal famées où l'on rencontrait la faune des bas fonds des villes et des villages, les brigands de haut vol, pilleurs de mairies et de châteaux et les bandits à la petite semaine qui se contentaient d'attaquer les voyageurs solitaires dont ils dépensait l'or et l'argent pour se soûler en taverne et se remplir la panse. Elle alla s'asseoir dans un coin de la salle enfumée et puante, au sol couvert de sciure et de crachats.

Des hommes et des femmes se trouvaient là, elle décida d'écouter les conversations sans rien dire. Sentir d'où venait le vent et agir en conséquence avait toujours été sa façon de se comporter en nouvelles compagnies. Cela lui avait évité pas mal de déboires et de mésaventures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serrallonga
Seul maître à bord après Dieu, Oeil de Nuit et Chasseur
Seul maître à bord après Dieu, Oeil de Nuit et Chasseur
avatar

Nombre de messages : 2621
Date d'inscription : 04/03/2007

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mer 01 Juin 2011, 20:14

La taverne se remplissait petit à petit et les murmures des discussions secrètes laissaient la place désormais à un brouhaha en fond. Serra était ravi de retrouver cette ambiance et de ne plus être obligé de rester soit planqué comme un cabot qui a déféqué dans les bottes du berger soit carrément alité comme ce même animal mais qui aurait reçu sa raclée après s'être fait attrapé. Le pire, c'était qu'il s'était retrouvé avec une quinzaine de gars se défoulant sur lui alors qu'il n'avait rien fait pour cela. Un comble ! Il en méritait surement des estafilades et des balafres... mais là, c'était gratuit. Et puis pas une explication hein ! Pas une excuse !... Que des vauriens ces italiens...

Et là, la donzelle qui venait lui souffler sous le nez. Serra ne releva même pas l'intervention de la rousse. Un magnifique levé de coude pour porter le breuvage fut sa seule réponse.


Dédiou, y'a recrudescence de filles de satan t'as raison. Dis donc, tu crois qu'j'pourrais passer plus inaperçue maintenant qu'les femmes se mettent à se coiffer au jus de carotte? Non sans blague... Tu crois qu'le reste aussi passe au jus...? Bon sang, quand tu vois comment ça cause, ça fait pitié hein... Plus d'respect pour les vieux! Ça croit qu'ça suffit d'brailler trois insanités pour pouvoir jouer dans la cours des grands... Pfutt, j'te jure, y a plus d'respect pour rien en c'bas monde!

Haaa... M'en parle pas va... Cette jeunesse se croit tout permis. D'un autre côté, j'étais surement un peu comme ça également hein.
Serra laissa éclater un rire gras puis laissa la Fauve se diriger vers sa "recrue". Qu'avait-elle encore été inventer celle-là ? Et puis, c'était qui cette donzelle ?
Ha puis y'avait effectivement Le Faucheur qui était arrivé. Ca en faisait du monde macarèl !

Perdu dans ses réflexions, il n'oublia pas néanmoins de recommander de quoi étancher sa soif et bien plus avant de jeter un coup d'oeil à la rousse qui lui avait répondu... Il ne faut jamais tourner le dos à une femme. C'est le meilleur moyen de se retrouver avec du fer entre les épaules.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Magouille
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 30/06/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Jeu 30 Juin 2011, 19:40

On lui avait recommandé ce lieu pour y faire des rencontres avec de mauvais garçons, des bagarreurs, des buveurs de bière, des demoiselles pas farouches et autres brigands pure race. Ainsi, après un bon repas de midi et sa petite sieste quotidienne, il leva ses belles miches du siège où il s’était oublié, afin de prendre la route de la bien connue Grotte des Joyeux Brigands.

Sur les chemins qui mènent au lieu dit, il songeait à ce qu’il ferait une fois qu’il aurait rencontré des gens sympathiques, avec qui il pourrait faire les 400 coups. Initialement, il s’y rendait pour faire quelques magouilles avec des bandits qui n’avaient sans doute pas plus de morale que lui. Et c’est justement lorsque cette pensée lui traversa l’esprit qu’il croisa un homme qui quittait la Grotte. Celui-ci l’accosta
.

« Hep toi là ! Tu vas où comme ça ? Et comment tu t’appelles ? » lui dit l’étranger sur un ton agressif.

Conscient qu’il ne pouvait pas dévoiler sa véritable identité, il allait devoir donner un pseudonyme ; seulement il n’y avait pas pensé… Il baragouina donc quelques bruits hésitants avant de répondre instinctivement à son interlocuteur.

« Heu… Moi c’est… Magouille… Ouais, on m’appelle La Magouille ! Et puisque ça t’intéresse, je me rends justement là d’où tu viens. »

Il faut croire qu’il s’appellerait désormais « La Magouille » dans le milieu du brigandage… Ce n’était pas très effrayant mais assez évocateur, ce n’était pas si mal en fin de compte ! D’autant plus que ça pouvait établir une promiscuité entre lui et ses rencontres qui pourraient éventuellement l’appeler familièrement « Ma Couille »… Bah quoi ? C’est mignon une couille !

Quand il eut fini sa phrase, le bandit sembla surpris, mais il se contenta de la réponse de La Magouille et hocha la tête en guise de salut avant de continuer sa route. Sans doute que le vagabond avait une tête qui se prêtait au brigandage ; il fallait avouer qu’il avait passé presque la moitié de sa vie derrière les barreaux pour de nombreuses escroqueries et autres méfaits… Il n’était donc pas tellement différent de la population de cette Grotte.

Une fois devant l’édifice, il rentra en s’hasardant dans les couloirs de pierres, froids comme la lame d’une dague. L’ancien taulard arriva fortuitement devant la porte de la taverne, il avait grand soif ! En ouvrant sereinement la porte, il jeta un bref coup d’œil dans la pièce ; il y avait quelques personnes mais elles semblaient endormies, ivres mortes ou carrément mortes. On lui avait décrit cette endroit comme un lieu où les rires, les bagarres et les réunions de bandits étaient monnaie courante ; seulement, l’endroit qu’il venait de déterrer était totalement à l’opposé de cette charmante description qui lui convenait tant. Il s’avança dans la pièce et se glissa jusqu’au comptoir où le tavernier était avachi, un œil ouvert vers le nouvel arrivant.

« Salut l’ami. Sers-moi une bonne bière que je désinfecte mon gosier ! » Il plongea la main dans sa poche pour sortir une poignée d’écus qu’il déposa sur le comptoir. « Prends ce qu’il te faut tavernier, et file un verre à ceux qui sont réveillés… C’est ma tournée. »

Une fois son breuvage servi, il le porta à ses lèvres pour le siroter, attendant de voir si quelqu’un allait venir pour l’aborder, ou au moins pour venir chercher la bière gracieusement offerte par La Magouille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lo Mandra
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 23
Localisation : Quelque part dans les pyrénées
Date d'inscription : 17/06/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Jeu 30 Juin 2011, 22:15

Trois choses l'avaient réveillées.
Le bruit des écus d'abord. Bruit reconnaissable entre milles, et présent dans bon nombre de ses rêves. Mais ce n'était pas un rêve, il en était sûr.
Ensuite, il y avait le mot bière. Le goût que ce dernier évoquait s'installa dans sa bouche, et ce fut assez pour pousser Lo Mandra à se redresser et s'asseoir sur la solive où il dormait.
Ce qui finit de le réveiller tout à fait, ce fut l'odeur de brûlé. Cette fois-ci, il lui fallu un peu moins d'une minute à se rendre compte qu'il s'agissait de sa tunique. Putain de Manon ! Il se dépêcha d'éteindre tout ça et récupéra sa pipe. Siulat . . . il s'était encore endormi avec. Il la cura, la rangea et descendit pour se rapprocher du comptoir.

A coup de coude, il se fit un chemin comme il pu, tentant tant bien que mal de s'imposer, malgré son air avenant et l'expression de gentillesse qui ne le quittait jamais. Qu'il était dur de brigander avec un air d'enfant de choeur . . . Il continua son chemin, laissant bien apparaître le manche de son couteau dépassant du sac à un massif qui n'avait initialement pas eu l'intention de bouger et fini par arriver à son but.
Là, il trouva un homme qui scrutait la salle, et une bière que le tavernier lui posa d'entrée devant lui. Hochant la tête, le fumeur de pipe pris la chope avec un air interrogateur.

Tournée ?

Lui, à gauche. lui répondit le tavernier avec un geste de la tête.

Lo Mandra bu quelques gorgées avant de s'approcher de l'intéressé.

T'es bien généreux dis donc, un gros coup qui aurai réussi, par hasard ? Non, ne me dis rien, t'es nouveau par ici non ?

Il s'assit sur une chaise haute près de l'homme, et lui tendit la main.

Au fait, ici on m'appelle Lo Mandra. Nouveau aussi, enfin, depuis un petit moment.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Magouille
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 30/06/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Ven 01 Juil 2011, 10:24

Que cette bière était bonne ! Et elle l’était d’autant plus après tout ce chemin parcouru en plein cagnard. Un type qui avait failli prendre feu à cause de sa pipe se leva de sa place pour rejoindre le comptoir et se faire servir sa bière par le tavernier. Il avait l’air d’avoir une vingtaine d’années, peut-être moins, peut-être plus ; en tout cas il ne semblait pas très sauvage. En effet, le fumeur de pipe s’approcha de La Magouille et entama la conversation.

« T'es bien généreux dis donc, un gros coup qui aurai réussi, par hasard ? Non, ne me dis rien, t'es nouveau par ici non ? » lui dit son nouvel interlocuteur.

Un gros coup qui aurait réussi ? Le pauvre Magouille sortait juste de prison après presque dix ans de détention, avait eu juste le temps de trouver de l’argent pour remplacer ses vieux haillons et il était venu aussi sec boire un coup dans cette « charmante » taverne. En réalité, s’il était aussi généreux c’est parce qu’il voulait soigner son arrivée parmi les brigands et il paraissait que les bandits étaient amateurs de bière… De fait, même si tout son argent devait y passer, il se ferait des amis dans ce milieu. Il espérait de toute manière récupérer tout cet argent en brigandant avec tous les acolytes qu’il pourrait se faire !

« Ouais, je suis fraichement arrivé ici… Mais c’est parce que je suis fauché comme le blé que je suis là ; donc je suppose que c’est dans un élan de générosité divine que j’ai offert une bière à tout le monde… Ou peut-être dans un élan de bêtise ultime… Appelle ça comme tu veux. »

Il rigola franchement tout en portant sa chope à sa bouche, essuyant après avoir but deux grosses gorgées, la mousse qui s’était déposée sur sa lèvre supérieure. Avant de se présenter, son nouvel ami lui tendit la main, La Magouille tendit alors la sienne pour une poignée de mains ; chose qu’il imaginait peu conventionnelle dans ce milieu.

« Au fait, ici on m'appelle Lo Mandra. Nouveau aussi, enfin, depuis un petit moment. »

Lo Mandra c’était bien comme surnom ! Pourquoi n’avait-il pas pensé à un truc du genre lorsqu’il eut à donner le sien ? Non lui il avait dit « La Magouille »… Tant pis !

« Enchanté l’ami. Moi c’est La Magouille, mais tu peux m’appeler Mag si ça te chante. »

Il sourit à Lo Mandra en levant sa bière.

« Santé ! Et, aux nouvelles rencontres ! »

Après ces mots, l’ancien taulard vida le restant de son verre d’une traite avant de poser violemment sa chope sur le comptoir.

« Alors, comment ça va le brigandage pour toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lo Mandra
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 23
Localisation : Quelque part dans les pyrénées
Date d'inscription : 17/06/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Ven 01 Juil 2011, 10:44

Il trinqua avec son vis-à-vis en hochant la tête.

'Gaffe quand même, ils sont pas tous comme moi ici. 'Suis un bleu, et un peu trop gentil y parait. Alors montre pas trop ton argent quand même.
Enfin bref, le brigandage ? Ben avant je volais à la tire dans les villes où je passais. Et puis j'ai décidé de faire dans le Grand Chemin. Du coup je suis en train de recruter du monde et de faire quelques tentatives. Ca m'a l'air de marcher pas mal.


Il sourit en coin en regardant l'homme. S'il s'attendait à des récits de gloire et de richesses . . . Triste de devoir le décevoir quand même. Il fini sa chope d'un trait et la reposa. Il essuya la mouse sur sa bouche d'un coup de manche et commença à bourrer une nouvelle pipe.

Siulat, ça fait du bien. Merci pour la bière Mag. . .

Mag . . . Il fit tourner le mot dans sa bouche. Non décidément, il préférait Magouille.

La Magouille . . . Pas mal ton nom dis donc : drôlement plus original que le mien. Faudra que tu me dises d'où il te vient. Bon, de ton côté, ça marche ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Magouille
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 30/06/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Dim 03 Juil 2011, 11:08

Voilà que son nom était original... Qui l'aurait crû ? Il se gratta la fine barbe qui ornait son visage pour se donner une contenance le temps de réfléchir à ce qu'il allait répondre à Lo Mandra sur l'origine de son surnom. C'était le nom d'un richissime cracheur de feu hollandais ? Non, trop farfelu. C'était un perroquet ecclésiastique qui l'avait baptisé ainsi ? Non, trop improbable. Allait-il devoir raconter la ridicule vérité ?

Un éclair traversa son esprit et il débita sans attendre sa réponse.


J'ai pensé à ce surnom parce que quelque soit l'affaire qu'un brigand veuille entreprendre, quelques soient ses besoins materiel, je suis là pour l'aider... J'ai un sens des affaires assez accru et c'est donc dans les relations humaines que j'interviens.

Il sourit en commanda une nouvelle bière au tavernier, lui faisant signe de remettre une tournée à son interlocuteur.

Bon, de ton côté, ça marche ? s'intéressa son ami fumeur de pipe.

Ca marchait moyen puisqu'il sortait tout juste de cabane après des années d'incarcération. Le tavernier servit les deux bières et La Magouile s'empressa de prendre la sienne pour en descendre la moitié. C'était un plaisir pour lui qui n'avait plus gouté à ce breuvage depuis plus de huit ans !

Aaaah cette bonne bière, c'est la preuve que Dieu nous aime ! Disons, que mes affaires sont en construction. Je sors tout juste d'un long séjour entre la prison et les asiles de détraqués mentaux dans lesquels j'ai passé huit ans. Donc c'est assez dur de se refaire une réputation et d'avoir un capital. Mais ça va aller.

C'est vrai qu'il était difficile de se faire un nom dans la profession de brigand, et c'était encore plus difficile de se réintégrer à la société lorsqu'on avait été en prison et en asile psychiatrique.

En tout cas, je suis ravi de pouvoir discutailler avec toi l'ami !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lo Mandra
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 23
Localisation : Quelque part dans les pyrénées
Date d'inscription : 17/06/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Lun 04 Juil 2011, 10:28

Lo Mandra hocha la tête en écoutant son interlocuteur lui répondre. Il fini de bourrer sa pipe et écarquilla un peu les yeux quand il vit une deuxième chope se poser devant lui. Il jeta un coup d'oeil autour de lui et se pencha pour attraper une des quelques lampes à huile, trempa un bout de tissu dans le réservoir pour ensuite l'enflammer et allumer sa pipe. Il tira quelques bouffées en écoutant Magouille. En asile ? Un peu surpris, il se gratta la tête. Hum, l'avait pas l'air d'un mauvais bougre. Enfin, pour un brigand hein ; tout est relatif. Il bu une gorgée de bière et lui sourit :

Bah, tu sais, c'est pas marqué sur ton visage alors . . . Ca va redémarrer doucement.

Lo Mandra recommença à tirer sur sa pipe.

En tout cas, je suis ravi de pouvoir discutailler avec toi l'ami !



Il hocha la tête.

Moi aussi amic. Si tu a besoin d'aide, ou d'un coup, tu pourra me contacter par pigeon. Je t'aiderai, parole de tochin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Don Lope
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 22
Localisation : IG : Loches, Touraine, MariaDonLope
Date d'inscription : 05/07/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mar 05 Juil 2011, 22:43

Elle ne connaissait ce lieu que de réputation. Mais c'est précisément cette réputation qui l'y avait amené. Brune, et élancée, elle avait toujours attiré le regard des hommes et le savait, ce qui donnait de l'assurance à son pas. Elle était vêtue d'une tenue qu'on dirait volontiers légère, ou même provocante, mais qu'elle qualifiait elle même de libre.
Elle poussa la porte et s'avança calmement vers le comptoir. Là, elle s'assit près de deux hommes déjà installés, discutant ensemble avec leur bières. L'odeur prononcée de tabac flottait dans l'air. Elle ne lui déplaisait pas mais dissipa d'un petit geste l'épais nuage de fumée qui lui piquait un peu les yeux.


Messieurs, puis-je me joindre à vous? Ou peut-être désirez vous un peu d'intimité? demanda-t-elle esquissant un petit sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lo Mandra
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 23
Localisation : Quelque part dans les pyrénées
Date d'inscription : 17/06/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mer 06 Juil 2011, 11:45

Lo Mandra vit une main traverser le nuage de fumée de sa pipe et le dissiper légèrement, puis des bras, une tête, et tout ce qui va avec. Une femme.

Messieurs, puis-je me joindre à vous? Ou peut-être désirez vous un peu d'intimité?


Il tourna la tête pour souffler sa fumée ailleurs puis revint à la jeune femme et lui sourit.

Je ne vois aucuns problèmes à ce que vous nous rejoignez, donaisèla.

Il lui tendit la main : On m'appelle Lo Mandra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le bord du comptoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 12 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant
 Sujets similaires
-
» Chat-Minou à bord
» Facebook, fac et comptoir de la mode
» Nabcast " breve de comptoir "
» [Programme TV] A bord du Charles de Gaulle
» le tableau de bord du KA 50

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Grotte des Joyeux Brigands :: La Grotte des Joyeux Brigands :: [RP] Dans les profondeurs de la grotte… :: La Taverne-
Sauter vers: