AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le bord du comptoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
ElComerciante
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 17
Age : 32
Localisation : Dans ma planque...pardi
Date d'inscription : 09/01/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mer 19 Jan 2011, 13:36

Le Jeune mercenaire fut bousculé en retournant vers sa table..Et dévisageant l'homme :
Il pesta a moitié , descendant une chope , extirpé du plateau que portait une jeune serveuse
Et rengaina :


Ehhh fais gaffe ou tu marches la baltringue !
Si tu tiens a ta tronche !
Tss..pas possible d'voir un empoté pareil..


Tout en grommelant , le Mercenaire avait prévu assez de distance pour parer une attaque de dos..Dés fois qu'en plus d'être doué , il soit un peu abruti..
Crachant dans sa direction , mollard qui arriva pas loin des pieds de l'homme , ElComerciante retourna s'assoir a sa table , tranquilement posé sur sa chaise , il buvait sa chope , plantant de façon régulière son couteau dans la table
Le jeune homme attendait de voir la rengaine du brigand qui venait de les accoster... p'têtre qu'il avait une affaire a proposer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zoko
Scribe officiel
Scribe officiel
avatar

Nombre de messages : 625
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Ven 21 Jan 2011, 14:35

L'ancien, puisque c'était dorénavant ainsi qu'on le nommait, continua de siroter sa fée verte, sourire en coin. Ouaip, ça ressemblait presque au bon vieux temps, les gens débarquaient et étaient déjà prêts à se mettre sur la tronche au premier contact. Les regards se croisaient, les mots doux fusaient, tout ça semblait de bonne augure ! Visiblement, ils avaient de la répartie.

-Ahh tiens..Un alcoolo ? Tu viens chercher les ennuis ? Ou simplement picoler , déconner et parler affaires ?

Un peu tout ça en même temps, c'est à ça qu'sert cet endroit, non ?

Il avait répondu sans vraiment regarder son interlocuteur, et puis l'autre s'approcha à son tour pour répondre, toujours l'air un peu moins commode. Le roux finit par tourner la tête pour les regarder en face avant de se présenter à son tour.

Zoko, joyeux brigand, parfois honnête, parfois moins... Tout dépend à qui j'ai à faire.

Il suivit du regard l'altercation des deux hommes puis repris la parole.

Taupe ou pas, y a pas 36 façons de le découvrir, et encore, j'vois pas trop comment j'pourrai te le prouver. Par contre pour le recel, j'ai bien quelques gens que ça peut intéresser si tu passes par l'Anjou un de ces jours, mais j'suppose que t'as tes entrées.

Il marqua une pause et jaugea Varrel de haut en bas avant de planter son regard dans le sien.

Alors t'es là pour quoi au juste ? T'es juste passé prendre une choppe pour passer le temps ? Voir comment ça se passe chez les brigands ?

Gardant son regard posé sur le fameux Varrel, il reprit une longue gorgée en attendant qu'ils réagissent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lespiques.forumdediscussions.com/forum
L'exquise Cistude
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 29
Localisation : En migration vers ta tronche.
Date d'inscription : 17/07/2010

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Sam 22 Jan 2011, 12:44

-Putain d'clampins à la con...
La blonde scrutait d'un air torve les paumes de ses mains où s'y battaient trois malheureux écus, un pli contrarié aux coins des lèvres. L'époque était rude pour les affreux, ou c'était p't'être elle qui manquait de savoir faire. Plus rapide à vider ses demis qu'à plumer les premiers pecnots passants... Ou alors, ils étaient tous pauvres. La Cistude haussa les épaules en secouant doucement la tête, se dirigeant d'un pas franc vers la plus proche taverne. Autant jeter son butin sur un comptoir mal famé.

Alors qu'elle tournait à l'angle d'une ruelle d'un pas incertain, ses bottes s'enfonçant dans le lisier, son regard capta une tignasse rousse qui la devançait avant de s'engouffrer dans un bâtiment. Ses lèvres s'étirèrent alors d'un sourire mauvais, tandis que sa droite frétillait. Si au passage elle pouvait dégommer quelques espèces de roux, pourquoi se gêner hein. La société l'en remerciera, ou au pire elle dira que c'est pas elle. Bref, en résumé, la blondasse s'était arrêtée devant la porte de la taverne pendant quelques minutes, songeuse de l'effet que produirait la perte d'un roux sur le monde. Jolie consolation suite à cette rude journée à glander derrière un buisson dans l'attente d'un pigeon à détrousser.

La Cistude se redressa dignement et glissa en silence dans la salle remplie, balayant l'endroit du regard, le sourcil gauche froncé. Elle ignora les effluves étranges qui lui parvenaient aux narines, de toute façon vu l'odeur qu'elle se trimballait depuis une semaine son odorat s'était habitué aux pires odeurs, et déambula en direction des tifs roux qui sortaient de la masse. Derrière le comptoir en pleine discussion avec deux autres hommes, peinard.
C'est c'la, profites bien d'ta tranquillité. pensa t-elle. D'abord, de loin elle ne le reconnut pas. Au contraire, elle joua des coudes contre les pochtrons pour se hisser plus rapidement vers le rouquin. Ouais, l'avait pas pensé que déclencher une baston générale dans un lieu mal fréquenté n'était peut-être pas la meilleure des solutions... Puis, alors qu'elle s'approchait du groupe, sa droite au summum de l'excitation, la blondasse prit une sévère douche froide. Glacée. Pâlissant -si cela était encore possible-, son élan affaiblissant, Cistude resta plantée comme un poireaux devant le trio. La craonnaise scruta Zoko et s'éclaircit la voix, le sourcil gauche se levant de surprise.

-Hum hum... après plusieurs mois, j'suis toujours pas fichue d't'reconnaitre quand tu croises ma route. Diantre. T'as eu d'la chance.

Se passant une main derrière la nuque, la blondasse s'accouda au comptoir en lorgnant les deux autres hommes.

-Cistude, pour s'faire servir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Varrel
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 08/10/2010

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Sam 22 Jan 2011, 17:44

Varrel, prit une nouvelle gorgée de la choppe qu'il venait de prendre sur le comptoir. Alors que l'homme se présenta sous le nom de Zoko.
Après, le teigneux ne fit plus attention car Zoko s'adressait à l'autre bouffon. Jusqu'au moment où l'homme revint à lui.



Alors t'es là pour quoi au juste ? T'es juste passé prendre une choppe pour passer le temps ? Voir comment ça se passe chez les brigands ?


Varrel fixa Zoko, et lui répondit.


J'suis là pour apprendre les ficelles du métier....


Un femme arriva...


-Cistude, pour s'faire servir...


-Varrel... Pour pas t'servir. Répondit-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ElComerciante
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 17
Age : 32
Localisation : Dans ma planque...pardi
Date d'inscription : 09/01/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Sam 22 Jan 2011, 18:50

Le Jeune commerçant continuait de prendre des notes , si on c'était penché pour lire..on aurait vu que ses rentrées d'argent se chiffraient avec pas mal de 0..
C'était ce qui faisait la différence entre un bon et un mauvais..Le résultat , ce qui faisait vivre les marchands sur le dos des honnêtes gens..
La morale faisait si souvent défaut a ce genre de personnes..

Aprés avoir entendu ce que disait "zoko" comme il prétendait se faire connaître , Le Mercenaire répondit :


Ahh bah ça l'ami , c'est l'risque..mais le risque sa paye..Y a pas d'secret , si on veut réussir , faut faire d'largent et du chiffres..
M'enfin , si tu as des "prétendues" affaires , dis toujours..j'termine un pillage de Mairie prochainement et on en reparle


Puis , humectant ses lèvres en buvant , il observa la salle..Toujours cette pauvreté , cette crasse , cette puanteur pour la plus part..Voila comment les nobles gouvernaient..
Prenez quelques gens..de peu d'esprit , ne surtout pas les éduquer..Et les enroler dans un système ou seul l'intelligence et la trahison prime..
Et vous obtenez un ramassis de paysan qui triment pour quelques écus..alors qu'on s'empiffre sur leurs dos..

Il en sourit , et trouva finalement que les nobles étaient aussi..Respectueux de l'autre que des brigands..Sauf qu'ils avaient la modéstie de se prétendre de bonne foi..

-Cistude, pour s'faire servir...

Enchanté , El Comerciante , commerçant receleur...Si jamais vous avez du stock , bella dona..
Sourit-il d'un air mi charmeur-mi moqueur

Profitant pour siroter , déja l'autre la ramener encore..Décidément

Varrel... Pour pas t'servir...


Hmmpff..vu comment tu te comportes , t'as pas du rencontrer beaucoup d'femmes..'Tention ça rend aigri..et visiblement , point besoin de préciser que tu n'la sers pas..
Vu que tu sers probablement a rien.
.Conclut-il d'un air défiant
M'enfin bon..fais tes preuves , et p'têtre que tu nous prouveras que tu peux faire quelque chose de tes mains..

[hrp : C'est purement RP..prière de ne pas le prendre mal IRL..^^]

Le jeune mercenaire , attendant la rengaine de l'autre abruti.. , avait déja planqué la lame sous la table...prêt a se battre..si besoin est !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Varrel
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 08/10/2010

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Dim 23 Jan 2011, 00:31

Hmmpff..vu comment tu te comportes , t'as pas du rencontrer beaucoup d'femmes..'Tention ça rend aigri..et visiblement , point besoin de préciser que tu n'la sers pas..
Vu que tu sers probablement a rien..
M'enfin bon..fais tes preuves , et p'têtre que tu nous prouveras que tu peux faire quelque chose de tes mains..



Le teigneux grogna, s'approcha de ElCommerciante rapidement, et cogna sa choppe sur la tempe du receleur.


Voilà à quoi elles servent mes mains, raclure! Cracha t'il sèchement à son adversaire.


Le nouveau se recula, lâcha sa choppe à terre, avant de sortir sa dague. Il la pointa ensuite en direction du bougre.


Allès bouffon! Arrête de gémir comme une donzelle et viens t'battre!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ElComerciante
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 17
Age : 32
Localisation : Dans ma planque...pardi
Date d'inscription : 09/01/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Dim 23 Jan 2011, 11:09

Hmmpppff..Baissant rapidement la tête..ElComerciante manqua d'avoir la tête éclatée par la chope..simplement atteind il se leva...
Attrapant une dague qu'il lança en direction de la jambe de l'autre clampin..Décochant une droite..il l'envoya valdinguer contre le table..
Il sortir une dague et lança un coup violent dans sa direction..se plantant avec vivacité dans la table et de peu le crane de l'autre....


Bouffe tête de ...
! Un poing du commerçant frappa le nez de Varell..
C'est toi qui va pleurer..pour qu'on t'laisse repartir vivant ! tête de ...!
Varell semblait assommé , mais toujours vivace..sortant deux dagues de combat..il sourit en coin..laissant scintiller les lames , par les quelques traces de lumière qui traversaient la taverne par les fissures..
Il approcha et décocha un coup de tête..sonnant une nouvelle fois l'agresseur
Enchainant vers un coup de poing en direction du foie...les deux hommes saignaient et la taverne s'étaient transformée en champs d'bataille..
Le tavernier risquait de devoir la reconstruire..les deux jeunes gens ne semblaient pas du genre commode..


Alors..Elle dit quoi la femelle ? T'as envie d'te battre ! Alors dégaine !
Sortant la seconde dague de combat de sa botte..le Jeune mercenaire attendait que l'autre se bouge
Alors..Tu vas pleurer ? TU vas t'dégonfler..C'est qui la donzelle ?
Les deux hommes semblait être prêt a en découdre..et les personnes dans la taverne s'étaient ecartés..
ça sentait la baston !
Seuls quelques combattant était resté assis , a observé les deux hommes..
Les deux semblaient être prêt a se tuer..et chacun avait la maitrise de ses attaques ...Le combat allait être rude.. Tué à la hache !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
El_le_terrible
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 272
Localisation : Non précisée.
Date d'inscription : 23/07/2009

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mer 26 Jan 2011, 17:19

V'là un bon moment qu'il était pas passé par les sombres orifices de la taverne de la Grotte, le terrible. La dernière fois il avait... Ben il avait fait quoi d'ailleurs ? Tellement ancien qu'il s'en rappelle plus, mais qu'importe.
Il pousse la porte, d'un air tranquille, rien ne sert de s'énerver avant la porte, y'a assez d'agitations après, pis va pas s'énerver contre la porte, c'est absurde, même ceux qui la claquent cette porte, c'est irrespectueux... Pour la porte !
Coup d'œil rapide... Rien de bien spécial. Il referme la porte, se retourne puis fait un pas quand une dague lui frôle le nez. Il regarde la direction, et décoche :


- SANTE !

Limite dangereux, le terrible traverse le champ de bataille de 2 clodos qui se battent et atteint le comptoir, p'tit sourire aux lèvres, à savoir pourquoi... Se penche vers le tavernier, et lui dit :

- Ton tord boyaux, le meilleur...

L'avait l'habitude, l'en a goûté dans sa vie, bah oui avait découvert des cultures différentes quand il visitait les caves des châteaux. Se retourne, soulève son couvre chef l'espace d'une seconde et dit aux 2 autres du comptoir :

- Le terrible, qui va se faire servir...

Parlait du tavernier, bah oui c'est un peu son métier de servir du liquide aux deux trois piliers ou personnes de passage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'exquise Cistude
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 29
Localisation : En migration vers ta tronche.
Date d'inscription : 17/07/2010

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Ven 28 Jan 2011, 21:21

La blondasse se renfrogna à peine lors de la réplique cinglante du teigneux. Tant pis, elle se fera cirer les pompes par un autre gus et, en haussant les épaules, Cistude se saisit de sa chope qu'elle vida de ses dernières gorgées. Lorgnant les deux excités du bulbe, la Blonde se décala d'un cran vers le rouquin qu'elle interpela d'un léger coup de coude dans les côtes.

-5 deniers sur l'recelleur, tu suis ou tu t'couches ?

De justesse elle évita une baffe égarée et, fronçant les sourcils, elle fouilla dans ses poches à la recherche d'une quelconque piécette. Aussi trouée que la soupière d'un mainois sa bourse. La blondasse haussa les épaules en lançant un regard désabusé à Zoko et se passa la main dans la nuque.

-Ca t'dérange si j'remplace les deniers par 5 miettes de pain ? Disons qu'c'est plus utile, les restes. Grmpf.

Voilà donc les deux gredins qui s'mettaient franchement sur la poire pour une histoire de service, des coups pleurèrent sous des chopes volantes tandis que du sang se mit à scintiller. Poésie quand tu nous tiens... Elle se mit à sourire, s'éclaircissant la voix. Manquait plus que la "Marche Barbare" d'un blond efféminé à la mandoline facile et à la bourse dé poutois difficile. Ouais, une soirée à pousser la chansonnette ! D'un naturel calme et placide, la blondasse observa sans d'autres mots la scène étrangement ressemblante aux soirées craonnaise. Euh, y a eu méprise... D'un naturel calme et placide ? T'es gentil, tu m'remballes tout ça coco. Donc. D'un naturel volcanique et acariâtre, la blondasse se mit à gueuler différentes formes de soutiens (voyez par là : "balance lui une poulaine dans la gueule à c'traine patin !" ou bien "pucelle r'tournes brosser la queue des ch'vaux tu sais pas t'battres !" ou encore "enlève ta culotte et mange des carottes !!" encore meilleur "mais quel bande d'taffiotes ces deux là !" ou bien du genre "MALEDICTION ! Cassez pas les chopes, putain ! "). Cistude possédait également un vocabulaire très riche, et dans le genre grosse lourde-hystérique elle s'y connaissait la bougre. Elle gueulait donc comme un goret, avec tant de cœur qu'elle manquait de s'étouffer à plusieurs reprises.

Le registre épuisé au bout de quelques minutes, elle se tua : son gosier était lessivé. Impressionnée par de telles performances vocales, la Cistude se félicita donc intérieurement de son sens de la répartie (puisque le public ne semblait pas adhérer à son style) tandis qu'elle piochait quelques lampées de breuvage dans une chope abandonnée, à la contenance encore inconnue. Son oreille fut alors attirée par un "qui va s'faire servir" et dans un geste brusque, la blondasse se tourna vers la voix. En route, ses cheveux blonds envoyèrent une salve d'objets volants non identifiés dans un périmètre restreint. Elle lorgna l'homme d'un œil inquisiteur, jetant un bref regard de soutient vers son voisin roux. Hochant la tête, elle toussota et interpella le Terrible d'une voix enrouée :


-Hum... Cistude, toujours en attente d'un serviteur. On s'croirait dans un tripot craonnais hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
El_le_terrible
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 272
Localisation : Non précisée.
Date d'inscription : 23/07/2009

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Sam 29 Jan 2011, 18:35

Une chope qui se vide d'un trait, léger frisson au fond de la gorge qui s'accentue dans la bouche et qui sort à l'oreille de tout le monde. Nan l'a bien trop de respect pour vomir l'alcool, l'a juste roté on est quand en ré...oyaume de France ici ! Un pousse dirigé vers le sol et la chope est remplie de nouveau. En plus de se foutre sur la gueule les 2 couillons crient comme de la pucelle de premier prix. Deuxième chope enfilée... L'allait bien en reprendre une mais fut interpellé par une donzelle :

-Hum... Cistude, toujours en attente d'un serviteur. On s'croirait dans un tripot craonnais hein ?

Quart de tour, regarde la femme, c'est quoi cette voix ? Se retourne d'un autre quart de tour, dos au comptoir, vers les 2 zigotos; l'analyse, puis jette à la malfrat d'à côté :

- Bof, je crois qu'à Craon y'a plus de niveau que ça... Ou alors ces 2 là sont juste des jeunes débutants...

Et là il cherche un projectile, fouille dans ses poches et trouve l'objet tant attendu : son caillou. L'avait jamais su à quoi ça lui servirait, mais en même temps le jeté serait peut-être mal alors il le trainait depuis quelques temps déjà. Il crache dessus, efface la tâche de sang présente et l'observe dans tout ses recoins. Apte à être jeté, il fait quelques petits jets qu'il rattrape à chaque fois, et prêt, fait rouler le caillou au milieu du combat. Remet sa main dans sa poche, en sort 5 écus qu'il aplatit sur le comptoir et dit :

- 5 écus qu'il y a un boulet qui glisse dessus...

Le Terrible rattrape sa chope, l'a opté pour de la bière, il fait un bref mouvement de santé vers les deux autres et observe le combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'exquise Cistude
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 29
Localisation : En migration vers ta tronche.
Date d'inscription : 17/07/2010

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Dim 30 Jan 2011, 13:10

Un infime sourire s'étira aux coins de ses lèvres tandis que la vagabonde suivit le mouvement de son voisin. Dos au comptoir elle lorgna les deux hommes, se disant qu'il était monnaie courante de croiser ce genre de scène dans les tavernes craonnaises . Enfin...du moins quand il y avait un ou deux cons à baptiser. Haussant les épaules, elle lança un évasif "c'est parti d'une histoire d'servitude, j'sais pas qui a lancé l'sujet..." avant de reprendre, plus fort :

-Hé la jeunesse ! C'pas un peu finit ces criements d'pucelle ?! On dirait Talyachiasseverbale qui braille après not' Jean foutre... Hein Zoko ?

La blondasse lâcha un ricanement gras en avisant du coin de l'œil le caillou volant de son voisin. La caillasse ressemblait étrangement à celui offert au rouquin lors de sa petite balade avec l'grec et l'borgne, et son rire se cassa comme un sifflet cassé. La blondasse tendit la main pour l'examiner, mais voilà qu'il se faisait la malle...

-Mais... Ah, oui. J'vois. J'tiens, 'vec 5écus d'plus. Dingue, j'ai ramassé l'même caillou en Touraine... J'dis qu'y'en aura deux qui gliss'ront d'sus.

Elle plissa le nez, perplexe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zoko
Scribe officiel
Scribe officiel
avatar

Nombre de messages : 625
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Dim 06 Fév 2011, 10:40

Sourire en coin en entendant l'Exquise blonde gueuler sur les deux combattants. Surtout que le lancé de chausses, il connaissait bien. Une spécialité même, un art de vivre pour lancer un combat. Mais maintenant que le combat était engagé entre les deux gusses, faudrait qu'ils soient sacrément sportifs pour s'adonner à de telles pratiques. Dubitatif, il regarde la scène puis finit par répondre à sa collègue.

Mouais, à brailler comme ça c'est surtout toi qui lui ressemble à la Talya !

Certain que le compliment irait droit au coeur de la blonde, il la fixe du regard d'un air de défi et finit par ajouter.

Faut avouer que t'as quand même pas sa classe...

Son regard se pose alors sur les cailloux qui s’immiscent bien malencontreusement dans le combat. D'un hochement de tête négatif et désespéré, il lache quelques mots, désabusé.

Alors, c'est ça les brigands aujourd'hui ? Des collectionneurs de cailloux ? Alala, c'est vraiment plus ce que c'était. M'en vais quand même vous payer un coup en attendant que ces deux-là finissent tiens !

Passant derrière le comptoir en lieu et place de l'habituel tavernier, le roux prépare trois chopines dont deux qu'il tend au Terrible et à l'Exquise blonde.

J'suis d'accord, y en a bien un qui va se vautrer de tout son long sur vos caillasses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lespiques.forumdediscussions.com/forum
Shawie
Taulière qui roule les R
Taulière qui roule les R
avatar

Nombre de messages : 4270
Date d'inscription : 25/08/2010

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Dim 06 Fév 2011, 15:00

La Brune poussa la porte de la taverne pour s’y engouffrer sans trop toucher aux personnes présentes. Elle évita la pseudo bagarre qui avait lieu tel un spectacle au milieu de la taverne. Les hommes … on ne les changera jamais se dit elle, soupirant de voir tant de bêtise.

Ses yeux se perdirent dans le vide puis son attention fut rapidement changée pour une chope lorsqu’elle s’installa au comptoir à sa place habituelle. Elle fit signe au tavernier de ce qu’elle voulait, attendit quelques minutes et reçu sa chope pleine de mousse après quelques minutes. Elle pesta contre toute cette mousse imbuvable, souffla dessus pour la faire sortir de sa chope. Décidément, ici, le tavernier ne savait toujours pas servir une bonne bière sans mousse.

Elle se tourna vers le spectacle et sourit en voyant tant de médiocrité
.

Le premier qui me bouscule, le premier qui m’envoi un de ces cailloux dessus, je lui faire bouffer les bourses de l’autre !

Maintenant, faites honneur à votre race d’homme et battez vous comme des gens … civilisés. Je mise trois pièces sur celui la
*désigne El_Comerciante*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ElComerciante
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 17
Age : 32
Localisation : Dans ma planque...pardi
Date d'inscription : 09/01/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mer 02 Mar 2011, 10:10

Le combat prenait fin..Le commerçant était fier d'avoir foutu une peignée a l'autre..Il s'en était pas trop mal sorti , du sang..Mais pas d'entaille..
Tandis que l'autre ..A première vu saigné pas mal..Aprés , pour les entailles , il irait s'faire recoudre si besoin..
Faut pas faire chier un Espagnol qui boit..

ElComerciante..D'un sourire ironique.. Regardait l'homme..A moitié a terre , qui venait de se mettre a genoux pour se relever..
Il ricana


Hmmm..Je vois , bon j't'achève tout d'suite..Ou tu préfères te casser et laisser les gens qui picolent tranquilement..
Allez, j'te demande même pas d'excuse..Chui magnanime..

La dague toujours a la main , qu'il faisait a moitié danser devant les yeux de l'autre..
Il sentit des cailloux..et regarda rapidement par terre..


Tss..C'est quoi s'bordel !

Faisant jarter les cailloux sur le coté , d'un coup d'bottes..Ahhh et j'oubliais Var machin la..
Il envoya un coup d'botte vers son visage..Le regardant s'étaler..
Puis s'approcha du comptoir , rangeant la dague..
Il tapa du poing sur le comptoir


Tavernier une chope ! Et trouve moi de quoi panser ces blessures !
Et qu'ça saute !

Le Commerçant , s'accouda tranquilement au comptoir
S'adressant a Ecks et aux autres..


J'disais donc , ElComerçiante , Receleur , a vot' service si besoin est
Et si ça dérange quelqun..Autant l'dire tout d'suite..

Grommelant légérement , il attrape sa chope et la descendit cul sec..Epongeant rapidement le sang avec le torchon..
Il était finalement content de pas avoir eu a l'tuer..ça aurait fait tache..
Donc bon...Autant laisser la taverne dans sa crasser habituelle , pas b'soin d'en rajouter


Le Mercenaire profitait du calme..pour reprendre un peu ses esprits..
A peine quelques temps qu'il picolait et déja une baston..
L'métier de receleur promettait ..


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Varrel
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 08/10/2010

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mer 02 Mar 2011, 10:32

Le jeune homme avait fait ce qu'il pouvait, mais ce n'étais pas assez. Lui saignait du nez et de la lèvres supérieure alors que son adversaire lui n'étais pas très endommagés.
Varrel mit un genoux a terre pour se relever.



Hmmm..Je vois , bon j't'achève tout d'suite..Ou tu préfères te casser et laisser les gens qui picolent tranquilement..
Allez, j'te demande même pas d'excuse..Chui magnanime
Lui lâcha l'autre enfoiré avant de lui coller un coup de botte dans le visage.


Le coup renvoya le teigneux au sol. Il y resta d'ailleurs quelques secondes, puis se releva enfin. Il essuya une partie du sang qui coulait sur son visage avec la manche de sa chemise. Il se dirigea ensuite vers la porte en boitant. Et pour finir, il cracha à terre un mélange de salive et de sang. Il tourna une dernière fois la tête vers Elcommerciante en mettant sa main droite sur la poignée de la porte.


Enfoiré!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bienvenueàorléans
Brigand en herbe
Brigand en herbe


Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 28/03/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Lun 28 Mar 2011, 21:35

un nouveau venu entrait dans la taverne. il commanda une choppe et attendit qu'on le serve!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la_noiraude
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 12/01/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mar 26 Avr 2011, 20:47

Grande Respiration. Inspiration ... expiration ... Le costume taillé est trop grand pour elle. Elle n'a pas les attributs de la noiraude, ni son épaisse chevelure. Son corps est loin d'être formé et musclé comme la défunte, mais qui est ce qui y verrait quoique ce soit, icy ? Les gens boient, mais ne voient pas. Autant se détendre.

C'est qu'il lui faut absolument retrouver la rousse. Faut bien qu'elle est une marraine dans l'milieu du brigandage. Elle a pas franchement envie de finir paysanne, engrossée à douze reprises d'ici quelques années, les seins sur les genoux et les genoux qui trainent au sol ... avec juste ses yeux pour pleurer des faibles récoltes et de l'oppression des conseils ! Elle a de l'ambition la p'tite ... pis elle pourrait bien faire du chantage à la rousse et au borgne ... parce que depuis l'enterrement en forêt, on l'a jamais revu la jolie blonde au carnet ; et l'carnet bah justement elle croit bien savoir où il est. Rassurée, confortée dans son plan, elle sourit bêtement. 'Sont cons les gens, ils s'font des pièges tout seul. Faut bien des belles comme elle pour en profiter !


Bon, c'est pas le tout ; démarche nonchalante, elle suit un gars qui va droit au comptoir et qui d'mande à boire. Elle fait comme lui, elle tente de s'détendre en restant sur ses gardes. Elle a gardé le chapeau, le foulard noir. Y en a qu'un qui faut qu'elle évite, c'est le Serra ... mais nouvelles du front, paraît qu'il est encore blessé ... tssss c'ui là, elle finira par l'appeler l'increvable ! Un p'tit coup d'oeil ... oui bah non elle voit pas franchement de borgne dans la pièce puante et enfumée ; et là c'est la rousse ... non c'pas elle ... ah moins qu'elle se soit mis au décolleté, mais non, vu c'que la noiraude disait ça se peut pas !

Bah voilà ... elle l'a fait. Reste plus qu'à attendre que la Rousse montre le bout de son nez. Inspiration, expiration ... calme, oui du calme ... c'est que le lieu est vachement angoissant.

J'gonfle ma voix. J'regarde le sale type à mes côtés, pis l'tavernier au teint pisseux et j'sors bien fort :


LA MEME CHOSE POUR MOUAH !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fauve
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 561
Date d'inscription : 23/03/2009

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mar 26 Avr 2011, 22:13

Ah la grotte! Enfin!
Des mois qu'elle y avait pas mis les pieds les rouquine. Faut dire que la chance avait pas vraiment été au rendez vous ces derniers mois, mise à part quelques jolis brigandages, elle avait pas vraiment de quoi se vanter au bord du comptoir la Fauve. C'est pourtant avec plaisir qu'elle retrouva son masque et les vieilles habitudes. La démarche encore un peu claudicante et le visage encore tuméfié de sa dernière escapade sur les routes, la belle pénétra dans l'antre en jetant un rapide regard aux alentours. Rapidement déçue de ne pas y voir les visages familiers qui avait fait son quotidien ces derniers mois, elle s'avança tout de même au comptoir et s'accouda en hélant le taulier.


Hey taulier, j'ai soif! File moi c'que t'as de meilleur! Pense même pas à l'immonde piquette que tu sers aux pecnaud en général hein! File moi du gouteux pour une fois, ça me changera!

Un regard gourmand vers la chope qu'on prépare et la fauve esquisse un sourire en prenant le godet.


Merci mon gars! Tiens! dit-elle en lui jetant une pièce, Tu m'en prépareras une autre pour la peine!

La première gorgée glissa dans son gosier comme un vrai nectar et c'est en s'essuyant le menton d'un revers de manche crasseux que la rousse se retourna pour faire face à la pièce. Pas de quoi sauter au plafond, y'avait vraiment pas grand monde dans l'coin : deux trois badauds, un type qui cuvait dans un coin, deux putains de bas étage... Décidément, pas grand chose à voir! Bah faut dire qu'elle payait pas vraiment de mine non plus, ses frustres avaient connues des jours meilleurs et le bâton à sa main lui servait bien plus de canne ces derniers temps que d'arme pour se défendre. Bordel, quatre épée en six mois qu'elle perdait, à ce rythme là, elle ferait mieux de devenir forgeron elle même, ça lui reviendrait moins cher!

Elle allait se retourner pour tailler la discussion avec le tavernier quand elle avisa une forme singulière à deux pas d'elle accoudée au comptoir. Une seconde son sang se mit à battre plus vite, les vêtements ne lui étaient pas étrangers... Se pouvait-il...? Non, d'un coup de tête rageur, elle vira instantanément l'idée qui lui vint à l'esprit. Les fantômes n'existaient pas et elle était bien placée pour le savoir!

Sa curiosité pourtant aiguisée, elle avança d'un pas chaloupé vers la forme et posa son godet tout près du coude de celle-ci sur le comptoir. La main ne trembla pas quand elle se posa sur le capuchon pour le tirer brusquement en arrière tandis que l'autre main se posait sur l'épaule de la femme pour la maintenir assise. Le visage qui se tourna vers elle était loin de lui être inconnu et c'est avec une grimace de dépit face aux souvenirs qui faisaient irrémédiablement surface qu'elle lança, menaçante.


Putain qu'est ce que tu fiches ici toi?! On t'a jamais dit que c'était pas un endroit pour les drôlesses dans ton genre?! C'est pas des enfants d'cœur dans l'coin pauvre cloche! Qu'est ce que tu fais avec SES vêtements d'abord ?! On s'amuse pas à jouer dans la cours des grands quand on en a pas les moyens bestiasse! Qu'est ce que tu veux...? Tu m'cherchais...? Y'a un soucis avec le gamin?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la_noiraude
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 12/01/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mer 27 Avr 2011, 19:08

Des secondes, des minutes, des heures à attendre ... ça pue, ça gueule, pis ça se calme, pis ça r'fait du bruit, ça claque les portes et les cannes, ça louche, ça ronfle, ça caquette ... Bref, les joyeux brigands, la Margaut elle les trouve plutôt vieux et ratatinés. Rien de frétillant, ni d'émoustillant ! Elle a du mal à comprendre pourquoi la Noiraude aimait traîner dans les parages. Elle devait avoir accès à d'autres cercles, plus causants ... parce que les infos ... à part apprendre comment vieillir ou croupir, on y apprenait pas grand chose pour l'instant. Enfin, c'était p't'être fait exprès pour les espions qui rôderaient ... ou p't'être qu'en mourrant, la Noiraude avait supprimé des fonds qui servaient à financer les activités du taudis ...

... Pis v'là qu'elle arrive. C'est simple, on la r'connait à deux choses : la crinière et la p'tite taille. Tchô sacrée bout d'femme qui survit dans des endroits aussi glauques que celui ci. Pourtant, vu les vols, elle devrait s'payer bien mieux ... Un truc qui était sûr, c'est qu'elle, quand elle aurait tout c'poignon, elle trainerait plus dans le coin ...
Bref, la Margaut elle peut pas s'empêcher d'prendre un cours d'être soi au milieu de nulle part. C'est qu'la Rousse, elle en a du tempérament et elle se la laisse pas raconter.

... Tchouuuuu, il lui aura quand même fallu du temps pour la repérer. C'est chose faite, elle vient vers elle. Le cœur de la Margaut s'emballe. Va falloir la jouer serrée ! La grande Vie s'offre à elle. La Rousse bah c'est comme un ange gardien, c'est une passeuse de vie. Une marraine comme on dit. Bon, pour sûr, elle ne le sait pas encore ; mais elle va vite l'apprendre ... ou le comprendre ...



Putain qu'est ce que tu fiches ici toi?! On t'a jamais dit que c'était pas un endroit pour les drôlesses dans ton genre?! C'est pas des enfants d'cœur dans l'coin pauvre cloche! Qu'est ce que tu fais avec SES vêtements d'abord ?! On s'amuse pas à jouer dans la cours des grands quand on en a pas les moyens bestiasse! Qu'est ce que tu veux...? Tu m'cherchais...? Y'a un soucis avec le gamin?

Rhaaaa ... le gamin ... tssss c'ui là, elle finira par le dépouiller, ça fait partie d'ses plans alors ... Rien à foutre du gamin, peut bien crever, ça f'rait place nette ! Pis ... ben v'la qu'elle lui crie d'sus... pire que la noiraude la rousse ! Ah ces vieilles râleuses ! Bon allez faut y aller là, faut jouer ...
Petite moue triste ; la margaut caresse nostalgiquement la tenue de la Noiraude ...


Non c'est pas l'gamin ... c'est un gosse de riche lui ; c'est à peine si y connaissait sa mère ... enfin j'veux dire comme moi, ou bien toi ...encore plus. Il a connu la dame, mais pas la sorcière, la brigande, la guerrière ; il a jamais su c'qu'elle trafiquait avec toi et le grand Seigneur ... Il sait pas grand chose sur sa mère ...
Toi et moi on sait ... et moi, j'suis dans la m... enfin j'te laisse imaginer. Des filles comme moi, y avait qu'la Noiraude pour m'prendre à son service. J'suis pas éduquée, j'suis pas polie, j'suis pas du beau monde, j'suis pas grande, j'suis pas belle, j'suis rien quoi ... Pis j'fais mauvais genre. Pis maintenant qu'j'ai comploté avec vous deux, bah on m'fait pas beaucoup d'cadeaux. Les honnêtes gens veulent pas d'moi. Faut m'aider la Fauve ... la Noiraude elle aurait pas aimer que j'crève la dalle ... La noiraude elle m'a r'cueilli dans les ruelles, quand j'étais à l'abandon. Elle disait qu'aucun gamin méritait ça ... Mais j'pensais pas qu'elle mourrait si jeune, si tôt ... enfin personne le pensait ...
Mais moi, j'ai plus de vie.
Et dans ma courte vie, j'ai appris qu'une chose ; à brigander et receler les marchandises en douce ... Faut qu'tu m'aides ... j'ai pas d'quoi manger, ni dormir ... Et la Noiraude, elle disait qu't'avait toujours remède à tout ; pis elle disait aussi que vu c'que t'avais vécu, t'étais plus généreuse que la majorité des gens. Pis c'est bien aussi que les rangs des brigands s'grossissent. On pourrait bien finir par changer la gueule des royaumes, hein ouais ...

ALors ...

Tu vas m'aider ?
J'f'rai tout ce que tu veux, tout, c'est promis ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fauve
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 561
Date d'inscription : 23/03/2009

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mer 27 Avr 2011, 23:59

Sourcils froncés, la Fauve écoute le petit discours de la ribaude. La Margaut, tout un poème... La rousse a jamais su pourquoi la bohémienne l'a recueillit, elle, elle l'a jamais aimé. Tout dans son regards, ses manières, sa façon de vous brosser dans le sens du poil l'horripile au plus au point et ça date pas d'aujourd'hui. Plusieurs mois qu'elle l'a pas croisé et son aversion pour la gueuse ne s'est pas étiolée pour deux sous. Elle est fine la garce, elle sait par quel bout vous prendre, elle sait manier les ficelles presque aussi bien qu'elle ou la noireaude maintenant et la rousse aurait tendance à se méfier comme de la peste de ses sourires mielleux.

Un petit sourire en coin, la Fauve veut montrer qu'elle est pas dupe à ces belles paroles. Elle joue sur la corde sensible, bien joué cette façon de tenter un rapprochement en rappelant leurs souvenirs communs...


T'as été à bonne école hein... pas à dire tu sais y faire... Elle a fait du bon travail avec toi...

Un petit regard vers l'assemblée pour vérifier une dernière fois qu'aucune oreille indiscrète passe à proximité et elle se tourne vers le comptoir en posant ses coudes sur le bois brut avant de porter sa chope lentement à ses lèvres.

Elle veut quoi au final cette putain...? La rousse a toujours su lire l'envie et les promesses de trahison dans son regard. Shera l'avait surement senti aussi: peut-être pour ça qu'elle l'avait si longtemps gardé à son service, mieux valait garder à l'œil ce genre de femme. Et aujourd'hui que voulait-elle ? Pas de hasard dans sa présence ici, la garce attendait d'elle quelque chose et la Fauve n'était pas spécialement sure d'avoir envie de savoir de quoi il s'agissait. Elle prit du temps avant de répondre, s'amusant à la faire languir tandis qu'elle sirotait machinalement le breuvage qui était d'un coup devenu bien insipide.

Étonnant qu'une fille comme toi arrive pas à se débrouiller tout' seule... J'te croyais déjà au bordel du coin ou à déniaiser l'enfant pour récupérer un peu d' l'héritage... Tu veux qu'je t'aide...? T'es mal tombée, j'suis à sec!

Elle fait rouler le liquide dans le verre en observant le liquide tacher légèrement les bords du godet.

On peut pas dire qu'j'ai eu d'la veine ces derniers temps, tu tombes mal... Au pire j'peux te trouver une place dans un bordel ou t'indiquer deux trois endroits de passage pour détrousser mais j'doute que t'es assez d'entrainement pour travailler sur les routes. Contente toi de faire les poches au marché et d'vendre tes potions va, t'as pas l'étoffe encore pour jouer avec les grands!

Se tournant enfin vers la jeune femme, elle ajouta légèrement menaçante.

Ecoute la Margaut, j'sais qu't'as des ambitions mais t'as pas frappé à la bonne porte. Si elle a eu pitié d'toi, ce s'ra pas mon cas. J'ai rien d'une grande dame moi! Les filles comme toi, j'les connais, j'en croise tous les jours ici alors viens pas jouer les pleurnichardes avec moi et tenter d' m'amadouer avec les souvenirs d'antan, ça marchera pas! J'te laisse de quoi manger ce soir et roupiller sur une paillasse au chaud mais rien d'plus. Désolée , t'as pas frappé à la bonne porte, j'ai pas l'âme d'un ange gardien...

Terminant sa phrase, elle mit la main à son ceinturon, et prit trois pièces dans le revers du cuir en les posant sur la table. Le claquement du métal sur le bois signait la fin de la discussion, elle lui tourna délibérément le dos pour revenir à la place qu'elle occupait quelques minutes auparavant mais connaissant la fille, elle ne doutait pas une seconde que les choses n'en resteraient pas là.


Dernière édition par Fauve le Jeu 28 Avr 2011, 22:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serrallonga
Seul maître à bord après Dieu, Oeil de Nuit et Chasseur
Seul maître à bord après Dieu, Oeil de Nuit et Chasseur
avatar

Nombre de messages : 2621
Date d'inscription : 04/03/2007

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Jeu 28 Avr 2011, 20:19

Serra entra dans un lieu qu'il avait déserté pendant un temps. Il avait préféré rester dans les coins reculés de la Grotte afin de n'y croiser que quelques personnes. Il n'était pas d'humeur pour s'en jeter un dans le gosier attablé avec des braillards. Son passage par l'Italie avait été un vrai calvaire et il ne s'était pas tout à fait remis de sa rencontre avec l'une des armées de ce pays. Le retour sur les routes avait été pendant un temps un soulagement mais très vite la faim avait tourmenté ses entrailles. C'est donc avec un certain soulagement qu'il avait retrouvé des compagnons de route. Désormais, il ressortait de l'ombre pour venir se frotter aux marauds enivrés... Les vieilles habitudes, ça se perd pas.

- Macarèl ! Mais ça pue toujours autant ici !
Serra prend une grande inspiration.
Mais ça fait du bien de retrouver cette odeur de chacal puant! Tavernier ! Dégage de là toi !, dit-il en envoyant un coup d'épaule à un aigrefin. Tavernier ! Sert donc un verre à mon chapeau et moi-même... C'est qu'on a soif !

En s'approchant du comptoir, La silhouette de Fauve se détacha nettement et Serra fut ravi de pouvoir retrouver son... amie ? compagne de route ? ... enfin quoi qu'elle puisse être à ses yeux.

_________________


Dernière édition par Serrallonga le Lun 02 Mai 2011, 10:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la_noiraude
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 12/01/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Sam 30 Avr 2011, 09:46

« Alors que le reste de la race humaine descend du singe, les roux descendent du chat » … Voilà exactement ce qu'elle pensait la Margaut. La rousse était fine et solitaire. Son jeu n'avait pas pris, et les propositions que la Fauve faisait, avait bien failli la faire pâlir.

Fallait qu'elle reprenne son calme là. Qu'elle se réinstalle bien droite. Qu'elle baisse pas les yeux, ni la tête ! Fallait qu'elle trouve une faille … ou sinon ce serait vraiment la misère.

Un instant elle avait cru bondir de joie en entendant un morceau de phrase : « à déniaiser l'enfant pour récupérer un peu d' l'héritage... Tu veux qu'je t'aide...? » … Elle l'avait pris d'un trait, et elle avait envie de lui crier OUI ! Oui je vais voler l'héritage à ce nigaud qui ne comprend rien à rien, et passe son temps à fléchir plutôt qu'à réfléchir. Elle était bien plus ambitieuse que lui. Elle avait tout d'une grande … si tant est qu'on la prenait aujourd'hui sous son aile. Dans cinq ans, elle ferait des ravages partout, elle commanderait des navires de cents hommes et plus ! Elle déclencherait des guerres, elle montrerait sur le trône, elle … elle …
Elle … lui tournait le dos.

La Margaut se recentre un moment, évalue ce qu'elle a gagné de ce qu'elle a à perdre, et d'un geste léger lui tapote l'épaule pour qu'elle la regarde :


J'suis pas de celle qui finisse dans les bordels MOI ! La Noiraude elle me payait pas tout ça. Je vaux bien mieux, oh oui bien mieux ! Et même que si tu veux savoir, avec moi, bah les borgnes ils paieront même plus chers que les autres … z'avaient qu'à pas être borgne !
Non mais vraiment … j'connais bien vos affaires ! J'te d'mande pas d'être mon ange gardien, j'te d'mande de … enfin c'est comme si toi t'étais Chevalier et que moi j'faisais mes premiers pas d'Ecuyer, en sachant qu'ici j'étais un peu comme un page, un palefrenier. Bref tu m'apprends c'que tu sais, et en échange j't'offre mes services. Et franchement vu l'nombre de guerres en c'moment j'crois pas trop qu'les brigands, ils peuvent se refuser des bonnes volontés …
La Noiraude et toi, vous avez commandé des armées ! T'as pas envie qu'les femmes elles aient un autre choix qu' le bordel ? J'aurais parié qu'si … enfin, j'aurais juré que TOI t'aurait oui …

Mais p't'être ben qu't'as pas la carrure pour m'entraîner, ou ben qu'tu cherches à cacher qu't'es plus à la hauteur ou qu't'es fauché comme les blés parce qu'un borgne t'aurait fait les poches … va savoir … Pis va savoir si l'mec là bas, au grand chapeau, aux grandes bottes, il s'rait pas mieux placé qu'toi pour ça … P't'être que lui il est plus motivé pour faire des affaires … Pis p't'être que l'Empereur il s'rait content d'savoir qui c'est qui a fait disparaître la gratte papier anglaise … la p'tite blonde au carnet … P't'être qui s'rait content d'éviter un conflit à cause de ce fâcheux événements … P't'être que lui y mettrait les moyens pour éradiquer les brigands, parc'qui paraît qu'c'est d'jà pas votre fête hein …


Et la Margaut plonge la tête dans son boc. C'est qu'ça donne soif les grands discours. Mais ça a l'mérite de montrer qu'elle sait plein, plein, plein de choses sur le compte de la rousse ; et des vilaines choses ... Pis elle en profite pour réajuster sa capuche, sa t'nue, parce que l'type sur la gauche … elle l'a r'connu, c'est le Serra. Et là d'jà, elle se sent bien rassurée d'être aux côtés de la Fauve. C'est un invincible l'gars, voir immortel … allez savoir s'il a pas trafiqué avec quelques rebouteuses ou empoisonneuses pour survivre à tout ! Allez savoir d'ailleurs si c'est pas la Fauve qui les lui concocte. En tout cas, l'endroit va vite devenir infréquentable pour une débutante …




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fauve
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 561
Date d'inscription : 23/03/2009

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Dim 01 Mai 2011, 21:43

Refusant obstinément de se tourner alors que la main à l'épaule l'y incite, la rousse raide comme la justice, œil belliqueux, écoute le plaidoyer de la noireaude. Bordel, elle avait sous estimé sa détermination à la ribaude. Du temps de la bohémienne, elle se tenait plus à carreau mais là, il ne semblait plus y avoir de limites à ses ambitions et c'est elle qui apparemment avait été élue pour servir de tremplin.

A l'allusion à l'homme au chapeau, son regard balaie la salle, elle ne peut éviter un tressaillement à la vue de la silhouette si bien connue. Dieu elle ne l'a pas vu depuis des mois, depuis ce jour où elle a pris la tête de la Grotteuse, elle n'a de lui que quelques nouvelles sporadiques lui confirmant qu'il est toujours en vie. Ça avait été dur de partir sans lui et de continuer son chemin : ils avaient fait route ensemble plus d'une année durant et se connaissaient maintenant par cœur. Le masque béni cacha heureusement le sourire radieux que sa vue lui procura, seul un œil averti aurait remarqué ses yeux plus brillants qu'à l'accoutumée alors qu'elle réprime l'envie enfantine de lui sauter au cou. Le lieu n'est pas approprié pour ce genre d'effusions, elle sait qu'elle se contentera d'une bonne tape sur l'épaule, que la boisson coulera à flot ce soir et que comme d'habitude, ils cacheront tout deux le plaisir de leurs retrouvailles dans une énième dispute.

La fauve se reprend, rien ne doit transparaitre de son émoi car la noireaude enchaine les attaques. Les allusions au borgne, à la gamine au carnet... Elle ne laisse rien au hasard la putain. De toutes ses attaques, rien ne l'effraie vraiment, elle est bien naïve la Margaut si elle croit pouvoir la faire chanter. La seule chose qui la retient encore de lui trancher la gorge, c'est la certitude qu'ELLE n'aurait pas aimé ça. Les menaces... Qui irait croire une putain de bas étage comme elle...? Et pourtant la Fauve frémit car elle sait qu'elle va accepter, de toutes ces menaces, une a pourtant fait mouche. Si ce n'est pas elle qui l'initie, elle demandera au vieux et lui....

La rousse soupire, elle a des défauts la Margaut mais pour tenir un homme en laisse, elle doute pas qu'elle est douée. Le Serra, elle le mènera par le bout du membre en deux semaines si elle la laisse faire!

Serrant les poings, à s'en faire saigner les paumes, la jeune femme, attend un moment avant de répondre. Hors de question de donner l'impression à l'autre saleté que ses paroles ont porté leur fruit. Elle fait mine de réfléchir et ,avec un calme olympien malgré la fureur qui coule dans son sang, se retourne lentement vers la gueuse. Le ton est glacial lorsqu'elle laisse finalement tomber après l'avoir longuement examinée.


Sache que tes menaces, je m'en tamponne le coquillard. Que tu peux balancer ce que tu veux sur moi sans que cela me fasse ni chaud ni froid, bien au contraire, tu participeras à ma popularité toute neuve ici! Tu es culottée, j'avoue, un brin imprudente à venir me lancer ton chantage ici dans mon antre... Je pourrais te trancher la gorge entre deux tables ici sans que personne n'y retrouve à redire tu sais... Du moment que je laisserais ces soudard abuser de ton corps après... je suis sure qu'ils m'aideraient même.

Elle se tait un moment, ponctuant ses mots d'un regard bien appuyé avant de poursuivre calmement.

Tu veux que je t'aide... Bien, tu m'as prouvé que tu était une jolie raclure, tu as de la ressource, tu peux peut être finir par m'être utile. Tu peux dans un premier temps faire partie de mon sillage. Je te prends avec moi, tu restes à ta place, tu observes et tu apprends. Si ça se passe bien je t'introduirai dans le milieu, si tu me fais un coup bas, tu repars de ton coté ou je te tue si je suis de mauvais poil.

Pour ce qui est des vivres, tu te démerderas avec ce qu'on brigandera sur les routes. Si tu bosses bien on fait moitié moitié, si tu traines, je te donne que de quoi bouffer rien de plus. Pas de butin pour les tire au flanc!
Tous les matins, tu es là au départ, tu marches quand je te dis de marcher, tu roupilles quand je te dis de roupiller et tout ça sans jérémiades. Ta libido, tu fais une croix dessus quand on travaille, tu baises pas avec les gens que je te ferai rencontrer : règle de base, on mélange pas plaisir et affaires! Voilà les conditions du contrat... A prendre ou à laisser mais si tu fais ce que je te dis, tu seras traitée correctement, tu peux m'faire confiance... J'vais voir un ami, j'te laisse le temps de réfléchir!


Son monologue terminée, elle se retourna sans lui laisser le temps de répondre et fila vers le Serra. Sa joie de partager quelques chopines avec lui était teintée de colère, bon sang elle n'avait pas besoin d'un bleu derrière ses basques ces derniers temps! Comment expliquer ça à la clique en plus...? Fichtre, ça puait la charogne cette histoire, comme d'habitude, elle se fichait dans la mouise sans rien avoir demandé!

Arrivée devant le vieux, elle lui lança quand même un grand sourire avant de lui taper sur l'épaule comme elle l'avait prévu. Diable qu'il était bon de le revoir!


Hey mais ce s'rait pas l'ami Serra par hasard?! Bon sang le vieux, ça m'fait plaisir d'te voir! J'aurais pas cru qu'ton plumeau m'manquerait mais j'avoue qu'ca m'tardait de le revoir dans mon sillage! Bon alors... Raconte moi tout... Sont comment ces italiens... et leurs femmes...? Allez avoue, c'est pour ça qu't'y es resté si longtemps hein... elles ont trouvé où chatouiller tes favoris!


Dernière édition par Fauve le Lun 02 Mai 2011, 09:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Chapardeuse
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 01/05/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Dim 01 Mai 2011, 21:54

Hum... elle savait que partir seule était une très très mauvaise idée. Voilà la deuxième fois qu'elle se faisait brigander... elle n'avait pas pris la mairie de Beziers pour se faire piquer son fric après ! Pis maintenant qu'elle avait son cheval, elle pouvait éviter les mauvais chemin... pfff, quelle guigne ! C'était bien c'jour là qu'elle avait décidé d'commencer à brigander, parce que c'était... excitant, de détrousser... Un bandit de grand chemin qu'elle serait la rousse. Elle aurait bien aimé se trouver un groupe la rousse mais... elle verrait ça plus tard.

Pour l'instant elle faisait du solo et elle en était fière, elle était sur que sa première prise serait bonne. Toute la matinée, la rousse chercha un bonne emplacement. Pour attendre la nuit, elle décida de se rendre à la grotte des Joyeux Brigands, on lui en avait parlé et c'était pas loin d'là où elle se postait. Elle pourrait boire une bière ou deux et y r'tourner ensuite. Elle était sur que sa prise serait bonne.

Berk, c'est vrai qu'ça sentait pas l'propre par ici, la rousse non plus, sa saleté avait trahi sa pauvreté, c'pour ça qu'elle désirait brigander d'ailleurs, pour l'appât du gain. Elle se faufilait habilement entre corps d'ivrognes et cadavres. Elle regrettait petit à petit d'être entrer mais avait la tête haute. Elle montrerait bien ce soir qu'elle était comme eux, que ce n'était pas une gentille.

Et là... ça morflerait, en attendant, elle laissait bien paraitre c'est belles armes pour montrer qu'elle avait de quoi se défendre, surtout qu'elle était pas mauvaise à se jeu là, ohh, oui elle savait se battre. Elle trouva un lieu qui ressemblait bien à un comptoir... Elle s'assit et commanda une bière, c'fut qu'à ce moment là qu'elle tourna la tête pour regarder un peu au tour d'elle. Y'avait d'tout ici, des bien beaux gens qui s'habillaient avec de la soie et tout l'contraire... Des balafrés qui s'habillaient avec des loques.... Hum.... c'était le bon endroit pour trouver compagnons, le tout était de pas s'tromper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Une_louve_rousse
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 12
Localisation : Là où on ne m'attend pas!
Date d'inscription : 01/05/2011

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Lun 02 Mai 2011, 00:27

On lui avait parlé de cette endroit a la rouquine, plus d'une fois, mais têtue elle était , puis finalement la voila.
La jeune louve sortait beaucoup la nuit, souvent pour laisser guider ses pas vers des endroits insolites comme celui ci.
Curieuse, mystérieuse, l'oeil qui scrutait les alentours, c'est ainsi qu'elle arriva a la taverne des brigands.
La Louve observa un instant le bâtiment crasseux et finit par y entrée a pas de loup, comme a son habitude.
Capuche sur la tête et cape noire, le regard obscur, la rouquine se mit dans un coin a l'ombre de cette taverne répugnante puis restant sur ses gardes, elle observa discrètement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le bord du comptoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 11 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12, 13  Suivant
 Sujets similaires
-
» Chat-Minou à bord
» Facebook, fac et comptoir de la mode
» Nabcast " breve de comptoir "
» [Programme TV] A bord du Charles de Gaulle
» le tableau de bord du KA 50

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Grotte des Joyeux Brigands :: La Grotte des Joyeux Brigands :: [RP] Dans les profondeurs de la grotte… :: La Taverne-
Sauter vers: