AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le bord du comptoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Pelirroja
Maniaque du brigandage
Maniaque du brigandage
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 34
Localisation : Entre les étoffes et les chairs...
Date d'inscription : 23/11/2008

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mer 31 Déc 2008, 19:39

Malgré le froid qui régnait à cette période de l'année, la Peli passait d'plus en plus de temps seule, à s'promener dans la forêt vésulienne, et n'passait que rarement à la taverne de la Teigne.

Ce soir-là, elle arriva d'un pas léger et discret, emmitouflée dans un immense châle noir, le bas d'sa houppelande et les bottes couvertes de neige, salua d'un signe de tête et d'un sourire radieux les habitués, et alla s'asseoir discrètement à une table, voyant le Zara, la Kama et un homme dont l'visage lui évoquait quelque chose, sans trop savoir quoi, en grande discussion.

Oui, ils parlaient du cureton dont elle avait tranché la joue quelques jours plus tôt, lorsqu'il avait tenté dans un acte désespéré, animé par la folie, de brûler la taverne. Ce cureton-là... Il avait la hargne ; il aurait mieux valu qu'il la mette au service de plus nobles causes, se disait la rousse.

Ne voulant guère les importuner, Peli resta silencieuse, sortant une bouteille de spiritueux, comme à son habitude, à l'eucalyptus cette fois-ci. C'était à s'demander où la jeune femme dégotait ces breuvages... Elle aurait voulu savoir si Faustulus avait été relâché, mais n'osait interrompre Kama dans son entretien avec les deux hommes. Au lieu de c'la, elle but en silence...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamazone
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 406
Localisation : Le Jardin des Délices
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mer 31 Déc 2008, 20:17

Kama se retourne à l'affut d'une bouteille quand elle voit Peli, justement bien équipée

- Peliiiiiiiiiii!

Elle lui saute pas dessus car elle aime pas tripoter les gens (enfin pas tous), mais s'approche à grand pas d'elle. Revoir tout le monde après son séjour solitaire lui fait du bien, elle n'a pas envie de parler de ce qui la torture. Peli est la personne idéale pour rigoler et s'évader quelques minutes.

- Viens avec nous, lui intime t'elle d'un geste et d'un sourire accueillant. Puis n'oublie pas ta bouteille. On va se saouler à la nouvelle année !

Kama regarde le comptoir, une idée lui germant dans l'esprit.

- ma belle, pour la nouvelle année qui s'annonce, j'te propose de boire plus que de raison et de danser sur ce beau comptoir ! Y'a quelqu'un qui fait de la musique ici??

Après tout...ça fera sans doute oublier quelques instants..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pelirroja
Maniaque du brigandage
Maniaque du brigandage
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 34
Localisation : Entre les étoffes et les chairs...
Date d'inscription : 23/11/2008

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Mer 31 Déc 2008, 20:38

Au moment où elle allait porter le goulot de la bouteille à ses lèvres, Peli entendit la voix à la fois douce et éloquente de Kama, l'invitant à se joindre à eux, un sourire lumineux sur son visage fin.

Viens avec nous. Puis n'oublie pas ta bouteille. On va se saouler à la nouvelle année !

La rousse rit aux éclats et repoussa sa chaise sans faire de bruit, pour aller s'asseoir à leur table. Étrangement, la jeune Andalouse se montrait plus calme et posée qu'à l'accoutumée, l'esprit préoccupé par les évènements à venir... Mais l'heure n'était pas à la réflexion, et les fins stratèges avaient revêtu le masque de fêtes.

Ma belle, pour la nouvelle année qui s'annonce, j'te propose de boire plus que de raison et de danser sur ce beau comptoir !

Pelirroja haussa un sourcil d'un air provocateur et esquissa un sourire malicieux.
Vaya, vaya... Je n'en attendais pas moins de toi, guapa. C'est toujours un plaisir de me joindre à toi, tu le sais...

Ma foi, trémousser son corps voluptueux sur un comptoir ne pouvait pas être pire que de le traîner dans les ruelles sombres de la ville. Il était temps de faire mousser la bière et d'aviver les esprits !

Par contre, le seul instrument dont je sais jouer... C'est ma voix. Mon Rrom ne m'a pas appris à jouer de la mandoline, que veux-tu... Mais Zara, avec son doigté, sait sûrement jouer lui.

La belle lança un regard amusé au maquereau dont le couvre-chef la fascinait toujours autant, même sobre et claire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupette
Bandit de grand chemin
Bandit de grand chemin
avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 15/11/2008

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Jeu 01 Jan 2009, 02:17

Poupette qui vient turbiner un peu voit que la concurrence gratuite va encore lui taper ses clients potentiels, alors elle se met à chanter pour metter de l'ambiance. Soirée foutue pour foutue pour les affaires, autant qu'elle s'amuse aussi.

Elle a vu passer du monde Poupette, elle connait plein de dialectes.
elle entonne à tue tête
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lâerfoll
Bandit de grand chemin
Bandit de grand chemin
avatar

Nombre de messages : 32
Localisation : ici et là, mais jamais à sa place
Date d'inscription : 02/01/2009

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Ven 02 Jan 2009, 12:04

Lâerfoll entra dans la taverne, le gents semblais plus actif de la ville d'où il était en ce moment. Cela lui réchauffa le cœur, il ne connaissait personne, enfin, pour le moment. Cela ne lui était pas difficile de se faire remarquer, rien qu'a ce qu'il demandait à boir. Comme toujours il hurla au tavernier sa boisson préféré.

- CHOUCHEN !!!

Il s'installa en attendant sa commande, comme si il était chez lui. Chez lui ? Où est-ce ? En Bretagne ? Libre à vous d'y croire, il était de partout, deux sangs différents dans le sien, mais plus l'un d'eux en ressortait. Il jeta un œil rapide sur les personne qui se trouvait dans la tav.

Il venait tout juste d'arriver, ce milieu il le connaissait bien. Il n'avait encore jamais décider de venir ici, mais pour la suite de ces affaire il aurais surement besoin d'aide, de personne comme lui, enfin c'est vite dit. Tout ceux qui connaissent son vrais nom ne savent pas qu'il est là, ce qui voulait. Pour le moment il se ferais pas trop connaitre, mais continuait ses petites affaires de son côté, en solitaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zarathoustra
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 154
Date d'inscription : 30/08/2008

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Ven 02 Jan 2009, 16:07

A tes souhaits, l'ami. Je suis pas sûr qu'il y ait ce qu'il faut question boissons exotiques. Essaie en criant plus fort, peut-être. T'as entendu la taulière, ici c'est l'auto gestion.

Il trinqua avec Lingus, à qui il avait donné un liquide indeterminé.

Ah, que je regrette l'Oreille Cassée, sur qui je pouvais passer mes humeurs. Un vrai bonheur de prévôt.

Il fit un petit signe amical vers les coins obscurs de la grotte, ou s'agitaient dans l'ombre les petits amis du prévôt en question, qui venaient prendre des nouvelles de son copain le scribe.

Non, le moine ne venait même pas comme client, il venait juste me casser les pieds. J'ai cru qu'il y avait quelque chose à en tirer, mais on ne peut rien faire avec les gens qui n'aiment pas la vie. Au fait, il me semble que tu viens du sud, non? Ventadour, ça te dit quelque chose?

Comme pour conjurer le souvenir du pisse-froid, Il était soudain question de boire plus que de raison, et de danser sur les tables. Zara se tourna vers à Peli.

Ah non, moi je ne sais que jouer de la plume. Aucun talent pour la musique, on a le doigté qu'on peut. A chiapella, me dis pas que ça te fait peur.

Mais déjà Poupette, désoeuvrée, poussait la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamazone
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 406
Localisation : Le Jardin des Délices
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Ven 02 Jan 2009, 17:43

Zouuuuuuuu la Poupette chante, Peli a des envies de se délurer en sa compagnie, on peut commencer ! Elle avale honteusement tout ce qui passe en boissons et mache de la salvia à Peli.

Bien attaquée, Kama saute sur le comptoir , tapant au passage sur la tête de l'assisté qui beugle .


Citation :
CHOUCHEN


mal tombé le gars ce soir là pour venir faire sa démonstration de virilité

- T'as pas chez ta Maman Bretonne là - comme dit Zara le sage ici c'est l'autogestion jusqu'à nouvel ordre. Si t'es foutu de brigander ou de piller, tu dois bien pouvoir trouver une bouteille dans une taverne. Pas contre du Chouchen..m'étonnerait qu'il y'en ait.

Sur l'entrainant chant de Poupette, Kama se déhanche en essayant des pas que lui montre..enfin surtout en essayant d'éviter la chute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pelirroja
Maniaque du brigandage
Maniaque du brigandage
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 34
Localisation : Entre les étoffes et les chairs...
Date d'inscription : 23/11/2008

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Ven 02 Jan 2009, 18:08

Vêtue d'un long jupon blanc, sa chemise nouée sous la poitrine, la Peli déroula son col, sa chevelure de feu caressant alors la chute de ses reins.

Poupette se mit à chanter ; Kama trônait déjà majestueusement sur le comptoir, faisant fi des chopes qu'elle faisait tomber sur son passage. Et curieusement, le bruit du verre qui volait en éclats sur le plancher se mêlait assez bien avec le chant de la catin, comme pour donner une mesure à ses mots. Le Zara, qu'il avait dit qu'non, la musique c'était pas dans ses cordes. Tout comme la belle, il tâtait d'la plume... On pouvait pas tout faire en même temps.

Peli commença alors à danser, dessinant des arabesques de ses mains gracieuses, son jupon se gonflant sous l'air. Elle se déhanchait tout en volupté, tapant du pied le sol humide de la taverne... La voix chaude de Poupette s'enroulait autour de son corps, semant des frissons sur son passage ; la Rouquine ne pouvait s'arrêter de tournoyer, comme grisée par l'atmosphère festive, ses mèches rousses ondulant au rythme de ses mouvements.

La belle avait gardé le rythme de la musique dans la peau, l'héritage de ses mois passés auprès des tsiganes. De leur côté, les hommes restaient plutôt passifs, mis à part un rustre en quête d'un breuvage breton dont elle avait toujours eu horreur.

La tête étourdie par ses rondes effrénées, Peli se pencha par dessus le comptoir, essayant d'éviter les morceaux de verre que la belle brune semait sur son passage, et attrapa une bouteille de pinard qu'elle but au goulot.


Vale, vale pues... À la vôtre ! Que les écus vous tombent sur le coin d'la trogne et, et, et... ya está ! C'est déjà ça d'pris ! Salud !

La jolie rousse se torcha une bonne partie de la bouteille et avait maintenant les pommettes tout empourprées. D'un geste brusque, elle se tourna vers l'amateur de Chouchen, l'air un peu rôti sur les bords, voire au milieu, et lui lança d'une voix mi-agressive, mi-charmeuse.

D'ailleurs, c'est quoi ton *hips* p'tit nom ? Les manières se perdent de nos jours ! C'est la première fois *hips* qu'tu fous les pieds ici ; avant *hips* d'beugler breuvage, beugle donc ton nom...

Peli avait clairement un coup dans l'nez, mais ça risquait pas d'lui faire de mal, même si elle se mettait à grogner comme une tigresse en cage, tout en pestant contre on n'savait trop qui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lâerfoll
Bandit de grand chemin
Bandit de grand chemin
avatar

Nombre de messages : 32
Localisation : ici et là, mais jamais à sa place
Date d'inscription : 02/01/2009

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Ven 02 Jan 2009, 18:57

Un homme lui avait dit qu'il n'y avait pas de chouchen ou autre boisson "exotique", il fût déçu par cette réponse. Mais lorsqu'on lui dit que c'est "auto gestion", là il eu un grand sourire. Enfin une taverne où il pourrais se servir comme bon lui semblera, avec de bien meilleur doses que l'ont pouvait trouver habituellement.
Une femme lui tapât sur le crâne et lui dit qu'il n'était pas chez sa mère, ça s'était sûr vu qu'elle était morte lorsqu'il était encore qu'un gosse. Mais Lâerfoll ne dit rien sur cela, elle lui dit aussi que ça l'étonnerait de trouver du chouchen ici.


- Bon... Alors il me faudra en trouver ailleurs en terre françoyse où autre. Merci pour vos réponses.

Il chercha des yeux une bouteille qui lui plairait, malheureusement il ne su jamais quoi choisir dans les alcools françoys. Il prit une bouteille au hasard et l'ouvrit, tout en écoutant la dame chanter et regardant l'autre danser. Cela lui fit plaisir intérieurement de voir qu'il n'était pas le seul à aimer faire la fête, cela faisait tellement longtemps qu'il n'avait pas vu de danse ou entendu de chant. Il bu à petites gorgées sa bouteille, du vin semblable à celui de la messe. Là il n'était pas en messe donc il pouvait l'engloutir en paix. La femme rousse, celle qui dansait venait de descendre une moitié de bouteille. Elle lui demanda son nom en disant que les manières se perdait, Lâerfoll ne perdit point l'occasion pour lui rappeler l'une d'elle.

- Ce n'est point des manières de demander le nom d'une personne sans s'être présenter soit même avant, belle dame.

Il la regarda gentiment, se doutant qu'elle n'apprécierai peut-être pas ses paroles. Il réfléchissait au nom qu'il donnerait, ne voulant pas donné son vrai nom. On l'avait mainte fois nommé comme "fou", et aussi comme voleur, mais celui-ci moins. Il ralliai les deux mots, mais en breton pour se donner un faux nom. Avant de donner le sien il attendait qu'elle se présente elle même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lingus
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 30/12/2008

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Ven 02 Jan 2009, 18:58

Lingus tentait de conserver le fil de la conversation au milieu du vacarme de la taverne.

Ventadour? Connait pas!

Ce fut tout ce qu'il parvint à dire entre deux lampées de... de quoi d'ailleurs?
Les chopes tombaient autour de lui en une pluie de verre brisé, un jupon vola jusque sous son nez, charriant avec lui les effluves capiteuses d'un corps féminin.
Sa concentration était mise à rude épreuve par les déhanchements et autres ondulations des danseuses, par l'entêtante ritournelle de l'entraîneuse, l'étourdissante chute de reins de la rouquine, la vision fugace d'une cuisse gainée de soierie... houlà! le narrateur s'emporte!

Un peu grisé, il reprit la parole tout en gardant un oeil sur les courbes enivrantes qui s'offraient à son regard, tandis que le narrateur reprenait lui ses esprits.


Et toi l'Zara?
T'aime la vie non?
J'demande ça pasqu'y en a qui s'inquiètent de t'voir toujours le nez plongé dans tes paperasses alors qu'y a des tas d'endroits fabuleux où plonger son nez... et en disant ça j'parle pas d'oreilles prévotesques!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pelirroja
Maniaque du brigandage
Maniaque du brigandage
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 34
Localisation : Entre les étoffes et les chairs...
Date d'inscription : 23/11/2008

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Ven 02 Jan 2009, 20:06

- Ce n'est point des manières de demander le nom d'une personne sans s'être présenter soit même avant, belle dame.

Alors là... Pour le coup, la Rouquine le dévisagea, bouteille à la main, ses yeux bleus perçants rivés sur le nez du bougre... Bah oui, c'était en plein milieu d'la trogne et donc plus simple de s'concentrer dessus, pour garder un semblant d'sérieux. M'enfin, il avait savamment placé qu'il la trouvait belle, alors... La Peli éclata de rire et lui tapa sur l'épaule gentiment.

Bah ma foi... T'as bien raison ! Pelirroja, mon mignon ! C'est comme ça qu'on m'appelle... À cause de ma chevelure de feu..., dit-elle en jouant avec les pointes de ses cheveux, manquant de les faire tremper dans une mare de bière, qui dégoulinait le long du comptoir.

Puis, le regard divaguant par dessus l'épaule de l'inconnu, elle aperçut le compagnon d'causette de Zara qui la regardait tout en parlant.


...y a des tas d'endroits fabuleux où plonger son nez... et en disant ça j'parle pas d'oreilles prévotesques !

La rousse fut amusée en entendant ces mots et lui sourit avec malice, avant de boire une nouvelle gorgée d'pinard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chaos
Bandit international
Bandit international


Nombre de messages : 500
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Ven 02 Jan 2009, 21:47

L'adolescent parcourait la Grotte de long en large. Briseys était parti, ça manquait de bagarre et d'humiliations publiques qui servaient à faire rentrer le métier dans la tête des apprentis brigands. Certains croient que le monde leur appartient car ils ont brigander pour plus de mille écus, mais ils se trompent. Il y a plus que les écus dans la vie d'un brigand, il y a l'ambition et les projets réunissant des hors-la-loi de tous les horizons sous une même bannière : celle du Brigandage.

C'est alors que lui aussi allait sortir définitivement de cet endroit qui avait perdu le charme qu'il avait à l'époque où il était venu pour la première, mais il entendit une musique, ou plutôt une voix. Quelqu'un était si ivre qu'il chantait à tue-tête ? Le jeune brigand décida d'aller voir ce qu'il se passait. Ses pas le menèrent à l'auberge de la grotte. Il poussa la porte de bois qui grince, marcha un peu et finit par voir ce qu'il se passait dans la salle : Kama dansait à l'autre bout du comptoir et Peli se déhanchaient dans la salle pendant que des mâles profitaient du spectacle. C'était bien la première fois qu'il voyait ça.

La vu de toute cette vie dans l'endroit qui se mourrait lentement fit naitre un sourire sur le visage du jeune homme. Un sourire qu'on pouvait voir, il ne portait pas son masque métallique pour une fois, ou plutôt il ne le remettait pas. Maelle, sa compagne, ne pouvait pas voir son visage mais pouvait le sentir avec ses mains, et cette protection était gênante pour cela. Au diable les bouseux qui regarderont de travers cette joue cicatrisée ! L'heure n'était plus celle de se cacher mais de frapper.

Ko fit signe à Peli, qui buvait à elle seule une bouteille qui ne contenait surement pas de l'eau, et à Kama qui continuait sa danse sur le comptoir. Poupette, elle n'avait aucune estime de la part du gamin. Il refusait l'idée qu'on vende son corps au plus offrant. Pour lui, c'était vendre la liberté de son corps. Et qu'est une âme libre sans corps qui l'est aussi ?


Hey ben je vois que la Grotte reprend vie malgré certains départ. Bougez pas pour moi, je sais où se trouve le bar !

Il sourit, étrangement joyeux dans cette ambiante festive, et posa ses fesses sur le comptoir humide avant de passer ses jambes au dessus pour aller fouiller les réserves. Il réussit à trouver un tonnelet de bière et le sortit de son antre. Il le posa devant lui, prit une chope et enleva le couvercle avec un poignard.

A la gloire, la richesse et tout ce que les nobliaux nous envie !

Il plongea la chope, ainsi que sa main, et en but le contenue à grande gorgé pour rattraper l'état alcoolisé des autres personnes présentes qui étaient là bien avant lui.

Une fois qu'il commençait à voir trouble et à avoir des difficultés à rester debout, il posa son séant sur le comptoir, sans se soucier de la propreté, et regarda les demoiselles dansaient en pensant que si Maelle était là, elle aussi en mettrait plein les yeux aux assoiffés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zarathoustra
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 154
Date d'inscription : 30/08/2008

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Sam 03 Jan 2009, 10:07

Zarathoustra arriva a extirper un sourire de ses traits tirés.

Ah y'en a qui s'inquiètent pour moi? Je m'en flatte, mais ç n'est pas très utile. Si c'est des femmes, tu me les envoies, je dissiperai leurs inquiétudes. Si c'est des hommes, dis-leur qu'ils ont certainement autre chose à faire que de chercher à savoir où je fourre mon nez.

Ah? La grotte reprend vie, et moi qui ne sus même pas qu'elle était morte.


Zarathoustra observait la scène et se disait qu'elle faisait une belle morte, retentissant de chants et de fracas, agitée par les mouvements des femmes qui s'ébattaient. Une belle et joyeuse morte.

Eberlué, il vit le jeunot débusquer un tonnelet de bonne bière. Et lui qui se rinçait avec des vieux restes. Poussant un cri de joie, il saute vers le tonnelet en question.

Il faut boire à tout ce que les nobliaux nous envient, il faut donc boire beaucoup, et avec excès. Le père, regarde donc un peu où je fourre mon nez.

Après avoir poussé un hurlement, il enfonça sa tête sans le liquide blond, et se mit à boire comme il l'avait toujours rêvé, la tête immergée. Et puis il se disait que personne n'oserait passer derrière, il s'arrogeait la bibine. Mais ça ne le faisait pas du tout, il en avait dans le nez. Il sortit sa tête en toussant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lâerfoll
Bandit de grand chemin
Bandit de grand chemin
avatar

Nombre de messages : 32
Localisation : ici et là, mais jamais à sa place
Date d'inscription : 02/01/2009

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Sam 03 Jan 2009, 13:21

Lâerfoll vit que la dame regardait la bouteille et son visage, elle semblait vouloir le taper. Cela ne l'étonnait pas, elle n'était pas la seule à vouloir le faire, grand nombre de personne le voulait. Mais elle n'en fit rien, elle se contenta de lui répondre gentiment.

"Bah ma foi... T'as bien raison ! Pelirroja, mon mignon ! C'est comme ça qu'on m'appelle... À cause de ma chevelure de feu..."

Lâerfoll lui souriait et répondit à son tour aimablement.

- Enchantez. Appelez moi Lâerfoll, en françoys ça donne "voleurfou". Je pense point avoir besoin de vous explique mon nom avec cette traduction.

Il continua sur un ton ironique, en voyant qu'elle manqua de tremper sa chevelure dans une flaque.

- Vous devriez faire attention, il serait dommage qu'une dame tel que vous sente l'alcool. Cela gâcherais sa beauté.

Il but une gorger de sa bouteille de vin, en entendant parler de nobliaux. Sa famille en était, lui aussi, mais il se disait toujours gueux. Il avait plus vécu comme tel que comme noble. Il leur répondit.

- Ce que nous envie les nobles c'est surtout parce que nous réalisons nos rêves de liberté et qu'eux en ont point le courage. Ils n'apprécie point non plus qu'on ne soit point des "moutons" comme eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lingus
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 30/12/2008

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Sam 03 Jan 2009, 14:59

Tandis que Zara avait entrepris de tester ses talents d'apnéiste en milieu alcoolisé, Lingus leva la tête vers Kama.

Alors? Tu a toujours quelques inquiétudes à dissiper ou la réponse te suffit?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamazone
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 406
Localisation : Le Jardin des Délices
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Dim 04 Jan 2009, 11:49

Kama ne comprend pas non plus trop l'allusion à la desertion de la grotte..L'univers et en perpetuel

mouvement, ça va, ça vient, quoi de plus normal? Seul un état figé est dangereux.

De toute façon, elle s'en tape un peu en fait, elle est en boulasse avancée. Il sera bien assez tôt pour songer

à cela tantôt.


- Moins de monde tu dis Ko? ah ah alors tant mieux comme ça le Serra ne pourra pas me dire que ce serait

dangereux de tuer quelqu'un quand j'aggrandirai le lieu !


Kama continue à danser sur les rythmes entrainants et voluptueux. Un coup de hanche à gauche, un autre à

droite, bras en l'air, elle commence à maîtriser cet art. Le Très Haud doit d'aileurs apprécier le spectacle,

puisque dans son immense bonté il lui souffle que Faustulus est toujours en vie, qu'elle ne doit pas

s'inquiéter. Re séance de danse effrénée puis au bout d'un moment..fatigue.

C'est alors que Lingus, profitant du fait que Zara ne peut entendre, s'adresse à Kama


Citation :
- Alors? Tu a toujours quelques inquiétudes à dissiper ou la réponse te suffit?

Sans aucun doute la question est relative à la vie charnelle du Zara. Bon d'accord, ça ne regarde personne,

mais quand même, la curiosité n'est pas un vilain défaut. C'est pas un réformé qui va dire contraire.


- hum...je suis pas convaincue..je suis sure qu'il nous cache quelque chose le scribe. Sa réponse est évasive

et provocante. Je vais pas aller vérifier ses dires par moi même, mais je trouverai bien le moyen d'en savoir

plus.


Kama se tait, Zara ressortant la tête du fût. Beuuuurkk de la bière ! Un élément la fait sourire: le visage

éclairé et reveur de Ko. L'adolescent semble partie dans de belles pensées.

Il est tard, Kama part se coucher, saluant tout le monde d'un geste amical.




- A BIENTOT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chaos
Bandit international
Bandit international


Nombre de messages : 500
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Dim 04 Jan 2009, 16:33

Le jeune brigand sourit, amusé par les projets de Kama. Moins de monde, c'était pas sûr, mais moins de bons brigands, ça oui. Beaucoup arpentaient la grotte mais lesquels sortaient de leurs coins sombres pour discuter ? Pas beaucoup.

Si tu pouvais envoyer une ou deux taupes dans le monde des morts, je suis sûr qu'il oublierait les... Autres pertes occasionnés

L'adolescent éclata de rire avant de se diriger vers le comptoir, laissant les autres discutaient entre eux. Il trouva un tonnelet de bière qu'il entama avant que le scribe y plonge sa tête. Le jeune homme regarda la bière et poussa le tonnelet avec son pied. Il avait pas volé avec Zara, pas question qu'il boive ses cheveux.
Puis un breton parla un peu des nobles, ces personnes qui disent œuvrer pour leur duché ou comté mais qui sont bien content d'étaler leurs titres quand ils se présentent.


Ils briseraient leurs chaînes et mordraient leurs maitres si ils ne recevaient pas de coups de bâtons en échange. Qu'est ce que ça ferait pas, un noble, pour avoir du pouvoir !
Ça poignarde ses amis dans le dos lors des élections ducales si ils sont pas sur la même liste.


Après ce court exposé, l'adolescent fit signe d'au revoir à son amie qui partait. Il n'avait même pas eu le temps de lui demander comment elle allait. Tant pis, ils se verraient plus tard.
Enfin, Ko regarda ce qu'il se passait par la fenêtre, ou plutôt réfléchissait à quelque chose qui le tracasser, et à une promesse qu'il s'était fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'aveugle
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 294
Date d'inscription : 20/10/2008

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Dim 04 Jan 2009, 17:09

La brigande décida de se rendre à l’auberge, pour y trouver un peu de chaleur. Elle avait néanmoins un peu d’appréhension car elle ne supportait pas les lieux emplis de monde.

La jeune femme avait passé la majeur partie de son temps dans le marché, à dépenser ses écus fièrement gagnés et ainsi obtenir des vêtements plus chauds et surtout l’épée qui accompagne désormais ses mouvements de hanches.

Maelle avait revêtit sa nouvelle jupe et sa chemise, et elle découvrit le fonctionnement du corset…Dur découverte pour la jeune brigande que de se sentir ainsi oppressée.

Une fois préparer elle prit la marche en direction de l’auberge…Elle avait passé suffisamment de temps pour repérer l’emplacement de dite taverne…Mais elle n’avait encore jamais pénétré les lieux et le bruit, et l’agitation risquerait d’être pour une véritable épreuve…

La brigande arriva enfin devant l’épaisse porte de l’auberge… elle effleura le bois de la porte avant de pousser la porte de toute ses forces.
Sans avoir encore franchit le seuil, elle sentit l’odeur du rhum, des vins qui se mélangeaient à celle des odeurs fortes qui envahissaient et avaient imprégné les lieux

Elle ne peut que grimacer avant de enfin oser s’avancer dans cette endroit bruyant…

L’aveugle resta silencieuse en essaya de se concentrer sur les bruits qui l’intéressaient vraiment..l’endroit où tous les verres se posaient, de même que les lourds culot de bouteilles et où les commandes se faisaient…Le comptoir.

Elle s’y rendit d’une démarche un peu hésitante, heurtant par malheur un ivrogne qui n’eut pas l’envie d’être dérangé en pleine buverie…
Elle sentit la chaise racler le sol et son poignet fut fermement saisit par le client insatisfait.

Harg…Lachez moi !

Celui-ci ouvrit la bouche pour crier sur elle et la menacer…La brigande recula un peu à cause de l’odeur et elle se sentit tirer violement vers lui…

Hey la donzelle !!! Hips…tu peux pas faire attention…Tu m’as fait renverser ma chope, sale catin….

Elle ne dit mot, se contentant de basculer sa tête pour ne pas recevoir à pleine figure ses odeurs des plus pestilentiels.
L’ivrogne remarqua les formes de la jeune adolescente et conclue à une manière pour se faire pardonner..


Mais…tu as beau corps ..Blurps….Tu peux facilement te faire pardonner…
.
A ces mots il commença à caresser la taille de la brigande...

Aussitot la brigande se débat comme elle peut...et chercha à atteindre son épée...Tant pis s'il vient à mourir mais sa vie l'importait peu...



[ce RP vient surtout redonner un peu vie à l'auberge des Bon Brigands...qui n'a jamais été aussi paisible...Etant la fille de Aly, autant qu'elle crée des combats comme faisait sa Moman.. Bon RP!! ]

_________________
fille de Annyah allias Alystrael et de Shinigami. (mort certainement...)Danseuse libre et indépendante..


Dernière édition par L'aveugle le Dim 04 Jan 2009, 17:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pelirroja
Maniaque du brigandage
Maniaque du brigandage
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 34
Localisation : Entre les étoffes et les chairs...
Date d'inscription : 23/11/2008

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Dim 04 Jan 2009, 17:44

Entendant les paroles de Lâerfoll, la Rouquine s'aperçut que ses cheveux trempaient dans la gnôle et se mit à rire. Elle s'foutait bien qu'sa chevelure pue la binouse ; vu les effluves qui flottaient dans l'air de la taverne, elle devait puer l'bouc depuis longtemps.

C'est alors que Peli vit entrer son ami Ko qu'elle gratifia d'un sourire, tout en remuant à nouveau ses hanches sur la voix de la gourgandine. Kama, un peu trop imbibée, avait décidé d'aller glisser son corps voluptueux dans les draps et la Rouquine se retrouvait seule parmi les bougres de la taverne. Foutre dieu, qu'importe !

Mais l'énorme porte en bois s'ouvrit soudainement sur le visage délicat de Maelle. La belle rousse sourit aussitôt, les pupilles éclatantes et surtout dilatées. Elle allait la saluer lorsqu'elle la vit bousculer un vieux bougre passablement éméché. Le sale rustre l'agrippa alors par le poignet avec violence et se mit à caresser son corps comme si elle n'avait pas son mot à dire.

Pelirroja fronça aussitôt les sourcils, posa sa bouteille et s'adressa au bougre à l'autre bout d'la pièce.


Hé gros porc ! Qu'est-ce tu crois foutre là ? Tu vas virer tes grosses pattes dégueulasses de la belle, avant que j't'égorge comme le mérite un sale porc tel que toi !

La Rouquine était bien attaquée par le pinard et il n'en avait jamais fallu beaucoup pour la rendre extrêmement violente et sadique. Elle sortit sa lame aussitôt, un sourire mesquin collé sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chaos
Bandit international
Bandit international


Nombre de messages : 500
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Dim 04 Jan 2009, 17:56

L'adolescent regardait par la fenêtre les ombres se déplaçaient. Il ne faisait même pas attention à ce qu'il se passait. Il était un peu tourmenté par la discution qu'il avait eu plus tôt avec Maelle. D'ailleurs, quand on pense au loup, voilà qu'il montre son museau. Elle passa devant Ko, il ne l'interpella pas et ne fit que la suivre du regard.

Elle renversa la chope d'un ivrogne qui grommela. Au début, cela fit sourire le jeune homme, car il savait que ce genre d'homme était trop plein pour bouger. Mais le bougre saisit le poignet de Maelle et commença à lui faire des avances, joignant les actes à la parole.

Là, l'adolescent vu rouge. Il saute du comptoir, faisant claquer ses bottes contre le sol, tout en glissant sa main sous sa bure pour y saisir sa dague. Il avançait d'un pas décidé vers l'ivrogne qui avait osé porter la main sur Maelle.

Peli commença à interpeller le sac à vin qui fut surpris de sentir tirer. Le jeune brigand plaqua le bras au rustre sur le comptoir, sans qu'il ait son mot à dire, et lui planta la dague au niveau du poignet. L'ivrogne hurla de douleur, commençant à s'agiter avant de se prendre un violent coup de poing dans le nez par Ko.

Le sang coulait des nasaux, l'adolescent pensa qu'il en avait eu assez, quoi qu'il laisse avec plaisir les autres s'occuper de lui, et alla voir Maelle.


Tu vas bien ?

Il n'attendit même pas sa réponse qu'il regarda le poignet de cette dernière. Le raclure avait bien serré, on voyait les marques de ses doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'aveugle
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 294
Date d'inscription : 20/10/2008

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Dim 04 Jan 2009, 18:28

La brigande grimaça de douleur sous la pression qu’exerçait le gueux contre son poignet...Elle entendit une voix féminine et déterminée hurler en direction de son agresseur.
Maelle apprécia ainsi cette soudaine intervention et tenta en vint de s’en sortir seule. Son autre main parvint à attraper le pommeau de son épée alors qu’elle sentit la main de l’ivrogne s’emparer de ses formes…

Lâche moi !! s’écria t’elle alors qu’elle sentit soudainement la pression sur son poignet se relâcher.

Elle entendit l’homme hurler de martyre et se demanda ce qu’il se déroulait.

L’agitation se fit plus importante et d’autres chaises raclèrent le sol, des tables en elle-même bougèrent…Il lui semblait que certains se levèrent pour participer…

L’adolescente recula et massa son poignet…Elle ne sentait plus la présence de l’homme et s’en trouva rassurée.

Bourgre ! Le petit puceau s’en prend à des clients maintenant !...s’exclamèrent quelques amis du porc avant de s’avancer vers Ko et la rouquine.
Il semblerait que les formes de la jeune rebelle les intéressent également…

Hé ben ma jolie..On va voir si tu es si fougueuse que cela…

L’un d’eux sortit son épée et se dirigea en titubant vers elle, accompagné d’un autre gueux pas plus valeureux…

La jeune brigande était quelque peu perdue..tous les évènements lui échappèrent et une méprise se transforma en un moyen pour certain de se battre et profiter de la chair de jolies donzelles..

Le premier à avoir remarqué le Ko fonça sur lui sans lui laisser le temps de se tourner et il s’empara d’une chaise vieillie et la brisa sur son dos…

La brigande entendu un énorme fracas et elle recula…Elle se dirigea vers la voix de la rouquine comme pour l’aider et elle s’inquiéta pour Ko…

Ko ??!!...Tu es encore là ?..

Elle continua de reculer et heurta quelque chose…La jeune femme pria pour que ce soit Peli et pas encore un des gueux.

_________________
fille de Annyah allias Alystrael et de Shinigami. (mort certainement...)Danseuse libre et indépendante..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pelirroja
Maniaque du brigandage
Maniaque du brigandage
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 34
Localisation : Entre les étoffes et les chairs...
Date d'inscription : 23/11/2008

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Dim 04 Jan 2009, 18:59

Elle commença à s'avancer vers le porc, lorsque Ko débarqua comme une furie pour lui coller un pain en plein dans la mâchoire, faisant gicler du sang sur le plancher. La Rouquine, l'esprit toujours grisé par le vin, s'écroula d'rire, sa lame à la main.

Ça t'apprendra, cabrón !, lança-t-elle, son dialecte maternel refaisant surface au fur et à mesure que l'alcool se diluait dans son sang.

Mais Peli n'était pas au bout d'ses surprises... Le vieux bougre avait des confrères disséminés dans la salle et l'un d'eux la dévisagea avec un air lubrique, découvrant ses chicots pourris en un sourire pervers.


Hé ben ma jolie..On va voir si tu es si fougueuse que cela…

La jeune femme cessa de rire aussitôt pour accueillir son soupirant, lui jetant un regard aussi méprisant qu'amusé : Ha ha si tu savais, mon mignon... Et ma lame encore plus ! Viens voir par toi-même !

Piqué au vif par les provocations de la rousse, le bougre fonça sur elle, épée à la main, et tenta de la pourfendre de bas en haut. Peli lâcha sa dague pour attraper la première chaise qui traînait et la jeta de toutes ses forces à travers la pièce. Les barreaux de la chaise volèrent en éclats, un copeau de bois vint se nicher dans la cuisse de la belle, alors qu'elle ramassait sa lame qui avait valsé sous une table.

Jóder !, grogna-t-elle en un rictus de douleur. Les mains enfoncées dans les débris de verre, le sang coulait sur son jupon blanc, alors qu'elle rampait pour sortir de là. Mais bientôt, le bougre brandissait son épée pour l'abattre sur la table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chaos
Bandit international
Bandit international


Nombre de messages : 500
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Dim 04 Jan 2009, 19:23

L'adolescent regardait le poignet endolorie de Maelle. Un autre ivrogne parla et l'insulta de puceau. Il ne prit même pas la peine de lui répondre et continua de parler avec Maelle jusqu'à qu'une chaise en mauvais état lui s'écrase sur son dos et lui coupe le souffle, l'obligeant à se mettre à genoux pour récupérer son souffle.

Maelle demanda où il était pendant qu'on entendait l'autre bougre ricanait. Le jeune brigand cracha des jurons avant de rouler sur le côté pour ne pas se prendre un coup de pied pendant qu'il tirait son épée. Une fois la garde bien en main, il se releva avec un sourire victorieux sur le visage.


Tu vas crever ici et maintenant...

L'ivrogne rit aux éclats, ne prenant pas la menace que représenter son adversaire au sérieux.

Aller, viens là gamin ! dit il en lui faisant signe de venir

Ko se mit en garde en souriant. Voilà longtemps qu'il ne s'était pas battu. Et cette fois ci, comparé à la dernière fois, ce n'était pas lui qui attaquait. Le jeune brigand regarda son adversaire qui tanguait légèrement. Lui non plus n'avait pas bu que de l'eau ! Finalement, heureusement que le gamin avait bu qu'une chope.

Il avança rapidement, à grandes enjambés, levant son épée et fendant l'air pour atteindre son adversaire qui para le coup mais qui fut déstabiliser. L'alcool était dangereux aux lanières des chevaux mais aussi dans les tavernes de brigands.

L'adolescent profita de ce moment de faiblesse pour tourner sur lui même tout en pliant légèrement les jambes et donner un coup de tranchant de la lame de son épée dans le genou du bougre qui se retrouva le postérieur à terre, entrain de tenir de son genou et essayant vainement de retenir le sang qui coulait.

Ko se releva et regarda froidement l'ivrogne qui avait encore moins fier allure qu'avant. Fallait il l'achever, lui et ses appels pour un médecin, ou le laissait brailler jusqu'à ce qu'il finisse par s'écrouler au sol ? Il jeta un regard à Maelle pour savoir ce qu'elle dirait. Elle dirait peut être de laisser la vie à cet homme guidait par l'alcool.

Le jeune brigand enjamba le bougre qui continuait de gémir pour aller porter assistance à Peli qui avait l'air en difficulté. Mais l'ivrogne qui tenait son genou d'une main prit un couteau qu'il utilisait pour couper le main et le fromage qu'il avait l'habitude de manger pour le planter dans le pied du jeune homme. Un hurlement de douleur se fit entendre puis un gémissement étouffé.

Ko essaya de se tenir pour ne pas tomber, ne pouvant plus rester debout sur le pied en sang, il planta donc son épée un peu au hasard, mais c'est le bougre qui se la prit dans le thorax, perforant un poumon. Le sang remplissait donc l'organe, empêchant petit à petit son propriétaire de parler, puis finit par mourir étouffer.


Nom de Dieu ! Enfoiré ! cria Ko tout en grimaçant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'aveugle
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 294
Date d'inscription : 20/10/2008

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Dim 04 Jan 2009, 20:42

La brigande essaya de reprendre son sens froid , de se calmer pour enfin réagir mais il y avait trop de bruits….trop d’actions dans cette auberge…
La jeune sentit une présence derrière elle. Sans attendre, la brigande se retourna et sentit deux mains se poser contre le bas de ses reins et une voix grave parvenir à ses oreilles.

Laissons les se battre ma jolie…et vient donc dehors avec moi…

Alors que l’adolescente sentit la peur l’envahir, elle inspira profondément et se décida enfin à agir..

Maelle lui assena un coup de genoux dans l’entrejambe, avec une force démesurée et elle entendit le cri de douleur et une série de jurons qui lui arrachèrent un sourire sadique.
La brigande chercha le visage de l’homme et une fois fait, elle le saisit fermement entre ses mains et elle donna un second coup de genoux….
Elle recula et laissa tomber le corps endoloris de son agresseur rejoindre le plancher crasseux de l’auberge.
L’Aveugle n’arrivait pas à croire ce qu’elle venait de faire….Jamais elle n’aurait cru avoir la force de faire cela.

Son esprit resta troublé quelques temps avant d’être ramené à la raison par la voix de Ko.

Elle se retourna vers le son de sa voix et dégaina son épée courte.

Souviens toi des conseils du Joker..Maelle souviens toi…Frappe ceux qui sentent bon…ce sont les nobles..tapent pas sur les fétides…ceux sont tes confrères…


Elle hésita un court instant et soupira avant de penser à voix haute…Mais ils puent tous !!!

La jeune femme sentit ses nerfs être à bout puis elle s’empressa de rejoindre Ko…Seul sa voix peut l’aider à le trouver…
Heurtant un autre ivrogne sur sa route, qui part ailleurs s’empressa de lui donner un coup dans la mâchoire, Maelle posa sa main au hasard et lui saisit le col de sa chemise avant de le coller et laisser sa lame le transpercer de part en part…

Ko…tu vas bien ??...Peli .. tu es là ?... Dis elle la commissure de ses lèvres légèrement ouvertes..

_________________
fille de Annyah allias Alystrael et de Shinigami. (mort certainement...)Danseuse libre et indépendante..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lâerfoll
Bandit de grand chemin
Bandit de grand chemin
avatar

Nombre de messages : 32
Localisation : ici et là, mais jamais à sa place
Date d'inscription : 02/01/2009

MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   Dim 04 Jan 2009, 20:54

Lâerfoll qui préférais finir sa bouteille avant de s'en mêler, il n'aurait pas voulu gâché de l'alcool pour taper de l'ivrogne. Ce n'était point digne de sa classe social, déjà qu'un noble ici c'est louche. Lâerfoll avait toujours préféré être au milieu des gueux, surtout brigand.

Il regardait ce qui se passait avec un sourire en coin, ravi de voir du sang et surtout des dames se battre. Sa changeait des petite bourgeoise qui se plaignait d'un rien. Le jeune semblait aussi bien se débrouiller, même s'il eu quelque problème. Le but dans un combat c'est de vaincre, quel qu'en soit le moyen, ce jeune avait vaincu.

La jeune aveugle dit qu'il puait tous, sur le coup il ne comprit pas et lui répondit machinalement.


- Ba merci, je me lave tout les jour moi !

La jeune aveugle transperça un homme, Lâerfoll regardait le massacre en riant. Il se reprit et alla vers l'aveugle et lui attrapa la main portant la lame.

- Ne vous inquiétez pas, je vais vous guider vers eux.

Il avait toujours été "gentil" lorsqu'il n'y avait rien en jeu. Lorsqu'il est payé pour attaquer il aurait suivit dans ce massacre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bord du comptoir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le bord du comptoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11, 12, 13  Suivant
 Sujets similaires
-
» Chat-Minou à bord
» Facebook, fac et comptoir de la mode
» Nabcast " breve de comptoir "
» [Programme TV] A bord du Charles de Gaulle
» le tableau de bord du KA 50

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Grotte des Joyeux Brigands :: La Grotte des Joyeux Brigands :: [RP] Dans les profondeurs de la grotte… :: La Taverne-
Sauter vers: