AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:23

[Ceci est le RP de l'attaque de Reims. Bien que brouillon et peu structuré il peut être plaisant. Je Fais la Copie EXACTE du RP se trouvant en Gargotte de Champagne]

La nuit venait de tomber sur la capitale de la majestueuse Champagne. Les bambims ne couraient plus dans les rues. Ils avaient laissé place au monde de la nuit. Un groupe d'ivrognes gueulait joyeusement, bouteille en main, près du puis pendant que des catins, très légèrement vêtues, attendaient des clients dans le froid nordique.Une grande tâche lumineuse dansait dans la rue provenant de la taverne qui semblait bien agitée ce soir là.

En effet l'echoppe, habituellement peu frequentée, acceuillait de nombreux clients, une trentaine d'hommes et de femmes. Il y avaient de gros gaillards solides comme des roques, des jeune-hommes aux sourires bienveillants, des petits nains farfelus aux airs mesquins, des grands barbus perdus dans leurs pensées avec un air de sagesse et de ravissantes femmes à l'air farouche. Certains jouaient au dé, d'autres discutaient argumentant leurs dires à grand renfort de mouvement de bras, un couple en retrait echangeait des baisers des plus passionnés, un p'tit groupe de bourrins faisait un concour de buveur de bière dans de grossiers cranes couverts de crasse...
Mais, allez savoir pourquoi, ces personnages ne semblaient pas être du coin. Tout un groupe d'etrangers egarés dans une même capitale..



Les mains sous sa chemise, collées à plat sur sa peau tiède, L'Renard goutaient les lèvres devines de sa Douce. Les yeux fermaient, il ressentait chaque gestes de son aimée, loin de tout ses compagnons. Soudain des sabot martelant les pavés de pierre se firent entendre dans le tripot. Sortant le Brigand du doux rêve qu'il vivait aux lèvres de sa Déesse. L'Renard pensa qu'il s'agissait surement d'un cortège et en eut la reponse aussitôt quand un grand et sombre carrosse passa en vitesse dans la ruelle qui bordait la taverne. Il l'ecouta s'eloigner au loin, dans les profondeurs de la cîté de Reims avant de plonger son regard dans les magnifiques yeux bleus petillant de sa Femme.


-Mon Amour, l'heure est venue. La revolte ne sera pas la même que celle de Tours, il va surement y avoir une petite bataille. Fais attention, je ne veux pas te perdre. Je t'aime.

L'Renard mit ses deux mains sur le ventre de Maelisse qu'il carressa delicatement, la regardant droit dans les yeux, avant de l'embrasser avec amour. Une fois les lèvres decollérs, l'âme Brigand de l'homme prit possession du Renard qui se leva et balaya la taverne d'un regard. Toute la Joyeuse Bande plaisantait gaiement mais maintenant il fallait agir. N'ayant nullement l'envie de se bousiller la voix à Hurler pour recouvrir le chahut, le Brigand brandit son épée et se dirigea vers la Cheminée où était suspendu une grosse marmite vide. Sans prévenir, il frappa de toute ses forces le récipient avec le plat de sa lame qui vibra fortement ce qui produisit un grand bruit aigu dans toute l'echoppe. L'assemblée, surprise, se retourna arretant toutes les activités quelle étaient en train de faire pour observer le Bougre d'idiot qui frappait sur une pauvre marmite rouillée.
L'Renard, satisfait, s'empara d'une choppe trainant sur un coin de table avant d'adresser un grand sourire dizaines de têtes tournaient vers lui.


La nuit est tombée, les Villageois sont rentrés chez eux, le moment est venu pour nous de se revolter.

Il brandit sa choppe face à tout le monde et declara:

Profitez bien de la Bierre mes amis, car ce soir je peux vous assurez que vous n'en aurez plus une seule goute, ce soir nous boirons du Vins de Champagne! Degustation de Vinasse des Caves du Chateau de Reims!

L'Renard porta la choppe à ses lèvres, but cul sec le liquide avant de l'ecraser sur la table. Sans leur expliquer, il alla au comptoir, sauta par dessus et en sortit un enorme sac en peau tanné qui laissa tomber lourdement au millieu des tables.

Ceci sont vos petits jouets compagnons, vous savez ce qu'il vous reste à faire, amusez vous bien.

Il passa son bras dans le sac, fouillla dans un bruit de bric à brac, et ressortit sa main avec un beau petit arc, léger et assez discret avant de se diriger vers la Porte qu'il ouvrit en grand, laissant rentrer le vent glacial dans la Taverne.

Mes amis, après vous.

L'Renard observa ses têtes qu'il connaissait maitenant depuis quelques temps. Il était fier de se retrouver là, à Reims mais à la fois très nerveux du à son pessimiste. Une boule se forma dans son estomac. Certe la Champagne n'avait rien à voir avec la Touraine, mais qu'importe! Rien n'arreterait ses rêves, et ce soir là son rêve était de faire tomber Reims, ce duché symbole du Roy en personne qui y avait recu son sacre. Au Nom de la Noble cause du Brigandage, la nuit allait être agitée dans le Nord Est du Royaume.
Le Brigand se concentra sur sa Belle, assise plus loin, ses cheveux dorées descendant en cascade sur ses epaules, il ne partirerait pas sans elle ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:24

Torqual :

Le froid est mordant, humide, il fait nuit. Quelques hommes encapuchonnés attendent en silence au fin fond d'une ruelle au pied des remparts. Une silhouette arrive, puis quelques minutes plus tard une autre et une autre encore. Ce sont des hommes massifs, les visages durs, les traits taillés à coups de serpe. Des gueules balafrées, des gueules qu'un notable ne voudrait pas rencontrer à cette heure de la nuit. Mais ce n'est pas pour cela qu'ils se sont rassemblés en grand secret. L'un d'eux émet quelques mots, sibyllins, il n'en faut pas d'avantage, tous sont à l'unisson. Ils se battent côte à côte depuis si longtemps qu'il se comprennent à demis mots.

Tout le monde est la? La grange au fond, faîtes vite et en silence...

Par petits groupes ils disparaissent dans l'impasse obscure. Franchissant le vieux battant délabrés qui donne dans une arrière salle oubliée, ils pénètrent dans une petite grange louée il y'a quelques temps déjà. En ressortent des hommes lourdement armés, qui se fondent dans l'ombre en attendant leur heure.

Au même instant dans le château, un palefrenier quelconque titube en rejoignant les stalles... Arrivé près de la poterne nord, il se cache dans l'ombre. Il déverrouille la porte, il n'y aura plus qu'à la pousser pour l'ouvrir. Ensuite il s'éclipse, il a été bien payé pour un travail de quelques secondes à peine.

Les hommes armés cachés dans l'ombre de la ruelle sont à quelques mètres à peine de la poterne, ils n'attendent plus qu'un signal. Tout à été répété une dernière fois dans la cave secrète d'une taverne mal famée. D'autres groupes vont nettoyer les accès au donjon. C'est la qu'ils entreront en jeu. Ils passeront par la poterne et une fois arrivés au donjon, ils lanceront un assaut massif et brutal. C'est ce qu'ils font le mieux. C'est pour ça qu'ils sont la.

Les hommes immobiles attendent toujours, ils sont aux aguets, comme des fauves prêts à bondir. On dirait entendre comme un râle venant des remparts... Et comme un sifflement. Fugace sensation à laquelle on ne ferait pas attention d'ordinaire. Mais à cet instant ils savent que l'opération à déjà débuté. Leurs sens ne leurs jouent pas des tours, le signal leur sera bientôt donné comme convenu. La tension est palpable, une énergie contenue et violente se dégage de ce groupe de combattants, ils sentent déjà l'odeur du sang, rien ne les arrêtera plus.

Celui qui guette la poterne se retourne vers les autres, il leur fait signe... La porte a été poussée de l'intérieur, le moment est venu. Se hâtant sans faire de bruit, ils passent la poterne en ne laissant entendre qu'un léger cliquetis. Un cliquetis que n'entendront plus les gardes sur les chemins de ronde... Ceux la sont déjà morts. En se dirigeant vers les portes du donjon, ils notent machinalement du coin de l'œil quelques corps hérissés de flèches dans la cour ainsi que des silhouettes furtives qui se déplacent sur les remparts et dans la cour autour d'eux.

Ils se regardent un dernière fois, les têtes sont casquées, épées et boucliers sortis. Un rictus carnassier aux lèvres ils font irruption dans le donjon. La surprise aura été totale. Les gardes sont submergés les un après les autres. Certains résistent vaillamment, mais ils ont déjà compris... Les épées tranchent les chairs, une à une les salles de gardes sont prises et nettoyées. A la suite des guerriers d'autres hommes sont entrés. Le château est pris et avec lui c'est le duché tout entier qui tombe!

Dans la salle du trône ducal, les guerriers lèvent leurs épées et les croisent au dessus de leurs têtes en criant:


UN POUR TOUS, TOUS BOURRINS !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:26

Oksana:

A son réveil, Oksana trouva un message placardé sur toutes les portes des demeures du duché alors qu'elle ouvrait la porte pour prendre livraison de son lait quotidien posé devant sa demeure :
Citation :

09 Novembre -- Vive le Duc papesly

Merci pour votre acceuil de quelques heures, nous avons apprécié votre hospitalité. Moi papesly Artesiens , Duc de Champagne Je vous remercie pour la nuit passé au chateau , bonne literie... Les étrangers sont bien reçu chez vous , vous leur donné tout! Je trouve ça admirable et commme je suis poli je me fais un plaisir de tout vous prendre.

Interloquée, elle s'habilla rapidement et décida de se rendre au château afin de voir ce qu'il en était.

Qu'elle ne fut pas sa surprise en trouvant les portes fermées et des gardes inconnus armés jusqu'aux dents alors que depuis un mois, seuls quelques troublions plus ou moins éméchés se contentaient de regarder passer les pigeons.

Interrogeant les gens alentours, elle finit par comprendre, abasourdie mais sans plus, ce qui s'était passé : pendant que la duchesse et sa cour promenaient, alors que le connétable Coleen avait prévenu depuis plusieurs jours le conseil de présences suspectes à Reims, mais rien n'avait été fait, la grande duchesse préférant blablater ça et là, sure de son pouvoir et de sa force, incapable d'anticiper une éventuelle action rebelle, trop occupée à crier, critiquer et montrer sa supériorité partout où elle passait, n'hésitant pas à rabaisser tous ceux qui avaient l'audace de lui adresser la parole en la regardant un peu trop directement.

D'ailleurs, il était bien connu que l'agressivité ainsi affichée publiquement était bien une source de faiblesse et de sentiment d'infériorité, celle-ci servant à cacher son incompétence et son manque d'assurance en soi.

Enfin, la prise du château prouvait bien les craintes de nombreux champenois quand à la compétence de ladite duchesse qui, d'ailleurs, n'en avait bien que le titre : elle était totalement incompétente. Cependant, la prise du château par les bourrins, bien connus de l'ensemble du DR et d'une partie du royaume, était une catastrophe pour la Champagne qui allait sortir ruinée de cette histoire. Le plus florissant des duchés du domaine royal prit par une bande de mercenaires, voilà qui était beau pour l'image de marque de la Champagne. Elle était tombée bien bas cette Champagne au fil des mois...

Oksana ne put cependant s'empêcher de prendre un parchemin afin de le faire parvenir aux révoltés qui avaient réussi leur coup dès le premier essai :


Citation :
Messires,


Je ne puis que m'incliner devant votre audace payante. Réussir un coup pareil avec si peu de sang versé et quasiment sans rencontrer d'obstacle ne peut que forcer l'admiration. J'ose cependant espérer que vous aurez la bonté de penser à notre pauvre duchesse déchue et que vous lui laisserez quelques miettes afin qu'elle puisse au moins se payer une corde pour se pendre.

Je vous envoie mes hommages.

Oksana
Vicomtesse de Bourmont
Baronne de Romilly

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:27

Mytia:

[rp]Conseiller ducal, la prise du château n'avait pas mis longtemps pour lui parvenir. Sa première pensée fut pour la duchesse. Leurs relations avaient beau être tendues, elle n'en restait pas moins la personne mise sur le trône de Champagne selon le souhait du peuple.

Elle se demanda ensuite comment telle chose avait pu arrivé, les différentes raisons s'enchainèrent dans son esprit a une rythme effréné. Elle eut beaucoup de peine a restaurer son calme se disant que le plus important pour l'heure n'était pas de savoir comment, pourquoi ou qui en était responsable mais bien de faire en sorte de sortir de cette situation.

Elle se dirigea vers son secrétaire afin de rédiger une missive a l'intention de ses intrus, puis somma un jeune moine de prévenir la garde épiscopale de l'escorter jusqu'au château de Reims. Elle jeta une cape sur ses épaules, ses habit cléricaux étant bien léger pour affronter le froid qui s'installait peu a peu en Champagne et pris le chemin du château.

Durant le trajet, les souvenirs du Limousin et des horreurs dont elle avait pu être témoin refirent surface, serrant son cœur, priant pour qu'il n'en fut pas de même . Mais quand l'attelage aux couleurs de l'archevêché de Reims s'immobilisa devant le château, force fut pour elle de constater que toute prise de château avait le même gout amer du sang.

La garde se plaça en protection autour d'elle, épée au fourreau, main sur le pommeau, alors qu'elle avança au devant de la porte du château rendu inaccessible. Elle toisa le garde qui lui faisait face et interdisait l'entrée du château dont elle avait si souvent parcouru les couloirs. Le regard porté sur l'habit et l'épée encore souillé du sang des braves champenois qui avaient donné leur vie pour défendre Reims, elle demanda a être reçut par celui qui revendiquait le trône de Champagne.
[/rp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:28

Le Joker:

Le Joker était assi sur le comptoir de l'échoppe et regardait ses camarades en train de boire, de rire ect. Lui, n'avait pas le coeur a ça ce soir. Il n'était pas anxieux, et n'avait pas peur de la bagare. Ce soir la il avait revetu un habille différent de tous les jours, il était tout vétu de noir contrairement a d'habitude ou l'extravagance est de mise chez lui, un capuche coiffé ses longs cheveux verts et un sourire sadique ce dessinait sur son visage. Puis sentant l'heure fatidique arriver a grand pas, la folie commença a monter en lui, et ça nature prit le dessus sur son calme... il éclata de rire sans raison...

Voyant L'Renard s'approcher avec son épée il sourit se demandant ou allait il, et quand il frappa sur l'éspèce de pot rouillé il éclata de rire a nouveau puis laissa place au silence et a la douce voix du Renard... (-_-')

Quand L'Renard sortit les armes un grand sourire vint éclairer le visage masqué par le maquillage du Joker. Il s'abaissa pour prendre un arc et des fléches comme convenu. En effet il avait été obligé de ranger son épée a l'entrée de Champagne pour passer plus ou moins comme tout le monde la frontière. Il savait bien tirer a l'arc, les entrainements ou plutot les compétitions avec L'Renard l'avait rendu encore meilleur...moins bon que le Renard mais quand même...

Il s'approcha de la porte arc à la main et fléches dans le dos. Biensur il n'avait pas oublier de prendre ses couteaux, ils n'étaient pas interdit en Champagne...

Tout de même un peu tendu il lnaça au Renard et a ses amis:


Bonne chance les amis ! et que votre fer et que vos fléches... heu... heu voila c'est tout.

Il éclata de rire et se prépara a sortir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:30

Develle :

Un nouvel ordre en Champagne !

Une horde nouvelle...




Hornou :

La nuit dernière c'est déroulé un acte retentissent en Champagne, place importante de la royauté et de la la chrétienté !

Un symbole est tombé sans coup férir ...

Parmi les nombreuses organisations présentent lors de ce coup d'éclat, on trouvait :

LA HORDE NOUVELLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:31

Enaxor :


Plusieurs jours durant, elle avait voyagé seule comme à son habitude. Seulement cette fois-ci elle traversait des paysages inconnus, plus elle remontait au nord, plus elle sentait le froid la saisir jusqu’aux os.

Elle n’avait gardé aucunes notes aucuns parchemins. Tout était bien inscrit dans sa tête, le nom de l’auberge où elle devait les retrouver, les sobriquets de chacun pour les reconnaître et les détails du plan !

Tout s’était passé comme prévu, sauf cette journée passée en prison pour vagabondage et qui avait faillit compromettre ses projets…
D’un mouvement de tête, elle balaya ses derniers souvenirs pour se concentrer sur l’opération.

Le groupe dont les membres s’étaient dispersés avança précautionneusement sur le terrain.

- Vous allez vous éparpiller, mais pas trop loin les uns des autres….Soyez prudents et silencieux !

Etrange pays que celui-ci, le froid rougissait ses mains, la goutte au nez, Ena claquait des dents et bougonnait.

- Un manteau, j’aurais dû emporter un manteau de laine, plutôt que de faire ma coquette !

- Arrêtez un moment ! Tandis que les hommes s’agenouillaient, s’accroupissaient ou s’asseyaient, le chef distribuait les dernières instructions….

- Merdaille, le château à l’air bien gardé !

Le pont était relevé, aucun chien ne semblait donner de voix.

- Pourvu que personne ne soit tenté de tirer sa lame, pas de lueur, pas de bruit ! Tous obéirent et Ena remit discrètement son poignard au fourreau.

Sous les lueurs d’un ciel d’encre et d’acier, le château s’affirmait comme un monument redoutable, défiant les incursions, les complots, les intempéries. Ses parois, la pente aiguë de ses toitures renforcées d’un crénelage aux merlons pointus évoquèrent pour Ena la forteresse où elle avait vu le jour non loin de Nîmes. Cette forteresse provoquait dans les ténèbres suffisamment redoutables en elles-mêmes les pressentiments les plus funestes…

Ena marchait côte à côte avec un bourrin, elle connaissait l’homme pour avoir partagé une chope en sa compagnie le soir de la rencontre et appréciait son humour bien que très noir... Ils discutaillaient trop et trop fort, un des hommes, la rappela à l’ordre mais elle trouva encore le moyen de la ramener, pour ne pas perdre la face devant le bourrin.


- On se demande ce que vous faites ! Pas le moment de batifoler où d’échanger des recettes de cuisine, on la boucle et on reste vigilant !

- Bon Dieu ! Si nous étions ailleurs qu’où nous sommes, je souhaiterais à cette crapule de prendre une sagette…

- Dans le cul !
Lui répondit le bourrin !

Elle vit luire ses dents au clair de lune : il riait pour la première fois. Elle lui avait trouvé des mœurs sanguinaires, un homme sans cœur avec une irrémédiable passion de la mort. Mieux valait tout cela, en l’occurrence, que la légèreté d’une pucelle.

-Oui, dans le cul ! Approuva-t-elle en riant.

- Bon sang ! Viendrons-nous à bout de notre ouvrage ? Soufflant dans ses mains pour les réchauffer, et sans attendre sa réponse, elle lui sourit .Elle avait confiance en lui, les autres n’étaient pas non plus les premiers venus, tombés de la dernière pluie ! Ils formaient une bonne équipe, ils ne pouvaient échouer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:32

Doc :

Doc. avait entendu parlé de cette revolte depuis bien longtemps et c'était de suite engagé dans ce mouvement.

Plus révolutionnaire que brigand, Doc. etait avant tout farouchement opposé au despotisme, a la fainéantise des dirigeants soit disant "noble", a la noblesse en général, a l'aristotalisme et au clergé. Contres des lois qui interdisent a tout un chacun de se promener librement épée en main afin de proteger leurs biens si durement acquis.

C'est donc avec une grande joie que Doc. s'était dirigé vers la Champagne avec le grand espoir de faire tomber ce régime obsolète et vieillissant.

Il avait enmené avec lui ses quelques instruments qu'il avait appris a manier au cours des ses etudes d'anatomie : scalpel, bistouri, tenailles ... Il allait enfin pouvoir mettre a profit ses longues journées d'étude !!

La revolte commença pour lui lorsqu'il se joignît au groupe de revoltés. Rapidement il repera un garde isolé et n'eut aucun mal, grace a ses instruments, a lui faire avouer la présence d'une porte dérobée ...

Avec quelques camarades, ils s'engouffrèrent dans le château.


Tremblez nobles et curés, bourgeois et despotes !! tremblez et pleurez vos petits privilèges !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:33

Ma Merveilleuse Maelisse :

Mael aux cotés de son ange, la main sur son ventre, toujours muette , toujours en observation... elle ne le quittait pas du regard, mais regardait de tenps a autre autour d eux.
Elle savoura les levres de son brigand, en lui glissant un "je t aime".
Elle le suiva, elle l aurait suivit au bout du monde quoi qu'il arrive.


Il est temps... tout ce passera bien...

Les voila ensemble de nouveau, pour le meilleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:34

Notre ami, Brisey:

Après l’attaque de Tours Briseys partit en Bourgogne payer un ami qui lui avait rendu maintes services, sur la route il n’y eu aucun souci, pas de confrère, pas de milice, pas de soldat… A croire qu’ils devaient être tous terrifiés par ce que dégageait mon regard de braise et mon allure de noble vagabond à la bourse bien pleine, aux bottes propres et à la rapière encore macule de sang de maréchaux. En direction de Dijon l’hispanique abandonna deux, trois de ses amis qui eux se dirigèrent directement vers Reims. Une fois arrivée à Dijon, Briseys paya comme convenu l’homme d’une épée et de mille écus. La bourse amaigris l’homme acheta une vingtaine de fruits et légumes pour commencer sa route vers la capitale de Champagne. La route n’a pas été aussi paisible qu’à son dernier trajet, en effet l’hidalgo fut attaque par un môme d’une quinzaine d’année, celui-ci lui avait sauté sa bourse par derrière et se mit à courir pour échapper à ma claymore, malheureusement pour lui j’optais pour la solution du projectile, je m’armas d’une pierre et la lanças de toutes mes forces sur la tête du petit homme. Le pauvre gueux saignait abondamment, peut être était il mort ou simplement évanoui, ce qui est sur c’est que je repris ma bourse après m’être signé par trois fois pour l‘âme du garçon, je ne me signais pas en m’adressant à Aristote mais à la vierge noire. L’histoire de la vierge noire est une très vieille légende de Castille à laquelle Briseys croyait dur comme fait. La fin du voyage se fit des plus calme après cette accroche.

Arrivé à Reims, le brigand fut bien déçu de cette ville, il avait tellement entendu parlé d’elle en bien et en beauté qu’il s’attendait à de l’art, de la grande architecture de la magnificence, quel dommage de voir tout l’inverse. Les maisons étaient noires, bancales et sales. Sur chaque perron, un mendiant vous tendait la main et des cochons retournaient par bandes entières la boue de leur groin énorme. Les rues étaient étroites, encombrées de charrettes, de chevaux morts pourrissant au coin des rues, de petites gens hurlant pour attirer l’attention sur leur misérable commerce. Là, une fille ravaudait, là une autre proposait de vieux chapeaux, un peu plus loin, un homme vendait de l’eau et un autre achetait des déchets de poisson pour en faire de la colle… Ce spectacle sordide opéra sur le brigand une impression abominable. J’avais arpenté les rues de plusieurs grandes villes Espagnol et Française, mais jamais je n’y avais ressenti le dégoût que j’éprouvais en découvrant Reims… Briseys se rassura en se disant que ceci n’était que les faubourgs et que le centre ville et le château allaient être plus plaisant. Il arriva quatre jours avant l’attaque, quatre jours caché derrière l’église en retraite pour ne pas se faire voir par l’autorité.


Il faisait froid, le vent glacial du nord venait picoter les joues du brigand. La ville était mal éclairée ou on y voyait quasiment pas la route malgré tout un calme en émanait, une sagesse effrayante, pas un chat dehors seul les truands régnaient en horde dans les rues. Briseys adossé sur le mur extérieur de la taverne ou se trouvaient tous les brigands, fumait une pipe de chanvre en pensant soucieusement à cette attaque. Reims était un symbole pour tout le Royaume de France, Attaquer cette ville serait une tâche compliquée et difficile, il y avait de forte chance que l’échec arrive plus vite que la victoire, d’autant plus que Briseys était surveillé par les autorités Champenoises et Bourguignonnes, il fallait être discret et prudent.

Le bruit de la cathédrale et de ses cloches claqua violement dans les oreilles de Briseys et le sortit aussitôt de ses pensées, c’était l’heure. Il fallait attaquer le château et n’épargner personne, chaque soldat tué ce soir là serait en moins de ceux qui nous poursuivraient au moment de notre fuite, cette fois là nous n’aurons pas de temps pour faire une pause repas, ni de sieste dans les milliers d’écus, il fallait se dépêcher de piller.

Un nouveau son ressortit de la taverne, peut de temps après tous les brigands sortirent en trompe, certains l’arc à la main d’autres avec une épée, couteau, sabre, rapière et autres armes indéfinissables… Mon fidèle ami le Renard sortit en dernier de la taverne nos regards se croisèrent avec un léger sourire suivi de mon clin d’œil puis l’hildago se retourna vers la femme qu’il aimait, la femme avec qui il vivait la plus incroyable des aventures depuis plus de quatre mois la passion de cet amour ne les séparait pas et ne les séparerait jamais, il lui prit la main, l’embrassa aussi passionnément que tendrement tout en dégainant sa claymore. Puis sous la folie de l’action il la tira rapidement vers l’attaque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:35

Jumarow :

Macarel .... C'est fini ?

Juma n'en revenait pas, depuis quand prendre un château demandait si peu de temps ?
Néanmoins, son cœur battait la chamade, il transpirait à grosse goute, et ne cessait de lancer des regards vers sa Belle.
Ouf, elle va bien, songea t-il
Jumarow leva son arme, et cria, avec l'ensemble des bourrins :
UN POUR TOUS !, TOUS BOURRINS !!!

Tout s'était passé si vite ... Juma se revit, avec ses camarades, pendant l'assaut. Les brigands s'étaient occupés des gardes sur les remparts et avaient faits rentrer les Bourrins.
Puis ils n'avaient eus qu'à entrer en trombe dans les salles, et éliminer toute résistance.
Juma, lui, avait opté pour une cotte de maille assez légère, un bon écus en bois, et bien sur, une épée bien affutée.
Alors que ses frères et sœurs étaient lourdement armés, Juma avait opté pour un équipement simple et il ne le regrettait pas, la soirée avait été sanglante ...
Certains défenseurs avaient tout de même tenté vaillamment de défendre leur chateau, la plupart étaient tombés : Les quelques gardes ne pouvaient faire grand chose face à la discipline et à l'expérience des Bourrins.

La lame ensanglantée, Juma sentit l'adrénaline retomber, son pouls redescendis, et Jumarow décida d'aller faire un tour près de la porte du Chateau.
Il y aperçut une dame, en habits de Clercs, escortés par une garde .


Citation :
Le regard porté sur l'habit et l'épée encore souillé du sang des braves champenois qui avaient donné leur vie pour défendre Reims, elle demanda a être reçut par celui qui revendiquait le trône de Champagne.

Juma fit signe au garde de le laisser passer, puis s'avança vers la dame.

Veuillez me suivre, ma dame, je vais vous mener à vostre nouveau Duc .

Juma sourit, puis ajouta :

Je vous assure que nul mal vous sera fait, par contre voste garde restera ici jusqu'à vostre retour.

L'oeil aux aguets, Juma attendit la réponse de la dame .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:37

Cimaya :

Arrivée depuis plusieurs jours à Reims Cimaya y avait déposé son paquettage, elle savait que petit à petit ses compagnons de combat se reunissaient en ville et l'excitation du grand soir ne cessait de croitre...

Regards en coin petits, échange de courriers discrets la trame se resserrait autours du chateau.

Cimaya fini de se preparer à la tombée de la nuit cheveux tirés vetements sombres dague aiguisée elle n'attendait que le son des cloches pour s'élancer au chateau.

L'heure venue elle sorti sans bruit des ombres venant des differents coins de la ville prenaient la meme direction qu'elle, sans bruit elle reconnu beaucoup de ses amis de la horde nouvelle et un sourire eclairait son visage en s'approchant du chateau.

Ils avaient craind qu'il ne soit bien gardé, que nenni ...

08-11-2008 04:19 : Votre révolte a abouti ! Vous étiez un groupe nombreux contre un escadron de gardes.

L'affaire était dans le sac elle riait en regardant la ville du haut des tours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:38

Raoulleglabre :

[Ce matin là, Entre les barriques de vin frizzante de Champagne]

L'Raoul s'escrimait à remonter les quatre ronds tonneaux jusque dans la cour. La carriole attendait. Les tontons étaient ravi de la prise. C'était sur, ça avait cassé un peu cette nuit là. Mais bon, comme dirait l'Fernand, fallait fluidifier l'marché, et ces enflures de champenois, ils le gardaient pour eux, leur pinard !

Piquette j'te dit Fernand ! c'est d'la piquette. En plus ils le souffrent comme les dans les entrailles d'un pet d'volcan, leur jus d'raisin !


Le bourguignon, ça c'est du bon.

Mais quand même, il avait promis à la Teigne de lui ramener une barrique. Une histoire de bulles, il avait pas bien compris... mais une promesse, c't est une promesse. Y avait encore un ou deux champenois ce matin là, qui s'réveillaient la tête dans l'croupion. Une baffe du Fernand, et y' r'tournaient au pays du marchand d'sable. Mais, bon, là, on l'attendait l'Raoul, alors fini de jouer.

Fernand !!! viens !!! range ton bourre pif et vient m'filer un coup d'main !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:39

Enaxor :

Ena se tenait à présent aux côtés de Jum et de sa compagne.

Pas aussi bien gardé qu'on ne l'aurait cru, n'es-ce-pas? Une bien belle opération, pas une éraflure, pas un blessé! Je ne regrette pas d'avoir fait la route jusqu'ici, pensez-vous messire que nous aurons le temps de gouter à ce fameux vin pétillant dont tout le monde vante les mérites du sud aux nord?
Après tout, nous avons des choses à fêter! Et comme on dit chez nous, rien ne sert de courir, il faut partir à point!


Ena leur sourit, tapotant l'épaule de chacun, oubliant un instant le froid qui l'avait raidit toute la nuit. Elle savait précisément qu'elle manteau elle allait s'offrir et avait même déjà sa petite idée sur la couleur! Facile, le noir était de rigueur pour se faufiler dans la nuit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:40

Mytia :

Mytia lanca un regard de defi quand il se permis de lui dire que celui qu'elle allait rencontré etait son duc. Jamais au grand jamais elle ne le reconnaitrait comme tel. Elle avait beau devoir envisager un retour pacifique a la normal, l'nstinct de rejeté ceux qui avait baffoués le desir du peuple qui s'etait exprimé etait plus fort qu'elle ne l'aurai cru. Quand il lui demanda de le suivre sans sa garde, elle tourna la tete en arriere pour les regarder un a un et surtout se laisser le temps d'en prendre la decision.

Aucun mal ne lui serai fait avait il assuré, mais comment accorder confiance a un homme qui venait d'en tuer d'autre pour sa simple soif et son plaisir ? Il lui restait le choix de refuser dans quel cas elle ne pourrai aller au bout de son geste ou d'acceder a son ordre et mettre sa vie entre leur main. Elle avait beau etre encore jeune, elle n'avait pas peur, Aristote etait aupres d'elle dans cette entreprise et confiance lui etait accordé a lui et non au brigand qui lui faisait face.

Armée de sa foi et d'un regard hautain pour le garde, elle fit signe a sa garde de rester en position por lui repondre d'une voix froide:


Bien, je vous suivrez donc, je crois inutile de faire quelque menace que ce soit quant la reaction de l'eglise si vous touchez a un de ses ambassadeurs.

Du haut de ses 14 ans et pleine de son courage, elle suivi l'homme, penetrant dans ce lieu devenu saudain si hostile qu'elle senti une certaine angoise l'envahir mais luttant pour n'en rien montrer, gardant un port altier a la face de ceux qu'elle croisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:43

Roucoule :

..Un pigeon survole la Champagne vers Reims un message s'échappe de sa patte

Voleurs !!!!!!Brigands.. Vous qui avait prit notre château, par mon épée, vous périrez.. vous les assoiffés de sang et de haine ... jusqu’au bout je vous poursuivrais..Pour Notre Roy notre duché ....Voleurs ... vous agissez dans les nuits comme des bêtes ..... Fluiez ... je vous poursuivrais jusqu’au fin fond du Royaume ...Voleurs Brigands ... vous serez écrasez ... vous trônez ?? voleurs, brigands tremblez maintenant..


Le Révolutionnaire :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:44

Cimaya :

Cimaya un petit creux au ventre rentrait dans la petite maison qu'elle avait investi sans bruit. Un volatile passa au desus de sa tête.
Elle sorti sa petite fronde et visa

L'animal tomba raide à ses pieds elle lui tordit le cou et vu qu'il avait un message à la patte elle le deroula...


Voleurs !!!!!!Brigands.. Vous qui avait prit notre château, par mon épée, vous périrez.. vous les assoiffés de sang et de haine ... jusqu’au bout je vous poursuivrais..Pour Notre Roy notre duché ....Voleurs ... vous agissez dans les nuits comme des bêtes ..... Fluiez ... je vous poursuivrais jusqu’au fin fond du Royaume ...Voleurs Brigands ... vous serez écrasez ... vous trônez ?? voleurs, brigands tremblez maintenant..


Eclat de rire cristallin, oeil brillant elle rentra chez elle et se prepara un bon pigeon aux pruneaux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:45

Entela :

[hier soir]
Il était tard, la jeune fille avait le cœur qui battait a toute allure, ... Un regard vers son tendre suffit a la rassurer ... Et puis après tout ce n'étais pas la première foi qu'elle prenait un château ... Arras, quel souvenir .... Elle en était ressortit excommunier de se coup là, ... Et son corps gardais en certains endroits les traces des 20 douloureux coup de bâtons qu'elle avait ressuent en châtiments sur la place publique ...
Un bâton à la main pour se défendre, durant l'assaut, elle écoutât le petit discourt du renard ... Puis ... Celui des membres de sa familles, et des autres bourrins ... Les derniers plans ... Les dernières misent aux points, ...
Elle se mit en poste, l'assaut débuta ... Tout se passa très vite, elle assomma quelques personnes ... Ou plusieurs, les évènement s'étaient enchainés si vite ....
Son cœur battait à toute allure, .... La peur ? ... L'excitation ? ... Elle ressentait comme un certain plaisir a ce qu'elle était en train d'accomplir ...
Puis tout ce calma ... Le château était a eux ? Ils avaient Vaincu ! Elle était fière ...
Soudain un commentaire de son amour la fit sourire :

Macarel .... C'est fini ?
Il allait bien ! Les autres aussi ... quel soulagement pour elle ... Mais LUI elle l'aimait tellement ... Elle le suivrai jusqu'au bout du monde si il le lui demandait ... Et elle savait que si il lui arrivait quelques chose sa vie n'aurait plus de sens ...
Les autres bourrins levèrent leurs armes, elle fit de même, et en cœur avec eux elle cria ...
UN POUR TOUS !, TOUS BOURRINS !!!
Soudain IL s'adressa a une dame qui voulait voir le nouveau duc, ce cher Pape ... Elle la surveilla d'un œil mauvais ...
Elle vit son père passer, et lui fit un signe victorieux, ... Puis elle se rapprocha de Jum ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:47

Roucoule :

Roucoule savait qu'il allait finir dans un estomac , mais bien fait ... il a mangé des graines empoisonné avent .... sa mort est certaine à celui qui a mangé ce volatile ..Vous pouvez essayez de vomir !!!!!!! tant pis pour vous ..le mal est fait , vos entrailles vont se tordrent ... et il n'y a pas de remède .. vous avez cru être malin de manger ...Crevez maintenant


Doc :

Doc., qui passait par la, vit l'animal et, se souvenant des ses cours de biologie, constata que l'animal avait du etre empoisonné.

Mefiance Dame Cinaya, a votre place je ne mangerais pas de cette bete !! elle a pas l'air en bonne santé.

Doc. lui donna une miche de pain et pensa que ces etudes de medecine etaient finalement bien utiles en ces temps de revolte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:48

L'Renard le Magnifique :

L'attaque avait était rapide. Les Brigands avaient transpercé le ciel avec leurs flèches. La modeste troupe qui gardait le passage avait été terrassé sans la moindre difficulté. En moins de temps qu'il n'en fallait la première partie du bastillon, la basse cour avait été sous controle et L'Renard s'etait empressé de monter dans les fortifications pour couper la grosse corde qui retenait la herse. A grande peine, il réussit son oppération et la porte de fer s'abatit dans un grand fracas. Il ne restait plus que le Donjon mais plus aucune fuite pour les defenseurs. Les Bourrins s'en étaient donné à coeur joie. La maréchaussé n'avait rien pu faire.

Au petit matin le chateau était entre les mains des Brigands.


Le Lendemain.

Tout etait merveilleux, le pillage avait été effectué. La prise de Reims s'était deroulé bien mieu qu'à Tours, visiblement l'experience acquise par les Brigands avaient porté ses fruits. Après avoir donné quelques directions à ses confrères, L'Renard se retourna ma belle et lui souria.

-Sois patiente ma Belle, on va y aller.

Il lui fit un clin d'oeil complice avant de l'embrasser avec passion.

Je dois y aller, affaira à regler, un petit truc qui me derange. Visites le chateau en attendant et d'mande si t'as besoin d'aide, tu auras surement un ami pour t'aider.

Après lui avoir promis de revenir rapidement, L'Renard tourna les talons et coura aller voir l'ami Briseys.

Hep castor! Felicitations, on l'a fait! Salues ta femme pour moi. Faut que j'aille voir les Bourrins, à vraid dire il semble qu'une partie d'un accord a été oublié..

L'Renard mit sa main sur son epaule, lui sourit avant de lui dire.

Passes à la boutique souvenir si tu veux, sers toi avant les autres mais surtout laisses moi mon baton, tu te souviens?

Amusé le Brigand quitta son fan préféré avant d'monter quatre à quatre les marches du Chateau pour aller dans la salle du trone. Son épée encore maculé de sang était rangé dans son fourreau. Arrivé devant la grande double porte, entouré de deux blasons majestueux au couleur de la champagne, L'Renard tourna une dernière fois ses pensées dans sa tête et entra.

L'Duc, un Bourrin en l'occurance, jouïssait de son nouveau poste, assis dans un Trone des plus elegants, sculté avec talent. Prenant une pomme des nombreuses tables où était entassé unepartie du butin,L'Renard s'avanca vers Pap et le regardant droit dans les yeux.

Bourrins, bravo. Vous avez montré une fois d'plus que vous êtes d'fier combattant. J'suis heureux que vous ayez rejoind la belle aventure. Si Reims est tombé c'est en partie grace à vous. J'espère qu'vous êtes heureux d'avoir vengé vos petits querelles avec les champis, mais que cela reste au nom du Brigandage. Dites ce que vous désirez mais cette prise et le pillage des caisses de Champagne, région de notre Roy, reste pour le Brigandage bien qu'il sera su que les Bourrins ont participé et donc merité d'être nommé comme les acteurs de ce coup.

L'Renard inclina la tête en signe de remerciement et de fraternité avant de croquer généreusement dans son fruit pour masquer le gout de sang qui lui restait dans la gorge.

Sur ce, je vous laisse, nous avons tous un chateau à visiter et quelques petits plaisirs à satisfaire. Si vous trouvez le tableau de Levan, prenez le pour l'incendier devant les villageois. Je crois aussi que vous vouliez montrer vos seants..si tel est votre désir..

L'Renard souria, puis degusta sa pomme, entendant response avant d'rejoindre sa belle pour un combat plus pacifiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:49

Cimaya :

Une fois dépessé et plumé l'affreux volatile eu le cul farci de pruneau et empalé sur une broche.

Cimaya le mit a rotir sur le feu et le regardait griller en salivant , elle ne ferrait certe pas de meilleurs repas avant longtemps!

Apres un certain temps elle entendit frapper a sa porte, trois petits coups discrets, un pleu fort et un presque inodible...

Elle sourit et couru ouvrir

son ami doc se tenait face à elle


Salut doc j'ai fait à manger tu degustes avec moi?

L'homme s'approcha de l'antre et emit un grognement sourd

Mefiance Dame Cimaya, a votre place je ne mangerais pas de cette bete !! elle a pas l'air en bonne santé.

Cimaya eu un geste de recule puis sourit

Oui tu dois avoir raison de tout façon mieux vaux ne pas prendre de risques! tu sais quoi au lieux de nous sustenter il va nous rechauffer on va le laisser cramer jusqu'a ce qu'il n'en reste rien !

Elle sourit en voyant doc sortir une miche de pain

super j'ai de la viande sechée dans ma besace et quelques fruits je pense que finalement le repas sera tout de meme delicieux!

* clin d'oeil complice a son ami qui venait de lui sauver la vie *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 12:51

Le Vent :

Le_Vent de folie etait maintenant bien loin, le calme etait revenu sur les ruines fumantes du chateau.

Pourtant, de ci de la, quelques groupes se formaient. Certains riaient, d'autres s'inquietaient de leur avenir.

Les paroles du Renard ne semblaient pas rassurer tout le monde, qu'entendait il par " le pillage avait été effectué", "Passes à la boutique souvenir si tu veux", "Sur ce, je vous laisse".

Ces dires etaient incompréhensibles pour bon nombre des revoltés. Un vent d'inquietude s'empara d'eux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 16:26

Jumarow :

Jumarow sourit en entendant la jeune femme

Citation :

Bien, je vous suivrez donc, je crois inutile de faire quelque menace que ce soit quant la réaction de l'Église si vous touchez a un de ses ambassadeurs.

Allons-y alors, inutile de nous attarder plus longtemps

Juma remarqua alors Entela, il lui fit un bref signe, et Ente se plaça a la droite de la jeune femme.

Le petit cortège traversa la cour, encore jonchée de débris de la bataille, ici et là jonchaient des lances brisées, des carreaux, des flèches ensanglantées. De temps à autre, un cri s'élevait de la tour du Donjon, mais on entendait surtout les hommes beugler, rire et boire.
Le pillage avait commencé ...

Après quelques escaliers, corridors, Juma se présenta devant la salle du Trône, le garde lui ouvrit le passage, et Juma pénétra dans la Grande-Salle .


Eh bin, les festins vont bon train, songea Jumarow

Une énorme table était jonchée d'objets hétéroclites : vases en Bronze, bagues, bijoux, argenterie ...
Partout des hommes festoyaient, buvaient, tripotaient les servantes ...
Au centre de la salle, assis sur le trône Champenois était assis Papesly, autour de lui, les Bourrins buvaient ...
Juma s'avança, pris au passage une corne remplie de vin rouge, la descendis d'un trait puis héla Papesly


Papes ! y'a cette damoiselle de l'Église, j'crois, qui voudrait t'causer ...

Juma posa ses mains sur les hanches et attendit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 16:27

Beeky :

Un matin comme tous les aultres. Ablutions, promenade equestre, messe en la petite chapelle et nourrissage des jumeaux. Après avoir rassemblé divers parchemins, relu quelques notes eparses, Attigny se rendit en place de Reims afin de gagner les salles du castel.

Quelque chose clochoit, l’air estoit soudain nauseabond en ville, quelques rats crevés devoient pourrir dans un coin… Mais non, le fleau estoit bien la peste mais icelle qui venoit du Nord et qui avoit pour nom « Les Bourrins ».
Ainsi donc, le castel de la fière Champagne estoit tombé, le pire estoit arrivé et Beeky n'en estoit poinct estonnée... Elle avoit crié à moult reprises au conseil que l'Artesien se preparoit à attaquer la Champagne. Elle avoit maintes fois alerté en disant qu'il falloit se preparer à quelque chose de grave. De toutes parts les nouvelles estoient alarmantes. Elle avait bien specifié au Conseil qu’il falloit se garder de la felonie de ces fourbes, las, il estoit trop tard… la Duchesse avoit probablement mieulx à faire que de se preoccuper du sort de la Champagne et probablement trouveroit-elle une excuse à sa defaillance, Beeky le pressentoit.

La seule consolation qu’elle pu en tirer, ce fut que si Ricoh estoit encore de ce monde, à n'en poinct doulter, il en seroit tombé roide mort... La honte au front, Attigny ne pouvoit encaisser que la « verte » Champagne que le Roy luy avoit confié tombe aux mains des Artésiens. Ils n’avoit mesme poinct eu à la violer, ny à verser le sang, il avoit suffit que 11 bonhommes montrent leur mine patibulaire et les portes s’ouvrirent en grand. Ricoh se retournoit dans sa tombe, Caedes aussy à n’en poinct doulter.

Des lors, la noblesse, la vraie, celle de titre et celle de cueur alloit devoir prendre les armes pour sauver ce qui pouvoit encore l’estre. Le ban s’agitoit, les « Grands » savaient toujours prendre les decisions dans l’urgence, fomenter des plans, pendant que la duchesse dechue venoit chougner de l’aide. Beeky, avoit fourbi ses armes, sa lance alloit accueillir les volontaires et bientost elle partiroit defendre ceste terre de Champagne sy chère à son cueur, elle partiroit defendre les interests du Roy sy lourdement malmenés, elle iroit defendre les Champenois, peulple tant aimé pour lequel ceste fois, elle n’avait rien pu faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kandler Le Renard
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   Mer 12 Nov 2008, 16:28

La Favorite :

[avant et pendant l'attaque]

La favorite était arrivée seule et désarmée en Champagne. De son passage en Touraine, la Rebelle avait gardé un bon souvenir, ce qui n'était pas le cas des hautes autorités tourangelles qui c'étaient vu amputées d'un bon petit magot.
Le seul bémol à chaque fois, le moment qu'elle redoutait le plus c'était de quitter celui qu’elle avait rencontré celui qui désormais illuminait sa vie,
et dont elle n’arrivait pas à se séparer, mais pour sa sécurité et la sienne, ils n'avaient d'autres choix.
Il était pour elle comme l’opium qui vous fait oublier tous les maux dont vous souffrez et qui vous entraîne dans un monde imaginaire mais si réel à la fois.
Sur la route qui la conduisait à lui, elle aimait a repenser aux bons moments passés en sa compagnie et ne vivait que pour l'instant où ils se retrouveraient à nouveau devant un autre château.
Se venger du Roy et de ses institutions toutes aussi corrompues les unes que les autres était devenu une des priorités de la Rebelle.
Chevauchant à travers les forêts, les chemins escarpés de ces routes cabossées qui la conduisaient en Champagne, elle croisait parfois quelques uns de ses compagnons de fortune, devenus désormais sa seconde famille qui campaient aux alentours de la ville, tous aussi motivés les uns que les autres, elle s'arrêtait faire une pause et trinquait avec eux à la santé de leur futur larcin.
La Favorite les avait aidé à lever le camp et ils étaient en route en direction du Bourg...
La nuit était tombée et les rues étaient désertes, bourgeois à la bedaine bien ronde étaient déjà tous rentrés bien au chaud dans leur demeure cossues à ripailler comme de gros porcs ne se souciant de rien.


Ah!! ils allaient bientôt être à la diète...

Le Château était en vue... Le petit groupe discret se dirigeait au point de rendez vous dans une auberge plus que crasseuse mais il fallait passer inaperçu.
Lorsqu'elle poussa la porte, le regard de La favorite vit le tour de la pièce, elle reconnut bon nombre de têtes, fut étonnée d'en voir certaines qu'elle n'avait pas revu depuis un certain temps et d'autres dont le présence la laissa surprise. Elle salua l'assemblée.


Bien le bonsoir à vous tous... j'espère que vous avez tout comme moi le mors aux dents et que vous êtes fin prêt pour la petite sauterie au champagne de cette nuit.

éclate de rire.

Elle ne vit pas celui qu'elle cherchait et sortit au dehors. Elle savait où le trouver. Se chargeant d'un verre elle sortit de la taverne.
Ses yeux verts émeraude scrutèrent les alentours puis se posèrent sur celui qui faisait chavirer son coeur... Celui ci se mit à battre à la chamade, elle s'avança lentement à pas de velours vers lui. Il ne l'avait pas encore aperçut.
La favorite l'enlaça alors la taille par derrière, lui embrassa la nuque et lui souffla à l'oreille :


Bonsoir mon amour, alors prêt à affronter les petits Loups de Champagne?

Elle se glissa au devant de lui, tout en gardant ses yeux rivés dans les siens, but une gorgée de son verre puis le porta aux lèvres de son Castor adoré.
Un bruit venant de la direction de la taverne se fit entendre, ils se tournèrent comme un vers celui ci. La troupe sortait par flux, le moment était venu de passer à l'action...
La Rebelle grimaça. Sur son visage s'afficha une hargne féroce, un sentiment de satisfaction l'envahit elle jeta son verre contre le mur, celui ci se brisa en mille morceau, son compagnon lui prit la main, l’embrassa et la tira avec ferveur en direction de l'attaque.

La Rebelle était aux anges... Tout en courant elle avait sortit son épée de son fourreau et se lança à l'assaut de la forteresse champenoise.

Mains dans la main, Le Castor toutes dents dehors, la Favorite l'épée en avant ne laissèrent aucune chance à tout résistance que se présentait à eux. Le sang coulait en comme un fut percé de champagne.

Ce fut un jeu de d'enfant que de mettre à sac à feu et à sang et en déroute la garnison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Reims] Reims ne sert de courire, il faut partir à point.
» Rien ne sert de courir, il faut partir à point ¤ Kyle Waniver
» [CXL] REIMS, la Capitale des Sacres
» [Reims]Festivités au Château! Venez y'a du jus d'orange!
» Il était une fois Reims

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Grotte des Joyeux Brigands :: La Grotte des Joyeux Brigands :: [RP] Dans les profondeurs de la grotte… :: A travers les Royaumes-
Sauter vers: