AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [RP]Arrivée chez les curetons du Berry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
Enosch
Maniaque du brigandage
Maniaque du brigandage
avatar

Nombre de messages : 119
Localisation : Abbaye Cistercienne de Saint-Arnvald de Noirlac
Date d'inscription : 08/10/2008

MessageSujet: Re: [RP]Arrivée chez les curetons du Berry   Sam 18 Oct 2008, 22:14

L'petit Antoine a écrit:
Ils étaient arrivés sans encombre jusqu'a la sortie... Tant mieux. Ils n'auraient plus de mal a rentrer a la Grotte a présent, vu le bordel qui régnait du coté des soldats...
Antoine était un peu déçu tout de même... Il aurait bien voulu égorger plus qu'une simple Nonne...


-"Merci de ton aide. Je m'appelle Auguste, et toi ?
-Antoine. Mais d'puis que je suis enfant on m'appelle l'P'tit Antoine... M'demande bien pourquoi..."


Le plus jeune blond ésquisse un sourire. Le point d'intérrogation demeure cepandant dans les yeux d'Auguste... Un instant il songe a lui dire pour qui il travail, mais se ravise au dérnière instant, et se contente d'ajouter, mi-souriant :

-"J'suis un Grotteux discret... héhé... L'plus souvent j'transmet des messages. J'ai une monture rapide que j'ai laissé a une centaine de mètres dans cette diréction... p'tet qu'il vaudrait mieux transporter le bléssé dessus ? J'vait trouver un moyen d'me barrer de mon coté..."

Antoine se demandait pourquoi il était si gentil aujourd'hui... Peut etre qu'il a encore envie de truicider du soldat tout compte fait ?...



Auguste a écrit:
Les deux blondinets fuyaient, le plus vieux avec un corps qui ressemblait à un cadavre sur les bras.

Tout en marchant d'un pas rapide malgré l'endroit désert, ils discutaient.


L'adolescent dit enfin son nom. Antoine... Ça ne disait rien à Auguste.


Tu transmets pas des messages de poivrots du coin, tu as surement des employeurs, non ?
Un canasson ? Pas besoin, Chaos doit en avoir un qu'il a emprunté à l'armée. Quand il sera réveillé, je lui demanderais où il l'a mis.
Toi, vas t'en avec le tien, les renforts des curetons vont surement nous avoir si on se dépêche pas.


C'était pas le genre du brigand de se dépêcher ainsi. D'habitude, il essayait de garder son calme mais là, non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enosch
Maniaque du brigandage
Maniaque du brigandage
avatar

Nombre de messages : 119
Localisation : Abbaye Cistercienne de Saint-Arnvald de Noirlac
Date d'inscription : 08/10/2008

MessageSujet: Re: [RP]Arrivée chez les curetons du Berry   Dim 19 Oct 2008, 04:29

[Le camps des Soldats sans bannieres]



lervia a écrit:
Lervia se battait tant bien que mal, essayant de plus de ne rien avoir comme blessure plutôt que de blesser les brigands, dure de se battre quand on y connaît rien en maniement d'arme, mais ses improvisations déboussolèrent les assaillants assez pour donner quelques coups et les faire reculer un peu

Il veillait aussi a ce que ses amis combattants n'aient pas trop de problème, sa vie ne l'importai peu en ce moment, il voulait surtout que tout le monde s'en sorte pas trop marqué par les coups reçus.

Il vit un nain furtivement voler dans les airs et regarda d'où il pouvait venir et se mit à crier avant de réfléchir à ce qu'il allait dire


Attention.. ils jettent des nains maintenant... et se retourna un bref instant vers Kiwi et la vit encore dans son mouvement de pied et se dit, oups, j'aurais du rien dire... avant de remarque peu après s'être remis à ses assauts à la Lervia par de rapide coup d’œil a ses amis que Kiwi avait une blessure à la jambe droite, ou, gauche, non droite sûrement, enfin une des deux... lui et son incapacité de reconnaître sa droite de sa gauche... et vit Bridgess s'enfuir et aller se mettre à l'abri en se disant que pour elle c'était bon, elle serait sauf dans quelques instant



kiwie09 a écrit:
hum Lervia comme je sais, que tu sais jamais quel est la droite et la gauche, c'est ma jambe gauche qui est touché

kiwi se rappella que Lervia avait du mal à trouver sa tante au début, car il ne différencit pas la gauche de la droite

Un petit conseil tu te bat avec l'épée de ta main gauche donc l'autre c'est forcément ta droite !

kiwi vit qu'il avait maintenant comprit


Baron_Arwin a écrit:
Arwin stoppa sa monture au sommet de la colline et tira sur la bride de son cheval pour le faire pivoter.

Soldats, faisons le point. Que ceux qui sont avec nous répondent "présent". Que notre plus grand supérieur militaire s'avance pour prendre le commandement, je mets ma lance à son service !!!


kiwie09 a écrit:
kiwi vit que le petit bonhomme c'était caché dans le foin et elle metta des coups d'épée dans le foin jusqu'à ce qu'elle entend
AIE !

elle menaca le bonhomme de son épée qui était juste au dessous de sa gorge

Je vais te faire une fleur, pars et ne reviens jamais sinon c'est en enfer que tu iras !

Pensant à Kro qui aurait besoin de son aide, elle laissa le petit nain partir, il prit aussi vite la poudre d'escampête.
A ce moment là, un cavalier approcha

Le chef ici c'est Kronembourg soldat de l'ost comme moi, quand au allié ce sont quelque soldats teutoniques.
Et les gens à protéger sont des nones, moines et autres innocents se trouve un peu partout dans l'abbaye.
Suivez moi je vais vous conduire à lui c'est par ici, Lervia reste là, bloque empêche les entrées et les sorties.


Dernière édition par Enosch le Dim 19 Oct 2008, 04:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enosch
Maniaque du brigandage
Maniaque du brigandage
avatar

Nombre de messages : 119
Localisation : Abbaye Cistercienne de Saint-Arnvald de Noirlac
Date d'inscription : 08/10/2008

MessageSujet: Re: [RP]Arrivée chez les curetons du Berry   Dim 19 Oct 2008, 04:34

[La Vigne]



Kronembourg a écrit:
Kro n'avait entendu qu'une voix, une voix terrifiante surgie des profondeurs. Il avançait cahin-caha sans rien y voir lorsqu'il entendit :

-mais ... mais ... l'est con lui ! je reve !


Les hurlements étaient tellement nombreux dans l'abbaye qu'il n'était pas sûr d'avoir bien entendu. Alors il suivit une pente escarpée et continua son chemin jusqu'à une porte dérobée, pas bien sûr de poursuivre un ennemi ou un ami.



[Le long long long long long long long long couloir]


Kronembourg a écrit:
La porte dérobée menait donc à un long couloir.

* Putain d'bordel, ça n'en finit jamais là-dedans ! *


Dans l'opacité Kronembourg n'entendait que des Glurp et des Bing résonner comme des bruits répugnants.
Il marchait à tâtons, tenant le mur d'une main et l'épée de l'autre.
Son bouclier, oublié depuis bien longtemps.
Et ça ne risquait pas d'être les bouffeurs de culs bénis qui allaient le lui rendre.
Il était creuvé et sa jambe blessée commençait à le lancer sec.
De plus, le manque de sommeil et la pluie de nains avaient achevé le fonctionnement de ses dernières neuronnes.

Au bout d'un long moment il prit appui sur ses deux jambes : d'autres bruits.


l’a failli me tuer c’con là



Kro fit son signe de croix.
Il comprit qu'un des brigands était en train de tabasser un moine qui jurait sans doute pour la première fois de sa vie.
Il pressa le pas et à travers le peu de lumière qu'il pouvait entrevoir, eh bien il voyait que dalle.

Il avançait sans voir, sans savoir, jusqu'à de nouveaux escaliers




Makcimus. a écrit:
Les coups en le bouclier s'enchaînent avec violence... C'est que la grande carcasse frappe tel un bûcheron. L'homme s'engouffre en l'escalier, pas facile de manipuler le fléau d'armes.
Une première chute sous la force des coups, voit l'homme se relever difficilement... Nouvelle charge, lourde puissante, le bouclier semble s'émietter sous les assauts de la boule de fer.

Des bruits en le grand couloir... Makcimus accentue la presse et l'homme chute à nouveau sur le dos... enchaînement de roulers boulet qui doivent certainement lui causer douleurs. Quant cicatrice disparue de sa vue, le teutonique hésita un instant. Oxar était blessée et plusieurs brigands rodaient encore.... En son esprit, la décision fut immédiate... C'est en une grimace qu'il remonta quatre à quatre les quelques marches qui le mènerais en le grand couloir.

Un beuglement en lui et a bout de souffle il aperçut sa soeur essayant de se remettre sur pied.... Regard circulaire, plus de danger le fléau fut rangé en la ceinture de cuir et il s'approcha.


Reiterin Oxar... Laissez moi vous aider...




oxar a écrit:
Assise contre le mur, la jeune teutonique avait tenté de se relever. Mais elle était lourdement retombée.
De son poste d'observation, elle avait vu un jeune homme sortir d'une cellule et menacer une nonne. Non mais vraiment, trop facile, savent même pas se battre tout seul ces brigands... Elle voulait reprendre part au combat et pestait intérieurement, le tout était de se remettre debout mais ça c'était pas gagné. Rapidement, elle arracha un morceau de sa blanche tunique et le noua tres serré autour de sa jambe blessée, ça ferait toujours un bandage en attendant.
Puis tout se passa très vite.
Makcimus chargeait. Elle fut un instant subjuguée par le rayonnement, la lumière qu'il dégageait. Sa Foy le transcendait, il était maginifique. Puis il disparut, luttant contre l'homme à la cicatrice, tandis que les brigands avaient pris la poudre d'escampette. Elle bouillonnait, c'en était trop.
Elle jeta un oeil à la religieuse qui visiblement avait eu plus de peur que de mal, puis prit appui sur le mur. Ce faisant, Makcimus revenait vers elle.


"Reiterin Oxar... Laissez moi vous aider..."

Elle pouvait lire dans ses yeux l'inquiétude qu'elle avait du lui causer et s'en voulait. Il aurait du poursuivre le combat au lieu de revenir vers elle, elle ne voulait pas être son point faible. Elle le regarda, un bref instant de ceux qui semblent durer une éternité. Son visage exprimait une mosaîque de sentiments presque contradictoires, dont le défi et la reconnaissance. Elle se saisit de sa main et tira dessus avec force, ses bras n'étaient pas blessés. Elle se hissa avec peine mais avec succès jusqu'à la station debout, face à son frère dans la Foy, assez proche de lui pour sentir son souffle chaud sur le visage. Ses yeux se durcirent en se plongeant dans ceux de son vis à vis, elle était déterminée.

Merci mon frère. Je vais bien ne vous en faites pas. Ce n'est pas une petite flèche de rien du tout qui va arrêter une femme de Foy. Venez, nous allons plutôt donner une bonne leçon à ses brigands, ils ne reviendront plus.

Elle désignait du menton le bout du couloir.

Ils sont partis par là.. Allons y...

Elle évita de regarder la mare de sang qu'elle laisserait derrière elle, mais avisa plutôt son épée qu'elle avait eu l'imprudence de laisser au milieu du couloir après l'avoir fait traverser le corps de Chaos. Il faudrait la ramasser avant de repartir au combat.


Naeven a écrit:
Naeven se releva encore un peu étourdie. Elle n'eut que le temps de voir détaler le brigand qui l'avait menacer de son couteau. Les deux soldats teutons se préparaient à les suivre. Naeven ramassa rapidement l'épée de la jeune femme qui se trouvait à ses pieds et la lui tendit.

- J'espère que vous gagnerez le combat. Bonne chance !


Dernière édition par Enosch le Mar 21 Oct 2008, 07:02, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enosch
Maniaque du brigandage
Maniaque du brigandage
avatar

Nombre de messages : 119
Localisation : Abbaye Cistercienne de Saint-Arnvald de Noirlac
Date d'inscription : 08/10/2008

MessageSujet: Re: [RP]Arrivée chez les curetons du Berry   Dim 19 Oct 2008, 04:42

[Abbatiale Saint-Bernard]



Cicatrice a écrit:
.
Cicatrice courbaturé, ensanglanté, depité, courut se cacher dans l'abbatiale. Le gros teuteu etait un coriace.

*bon je reprend mon souffle et je retourne le planter des que je peux celui-la*

à ce moment des bruits resonnerent dans l'eglise. Cicatrice se cacha derriere une colonne dans l'ombre...


Kronembourg a écrit:
.
Un souffle un peu chaud indiquait qu'un va-et-vien récent venait d'avoir lieu ici.
Kro avançait toujours dans le noir, l'épée pointée en avant, la jambe boiteuse, le bras tremblant, empreint d'une colère noire.

Il avait l'impression d'être dans cette *** d'Abbaye depuis un million d'années.
Les culs-bénis auraient intérêt à le faire baptiser illico sans passer par leurs conneries de pastorales à la mord-moi-le-noeud et tout ce qui est cellules à la con.

De toute façon il était là par hasard, dans cette débandade où il n'aurait pas dû se trouver, et tout le monde avait déserté les lieux sans se retourner sur lui. On lui devait bien un baptême vite-fait, même dans la dernière des églises pourries du village.
Enfin ça, c'était au cas où Kro se sortirait de cette impasse.

Un peu de lumière apparaissait, il était temps.

Kro se rendit compte qu'il n'y avait personne.
Il jura à n'en plus finir, s'apercevant qu'il n'avait plus qu'à revenir en arrière et se refarcir les centaines de couloirs de cette maudite abbaye.



Cicatrice a écrit:
.
-Tiens tiens mais qui voila qui me fait le plaisir de me rendre visite en cette magnifique Abbatiale à la con ! C’est dugland le soldat Kronembourg !

Cicatrice se tenait au niveau de l’autel, au bout de l’allée se tenait Kronembourg.Un léger vent glacé traversa la salle.

-On ne reconnait pas ses vieux amis comme ça ? hein ? Laisse-moi te rafraichir la mémoire…

Kronembourg certainement fatigué écoutait en silence.

-Il était une fois trois jeunes enfants qui habitaient un petit village qui se nommait Blaye. L’un d’entre eux, Heineken, avait « l’âme » pur il rêvait tout le temps de justice à la con, le deuxième, Boulgrouche, lui jouait au méchant, vu la tête qu’il avait ça lui allait bien et puis peut être parce que son père l’avait abandonné dans un tas d’ordure. Le troisième était une jolie petite fille. Luciana. Ahhh lulu. Les deux garçons étaient amoureux d’elle bien sur ! Mais accélérons un peu car je te vois t’agiter.
Alors un jour ce con de Heineken qui coursait bien sur boulgrouche poussa boulgrouche sur le lac gelé de Blaye. Et une plaque s’effondra. Heineken ne trouva qu’une seule solution, aller chercher les secours pendant que son copain se noyait. Merci Heineken le justicier à la con !
Mais attend la meilleur il y a quelqu’un qui a envie de te parler ici ce soir.


Cicatrice commença à trembler de la main. Les yeux révulsé, il appela son double schizophrénique, Boulgrouche le petit garçon de cinq ans.
L’enfant trop content d e pouvoir sortir a nouveau de l’âme de Cicatrice s’engouffra vers la lumière.
Avec une petite voix fluette :

-Hey salut Heineken !!!

Kronembourg a écrit:
.
Kro recula en titubant comme s'il se trouvait face au Malin lui-même.

Boulgrouche, Heineken, Luciana, tout lui revenait.... mais dans l'autre sens !

Et puis soudain cette voix de l'autre, l'explication pour la cicatrice, l'enfant qui parlait dans ce corps d'homme glaça Kro jusqu'aux os.




Tu mens, ton esprit malin a tout inventé ! Tu as fait croire à ta mort ! Et que s'est-il passé quand Luciana a disparu ?




Cicatrice a écrit:
.
-Je suis content de te revoir, tu sais on s’est bien amusé avec Luciona la dernière fois et puis les trois autres enfants…
Cicatrice repris la main vite fait sur Boulgrouche.

-Hmmm. Ah les enfants ça parle trop !!! Laisse-moi te raconter la suite. Alors le pauvre Boulgrouche ben il était pas mort mais c’était tout comme car sa peau était devenue toute bleue. Desormais il était un monstre, un freaks ! Il fut recueilli par des brigands, sa vie de se déroula au rythme des rackets sur la route. Une vie bien sympa. Mais voila t y pas que ce Boulgrouche qui était devenue Cicatrice chez les brigands recroise à nouveau ce con de Heineken. Il ne se rappelait de rien le niai, il s'etait marié a Luciona.
Alors un soir alors que Heineken n’était pas la Cicatrice décida d’aller retrouver Luciona. Elle ne le reconnu pas tout de suite. Cicatrice lui avait envie de retrouver les saveurs de l’enfance alors il lui demanda de partir avec lui car elle avait été toujours amoureuse de lui au fond. Mais elle niait, elle niait tellement et tant qu’à la fin elle se prit une claque et puis deux…
Elle tomba la tête contre une pierre et dans un dernier souffle appela après son Heineken.
Je dois dire que Cicatrice fut terriblement vexée. Alors il decida de bruler la maison avec les enfants dedans. Apres tout Heineken avait laissé mourir Boulgrouche ?!




Kronembourg a écrit:
.
Au fur et à mesure du récit de Boulgr Cicatrice, les yeux de Kro s'écarquillèrent.
Il avait l'impression de nager en plein cauchemar mais non, l'homme face à lui était bien réel, il était le même que lorsqu'ils étaient gosses, la même tronche de Maïs mal bouffé dont même un porc aveugle et affamé aurait répugné à manger.

Des images de Luciona lui revenaient en mémoire et le doute était là : Avait-elle aimé Boulgrouche ? Avait-elle cédé ?
Et tout s'embrouillait avec la fatigue... Non, Boulgrouche, c'était lui : Kronembourg !
Heineken était le petit con qui leur tournait autour à Luciona et lui, qui soulevait toujours ses jupons de gamines et qui mettait des claques à Boulgrouche parce qu'il était plus grand que lui à l'époque...


Aujourd'hui Kro était devenu plus grand que Cicatrice. Pas forcément plus malin, mais peut-être plus fort.

Le récit de ses paroles lui était insupportable et sans plus réfléchir, Kro s'élança vers lui l'épée en avant et la bave à la bouche dans un grand hurlement.

SALOPAAAAAAARD !!!!!!!!!!!!!



Cette fois il fallait en découdre.




Cicatrice a écrit:
.
Cicatrice était en joie d'avoir enfin put livrer sa petite histoire, enfin sa version de l'histoire ! Le kro avait été anéanti pendant quelques instants, quelle joie immense ce fut pour Cicatrice ! Mais Kronembourg s'élançait déjà sur lui. Pauvre chou!

-Tu vas pas tarder a rejoindre ta Luciona réjouis toi ducon !

Premier coup d’épée sur son bouclier, celui-ci se brisa en morceau. Arf l’autre con de teuteu avait forçé un peu dessus tout à l’heure. Cicatrice empoigna le kro et le fit valdinguer sur une porte qui s’ouvrit dans un grand fracas. C’était trop facile
-Sale fiente, ce que je veux je le prends par la force tu comprends ? et ça été pareil avec Luciona, elle voulait pas ecarter les cuisses mais elle a finalement cédé la garce !
Ils étaient devant un petit escalier menant au clocher. Kro était par terre, Cicatrice referma la lourde porte et la bloqua avec une poutre. Puis il lui attrapa les cheveux et commença l’ascension.
-Je m’en vais aller te faire voire le paysage mon gros.
Une fois arrivé en haut du clocher Cicatrice déposa le Kronembourg sur le sol et fit tomber sa massue a clous afin de sortir ses deux épées.
-Je veux que tu ressentes ce que j’ai ressenti moi-même quand j’étais sous la glace. J’ai appris un coup d’un teutonique lui-même.
Kronembourg était assis, Cicatrice posa le plat des épées sur chacune des deux oreilles, et dans un mouvement synchronisé les écarta afin de prendre assez de recul, puis PAFFF un grand coup sur les oreilles. A coup sur le kronembourg n’entendrais plus rien pendant un bon bout de temps. Il tomba allongé sur le sol se tenant les oreilles. Cicatrice était au comble de l’excitation. Il se retourna pour voir le paysage. La lune brillait de son plus bel éclat. Un vrai régal pour les yeux.




bridgess1961 a écrit:
.
[En Bas du clocher]

Bridg se hâta presque trop, elle failllit tomber à quelques reprise, pour finalement arriver à l.Abbatiale Saint Benard

*Les cloches faut sonner les cloches encore et redonner l'alerte!*

Bridgess arriva dans l'église et se dirigea vers les cordes des cloches, il fallait avertir tout le monde que les renforts etait arrivés.

Elle sauta et lentement la corde sous l'effet du poid descendit et le premier son se fit entendre

et puis:


DONG DONG DONG DONG



Kronembourg a écrit:
.
Le coup d'épée avait servi à peu de chose : Juste briser le bouclier du balafré qui en profita pour cogner Kro contre une porte qui craqua sans mal sous la violence.

Kronembourg se fit alors tirer la tignasse comme un beau diable en essayant de résister mais le damné de Cicatrice semblait en cet instant être doté d'une force surhumaine.
D'ailleurs c'était sûr, il n'avait en lui plus rien d'humain.

Kro se faisait trainer la carcasse jusqu'en haut des escaliers, instants durant lesquels seules les visions de Luciona et de ses trois enfants venaient le hanter : Ses yeux ne voyaient plus, ses oreilles n'entendaient plus ; il était dans une sorte d'état de choc, d'état second, comme au fond d'un gouffre sans fin.

Puis apparut la lumière. Un clocher.
Enfin quelque paysage connu. Des couleurs, des reliefs, bref, autre chose que tous les couloirs sombres que Kro avait parcouru pendant des heures.

Mais en cet instant il voyait à peine le décor de ses dernières secondes : il se laissa jeter contre un mur, assis, sans réagir.
Sa vie d'ailleurs n'avait plus aucune importance puisqu'il savait que jamais il ne connaîtrait tous les chemins menant à la vérité de son existence.

Il ne savait plus qui il était et d'ailleurs, ça lui importait peu.
Il vit l'autre lâcher son gourdin pour sortir deux épées qui lui fracassèrent les oreilles.

Gnaaaaaaaiiiieeeee !!!!!!

La plus grande douleur qu'il ait jamais connu.
Il n'y eut soudain plus de son, plus rien, que du silence.
Et l'image du balafré triomphant à un tel point qu'il ne le regardait déjà plus.


En quelques secondes pourtant tout bascula.
Sans raison apparente Cicatrice se mit à se prendre les oreilles lui aussi : Le Dugland commençait même à se tordre de douleur comme si un son épouvantable lui strillait les oreilles et, à voir le rictus qui déformait complètement son visage, être sourd en cet instant et en ces lieux semblait être une bénédiction.

C'était le moment où jamais.
Kro se saisit de la massue à clous que l'imbécile avait laissé posée à terre et la prit à pleine mains.
L'autre était toujours tordu, suffoquant comme un damné. La position idéale pour se prendre un bon coup de gourdin en pleine cicatrice.


TIENS DUGLAND, ET PENSE A TOUS LES MOINES QUE TU AS TORTURES !!!!!
Hurla Kro en lui plantant les clous en plein crâne.
Le sang jaillit, comme une fontaîne, à divers endroits de la cicatrice du balafré.
Et comme pris de rage Kro rabattit la massue une seconde fois sur lui, avec fureur, arrachant au passage un morceau de cervelle du pauvre cinglé qui, comme pour le salir une dernière fois, projeta vers son uniforme une coulée sanguinaire qui matérialisa le terme définitif de sa vie.
C'était fini.



Cicatrice a écrit:
.
Cicatrice était en train d’admirer la vue lorsque les cloches derrière lui se mirent à tinter et tinter. Le bruit était insoutenable. Il tentait de se cacher les oreilles mais rien à faire !
Puis il sentit un petit picotement derrière la tète suivi d’un choc et d’une intense douleur. Puis un deuxième coup. Il se retourna pour voir le visage de son fre… mais déjà la vie le quittait, il recula et senti le vide derrière lui. Le clocher s’éloignait. Il s’écrasa comme une m****, car on ne peut pas dire autrement !
Puis la douleur disparue. Cicatrice se releva et épousseta ses vêtements.

*Sacrée chute nom de diou* se dit-il en regardant le clocher d’en bas. Puis il regarda le sol et vit…son corps inerte. Une flaque de sang coulait depuis sa tête. Il n’eut pas le temps d’admirer le spectacle car derrière lui un bruit venant du ciel le fit se retourner.
Un charriot semblait venir de la lune. Il se rapprocha et s’arrêta prés de lui. A son bord une flopé de nains qui avaient tous le visage du…. Farfadet !!!

*Bon dieu de défection de bordelum*
Quelqu’un toqua a l’épaule de Cicatrice un archange se tenait la avec son visage monstrueux.
-Nous sommes venus te chercher mon ami, on t’a préparé une petite fête là-haut sur la lune. C’est que tu nous en as envoyé des âmes damnés.
Le petit rictus sadique de l’archange ne sentait pas bon du tout.
-Allez chargez moi ça les nains, Cicatrice se retrouva ligoté dans le chariot
-Mais avant on doit te délester de quelqu’un car nous ne pouvons l’emmener avec nous.
L’archange fit signe aux nains. Ils commencèrent avec des lames de couteau très fines a découper la boite crânienne de Cicatrice afin d’extraire Boulgrouche de la.

Le chariot repartit en direction de la Lune et Cicatrice ne put se permettre qu’un long crie de douleur pendant le trajet.


HHHHHHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa.


Dernière édition par Enosch le Dim 19 Oct 2008, 13:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enosch
Maniaque du brigandage
Maniaque du brigandage
avatar

Nombre de messages : 119
Localisation : Abbaye Cistercienne de Saint-Arnvald de Noirlac
Date d'inscription : 08/10/2008

MessageSujet: Re: [RP]Arrivée chez les curetons du Berry   Dim 19 Oct 2008, 13:16

[Le campements des soldats sans et avec banniere]




Kronembourg a écrit:
.
Il était las, épuisé, tourmenté, trimballant avec lui le corps inerte du chef de la bande qui, tout au long de la redescente des couloirs, lui avait dégouliné dessus.

Lorsqu'il fut enfin arrivé au campement de défense de l'abbaye, Kro n'était plus qu'un homme maculé du sang de son ennemi. Le camp était désormais occupé par une trentaine d'hommes prets à prendre les armes.
L'aurore pointait seulement le bout de son nez sur ce paysage désolé, ravagé par les combats.


Kro déposa à terre le corps de Cicatrice d'un geste presque respectueux.



Voilà, c'en est fini. Tout le monde peut retourner vaquer à ses occupations et nous, nous pouvons lever le camp.
Quant à moi j'aimerais voir le frère Roger. Je n'entends pas encore le son de l'église célébrant mon baptême.



Ce qu'ignorait encore le pauvre bougre de Kro, c'est qu'il était resté sourd depuis qu'il avait accusé le coup des deux épées cognées contre ses oreilles.
Ceci dit cela n'aurait rien changé : Aucune cloche n'était en train de sonner pour lui. La seule cloche en présence dans ces lieux, ben... c'était lui.



Il regarda une dernière fois le cadavre de Cicatrice comme pour s'assurer que celui-ci était bien mort.
Chose curieuse : le balafré s'était vidé de toute sa cervelle durant la redescente jusqu'ici.
Mais Kro n'y preta pas vraiment garde : Il ne serait plus jamais le même homme après tout ce qui s'était passé là-haut.




Nain tolérant a écrit:
.
Le Nain tolérant parti mais ce n'était que diversion ... Il trouva des fleches enflammable que l'un de ses compagnons avait fait tomber... il les ramassa et mis le feu a l'une d'elle et il l'a donna au farfadet et lui dit :

Tiens ca peux les faire cramer vif approche toi d'eux et balance les sur eux moi je m'occupe de la fille qui m'a botté les fesses!!


Il s'élanca sur la fille qui ne pus l'esquivé étant blessé et mis le feu a son acoutrement

Vive les brigands!!!
et il lanca ensuite sa fleche sur le cheval et les chevaux devinrent fou faisant tombé et piétinant leurs cavaliers

Prenez ca !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enosch
Maniaque du brigandage
Maniaque du brigandage
avatar

Nombre de messages : 119
Localisation : Abbaye Cistercienne de Saint-Arnvald de Noirlac
Date d'inscription : 08/10/2008

MessageSujet: Re: [RP]Arrivée chez les curetons du Berry   Mar 21 Oct 2008, 06:27

[Conciergerie du Frère Portier]

L'petit Antoine a écrit:
Des paroles pleines de bon sens... Antoine laisse le blondinet plus éxpérimenté parler en silence, puis déclare en se retournant :

- Ouais j'ai des employeurs... Et j'éspère qu'il se révéil'ra pour te dire ou se trouve le cannasson...

Antoine en doutait vraiment. Mais il en avait fait assez. Après tout, Auguste était un grand brigand. Il saurait se débrouiller seul, se disait-il a nouveau, bien qu'il ignorait ce qui était arrivé a Cicatrice quand il avait été laissé seul..

-Bonne Chance Auguste. On s'reverra a la Grotte...

Le p'tit Blond s'éloigne rapidement en direction de son cheval... Mais il ne put s'empecher d'aller faire un détour par le campement...


Auguste a écrit:
Auguste commençait à avoir du sang sur les mains. Le sang de son fils qui avait été touché au flanc par cette Teutonique suicidaire.

Il allait surement falloir l'opérer. Mais le blondinet n'était pas docteur, c'était risqué.

En attendant, il continuait de parler avec Antoine.


Oui, moi aussi j'espère... Mais avant, va falloir soigner Chaos.

Puis ils durent se séparer. En entendait des voix venait du long couloir qu'ils avaient quitté. Il fallait faire vite.

Merci Antoine, à toi aussi. A plus tard en un seul morceau...

Sur ces mots, le brigand prit la direction opposé à l'autre blondinet. Une fois assez éloigner de l'entrée de l'abbaye, il posa lentement le corps inanimé du genèvois qui avait dû s'évanouir. C'était mieux ainsi.

Tu vas souffrir mon grand... Désolé.

Tout en disant cela, il prit sa dague, se leva pour décrocher un flambeau allumé contre le mur et le posa à côté de lui.

Une fois tous les accessoires en place, il allait falloir opérer...

Auguste étudia l'intérieur de la plaie. La rate était touché mais apparament, aucun autre organe ne l'a été.

Il allait falloir lui retirer pour éviter une infection du sang si le boyau se mettait à se décomposer.

La dague commença à entailler la chair. Le blondinet suait comme jamais ça ne lui était arrivé. Il avait du mal à opérer mais essayer de faire comme il pouvait.

L'organe était maintenant hors du corps du jeune homme, entre les mains de son père. Il fallait faire vite, il n'était pas encore sorti d'affaire.

La dague fit placer dans le flambeau pour être chauffée à blanc pendant que le docteur amateur déchirait des morceaux de son pantalon qui avait été éclaboussait par l'éclat des tonnelets pour nettoyer les plaies au ventre et au dos.

Une fois la lame rouge, les plaies nettoyaient, Auguste posa doucement la lame bouillante où se trouvait la rate, pour éviter une hémorragie interne.

Une fois cette opération plus que délicate accomplie, le chirurgien en herbe referma les plaies de l'extérieur en brûlant les tissus.

Une chance que le blessé était évanoui et ne semblait rien sentir, sinon, la douleur qu'il ressentait à son réveil ne serait rien comparé à celle qu'il aurait enduré pendant l'opération.


Chaos a écrit:
Chaos avait été touché lors du combat contre les soldats de Dieu. Cette guerrière était devant lui et ne lui prêta aucune attention car elle avait été touchée par une flèche. Quelle erreur ! Oxar n'avait pas manqué cette occasion de tuer l'adolescent, heureusement qu'il fit un pas de côté.

L'épée était entrée et sorti de part-et-d'autre de son flanc, embrochant sa rate comme un morceau de viande qui se fait piquer par une fourchette de noble.

Heureusement, le père du soldat avait quelques talents d'improvisation et put arrêter la perte de sang qui avait fait sombrer le jeune garçon dans le coma.

Néanmoins, rien n'était encore jouer. La route était longue jusqu'à Genève et aucun cheval ne s'était encore montré.


[Le campements des soldats sans et avec banniere]



kiwie09 a écrit:
kiwi et le chevalier était revenus au camp de défense, n'ayant pas trouver Kro, dans le long couloir.
Soudain une fléche inflamable la toucha dans le dos, et elle prit feu !


Je suis en feu, non de dieu !!!!!!!!

Bon réflexe qu'elle avait elle plonga directement par terre et roula sur elle même pour arrêter le feu.

Après avoir éteint le feu elle se releva et constata qu'avec la rapidité qu'elle avait eu, et l'armure étant épaisse, aucune blessure grave n'avait été caussé.

J'ai eu vraiment de la chance pensa t'elle

Elle fit un visage terrifiant au nain, elle était vraiment furaxe, c'est yeux étaient illimunés de haine, son visage ferme

Espéce de lâche, les arbalétes c'est pour les lâches, viens ici m'affronter en duel, avec ton épée !



Baron_Arwin a écrit:
Voyant que personne ne se pressait Arwin descendit de la bute pour se rendre sur le champs de bataille avant qu'il ne reste plus rien. Il resta néanmoins sur ses gardes sa main crispée sur sa lance. Il planta l'étendard de l'ordre qui le gênait dans le sol et s'approcha encore un peu. Manifestement il n'y avait plus grand chose à défendre.

Le chef ici c'est Kronembourg soldat de l'ost comme moi, quand au allié ce sont quelque soldats teutoniques.
Et les gens à protéger sont des nones, moines et autres innocents se trouve un peu partout dans l'abbaye.Suivez moi je vais vous conduire à lui c'est par ici, Lervia reste là, bloque empêche les entrées et les sorties.


Il acquiesça.

Je suis Baron_Arwin dict Arwin simplement. Je suis membre de l'ordre de Santiago. Normalement je ne suis pas seul, Deux de mes supérieurs m'accompagnent. J'ai du les semer en route. Il ne devrait pas tarder à arriver a moins qu'ils ne se soient perdus.
Nous avons été prévenu un peu tard mais nous avons fait aussi vite que possible. Seul quelques un d'entre nous sont venus car nous vivons un période de deuil.
Je vois qu'il n'y a plus grand nombre de brigands. Je vais tout de même faire un petit tour dans l'abbaye au cas ou l'un d'un se serai caché.


A ce moment, un nain surgit de derrière un buisson et enflamma les vêtement de la guerrière. Il lança ensuite la flèche sur son cheval qui s'excita et se cabra. Surprit, Arwin fut projeté en arrière et s'étala dans la boue. Lorsqu'il se releva, la militaire était en train de demander un duel à l'épée au nain.

Il se dit que le second soldat de l'Ost de Guyenne pourrait intervenir au cas ou cela tournerai mal. Il partit et entra dans l'abbaye. Il posa sa lance à l'entrée et dégaina son épée courte.
Il régnait un atmosphère lugubre



Kronembourg a écrit:
Etourdi par une soudaine agitation autour de lui, Kronembourg vit sa camarade Kiwi en feu se rouler à terre pour l'éteindre elle-même.
Kro la regardait hurler sans l'entendre mais de ce coté là, ça pouvait aller.

Là où la situation devenait inquiétante, c'est que personne ne semblait le voir. Il avait tout de même ramené le corps du balafré qui s'était bien viandé en tombant du haut de l'abbaye, mais tout le campement semblé préoccupé par autre chose.

Kro comprit qu'une nouvelle attaque était en train de se mettre en place du coté de l'ennemi. Sans doute voulaient-ils récupérer le corps du balafré.

Alors Kro le ramassa une nouvelle fois et décida de quitter l'abbaye afin de pouvoir s'en débarrasser lui-même comme il le voudrait.


L'petit Antoine a écrit:
Obsérvant le campement de loin, Antoine se rend bien vite compte qu'ils ne vaincrons jamais les soldat... Au mieux ils fairont couler un peu d'sang, et quelques autres dégats... Mais ils seront massacrés, et la n'était pas le but.

Il n'attaquerait pas. Dommage, s'il avait été présent a la première vague, il aurait pu s'amuser... Par contre cette charrette d'armement abondoné plus loin serait sur'ment pas tres utile laissé la...

S'approchant il remarque que c'est marqué aux armes du Languedoc... Ce s'rait pas celle du Tik par hasard ? Tsss... tout a fait son genre...

Antoine attèle la carriole au cheval, et galope rapidement vers la Grotte... La fête semblait finie... Pour l'instant.



oz66 a écrit:
Oz essoufle arriva au cote de kro
je suis la é présent pres a tenir ses brigands hors de chez nous
puis se tourna vers kiwi
tu va bien pas de brullure ?
puis interrogea brig
tu va bien aussi ?



childebert de béarn a écrit:
Une chouette blanche arriva à Noirlac

Citation :
Mes amis, La Garde Episcopale de Bordeaux vient à vous, elle est en route.

Elle arrive sous le commandement du Capitaine Séraphine de Jazeneuil de Béarn.

Qu'Aristote soit avec vous

Childebert de Béarn
Archevêque de Bordeaux
Vicomte d'Argentat


Dernière édition par Enosch le Mar 21 Oct 2008, 07:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enosch
Maniaque du brigandage
Maniaque du brigandage
avatar

Nombre de messages : 119
Localisation : Abbaye Cistercienne de Saint-Arnvald de Noirlac
Date d'inscription : 08/10/2008

MessageSujet: Re: [RP]Arrivée chez les curetons du Berry   Mar 21 Oct 2008, 06:38

[Abords de l'Abbaye]


oxar a écrit:
Lorsqu'OXar pénétra dans le refuge des brigands, elle constata qu'ils ne pourraient guère lui opposer de la résistance. Celui qu'elle avait blessé était inconscient, et penché au dessus de lui, le blondinet tentait quelque manoeuvre médicinale douteuse. Elle eut pitié des âmes perdues et leur adressa la parole, d'une voix adoucie, en ces termes:

Je vois que vous êtes en bien piètre état. Il y a un médicaste de mes frères teutoniques en ces murs. Si vous vous rendez je le ferais venir pour soigner votre ami. Dans le cas contraire...

Elle regarda Auguste droit dans les yeux tandis qu'elle bandait son arc.



Auguste a écrit:
Auguste avait essayé de soigner son fils comme il a put mais il avait surement mal opéré. Qui sait ?

Des lambeaux de linge tâchés de sang et qui sentait l'alcool gisaient à côté du corps de Chaos.
Le front du blondinet ruisselet de sueur après cette opération imprévue.
Sa dague était à terre, elle aussi tâchée de sang.

Alors que le brigand fixait le visage endormit du blessé, attendant qu'il se réveille pour lui communiquer la position de sa monture, la guerrière qui était la cause de tout on malheur apparut.

Auguste se leva, fixant cette femme qui semblait avoir retirer la flèche de sa jambe.

Un ultimatum... Voilà ce qu'elle lui posa tout en chargeant l'arc de l'inconscient d'une flèche dirigée vers le blondinet.

Celui ci ne faisait aucun geste brusque. Il réfléchit à cette proposition. Une fois son choix fait, il répondit d'une voix calme :


Me livrer à votre gourou ou essayer de fuir et me faire tuer d'une flèche dans le dos... Vous parlez d'un choix.

Il jeta un dernier regard à son fils qu'il n'a pas eu le temps de connaitre, ce qu'il regrettait. Des larmes montèrent aux yeux marrons du blondinet. Les gouttes d'eau ruisselèrent sur ses joues jusqu'à tomber sur le sol.

Quelques secondes passèrent puis Auguste releva les yeux vers son interlocutrice.


Nous nous reverrons en Enfer. Moi pour avoir vécu comme je le voulais et vous, pour avoir servi des Hommes avides de pouvoir.
Prenez soin de mon fils... Ramenez le à Genève pour qu'il vive sa vie, même si elle sera courte.


Sur ces mots, il se retourna, prenant une grande inspiration, des larmes coulaient encore, avant de courir à toute vitesse, toujours tout droit...



Baron_Arwin a écrit:
Pendant le discours de l'homme Arwin était resté discrètement arrière.
Cependant lorsque l'homme prononça le mot Genève, il réagit automatiquement.
Le bandit était déjà en train de courir et le Reiter de l'ordre Teutonique bandait son arc.

Il s'élança à ses trousses pour le rattraper. Lorsqu'il fût à son niveau il le plaqua au sol et lui passa les doigts autour du cou comme pour l'étrangler.


Tu es Genevois ???? Parles chien !!! Es-tu un Réformé Genevois qui écoute le parole diabolique de Kirkwood et d'Izaac ???
Est-ce que c'est un pillage ou simplement un acte Hérétique ?

Parles te dis-je ! Parles


Auguste a écrit:
Le blondinet courait après avoir décliner l'offre de Oxar. Il croyait qu'il allait entendre un sifflement puis une douleur dans le dos mais ce fut un autre bruit qui se fit entendre.

Des bruits de pas résonnaient, ces pas suivaient ceux du brigand. Auguste pensait que c'était cette guerrière qui lui courait après mais quand tout d'un coup il sentit des bras le serrait au niveau de la taille pour le faire tomber, il comprit que c'était quelqu'un d'autre qui n'avait pas d'arc.

Des doigts se placèrent sous sa gorge pour y faire pression avant qu'une voix masculine commence à l'interroger.


Va te faire fou*** ! Mouton !

L'homme perdait son temps. Le blondinet préférait mourir plutôt que de se faire capturer et prendre des coups de fouet jusqu'à ce qu'il parle.




Baron_Arwin a écrit:
Arwin l'étrangla, la canaille ne parla pas. C'en était terminé. Il se releva et rejoignit les autres.

Il à préféré mourir plutôt que parler, Paix à son âme


Auguste a écrit:
Le blondinet avait envoyé paitre l'homme qui l'avait plaqué à terre pour le faire parler, évitant ainsi au brigand une mort dû à l'empalement d'une flèche dans son cœur.

Une fois qu'Arwin comprit qu'il pouvait en finir, qu'il n'obtiendrait aucune information, ses doigts appuyèrent sur la trachée du blondinet.

Ce dernier se débattit mais son agresseur l'avait immobilisé au sol. Le manque d'oxygène commençait, Auguste devenait rouge, il suffoquait.

Au bout d'un instant, il commença à cesser de se débattre, ses yeux se fermaient lentement, troublés par le manque d'air inspiré par ses poumons.

Le brigand était maintenant mort. Son système respiratoire ne fonctionnait plus. Son cœur avait cessé de battre. Son corps était comme celui de Chaos : inanimé même si celui de l'adolescent était encore en vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enosch
Maniaque du brigandage
Maniaque du brigandage
avatar

Nombre de messages : 119
Localisation : Abbaye Cistercienne de Saint-Arnvald de Noirlac
Date d'inscription : 08/10/2008

MessageSujet: Re: [RP]Arrivée chez les curetons du Berry   Ven 24 Oct 2008, 09:19

FIN DE LA PREMIERE PARTIE


La suite ICI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoh
Brigand en herbe
Brigand en herbe
avatar

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 09/10/2008

MessageSujet: recherche de collègues sur le berry   Lun 03 Nov 2008, 22:19

bonjour a tous je suis en berry et je cherches le moyen de participer a quelques affaires quellesqu'elles soient

Merci d'avance et vive leroy Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP]Arrivée chez les curetons du Berry   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP]Arrivée chez les curetons du Berry
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
 Sujets similaires
-
» [RP]Arrivée chez les curetons du Berry
» les 2 lizette sont arrivées chez Gigi
» une nouvelle arrivée chez reinnette
» ma nouvelle arrivée chez reinnette
» Nouvelles arrivées chez Bédébile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Grotte des Joyeux Brigands :: La Grotte des Joyeux Brigands :: [RP] Dans les profondeurs de la grotte… :: A travers les Royaumes-
Sauter vers: