AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Campagne de l'Orléanais... mémoires d'un brigand]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angel-of-the-Dark
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 318
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: [Campagne de l'Orléanais... mémoires d'un brigand]   Dim 15 Juin 2008, 16:46

[Nuit du 14 au 15 Juin 1456, campagne Orléanaise, aux portes de la Capitale]

Cela faisait plusieurs jours à présents, que lui et sa compagne avaient rejoint cette armée plus ou moins indépendante. Ce matin même, l'armée avait atteint les portes d'Orléans, capitale de l'Orléanais, Duché au service du Roy.

Toute la journée, la ville avait était encerclée, par les trois armées qui s'étaient réunies sous ses murs. Coupant le ravitaillement, et l'arrivée de renforts pour la ville, les assaillants se préparaient à monter à la charge.

Bientôt, des volées de flèches montèrent en direction des murs, forçant les défenseurs à se mettre à couvert alors que les assaillants montaient à la charge, se précipitant au combat alors que la nuit tombait.

[Tôt dans la matinée du 15 Juin 1456, dans les murs de Orléans]

Deg' marchait difficilement à travers la ville, au milieu des cadavres des défenseurs. les combats avaient été rapides, les défenseurs se trouvant bien vite massacrés, ne pouvant causer que peu de pertes aux assaillants en surnombre.

Son épée ensanglantée au fourreau, Deg' déambulait, se tenant le flanc ensanglanté, à la recherche de sa compagne.
Il se rappelait parfaitement : l'assaut, puis les combats dans les rues. Alors qu'il abattait un défenseur, un autre homme vint dans son dos, et le frappa au flanc, son épée s'enfonçant dans ses chaires qui lâchèrent un flot de sang, alors que le brigand s'effondrait au sol, lâchant son bouclier.

Sans que Deg' ne le sache nullement, alors que les derniers défenseurs tombaient ou se rendaient, laissant la ville aux brigands, des cors retentissaient dans la plaine : au loin, deux armées arrivaient aux portes de la ville, oriflammes blancs aux Lys d'or au vent...

Et le voilà, ayant retrouvé ses esprits, qui marchait difficilement dans les rues sanglantes de la capitale déchue : les Royalistes avaient été frappés en plein coeur, et ce n'était que le début...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angel-of-the-Dark
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 318
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: [Campagne de l'Orléanais... mémoires d'un brigand]   Mar 17 Juin 2008, 01:02

[Lundi 16 Juin, Orléans]

Les combats avaient cessés depuis la veille, et c'était à présent non plus des brigands et des Bretons, qui faisaient le siège de la ville, mais deux armées, aux oriflammes blancs ornés de Lys dorés.
Les vainqueurs, fêtaient leur sanglante victoire dans les tavernes, buvant chantant et mangeant avec joie, alors que l'état-major des trois armées renégates s'installait eu château.
La journée allait bon train, et Deg' marchait le long des remparts de la ville, contemplant la plaine où s'étaient établies les deux armées royalistes, arrivées en renfort, un peu trop tard apparemment...

Alors qu'il avait dû se résoudre à se débrouiller seul pour panser sa plaie, le beau brigand songeait que la situation était pitoyable pour le Domaine Royal : il venait en effet de perdre un Duché, un château, réputé imprenable et situé en plein milieu du domaine.
Le Domaine Royal était touché en plein coeur, et se retrouvait à combattre sur deux fronts : en Bretagne, où ses armées étaient tenues plus ou moins en échec par les fiers Bretons, et à présent en son sein même, où il devait faire le siège de l'une de ses propres capitales.

Angel se demandait, son regard vide contemplant toujours la plaine, dans quel état d'esprits étaient les soldats, à l'est : ils combattaient des hommes et femmes tenaces, qui luttaient pour défendre leurs terres, et voyaient leurs frères tomber au combat sous les murailles bretonnes, pendant que leurs champs étaient brûlés, leurs maisons pillées et leurs femmes violées... Comment donc pouvaient-ils encore vouloir lutter, pour un Roy qui ne donnait nulle autre nouvelle qu'un petit message d'encouragement, entre deux catins de la Cour?

L'homme aux yeux électriques en était là de ses pensées, lorsqu'il entendit des cris, dans la ville même : non pas des cris de joie comme il y en avait eu toute la journée, mais des cris d'appels aux armes. Son regard se ballada entre les ruelles, et bientôt il trouva la cause de ce remue-ménage : un groupe, une vingtaine de paysans, s'était réuni et avançait à travers les ruelles, hurlant des termes royalistes et de fidélité à ce roy.

Bientôt, les vainqueurs sortirent des bouges, tavernes et auberge, plus ou moins vêtus, se munissant rapidement d'une lame et d'un bouclier, pour aller à la rencontre des... révoltés?

Le combat fut rapide, et sanglant, les pauvres paysans et leurs quelques fourches ne pouvant rien face à la soif de combat des brigands et Bretons qui, l'insurection tut, retournèrent vaquer à leurs occupations à travers la ville.

Le regard triste, Angel sortit un petit carnet, et y inscrivit rapidement le décompte des pertes : à présent, il semblait que les Royalistes avaient déjà perdu 45 hommes et femmes, contre 4 pour les bretons...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angel-of-the-Dark
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 318
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: [Campagne de l'Orléanais... mémoires d'un brigand]   Mer 18 Juin 2008, 00:36

[Mardi 17 Juin, Orléans]

Troisième jour dans la capitale Orléanaise. Les incendies avaient enfin été maîtrisés, et le nouveau Conseil Ducal était à présent bien en place, recrutant des maréchaux pour repousser les félons fidèles au Roy qui tentaient de reprendre ce qu'ils avaient perdu.

Certains paysans, semblant ne pas comprendre qui servait qui, avaient pris les emplois, pour le plus grand plaisir des nouveaux propriétaires qui avaient ainsi encore plus de bras pour défendre leur nouveau bien.

Alors que certains brigands et bretons, s'affairaient à vider les caisses du Duché et du village, d'autre continuaient de patrouiller sur les remparts, guettant la plaine.

En effet, l'agitation n'était pas qu'à l'intérieur de la ville, où l'infirmerie continuait de soigner les blessés des jours de combat précédents. au pied des remparts, juste hors de portée d'arc, les armées royalistes avaient achevé d'installer leurs campements : tel une fourmillière, ils s'agitaient en tous sens, mais d'où Deg' était, perché sur les remparts, il ne voyait rien d'autre que des petits bonhommes en uniformes qui courraient en tous sens.

Deg' tourna son regard, contemplant la ville : il tentait de l'imaginer, avant l'assaut et toutes ces destruction... ça devait être une belle ville, sans doute... Son regard se posa sur un quartier, en ruines : il venait d'être détruit, dans les nuits, alors qu'une bonne quarantaine de civils, aidés de quelques soldats, avaient à nouveau manifestés violemment, appelant à la révolte.
Bien vite, les vainqueurs étaient sortis de leurs bouges, tavernes et lieux de repos, comme la veille, et étaient partis combattre et mater l'insurection.
Cette fois l'échauffourrée dura plus longtemps, les assaillants étant plus nombreux que la veille, mais pas plus organisés. En effet, devant la charge des tenants de la ville, ils se dispersèrent comme des moutons face à un chien de berger, et fuyèrent à travers les ruelles de ce qui était un beau quartier, tentant de se cacher dans les bâtisses.

Les brigands et Bretons s'élancèrent à leur poursuite, els suivants dans les dédales de ruelles. Bien que les révoltés avaient l'avantage du terrain, ils n'avaient pas l'expérience du combat de leurs poursuivants et, chaque fois qu'ils étaient rattrapés, ils se faisaient massacrés, tandis que d'autres brigands brûlaient certaines maisons pour en déloger les fuyards qui s'y terraient.

Au petit matin, alors que Deg' se réveillait, il trouva à la place d'un beau quartier, un vulgaire tas de ruines fumantes, au milieux desquelles traînaient encore quelques cadavres des malheureux orléanais, qui avaient tenté de se révolter.

Il alla boire un verre en Taverne, et se renseigna auprès des quelques brigands présents, concernant la raison de la destruction de ce quartier. Un rapide résumé lui fut fait et, sans plus traîner, il sortit, calmement, son carnet, et y nota le décompte des morts : pour le moment, les Royalistes avaient perdu 95 hommes à peu près, pour 4 pour les Bretons...

La journée avait passée, Deg' avait trouvé un emploi, ne pouvant faire que peu avec ses blessures qui finissianet de cicatriser, et à présent, il errait donc sur les remparts, contemplant la ville et la campagne environnante... pour quand serait donc l'assaut des royalistes?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angel-of-the-Dark
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 318
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: [Campagne de l'Orléanais... mémoires d'un brigand]   Mer 18 Juin 2008, 23:24

[Mercredi 18 Juin, Orléans]

Depuis que durait sa convalescence, Deg' avait pris l'habitude de errer le long des remparts de la capitale assaillie. De là haut, il pouvait contempler la ville, peu animée du fait de l'occupation, ou bien la plaine, où les soldats royalistes continuaient de s'affairer et de grouiller, comme des fourmis...

Qu'attendaient-ils? Deg' s'en doutait... des renforts, peut-être du reste du Domaine Royal, ou bien du Duché même. En effet, le beau brigand était entré, il y a quelques jours déjà, en contact avec un... ami... Celui-ci voyageait, et lui avait signalé que, dans une ville située à à peine 1 journée de marche de Orléans, uen armée avait été montée, campant aux portes de la ville, et que celle-ci avait envoyé des hommes dans la cité, afin de recruté des volontaires pour venir libérer Orléans.

Angel se demandait s'isl tiendraient face à ces vagues d'assaillants, lorsque son regard se posa sur un homme, sur la place devant la mairie : celui-ci était, d'après ce que Deg' voyait, entrain de distribuer de la soupe et des vivres... une soupe populaire?

Bof, si l'homme n'avait que cela à faire, tant qu'il ne gênait pas l'ordre de la ville... Malheureusement, on l'entendit bientôt proférer des "A bas la Bretagne", et autres jurons envers les nouveaux maîtres de la capitale.

Comme on pouvait s'y attendre, les nouvelles autorités intervinrent bientôt, afin de calmer l'intrus, qui dégaina une dague et la planta dans l'épaule d'un Breton, le blessant clairement. Ce geste fut celui de trop, et bientôt la manifestation pacifique se transforma en bagarre sanglante, des Orléanais se jettant sur les Bretons qui tentaient d'emmener le fauteur de troubles aux geôles...

La bagarre fut à nouveau courte, et lorsque Deg', le spectacle achevé, put de nouveau tourner son regard vers la plaine, on dénombrait à nouveau un quarantaine de victimes, étendues sur la place de la mairie, alors que les gardes emmenaient le forcené responsable de tout cela vers la Cour de Justice, où il serrait jugé comme il se doit...

Ainsi en serait-il pour les jours à venir : toute personne incitant à la révolte, ou manifestant de façon un tant soit peu dangereuse ou belliqueuse, se trouvera mise en procès immédiatement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angel-of-the-Dark
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 318
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: [Campagne de l'Orléanais... mémoires d'un brigand]   Lun 23 Juin 2008, 12:21

[Jeudi 19, Vendredi 20, Samedi 21 & Dimanche 22 Juin, Orléans]

Les jours s'enchaînent et se ressemblent, dans la ville orléanaise : chaque nuit, des émeutes éclatent, et des combats font rages, voyant chaque nuit encore le nombre des victimes s'accroître côté royalistes.

Le beau brigand s'est, entre-temps, remis de ses blessures, et a pu reprendre le combat, aidant à mater les insurections...

[Au petit matin, Lundi 23 Juin, Sur les remparts de Orléans]

C'était au tour de Deg', de patrouiller le long des remparts. Fini les longues balades sur les murs, à errer au gré de ses envies. A présent, il devait être attentif. Tout comme le reste de la garde, il avait remarqué, alors que le soleil se levait, que deux nouveaux oriflammes étaient apparus dans la plaine : à présent, ils n'étaient plus assiégés par 2, mais par 4 armées royalistes.

Jettant un oeil sur la fourmillière géante, étendues aux pieds des remparts de la capitale déchue, il fut désolé de constater que la plupart des combattants qu'ils allaient sans doute affronter, étaient des paysans, auxquels ont avait fournis des bâtons, et un bouclier pour les plus chanceux.

L'assaut était proche... cette nuit? Peut-être... En tout cas, lui était prêt, comme les autres d'ailleurs sans doute. La maréchaussée recrutait, et la milice surveillait la place de la Mairie. Quoi que les Royalistes puissent leur envoyer, ils tiendraient la ville... et s'ils ne pouvaient tenir, alors ils mourraient tous, plutôt que de devoir se rendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angel-of-the-Dark
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 318
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: [Campagne de l'Orléanais... mémoires d'un brigand]   Mer 25 Juin 2008, 13:03

[Mardi 24 Juin, Orléans, assiégée par 4 armées Royalistes]

Le jour s'est levé sur l'ancienne capitale de l'Orléans, sis en plein coeur du Domaine Royal. Cette capitale qui, comme toutes celles du DR, se vante imprenable, et nargue les autres Comtés de sa toute puissance. Cette ville qui, a s'être trop vantée, est tombée sous le joug des brigands et Bretons.

Quel étrange aube... quelque chose de bizarre, flotte dans l'air... comme une odeur de mort...

Et pour cause... En plein milieu de la nuit, les armées royalistes qui campaient aux pieds des remparts se sont élancées à l'assaut de la ville, les pauvres paysans, enrôlés en échange de la gloire de leur Duché, auxquels on avait donné un bâton pour se battre, courant à toute allure en direction des murs.

Deg' avait été réveillé par le guet, et avait bondi de son lit, dans une chambre qu'il avait louée. Ênfilant simplement une chemise et des braies, mettant ses chausses à toute allure et saisissant ceinture et bouclier, il s'élança en direction des remparts dont il grimpa les marches quatre à quatre.

Arrivé au haut des remparts, il put constater la déchéance du DR : il savait les armées constituées principalement de pauvres bougres de paysans, mais il pensait rencontrer quand même quelques combattants, dignes de ce nom. Mais non, pas un soldat : les assaillants tentaient de gravir les remparts à l'aide d'échelles faites d'un bois de qualité douteuse.

Le combat fut sanglant, les assaillants et leurs bâtons ne pouvant quasimment rien face à la rage de combattre des défenseurs, et à leurs armes et expérience.

Bien vite, les royalistes furent repoussés au bas des murailles, et les défenseurs se retirèrent, afin de finir leur nuit.

[Plus tard dans la journée du 24 Juin, dans une Taverne d'Orléans]

Comme la plupart de ses compagnons d'armes, Deg' est allé, après le combat, se reposer encore un peu dans sa chambre. En milieu de matinée, il se réveilla, sachant que son tour de garde allait venir bientôt, et descendit donc au rez-de-chaussée. Alors qu'il traversait la salle, bondée de brigands et bretons buvant une chopine pour se remettre des évènements de la nuit, il ne put ignorer certains murmures...
Oui, toute la salle semblait ne parler que de ça, en fait : apparemment, deux meneurs des armées adverses auraient été mis à mort au cours du combat... Cependant, il semblait que l'un des meneurs bretons ait également été blessé...

Deg' sortit rapidement de la taverne, et se rendit aux murailles pour prendre son tour de garde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angel-of-the-Dark
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 318
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: [Campagne de l'Orléanais... mémoires d'un brigand]   Jeu 10 Juil 2008, 11:26

[Jeudi 10 Juillet 1456, dans une chambre d'Orléans]

Deg' s'ennuyait... il n'y avait plus rien à faire, à Orléans... Il y a bientôt 2 semaines que les armées aux portes de la ville n'avaient pas donné l'assaut, depuis la perte de l'oriflamme de l'une de celles-ci, en fait.
Ils n'avaient plus eu qu'affaire à quelques révoltes, et des voyageurs qui tentaient d'entrer dans la ville, aussi...rien de bien intéressant.

Après s'être remémoré un long moment les évènements des semaines antérieurs : la prise de la ville, le mattage des insurrections royalistes puis le siège de la ville par les Royalistes, jusqu'à la démollition de l'une des armées du Roy et la perte de son oriflamme au cours des combats.

Finalement, Angel se leva, et s'habilla rapidement. Il venait de se rappeler que c'était à lui de monter la garde sur les remparts, avec quelques autres... Marchant vers les remparts, le pas las et lent, il en venait à se demander pourquoi on gardait encore les murs tous les jours : personne n'osait s'en prendre à eux... à quoi bon ennuyer les soldats à patrouiller sous un soleil de plomb?

Après des minutes de marche qui lui parurent affreusement interminables, il atteint les remparts, dont il gravit les escaliers lentement. Arrivé au haut de ceux-ci, il jeta un vague regard à travers la plaine, et fut alors frappé de stupéfaction : alors qu'il n'y avait plus, pendant près de 2 semaines, que quelques tentes et soldats, on voyait à présent une vague étendue de tentes et d'oriflammes.

Le beau brigand observa l'étendue des tentes à leurs pieds : a nouveau, il y avait un immense nombre de soldats qui fourmillaient aux pieds des remparts, se faufilant entre les tentes dressées et les nombreux oriflammes.
Deg' commença à compter les oriflammes différents qu'il y avait là... arf, il y en avait plus qu'il n'avait de doigts sur sa main!

Six... il y avait six oriflammes qui flottaient au vent dans la plaine... Trois d'entre eux portaient un simple Lys doré sur fond blanc. L'un était orné d'un Lion sur une moitié, et d'un quadrillage rouge et or sur l'autre. Pour finir, les deux derniers étaient les orfilammes de deux Duchés, qui en bons lèches-fions avaient répondus à l'appel du Roy...

La nuit promettait d'être agitée, et Deg' commençait à se demander s'il survivrait à ces combats...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angel-of-the-Dark
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 318
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: [Campagne de l'Orléanais... mémoires d'un brigand]   Ven 11 Juil 2008, 23:58

[Vendredi 11 Juillet 1456, Orléans]

Angel tenait à peine assis sur sa chaise, une chopine à la main. La nuit avait été longue... oh que oui, au combien longue... a arpenter les rues de la ville, guettant le moindre signe de cette milice de la résistance, comme ils se faisaient appeler. A guetter le moindre indice, indiquant le début de l'attaque, ou bien encore à patienter sur les remparts, les yeux rivés sur l'obscurité de la plaine, à la recherche du moindre mouvement qui aurait trahi l'assaut des royalistes.

Mais rien, toute la nuit, ils avaient attendus une attaque qui ne vînt pas. Epuisé, il avait quitté son poste à l'aube, pour aller s'allonger un peu à l'auberge.

Et à présent, après quelques pauvres heures de sommeil, il buvait une bière, cherchant ses esprits, dans l'une des nombreuses tavernes de la ville.

Vers la fin de la matinée, un homme vînt porter les nouvelles des remparts : une autre armée était arrivée dans la matinée, elle portait elle aussi une oriflamme royaliste.

La journée fut calme, les hommes préparant leurs armes, les aiguisants entre deux siestes, alors que le doute planaît quand à la survie du moindre d'entre eux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angel-of-the-Dark
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 318
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: [Campagne de l'Orléanais... mémoires d'un brigand]   Dim 13 Juil 2008, 01:16

[Samedi 12 Juillet, Orléans]

On finissait d'empiler les cadavres, et de les faire brûler, sur l'une des places de la ville. Deg' était assis sur un tonneau, a ucoin d'une ruelle, assistant au triste spectacle : les blessés, plus ou moins remis, et les civils, portaient les cadavres de ceux qui n'avaient pas survécu à cette nuit...

Une chope de bière à la main, le beau brigand se remémorait les évènements de la nuit... lui qui pensait avoir passé sa dernière nuit en compagnie d'une dame, avait eu la chance de survivre...

Il y avait d'abord eu ce moment avec cette femme, puis après une courte heure de sommeil, l'alerte avait été donnée. Bien vite, Angel s'était retrouvé sur les remparts, et avait pu voir la marée royaliste s'élancer en direction des remparts.

Il y avait de tout : hommes, femmes, paysans et artisans, mêlés à des soldats de métiers, qui revenaient du front, en Bretagne.
Deg' raffermit sa prise sur la garde de son épée, sa dague tenue fermement dans son autre main. Ainsi, même s'il devait mourir ici -et il allait mourir, il le sentait- il ne serait pas entièrement mort en vain... Ils avaient fait une belle diversion, et avaient attiré nombre d'armées ici.
Ils avaient fait trembler le Domaine Royal, et l'avaient frappé en son sein...

Les premiers combats s'engagèrent, et Deg' se retrouva dans la tourmente, comme tant d'autres... Esquivant le coup de poing maladroit d'un pauvre bougre désarmé, le brigand enfonça son épée dans le ventre d'un autre...

Angel fut tiré de sa rêverie par les sons de cloches... l'Eglise sonnait le glas pour ceux qui étaient tombés cette nuit... quand donc sonnerait-elle pour lui?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angel-of-the-Dark
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 318
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: [Campagne de l'Orléanais... mémoires d'un brigand]   Dim 13 Juil 2008, 18:46

[Dimanche 13 Juillet, Orléans, sur les Remparts]

C'était à Deg', de monter la garde. Avec plusieurs autres, il patrouillait le long des murs, regardant au loin dans la plaine els campements des armées royalistes. a présent, il y en avait 8, une autre étant arrivée dans la nuit alors que les combats faisaient rage sur les remparts.

Ces foutus royalistes, eux qui se vantaient de lutter pour la Couronne et le grand Aristote, ne cessaient même pas les combats le dimanche, jour du Seigneur... quelle était donc la logique qui était la leur?

Le regard de Deg' allait de tente en tente : il pouvait voir les soldats, autour d'un feu, une chopine à la main, converser par deux ou trois... Eux aussi devaient se lasser de ce conflit qui durait, longtemps, trop longtemps au goût de tous...

Ils n'étaient pas si différents, les uns des autres, et eux comme Deg' et ses alliés, devaient avoir le mal du pays.

Le regard perdu à l'horizon, le beau brigand se demandait comment il se faisait que, cette nuit, il n'avait aperçu que cinq oriflammes différents qui s'étaient lancés à l'assaut des remparts... était-ce une stratégie visant à les mettre en confiance?
Ou au contraire une erreur dûe à un manque de communication parmis les meneurs royalistes?

Quoi qu'il en soit, cela avait profité aux bretons : l'infériorité numérique n'étant plus si importante, ils avaient pu causer de lourdes pertes aux forces adverses...
Dans la mêlée, Deg' avait reconnu un ancien curé, qui s'était jeté sur lui. D'un simple revers d'épée, il l'envoya au sol, le flanc ensanglanté alors qu'il abattait un autre homme.

Une cloche, quelque part dans la ville, indiqua qu'il était l'heure de changer de garde. Deg' descendit des remparts, après que la relève se soit positionnée le long des remparts.

Le temps de boire une bière, se reposer un peu et voir sa maîtresse, et il serait tant de retourner sur les remparts, pour encaisser un nouvel assaut royaliste...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angel-of-the-Dark
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 318
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: [Campagne de l'Orléanais... mémoires d'un brigand]   Mer 16 Juil 2008, 17:31

[Lundi 14 Juillet, Orléans]

Il n'y a pas eu d'attaques, cette nuit. L'une des armées royalistes semble être partie... Il n'y e na donc plsu que 7, qui font le siège de la ville.

Du haut des remparts, alors qu'il contemple la plaine en contrebas, Angel se demande pourquoi ne pas avoir attaqué... Il y avait là, des centaines de soldats royalistes, la plupart armés, et soutenus par des milices de paysans et d'artisans...
Pourquoi ne pas avoir envoyé toutes leurs forces? Les bretons et leurs alliés n'auraient pas pu tenir face à un tel assaut...

Son de cloche... on change de garde, et Deg' ne profite pour aller voir sa maîtresse...

Cette nuit, les ordres ont changé : on ne défendra pas la ville...

[Mardi 15 Juillet, dans une auberge d'Orléans]

Angel se reposait, comme la plupart des hommes : on ne devait pas défendre, pour laisser aux royalistes une chance de prendre la ville. Radical changement de stratégie pour les Bretons.

Alors que les portes de la ville sont laissées ouvertes, pour permettre aux royalistes d'entrer, les forces bretonnes se replient par les catacombes, quittant la ville alors que sur les places de la cité, on hurle sa joie d'avoir vaincu le traître breton...

A travers le royaume, les courriers filent depuis Orléans, annonçant la "glorieuse victoire des forces du Roy sur les félons Bretons, après seulement quelques jours de siège"... Aucune de ces lettres ne précise que les bretons ne se sont pas battus, et se sont repliés à travers les souterrains...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angel-of-the-Dark
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 318
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: [Campagne de l'Orléanais... mémoires d'un brigand]   Jeu 17 Juil 2008, 13:21

[Mercredi 16 Juillet, sur les routes à l'Est d'Orléans]

La colonne avance discrètement, à allure de marche forcée. En une journée, ils ont parcouru pas moins de 30 lieues.

Le campement est dressé, les hommes se repoussent, regroupés par lances sous les tentes. Certains écrivent à leurs compagnes, leur famille ou leurs maîtresse.
On est plutôt satisfait des résultats de la campagne. Les royalistes ont été ridiculisés, frappés en leur sein, et ça se fête au campement : on rit, on ripaille et on boit, sans se douter que, dans l'ombre des arbres proches, un contingent de soldats champenois se positionne, près à l'attaque...

[Jeudi 17 Juillet]

*La page est vierge, seulement tâchée de sang...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angel-of-the-Dark
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 318
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: [Campagne de l'Orléanais... mémoires d'un brigand]   Ven 18 Juil 2008, 18:06

[hrp]

Bon, je pense que vous l'aurez tous compris : Angel DeGaulles est mort, après avoir lutté contre une armée champenoise avec 7 autres Bretons & alliés. Il a été blessé légèrement, puis grièvement puis achevé par 25 coups d'épée, après avoir lutté contre 28 assaillants...

Bref, j'espère que ce petit Carnet de route vous a plu.
Si ça intéresse quelqu'un, voici le RP de la mort de Deg' :

http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=339754&start=0

Vous remarquerez que ce ne sont pas des soldats champenois que Deg' affronte, mais des soldats du Limousin. En effet j'avais commencé un RP avec eux, je leur ai juste demandé à ce que à la fin Deg' meurt Wink

C'est tout pour l'histoire de l'aîné des DeGaulles,
Bon jeu à tous.

Arnaud
[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeCadet
Bandit international
Bandit international
avatar

Nombre de messages : 464
Date d'inscription : 17/03/2009

MessageSujet: Re: [Campagne de l'Orléanais... mémoires d'un brigand]   Mar 17 Mar 2009, 17:35

Il était énorme... tout simplement énorme...
Sa main, pareille à son corps, saisit maladroitement le carnet...
Ses doigts gros et rudes firent tourner les pages, parfois tâchées de rouge, ses yeux bleu-électriques s'attardant sur les formes étranges qu'il ne parvenait pas à déchiffrer...

Oui, les symbôles, ces "lettres", avaient la même forme, le même style que celles qu'il avait déjà vues auparavant... C'était bien ce qu'il recherchait... le saoûlard l'avait donc bien renseigné...

Ses superbes yeux s'attardèrent longuement sur les longues lignes, dessinées avec passion tout au long d'un carnet. Que pouvaient-elles signifier? Que disaient-elles ?
Il fallait au géant trouver quelqu'un qui puisse l'aider à les déchiffrer... oui, c'était nécessaire. Il devait savoir!

Son regard se fit sondeur, et parcourut la pièce poussiéreuse : personne. Il allait lui falloir trouver un endroit avec du monde, avec quelqu'un capable de lui dire ce que cela signifiait...
L'énorme masse musculeuse tourna les talons, coinçant le carnet sous son bras, et se dirigea vers la porte : l'être fut obligé de se baisser pour la franchir, et continua sa marche le long d'un couloir, à la recherche d'un lieu emplit de vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Campagne de l'Orléanais... mémoires d'un brigand]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Campagne de l'Orléanais... mémoires d'un brigand]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Campagne de l'Orléanais... mémoires d'un brigand]
» [Traité Frontalier] Orléanais - Touraine
» 3e SALON ORLÉANAIS DE LA MAQUETTE ET DE LA FIGURINE 1/2 oct.
» Demandes de baptême aristotélicien
» [Orléans]Charte de l'Orléanais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Grotte des Joyeux Brigands :: La Grotte des Joyeux Brigands :: [RP] Dans les profondeurs de la grotte… :: Journal Intime-
Sauter vers: