AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 la vie ordinaire d'une femme ordinaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: la vie ordinaire d'une femme ordinaire   Sam 26 Avr 2008, 13:46

Tout a (re)commencé en cette journée du 2 avril 1456. Partie défendre une ville dont elle ne connaissait rien contre un comté dont elle s’en fichait, elle avait juste répondu à l’appel de son ordre. Démoralisée par sa vie totalement ennuyeuse, elle voulait profiter de cette mobilisation pour ne jamais revenir.
Ce jour-là, elle parcourait la campagne à la recherche de son armée. Elle n’avait rien trouvé de mieux, la veille, que de s’endormir dans l’écurie, avec son cheval, sa mule et son pigeon, quand tout le monde s’était mis en marche. Elle se maudissant de perdre par là-même l’occasion de mourir au champ d’honneur. Tandis qu’elle galopait sur les chemins, elle vit de loin, 2 chevaux montés partir en direction de la forêt. Quelques mètres plus tard, elle comprit la raison de la fuite. Sur le sol gisait le cadavre d’une femme, complètement défigurée, baignant dans une mare de sang. Elle avait du être attaquée avec un goupillon ; fatal quand on ne s’y attend pas.
Elle regarda vers la forêt, dégoutée par le spectacle qu’elle venait de voir et elle cria sa rage.


Bande de pleutres !! Je vais vous tuer !! Vous êtes ignobles !!!

Sans un regard pour la femme par terre, elle remonta sur son cheval, tapa fortement ses flancs de ses talons et prit la direction de la forêt. Sa mule ne chercha même pas à suivre, elle commença à brouter l’herbe du talus en attendant que sa maitresse revienne.

Tout alla vite après, la poursuite à travers champs et au milieu des arbres. Son étalon donnait tout ce qu’il pouvait pour répondre aux ordres de sa maitresse. La jeune femme ne voyait plus que son objectif qui se rapprochait, ne sentant même plus les branches qui lui giflaient le visage. Debout sur les étriers, baissant la tête de temps en temps pour ne pas s’assommer, le premier des 2 brigands était presque à portée. Encore un peu… C’est bien Altaïr… encore un peu. A la première occasion elle monta sur la selle de son cheval et se jeta sur l’homme. S’en suivit une chute et tous les deux se retrouvèrent par terre, puis debout l’épée à la main. Ils se faisaient face, lui avec un rictus hilare, elle le regard noir. Ils le savaient : ce serait un duel à mort. C’est elle qui commença en fondant sur lui, il se défendit bien entendu. Les épées résonnaient dans un bruit sec et crispant. Le cliquetis se faisait tantôt rapide, tantôt lent. La jeune femme tenant son arme avec les deux mains se battait sans faiblir et attaquait dès qu’elle en avait l’opportunité. Puis cette brulure au bras droit, des taches rouges qui volèrent dans son champ de vision ; Elle était blessée, la pointe de l’épée de son adversaire s’était teintée de rouge. L’homme ricanait, se moquait, il allait gagner. Elle sentait son bras perdre ses forces, elle ne voulait pas mourir, elle avait encore tant de choses à faire et une personne à revoir. Il sauta sur elle, son épée en avant, elle s’esquiva par une chute sur le côté mais perdit son arme qui tomba près d’elle, juste un peu trop loin pour qu’elle la récupère. Sa main cherchait tandis que ses yeux ne quittaient plus le regard jouissif de l’homme. Il retira lentement son épée de l’humus si tendre, savourant la mise à mort imminente et la pointa sur elle. Elle était perdue… non sa dague… où l’avait-elle fourré ? Elle fit appel à sa mémoire… ses chausses… non ; sa manche…non ; sa ceinture… non plus ; son chapeau… oui. Oubliant la douleur et en quelques mouvement s rapides, elle récupéra sa dague et la lança. L’épée s’était approchée de façon critique quand la dague pénétra le thorax de l’homme. Il s’effondra massivement, propulsant son arme dans le sol, à quelques centimètres de la jeune femme. Elle souffla, se releva doucement et reprit sa dague.
Mais il en restait un. Où était-il ? Il se cachait assurément. Elle regarda autour d’elle, entendit un sifflement furtif et une douleur l’obligea à fléchir sa jambe gauche. Une flèche venait de se planter dans sa cuisse. Se mettre à l’abri avant d’en recevoir une autre et repérer le tireur. Elle perdait du sang, elle avait du mal à marcher. Comment l’avoir ? Il fallait qu’elle récupère son épée. Evitant la seconde flèche de justesse, elle courut vers un arbre récupérant de sa main gauche, son arme à terre.
Elle commençait à le situer. Il ne pouvait pas ajuster son tir et s’enfuir en même temps : c’était l’un ou l’autre. Elle marchait doucement, ses pieds justes posés sur les feuilles mortes pour ne pas les faire craquer. L’homme venait de perdre sa victime de vue, il s’affola. Surement trop proche d’elle, il ne pourrait plus utiliser son arc. Il le laissa choir pour prendre son goupillon, arme qu’il aimait particulièrement
.

Viens là la gueuse que je te termine comme l’autre… Elle n’avait même pas vu le coup venir… dommage elle n’a pas eu le temps de crier comme un porc.

Elle lui fit face, la rage au cœur, l’épée dans sa main gauche et la dague dans l’autre.

Je vais te tuer !!

Il brandit son arme et la fit tournoyer dans les airs avant de tenter de l’écraser sur son adversaire. La jeune femme prit appui sur sa jambe valide et virevolta tandis que le mouvement du goupillon empêchait l’homme de s’écarter avec rapidité. L’épée se planta dans son dos, il tomba en hurlant.

Elle le regarda sans rien dire, essuya sa dague pour la remettre dans son chapeau. Puis se fut au tour de l’épée de retourner dans son fourreau. Elle appela son cheval, cassa la flèche sans pour autant enlever la pointe fichée dans sa cuisse. Elle monta avec difficulté Altaïr, elle savait qu’elle avait perdu beaucoup de sang… trop de sang. Tandis qu’il la ramenait vers la route, elle s’acharna à faire un bandage autour de son bras. Sa chemise était foutue de toute façon.

Elle commençait à se sentir mal, il fallait pourtant qu’elle tienne encore le coup. Devant le cadavre de la femme, elle s’arrêta à nouveau. Elle descendait de son cheval, dénoua sa cape aux couleurs de son ordre et l’attacha au cou de la morte. De toute façon elle n’avait pas la force de l’enterrer, autant profiter de l’occasion. Dans sa besace, elle prit ensuite les lettres de son mari qu’elle jeta tout autour puis enfin quelques flacons d’onguents et sachets de plantes dont elle n’espérait pas avoir besoin pour se soigner. Ils rejoignirent les lettres jonchées au sol. Une fois n’est pas coutume, elle pria pour l’âme de cette malheureuse victime d’un brigandage. Sa vision des brigands n’étaient pas celle de personnes sans aucun scrupule. On pouvait voler sans tuer ni sans massacrer inutilement.

Elle laissa les villageois le soin de découvrir tôt ou tard le crime et s’en alla avec sa troupe dans l’inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: les blessures   Dim 27 Avr 2008, 00:52

Des heures que la troupe marchait. La jeune femme luttait pour garder les yeux ouverts et pour rester sur son cheval. Elle cherchait un endroit isolé, calme où elle pourrait se soigner et se rétablir. La peur avait envahi son esprit : si elle n’arriverait pas à s’en remettre, si tout ceci n’avait servi à rien. Sa mélancolie et son ennui méritaient-ils de prendre autant de risques ? N’aurait-elle pas été mieux auprès de son mari et ses enfants que d’agoniser dans l’espoir de vivre une nouvelle vie. Son choix valait-il tant de souffrance ? Wolfe Tone ne lui avait pas donné de nouvelles depuis quelques jours. S’était-elle trompée sur ce qu’il pouvait représenter ? Que de questions… trop de questions…

Là-bas. Une grange abandonnée et à moitié effondrée, à l’orée de la forêt, non loin d’un ruisseau. Voilà l’endroit parfait pour elle et ses bêtes. Elle descendit de cheval devant la bâtisse et entra en claudiquant. Il y avait encore un tas de foin dans le fond, elle pourrait s’y installer. Lentement et avec acharnement elle libéra ses bêtes de toutes entraves. Plusieurs fois elle manqua de s’écrouler. Elle se fit une couche sommaire avec le foin et sa couverture, chercha de l’eau pour ne manquer de rien et prépara tout son matériel. Trouver encore la dernière once de courage pour se soigner sans anesthésie. Elle en avait marre mais c’était sa seule chance de survie.

Elle s’assit contre la selle adossée au mur, releva la chemise déjà déchirée et enleva le bandage de fortune. La blessure béante était profonde, plusieurs crins seraient nécessaires et en plus elle ne pourrait utiliser que sa main gauche. Elle jeta de l’alcool sur la plaie et l’essuya maladroitement, elle prit l’aiguille et enfila le crin tout en laissant un bout orné d’un nœud à l’extrémité pour éviter qu’il le n’échappe une fois dans la peau. Une bonne inspiration et elle planta l’aiguille, la ressortit pour la replanter encore. Plusieurs fois elle recommença le geste jusqu’à suturer toute la blessure. Le temps devenait une éternité, elle laissait les larmes couler le long de ses joues, essayant de rester détendue malgré la douleur. Le surjet terminé, elle le couvrit d’un bandage sommaire après l’voir enduit d’un onguent.
Restait la cuisse et elle savait que ce n’était pas gagné. Elle devait enlever la flèche à vif, n’étant pas la possibilité de le faire en pleine inconscience ou avec des éponges anesthésiantes ; Wolfe Tone avait eu de la chance dans son malheur et elle, elle ne l’aurait pas. Elle était obligée de compter que sur elle-même et vu les forces qui lui restaient, la situation était critique. La sueur perlait sur son front, ses doigts étaient marbrés depuis un petit moment déjà et elle avait froid. Ses chances de s’en sortir s’amenuisaient. Elle déchira ses braies et laissa couler le reste d’alcool autour de la flèche. Elle prépara un linge pour se parer d’une hémorragie éventuelle lors de l’ablation de la flèche. Ne pas perdre connaissance. Elle prit la pince à bec, la positionna sur sa cuisse, inspira profondément et l’enfonça dans la chaire. Elle hurla, elle pleura tant la souffrance était grande. Elle se torturait par obligation, juste pour se donner une chance de vivre. La tête tourna et tomba sur le côté.

Le ciel crépusculaire entourait la grange quand elle reprit ses esprits. La pince à bec toujours enfoncée dans la cuisse et autour de la flèche, il fallait qu’elle termine avant que la nuit tombe car elle n’avait rien prévu pour s’éclairer. Zut… elle n’avait même pas gardé un peu d’alcool à boire, il ne restait que de l’eau. Elle but un peu pour humidifier sa gorge sèche, regarda la pince avec inquiétude. Il fallait qu’elle l’enlève, il fallait qu’elle reste éveillée jusqu’à la suture. Elle prit fermement la pince dans ses mains et tira. Nouveau cri déchirant transperçant le silence et un bruit de fracas de la pince qui tombe au milieu des flacons. Parmi eux, la pointe de la flèche. Un filet de sang s’épanche… Mettre le bouchon de tissu avant que… Elle tâtonna parmi son matériel renversé pour retrouver le linge qu’elle avait préparé. Dans un dernier effort, elle l’enfonça dans la cuisse avant de perdre connaissance à nouveau.

Combien de temps était-elle resté inanimée dans le foin. Le cheval lui léchait le visage de sa langue râpeuse, ce qui n’était pas forcément agréable… enfin elle eut préféré que ce fusse la caresse d’un homme. Il faisait jour. Elle avait donc passé toute la nuit sans reprendre connaissance. Malgré la fièvre qui l’avait envahi, il fallait qu’elle finisse. Le pire avait été fait. Elle chercha le crin et une aiguille et se prépara à recoudre la plaie. Elle enleva le bouchon de linge avec précaution et vérifia l’état de son hémorragie : il s’en était fallu de peu. Pouvant utiliser ses 2 mains, les points furent plus simples à faire, la douleur se faisait oublier après les gestes plus invasifs de la veille. Cela ne l’empêchait pas de grimacer quand même.

Elle était si fatiguée, elle n’avait plus la force de se lever, elle mangeait presque plus et buvait peu pour éviter de chercher de l’eau à la rivière, chose qu’elle ne pouvait pas faire. Les jours passèrent ainsi. Elle maigrissait à vue d’œil, luttant toujours contre la fièvre et l’infection. Mais elle gardait toujours ce minuscule espoir d’avoir à vivre encore des moments magnifiques. Dans ses moments de délires, personne n’était là pour l’entendre et certains auraient été surpris de ses divagations.


Dernière édition par la main du diable le Lun 28 Avr 2008, 23:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: le rétablissement   Dim 27 Avr 2008, 01:28

Deux semaines avaient passées. Elle arrivait à faire 3 pas sans avoir la tête qui tourne : presque un événement. Le printemps avait métamorphosé le lieu en un endroit chatoyant. Tous les jours, elle essayait de faire un peu plus que la veille mais s’agaçait d’impatience de ne pas faire plus de progrès. Elle avait envie d’être déjà guérie et de pouvoir chevaucher sur les routes pour démarrer sa nouvelle vie. Altaïr et Boulasse paissaient tranquillement dans la prairie tandis qu’Ivre s’était tout à coup transformé en un volatile adroit et manifestement doué en vol. Le temps des amours !! Dans le ciel, un pigeon semblait être attiré par le ballet aérien. Seulement, au lieu de rejoindre le malheureux acrobate, il vient se poser près de la jeune femme, un léger roucoulement pour signaler sa présence et sa fonction de messager. Elle libéra délicatement le parchemin de la patte de l’oiseau et le déplia fébrilement. La première lettre depuis si longtemps, depuis l’incident du 2 avril. L’expéditeur n’était que Wolfe Tone mais cela suffit amplement à redonner le sourire à la destinataire. Il avait griffonné brièvement quelques mots afin de savoir ce qu’elle devenait, et comme toujours avec l’ironie qui le caractérisait si bien. Le pigeon attendait, avant de repartir, une réponse à rapporter et pourquoi pas quelques graines à picorer. Ivre, lui, s’en alla se cacher dans un arbre, à l’orée de la forêt, boudant du manque d’intérêt qu’on lui accordait. La jeune femme se dépêcha de répondre (enfin, elle alla aussi vite qu’elle put dans l’état où elle était) n’oubliant pas au passage de remercier le pigeon de quelques graines et le pria d’arriver vite à destination.

Les heures qui suivirent n’eurent pour objectif que de préparer son départ : ranger son matériel épars dans la grange, le chargement des sacs sur la mule et la préparation de son cheval. A l’aube, elle partit vers le sud du royaume.


Dernière édition par la main du diable le Mer 30 Avr 2008, 10:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: les premiers brigandages   Lun 28 Avr 2008, 23:48

La main et Hanort s’étaient retrouvés à Cahors en prévision d’un brigandage chacun de leur côté. Depuis le temps qu’elle voulait passer à l’action, la jeune femme était plus qu’enthousiaste. Seulement l’accident d’Umbria (l'amie d'Hanort) l’avait un peu refroidi. Sur le chemin, celle-ci s’était faite attaquée et blessée. Elle avait gagné, sans rien demander, une convalescence de 45 jours. Encore heureux qu’elle soit obligée de rester à Villefranche, chez elle, elle aurait pu tomber plus mal à se retrouver exilée en terre inconnue.
Dans son élan, La main n’avait mesuré pas les risques qu’elle pouvait rencontrer. Il est vrai qu’elle était partie sur un coup de tête, histoire d’essayer d’échapper à ses sentiments mais maintenant, elle s’interrogeait sur la suite à donner à son aventure et comment revenir sans paraitre ridicule.
Hanort se retrouvait seul maintenant qu’Umbria était indisponible. Il voulait quand même parcourir quelques lieus à la recherche de quelque voyageur à déposséder. Il avait alors proposé à la main, avec toute la gentillesse dont il était coutumier, si elle souhaitait l’accompagner. Comment refuser ! Elle accepta de suite, ce qui réglait du coup tous ses soucis. Ils partirent donc sur la route de Cahors avec l’espoir de ramener un joli butin et quelques cadeaux pour Umbria et Charlie.

Ils avaient trouvé un endroit intéressant sauf qu’ils n’étaient pas tous seuls. Deux autres groupes s’y étaient arrêtés aussi. Une petite inspection de leurs membres ne leur permit pas d’être rassurés. Autant le premier, formé d’un homme et une femme ne paraissait pas bien inquiétant, mais le second, de 3 hommes et une femme, semblait bien plus préparé et plus habitué aux brigandages. Maintenant qu’ils étaient là, Hanort et La main décidèrent de tenter leur chance.
S’il y eut des voyageurs, ils s’étaient cachés car un seul se fit coincer par Hanort et La main. Il ne résista même pas mais la raison fut bientôt évident, il n’avait rien. Il put repartir bien vite, rigolant à la déconfiture des 2 brigands. Le soir, le repas fut vite pris sans longues discussions auprès du feu, chacun évitant de reparler de la journée et rêvant plutôt à leur retour à Villefranche.

Le lendemain, ils espéraient quand même faire mieux mais les heures passaient sans voir l'ombre d'un voyageur. Il n'y avait donc personne qui voyageait sur cette route???? Une longue journée d'attente usant leur patience pour finir par voir 2 personnes arriver vers leur embuscade. Enfin un sourire se dessina sur leur visage. Tiens mais c'est marrant La main avait l'impression de les avoir déjà vu. Cachés dans les arbres, ils attendirent qu'ils soient à portée de sauts pour déclencher les hostilités. Hanort sauta sur le cheval de la femme et la menaça de sa dague tandis que La main atterit sur l'homme ce qui fit cabrer sa monture et désarçonner le cavalier. L'inconnu et le jeune brigande se retrouvèrent au sol, leurs épées rapidement sorties du fourreau après la chute. Se faisant face, Hanort interrompu rapidement le combat en montrant qu'il tenait sa victime sous la menace de sa dague. L'inconnu ne put que jeter son épée à terre.


On a …plus rien a vous …donner: dit la femme, la respiration haletante. Dans la besace, un ou deux sacs de blé et peut etre quelques pommes, c’est tout ce qu’on a, montrant la besace tombée à terre du doigt.

La main prit la besace et l'épée de l'homme et Hanort relacha la femme. Les 2 victimes repartirent bien vite, regrettant surement d'être passés par là.


C'est marrant... J'ai l'impression que je les ai déjà vu quelque part...

Tu crois La main? Ce sont les brigands qui campaient un peu plus loin.

Non c'est vrai? Ils auraient pu avoir un plus gros butin. On revient avec rien. On va être la risée du quartier.

Allez viens, on rentre.

Oui. Je crois que c'est ce qu'on a de mieux à faire...


Ils prirent leurs affaires et repartirent en direction de leur village.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: La prise de cahors   Jeu 08 Mai 2008, 17:33

[Le matin du départ]

Enfin le grand jour du départ. Hier soir, La main et Wolfe Tone s’étaient encore couchés tard mais n’avaient pas dormi de suite… Quelques envies à satisfaire… Puis on avait frappé à la porte, c’était l’heure...

On arrive !!

Elle embrassa Wolfe Tone et quitta la couche en douceur. Elle alluma quelques bougies et s'habilla dans la pénombre: ces superbes braies rouges, sa jupe noire fendue des 2 côtés (on peut rester féminine et être pratique), sa chemise et sa cape noire sans oublier ses toutes nouvelles bottes rouges. Sans faire de bruit, elle quitta la maison pour rejoindre ses bêtes dans la grange. Déjà la veille, elle avait préparé ses sacs. Elle ne voulait rien oublié, elle ne voulait pas que cela coûté la vie à l'un des leurs. Alors méticuleusement elle avait étiqueté et rangé les onguents, les plantes et les potions. Tout le matériel avait été nettoyé et emballé avec précaution. Elle savait que le voyage serait risqué et elle l'appréhendait sans toutefois évoquer l'ampleur de ses craintes à Wolfe Tone. Elle ne savait pas comment elle réagirait si lui se faisait tuer mais elle se doutait qu'elle le vivrait très mal. Biensur qu'il ne lui avait jamais caché que sa vie était toujours sur le fil du rasoir...

Les bêtes somnolaient sur la paille sauf le pigeon qui s'était vautré au creux du cheval. Malgré toutes les précautions prises par la jeune femme, ils avaient l'ouïe fine et l'entendit arriver. Elle les trouva donc déjà debouts et impatients quand elle arriva.

Bonjorn!! C'est le grand jour!!

Un à un, elle sangla les sacs sur le dos de la mule qui fut de moins en moins ravie de faire partie du voyage. Elle sella ensuite son cheval et emmena tout le monde dehors. La nuit était fraiche, de gros nuages formaient des masses noires obstruant la clarté lunaire. Il fallut encore décider la mule à avancer. Cette sacrée bourrique était têtue mais têtue... des coups de pieds aux fesses se perdaient. Finalement la Main trouva une solution. Elle s'approcha de la bête et lui susurra à l'oreille:

Si tu ne veux pas bouger c'est Wolfe Tone qui s'occupera de toi....

C'est fou ce qu'une mule ça peut comprendre vite...


[Avant l’attaque]

La Main s’était préparée à l’attaque. Plusieurs fois durant le voyage elle avait demandé à son amant de se battre sans penser à elle. Chacun devait combattre pour sa propre survie et pour l’objectif qu’ils s’étaient fixé. Elle savait bien pourtant qu’elle s’inquièterait pour lui jusqu’à la fin, jusqu’à ce qu’elle le voit vivant…

[Après l’attaque]

Elle avait eu de la chance, elle n’avait pas été blessée pourtant il s’en était fallu de peu. Elle avait porté des coups contre les défenseurs de Cahors essayant à chaque fois de ne pas tuer. Elle était lasse, elle se rendrait compte que ce n’était pas si facile de se battre contre des gens qui n’avaient rien de malfrats.

Rapidement, elle s’était mise à la recherche de son amant. Pourvu… Pourvu qu’il ne lui fut rien arrivé…Elle chercha dans le labirynthe des rues jusqu’à la place du rassemblement. Quel bonheur de le voir vivant. Ils échangèrent un long baiser langoureux tandis que Nilas faisait un long discours...

Heureuse de te revoir Wolfe Tone...


Dernière édition par la main du diable le Lun 19 Mai 2008, 08:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: la prise de Cahors   Sam 10 Mai 2008, 17:14

La mairie avait été mise sac, les morts avaient été enterrés et les blessés soignés. La main avait laissé les hommes pour rejoindre le campement. Elle était rassurée, Wolfe Tone allait bien.

Dans les rues, les villageois les insultaient, leur lançaient leurs ordures à la figure. La journée avait été très tumultueuse et la jeune femme préférait tout de même le calme du campement pratiquement vide. La nuit tombait déjà sur la ville mettant en lumière les differents incendies.

Elle ralluma le feu et profita d'être seule pour se laver à la rivière. Plonger dans l'eau froide lui fit oublier les récents évênements et la nettoya des traces de combat et de la haine des villageois. Ses habits, aussi, passèrent dans l'eau encore claire.

Première expérience de pillage qui lui laissait des sentiments differents. La joie de gagner, d'avoir fait capituler la ville se mélangeait à la difficulté d'accepter les morts nombreux du côté de Cahors. Elle avait encore beaucoup de choses à apprendre et aussi beaucoup à oublier pour se fondre dans le monde qu'elle s'était choisie. Wolfe Tone s'était même inquiété pour elle et sur son engagement.

Le feu avait repris vie et réchauffait lentement le repas du soir. Il ne manquait plus que les voraces qui auraient surement une faim de loup.


Dernière édition par la main du diable le Lun 19 Mai 2008, 08:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: la prise de Cahors   Mar 13 Mai 2008, 22:17

Ses épaules se couvrirent d’un manteau et son cou reçut un baiser dont elle reconnut l’auteur. Le voilà enfin...

Le calme après la bataille, ce que je déteste le plus...

Vous trouvez que c’est calme ? Écoutez les enfants pleurer, les femmes et les hommes crier. Même les chiens aboient à n’en plus finir. J’ai proposé mes services comme médecin mais je reste une ennemie... Tant pis pour eux. Heureusement que le camp est assez loin, je vais pouvoir dormir un peu. Mais avant je vais vous faire oublier toute cette journée… mangeons et allons nous blottir l’un contre l’autre. Dans mes bras, vous n’allez plus penser à rien sauf au plaisir peut-être…

Il ne leur fallut longtemps pour se retrouver seuls au milieu de l’agitation et vivre quelques instants de bonheur. Quand on est brigand, on vit au jour le jour, tout est bon à prendre.



[Ce matin]

Les jours avaient passé sans que la tension ne retombe. Quelques échauffourées ici et là. La mairie avait été laissé aux habitants, de toute façon il n’y avait plus rien à récupérer. Le sang avait encore coulé dans la nuit. La jeune femme avait du porter des coups d’épée, elle n’aimait pas ça mais il fallait bien se défendre et entre elle et eux, elle préférait eux. Elle ne savait pas encore s’il y avait eu beaucoup de morts et de blessés mais elle proposerait ses soins comme à son habitude. Déjà avoir des nouvelles était le plus important.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: escale à Sarlat   Lun 19 Mai 2008, 09:06

[Cette nuit-là]

La main du diable n’avait pas une mine des plus réjouies. Cachant son inquiétude derrière un sourire, des questions se présentaient toujours dans sa tête et bien sur pas de réponse. Avec les autres autour du feu, son esprit vagabondait. Une armée servait à se battre, que faisaient-ils donc à rester là à attendre un signal douteux ? Elle avait l’impression de faire une tournée de saltimbanques en narguant les villageois sans jamais passer à l’action. Qui étaient les pleutres finalement ?
Son amant buvait comme souvent. Comment lui reprocher ? Elle aurait préféré le voir se battre au lieu de s’abreuver, le voir satisfait et arrogant au lieu de s’enivrer.
Les yeux plongés dans les flammes du feu de veillée, elle n’écoutait que d’une oreille les conversations de ses amis mais laissait tout de même une main se promener lentement sur la cuisse de Wolfe Tone.
La corne... Le signal… elle se leva précipitamment pour prendre sa dague et son épée. Elle commençait par aimer sentir son cœur battre à tout rompre, son corps se raidir à l’idée de se battre et cette prise de risque qu’elle prenait à chaque combat.
C’est avec un méchant sourire qu’elle portât ses coups sans chercher à tuer, juste à jouer avec la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Attaque de Périgueux   Lun 19 Mai 2008, 10:07

[La nuit de vendredi à samedi]

La nuit fraiche et nuageuse plongeait le camp dans un noir moite. Les feux dansaient ici et là et autour des brigands toujours prêts à boire ou à raconter leurs derniers exploits avec un zeste d'exagération. Les ordres tardaient à venir. Le visage de La main se fermait de plus en plus. Mon esprit était de plus en plus tourmenté, son intuition lui disait de faire attention, de fuir vite. Elle était toujours prête à se battre et aussi à soigner mais jusqu'à quand?

Peu à peu, les troupes s'étaient organisées et quittaient le camp les unes après les autres. Chacune prenait place avant l'attaque. La main avait fait de même avec une étrange impression de malaise. La corne se fit entendre... Et tout le monde se lança à l'assaut du château. Sous une pluie de flèches, les brigands avancèrent, certains tombaient...

Ce qu'elle préférait c'était les duels, le combat en face à face. Elle évitait toujours de tuer, un compromis pour le médecin qu'elle était. La femme arriva entre 2 rues sombres, son regard noir, prête à en découdre, prête à tuer. Leurs regards se croisent, les armes levées n'attendant que de frapper. La main tenait son épée dans la main gauche et sa dague dans la main droite, un sourire moqueur aux lèvres. Puis un cliquetis de métal qui s'entrechoquent, des cris rageurs, des attaques et des esquives... Aucune des 2 n'avaient l'avantage ou plutôt c'était tantôt l'une, tantôt l'autre jusqu'à ce que...

L'épée de son adversaire la toucha à son bras gauche lui forçant à lâcher la sienne. Sa situation devenait précaire, son adversaire l'empêchait de récupérer son arme. Elle tenta le tout pour le tout, monta sur les quelques marches sur la droite et sauta par-dessus son adversaire qui malheureusement la toucha à la jambe et tout alla vite. La main tomba à terre, se redressa et reçut un magistral coup de pied dans la poitrine. Ce fut la chute de quelques mètres par-dessus la murette.

La main tomba lourdement en contrebas lâchant un juron de charretier en passant, sa bouche, son bras et sa jambe laissant filer le sang si précieux à la vie. Ses yeux se fermèrent dans les ténèbres alors que ses dernières paroles se perdirent dans le vide immense de la nuit, un murmure au milieu d'une bataille qui faisait rage:


Wolfe Tone, pardon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Le procès   Lun 19 Mai 2008, 10:47

[Nuit de la première attaque]

La Main du Diable se réveilla alors qu'elle se faisait tirer sans ménagement par 2 soldats ennemis. Elle avait mal partout. Peu à peu elle se remémorait les faits: la bataille, le duel avec cette femme et la chute. Le matin commençait à se lever. Au loin, le soleil faisait timidement une apparition. Elle n'arrivait même pas à marcher, les 2 hommes la trainaient par les bras en laissant ses jambes pendre. Ils entrèrent dans le château en montrant leur prise à tout le monde, montèrent des marches, ouvrirent un lourde porte et la jetèrent dans une pièce obscure où seule une meurtrière laissait passer un faible rayon de lumière.

Le temps passa sans qu'elle puisse dire combien de temps elle resta là, couchée sur le sol crasseux, sans pouvoir bouger, le goût du sang dans la bouche. Elle ne trouvait même pas la force de panser ses blessures. Elle n'arrivait qu'à pleurer, elle avait la rage contre elle-même, contre la guigne, contre tout. Et son amant... Etait-il encore en vie? Qu'allait-il faire maintenant qu'elle cheminait vers la potence? Trop de questions et comme toujours pas de réponses. Tout ce dont elle était sure c'est l'amour qu'elle avait pour lui et lui pour elle...

La porte s'ouvrit et de nouveau 2 gardes la ramassèrent brutalement pour la trainer dans une enfilade de couloirs et d'escaliers jusqu'à une grande salle: le tribunal.


Dernière édition par la main du diable le Lun 19 Mai 2008, 18:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: le procès   Lun 19 Mai 2008, 10:49

Faict le 17 mai 1456, en Périgueux.
Accusateur : le Comté du Périgord Angoumois
Procureur : Tête de fer
Juge : Cubi

Accusée : la dame Erbigael
Victimes : les institutions et le peuple du Comté

/*Tête de fer s'approcha d'une pile de parchemins. Il en déroula un, le relit une dernière fois, l'étala sur sa table.
Il attendit que les gardes séparent la dame Erbigael du groupe des traîtres qui attendaient leur tour, et l'amènent devant lui d'une bourrade bien sentie, afin de lui résumer ses droits et de lui rappeler de quoi on l’accusait, qu’elle puisse se défendre en bonne et due forme dans les délais impartis par la loi.*/

Messire Juge,
la dame Erbigael a été amenée devant nous car elle est accusée, selon la loi de notre comté, de haute trahison. Elle faisait partie de l'armée se faisant appeler Nihil Obstat, et qui a attaqué nos villes et notre comté, tuant les innocents, dérobant la populace l'arme ensanglantée à la main, férissant indistinctement militaires, bourgeois, femmes et enfants, bref toute personne qui avait le malheur de se trouver sur leur chemin.

Celle-ci, Erbigael, a été blessée par Dame Mizuki59, et capturée à Périgueux, le 17 mai.

Je vous rappelle les articles de loi concernés :
---------------------------------------------------
Livre militaire
Op. 10
Art 1. Décrêt des groupes armées:

Art 1.1. Les groupes armés ne sont pas autorisés sur le territoire du Comté sans accord d'une autorité comtale agréée.

Art 1.2. L'agrément étant le suivant : Le Comte est le seul à pouvoir donner son accord. Il peut néanmoins faire acte de délégation au Capitaine et/ou au Connétable et/ou au Prévôt des Maréchaux. Dans ce cas de figure, l'accord de ce dernier sera suffisant.

Art 1.3. Par groupes armés il faut entendre : Armée, Lance ou Corps d'armes.

Art 1.4. Toute personne créant ou adhérant à un groupe armé non autorisé se verra poursuivi pour Trouble à l'ordre public, et encourra les sanctions les plus fortes.
------------------------------------------------
Livre pénal
Opus 5
Art 1.
Sera considéré comme trahison le crime qui sera commis de manière passive et comme haute-trahison le crime qui sera commis de manière active, dès que le-dit crime nuit directement au bon fonctionnement ou à l'image du comté et de ses institutions..
Les peines les plus sévères pourront être appliquées sur l'accusé, pour les crimes de trahison et haute-trahison.

Art 3.4. Constitue un acte de haute-trahison par incitation à la révolte, tout appel public ou privé visant à organiser un mouvement destiné à renverser par la force le pouvoir communal ou comtal.

Art 3.5. Constitue un acte de haute-trahison par révolte, toute utilisation illégitime de la force pour renverser le pouvoir communal ou Comtal.
------------------------------------------------

/*Il se tourna vers l’accusée, lui rappelant ses droits.*/
Dame Erbigael, vous avez le droit de rester en liberté jusqu’à la fin du procès. Vous avez également le droit de vous faire représenter, à titre gracieux, par un avocat reconnu comme tel.

/*le procureur remit à l’accusée une copie du Corpus Juris Civilis, telle que celle placée à la libre disposition de tous en gargote périgourdine.*/
Entrez ici votre plaidoirie


Dernière édition par la main du diable le Dim 08 Juin 2008, 00:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: le procès   Lun 19 Mai 2008, 11:13

La Main du Diable releva la tête et les regarda tous. Elle esquissa un sourire et les salua d’une révérence très disgracieuse (elle était blessée quand même). Elle portait toujours la même tenue que la veille mais avec, en sus, des taches de sang, de la poussière et des trous, passages des armes de ses adversaires. Son visage était sale et tuméfié.

Adissiatz,

Je me présente: La main du diable, brigande et médecin... pour vous servir. Je ne connais point cette Erbigaël, encore une qui doit se prendre pour moi. Vous permettez que je rectifie l'acte d'accusation? Je veux bien être jugée mais pour des faits réels et non des suppositions non fondées. Je ne touche pas aux enfants. Je ne tue pas les innocents, d'ailleurs j'évite de tuer. Je suis médecin, je connais le prix de la vie. Je me bats et j'agis en légitime défense. Je ne suis pas de ces êtres sans cœur qui ne cherchent qu'à tuer, qui s'abreuvent du sang de leurs victimes.


Elle secoua la tête pour ramener ses cheveux en arrière, ses poignets étant liés dans son dos.

Je confirme le reste: je faisais partie de l'armée Nihil Obstat. Les brigands ont le droit aux soins non? Et il est vrai que je me suis battue contre cette dame.

Elle montra de la tête, Mizuki59.

Elle se bat bien d'ailleurs et il n'était pas dans mes intentions de la réduire en pièces. Vous m'avez capturée, vous avez gagné. La fierté de me voir danser au bout d'une corde vous réjouit! Que voulez-vous que je fasse? Le procès est déjà joué d'avance et nous savons tous où cela se terminera... à la potence.

Son sourire disparut et elle leur jeta à tous un regard noir avant d'être raccompagnée fermement à sa place.


Dernière édition par la main du diable le Dim 08 Juin 2008, 00:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: le procès   Mer 21 Mai 2008, 21:53

Mizuki59 a écrit:
Mizuki se leva a l'appel de son nom.

Bonjour, je tiens a confirmé les dires de cette femme, nous nous sommes bien battues la nuit du 16 au 17 mai.

je pense que je n'ai pas grand chose a ajouter, cette personne ayant deja tout avoué, par contre elle a raison sur un point les prisonniers ont le droit a des soins il serait dommage qu'elle meurt avant la decision de la cour.
Si vous avez encore besoin de moi je suis a votre disposition.


Mizuki reparti s'assoir sur son siege.

La Main écouta avec torpeur.
Moi, avouer? Elle y va un peu fort. j'ai fait parti de l'armée Nihil Obstat certes mais j'ai certainement pas tué qui que ce soit. Ils n'ont aucun corps mais ils voudraient me faire passer pour une meurtrière. Je suis édecin moi pas une tueuse. Et puis d'abord qu'ils me les montrent les cadavres... hein... qu'ils me les montrent, ils en ont même pas une preuve de toute façon et ils veulent juste satisfaire leur égo de gens nobles et honnêtes. Il n'y a pas de justice en ce monde, que des injustices...
Trop de mots se bouculaient dans sa tête. elle avait envie de leur dire que ce n'était que mensonges, que la vie de l'autre était important pour elle mais le garde lui donna une bourrade qui la fit tomber à terre. Elle se redressa lentement, fatiguée.


Dernière édition par la main du diable le Dim 08 Juin 2008, 00:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: le procès   Ven 23 Mai 2008, 13:24

tete de fer a écrit:
Tête de fer se réveilla, ce matin-là, avec le poids des ans, fardeau qui imperceptiblement, de jour en jour, s'affaisait sur ses épaules sans qu'il en soit vraiment conscient. Il se leva, se servit une écuelle de brouet dans le chaudron laissé au bord des braises par la chambrière, se coupa une écope dans un quignon de pain, et déjeuna en silence.

Dans sa tête, il repassait ce qu'il allait faire dans cette journée, maudite parmi toute une série d'autres. Il allait devoir le faire, de nouveau, et de sang froid. Malgré tout l'espoir qu'il avait pu entretenir de ne pas devenir un bras aveugle, pour ses frères humains et pour la Justice, il allait devoir le faire. Et la pensée de ces mots qu'ils devrait prononcer le révulsait.
Ses souvenirs de cette semaine revinrent, se bousculant sous son crâne, chacun tentant de prendre la place de l'autre, de s'imposer, dans un tourbillon de cris et de fureur intérieure - ces cadavres épars sur le champ de bataille - cet homme qu'on avait empalé sur une fourche, sans doute pour n'avoir point livré sa bourse assez tôt - cet autre homme qu'il pensait mort, mais qui avait tourné la tête à son passage, et l'avait regardé fixement passer à côté, le ventre ouvert, la tripaille qui miroitait, étrangement bleue. Sans même une parole. Sans même une plainte. Mais ses yeux savaient - Et ces gueux qui étaient en train de gratter l'écorce d'un bouleau, et avaient fui avant qu'il puisse leur proposer du pain. Car ils n'en avaient plus. Tout leur avait été pris, le marché était vide. L'armée des monstres les affamait - et sa hache, fendant le crâne d'un homme - tranchant le bras d'un autre - le fer qui avait sifflé si près de son visage - Le choc sourd et violent sur son écu, comme d'abattre le martel de forge sur une bûche, d'un bras - Thalis, si petite au sommet des remparts, alors qu'il s'éloignait pour férir, lui, le pèlerin - du sang - encore du sang - de la douleur - Et sur tout ça, la mort qui planait comme ces corbeaux repus et luisants -
Il releva la tête, et son regard douloureux subtilement changea. La résolution s'y était peinte, en surcroît de la douleur, qu'elle cachait presque.

Il posa son bol vide sur le coin de la table, se leva, et se dirigea vers le dressoir. Il continuerait ce combat qu'il n'avait pas voulu. Il allait donc falloir passer l'armure.
Puisqu'il le fallait...


xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Tête de fer s'avança à la barre. Il regarda la femme, bien faite, malgré les souillures du combat et de sa blessure, et les haillons déchirés qu'elle portait. Elle se faisait appeler la main du Diable... Un succube, sans doute...

"La main du Diable, vous dites? la main du Diable? Je ne le savais pas disciple d'Onan! Vous auriez sans doute pu accoler à Diable une toute autre partie du corps, Madame, pour décrire les services qu'on suppose d'une femme dans une armée de gueux!"

Tête de fer se passa la main sur le visage, tentant de reprendre ses esprits, qui s'égaraient

"Vous vous dites médecin, vous dites connaître le prix de la vie? Et pourtant vous n'hésitez pas à suivre une armée d'invasion, une armée de loups qui rapine, qui férit les innocents, les pauvres gens, qui attaque tout ce qui bouge. Vous participez vous même aux combats, la preuve, vos gueunilles tâchées de sang et déchiquetées par le fer!
Et ces victimes de vous et vos comparses, vous n'en avez cure, c'est bien cela? Vous préférez soigner le monstre que l'agneau?
Par quel détour pervers de votre raison pouvez-vous dans le même souffle clamer votre prétendue bonté d'âme, et nous en montrer la noirceur?

Comment osez-vous appeler légitime défense votre promenade sanglante de Cahors à Périgueux! Vous pensiez peut-être avoir été conviée à un Sabbath en Périgord Angoumois?

Médecin, vous? Un médecin qui choisit ses patients ne peut porter ce nom! ce serait en souiller tous les autres! Vous méritez la corde, pour sûr! et la roue! et le pal!"

Tête de fer se passa de nouveau la main sur le visage. Décidément...

"Votre honneur, cette femme a suivi, de son plein gré, Nilas et son armée. Elle a participé à ces combats, elle mérite comme les autres sa part du châtiment! Qu'elle soit dépouillée de ses possessions et livrée au bourreau comme tous, qu'on se débarasse de ces monstres à la raison tordue, et qu'on jette son cadavre loin de Périgueux, qu'elle aille nourrir la terre qu'elle a participé à dérober!"

Tête de fer alla se rassoir, un peu secoué.


Dernière édition par la main du diable le Dim 08 Juin 2008, 00:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: le procès   Lun 26 Mai 2008, 09:38

Amor a écrit:
A l’appel de son nom, Amor se leva de sa chaise et se dirigea vers le parloir en lançant un petit signe de la main vers Dame Erbigael. Il s’inclina devant le Juge…
Messire le Juge…

Puis vers le nombreux public devant lequel il s’inclina avant de revenir face au Juge

Messire le Juge, je passerais sur les fantasmes sexuels du Procureur qui mériterait rien que pour cela une plainte. Certains n’ont visiblement pas compris ce que veut dire respect de l’intégrité des autres et solennité de votre Cour…

Il jeta un regard noir vers le Procureur puis poursuivit

J’aimerais vous donner mon avis sur ce procès Messire Juge et à vous chers habitants du Périgord… Un avis désintéressé car je viens d’arriver et donc on ne pourrait me reprocher un quelconque intérêt ou partialité dans cette affaire. Je vais donc commenter devant vous chaque point qui est reprochée à cette pauvre créature blessée que vous jugez. désigne de la main Erbigael avec un regard attendri

En la voyant ainsi, pensez-vous que c’est la diablesse que le Procureur essaye de vous faire croire ? Moi je ne vois qu’une femme blessée et qui a des remords… Une femme que j’ai rencontrée en taverne lors de mon arrivée à Périgueux et qui m’a accueilli avec gentillesse et sans aprioris ! Une femme appréciée par les habitants de Périgueux ! Une femme prête à rester parmi nous et à s’intégrer dans notre ville… Est-ce là le tableau que vous dépeint le Procureur ? pointe du doigt le Procureur

De quoi l’accuse t’il ? Je le cite à contre cœur… il prit un papier sur son pupitre et le lut à haute voix en mimant l’intonation théâtrale du Procureur «…qui a attaqué nos villes et notre comté, tuant les innocents, dérobant la populace l'arme ensanglantée à la main, férissant indistinctement militaires, bourgeois, femmes et enfants… » il fit une pause et regarda le public

Quelles sont les villes attaquées ? Quelle populace et vous noterez le mot « populace » pour désigner nos compatriotes… terme péjoratif que seul les imbus d’eux-mêmes utilisent pour nous désigner… aurait subi des vols ? Que font des enfants sur les murailles lors de combats ? Les parents du Périgord seraient ils si inconscients pour laisser leurs enfants s’amuser sur les murailles lors e combats ? Quelles preuves le Procureur a-t-il montré devant nous prouvant que Dame Erbigael aurait participé à tous ces méfaits ?
il éleva la voix Rien et rien encore ! Tout ceci n’est que dialectique destinée à faire mousser une affaire qui n’est rien ! Même le témoin cité par l’accusation ne dit que le strict minimum et n’en veut pas à l’accusée !il rabaissa le ton et s’adressa à nouveau au Juge

Messire le Juge… Dame Erbigael est accusée de faire parti d’une troupe armée non agréée par les autorités. De par mon expérience, elle n’est de loin pas la seule à en faire parti et beaucoup de françois font pareils pour se déplacer dans nos contrées. Votre Code pénal et je le déplore, ne mentionne aucune peine minimale ni maximale pour ce délit… c’est à la tête du client ! On l’accuse aussi d’avoir fait parti d’une troupe guerrière qui seraient composées de brigands… Le Procureur n’est peut être pas au courant ou alors il le tait volontairement mais à Cahors il n’y a eu aucune effusion de sang lors de la prise de la ville et les habitants se sont bien accommodés de la présence de ses soi-disant brigands.. Aucun vol n’a été fait à la Mairie... Les habitants ne se sont pas révoltés et il a fallût plus d’une semaine pour que la ville soit reprise et d’ailleurs je crois même que c’est plutôt eux qui sont partis d’eux-mêmes… entre les révoltés et les vrais brigands au Conseil de Guyenne les habitants de Cahors avaient fait leur choix… Des brigands qui ne volent rien… Ce n’est pas courant non ? Tant et même qu’on ne les appelle pas des brigands mais des révoltés ! Ces révoltés avaient un idéal ! On peut être d’accord ou non avec leur idéal mais cela signifie qu’ils ne peuvent être considérés comme des brigands !
Le Procureur demande la peine de mort et plus que cela, honte à lui ! Un traitement inhumain qui nous rabaisserait encore plus bas que les animaux ! La Bête n’est pas là où on le croit me semble t’il… Je lui conseille d’ailleurs un peu de lecture entre deux séances d’égorgement de poulets lors de ses loisirs. *il sort de dessous son mantel la Charte des Juges * Lisez le paragraphes concernant les délits particuliers…

Citation :
les délits particuliers

il s'agit de délits particuliers qui par leur gravité sur l'équilibre du jeu et l'intérêt général des RR peuvent se voir sanctionné par une peine de prison supérieure à trois jours :

Attention : tout juge qui outrepasserait ces peines de prison se verrait a son tour poursuivi !

-niveau de l'accusé 3 et + : 10 jours au max

les délits particuliers sont
-les crimes de sang et vol à main armée (brigandage)

Si Dame Erbigael est coupable de brigandage il n’est aucunement mentionné la peine de mort

Et de plus en tenant compte de son comportement exemplaire et de ses regrets un allégement de sa peine serait une chose normale... la Justice devant être un exemple de droiture et de clémence et pas qu’un instrument de torture comme le Procureur aimerait qu’elle soit.

J’ai terminé votre honneur et je vous prie de m’excuser de la longueur de ma plaidoirie. Je suis sûr que vous jugerez en âme et conscience et que votre clémence sera accueillie par acclamation à Périgueux. La Justice de ce comté ne sera que plus grande…

il se retira vers sa chaise en s’inclinant vers le Juge


Dernière édition par la main du diable le Dim 08 Juin 2008, 00:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: le procès   Lun 26 Mai 2008, 09:40

tete de fer a écrit:
Tête de fer regarda le nouvel avocat auto-proclamé ébouriffer son plumage et produire ses effets. Effectivement, la bête n’était pas là où l’on pensait. Ni où ce dernier semblait le penser, d’ailleurs...
Quand l’homme eut fini, et se fut rassis, il s’avança à la barre.


Il regarda le défenseur avec un regard impénétrable

« eh bien, Sieur Amor, je vois que tout nouvel arrivé en nos murs, vous usez habilement du ‘Nous’. Mais peut-être êtes vous arrivé trop tard pour assister aux meurtres ? J’étais dans notre armée, je vous le rappelle. A qui donc voulez-vous faire prendre vessies pour lanternes ? J’ai là... »

Il montra sa tête, puis un vélin

« ... la liste de nos gens assassinés au combat, en défendant leur comté. Pensiez-vous que ce groupe armé dont vous parlez si légèrement, car il s’agissait bien d’une véritable armée, s’était promené de Sarlat à Périgueux sans laisser de cadavres derrière lui ? Vous voyagez souvent en armée, vous ? en ‘lance’, peut-être, mais en ‘armée’ ?»

il laissa retomber la réalité de ses propos sur la foule attentive

« J’ai là aussi... »

Il montra une autre pile de parchemins

« ... toute une série de dossiers sur les attaques économiques entreprises par cette armée. Par exemple 200 poissons mis en vente à 7 écus. Vous avez déjà vu des poissons à 7 écus, vous ? Les vendre à 7, c’est les avoir obtenus à bien moins. Voire à rien. Et où ailleurs qu’à Cahors ? Par l’opération d’Aristote, sans doute ? Et vous voulez nous faire croire que vos brigands n’en sont pas ? qu’ils n’ont pas pillé Cahors ?
Et vous avez en plus la grande naïveté de croire que les habitants de Cahors les ont accueillis à bras ouverts ? Avez-vous demandé par exemple à cette femme d’Eglise, la droiture même, Dame Sednax ? Celle qui a repris la ville de haute lutte ? Vous êtes sans doute passé après la tempête, et avez écouté les mauvaises personnes... »


Il se retourna vers son pupitre, y fouillant tout en parlant

« J’ai encore... »

[iIl montra encore un autre parchemin[/i]

« ... la plainte d’un homme, un simple voyageur, qui a été laissé pour mort, désormais alité pour plus d’un mois et demi, par ces gueux que vous défendez bec et ergots ! Voyez-vous dans ce lâche assassinat un dessein militaire quelconque ? un intérêt stratégique qui servirait une révolte ? ne serait-ce même que l’ombre d’un idéal se profiler dans le fait de verser le sang de cet innocent ? Allons ! vos ‘révoltés’ sont des brigands et des assassins, il faut appeler un chat, un chat...»

« Enfin, vous me demandez quelle preuve j’ai que votre cliente a participé à tout cela ? Eh bien, tout simplement ceci : d’une, elle a été capturée l’épée à la main. De deux, elle faisait partie de cette armée de pillards dans laquelle elle n’avait pu s’engager que de son plein gré. »

Il marqua une longue pause, et son regard se fit plus dur

« Quant à mes ‘fantasmes’ sur votre cliente, Sieur Amor, on voit par le choix de vos mots que vous n’avez jamais été longtemps sur les routes. Que vous n’avez sans doute jamais fréquenté ses pareils. La nécessité, l’amoralité, le vice, poussent l’homme comme la femme aux plus sombres extrémités. Et la moralité de votre cliente, autoproclamée la ’main du Diable’, me paraît bien peu défendable... Et je me demande bien quel comté l’accueillerait, après qu’elle soit venue l’arme à la main le dérober de ses vies et de ses biens. Peut-être avez-vous mal interprété les dires de la victime, relisez bien les minutes... »

Tête de fer retourna lentement à sa place

« Mais faites votre office, faites, je vous comprends. J’ai moi-même été avocat, vous savez... Vous et votre cliente avez la parole.»


Dernière édition par la main du diable le Dim 08 Juin 2008, 00:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: le procès   Lun 26 Mai 2008, 09:42

Amor a écrit:
Après cet intermède déplorable je vais répondre à Sire Tête de fer

Premièrement je ne suis pas avocat et cela ne m'intéresse pas de l'être. Me suis-je présenté en tant que tel? Fabulation de votre part...

Mais quand bien même, votre manière d'agir est honteuse et le procès sera sans aucun doute invalidé en Cour d'Appel car vous avez outrepassé les droits et coutumes d'un Tribunal!

Vous avez utlisé le droit d'appeler un témoin pour faire un troisième réquisitoire! Vous avez de ce fait insulter la Cour et fausser les droits de Dame Erbigael à avoir un procès équitable! C'est la première fois que je vois pareil outrage à la Cour et deni de Justice! Vous devriez avoir honte de vos agissements! Dame Erbigael n'a pas ce droit!


Est-ce comme cela que fonctionne la Justice dans ce Comté? Et le Conseil ne réagit pas?

Deuxièmement je vous cite...


« Quant à mes ‘fantasmes’ sur votre cliente, Sieur Amor, on voit par le choix de vos mots que vous n’avez jamais été longtemps sur les routes. "

Vous n'étiez pas né quand j'étais déjà sur les routes et vous ne me connaissez pas... Mais j'ai déjà remarqué votre propension à lancer des paroles sans fondements...

"Que vous n’avez sans doute jamais fréquenté ses pareils."

Je pense en effet que vous devez avoir plus d'expériencce que moi dans ce domaine... Il y a longtemps que vous avez cessé de les fréquenter vous?

" La nécessité, l’amoralité, le vice, poussent l’homme comme la femme aux plus sombres extrémités."

Vous parlez en connaissance de cause? c'est peut être votre portrait que vous décrivez mais je ne me reconnais pas dans celui-ci et la majorité des gens non plus... Cela doit être dur à vivre non? Je vous plains...

"Et la moralité de votre cliente, autoproclamée la ’main du Diable’, me paraît bien peu défendable..."

Ah.. vous connaissez personnellement la moralité de Dame Erbigael? Cela ne lui a semble t'il pas laissé un grand souvenir... vantard va!

"Et je me demande bien quel comté l’accueillerait, après qu’elle soit venue l’arme à la main le dérober de ses vies et de ses biens."

Vous vous demandez? Mais tous les comtés sont obligés de l'accueillir . Le bannissement n'est que de trois mois maximum. Vous n'étiez pas au courant Messire le Procureur? Vous voulez le texte de loi qui l'indique? C'est fou le manque de formation des fonctionnaires de nos jours...

Mais continuons cet amusant débat illégal...


« Pensiez-vous que ce groupe armé dont vous parlez si légèrement, car il s’agissait bien d’une véritable armée,...»

Comme c'est étonnant votre volte face! Relisez en effet les minutes du procès et vous verrez que je parlais effectivement de révoltés et non de brigands comme VOUS vous le disiez! Je vous remercie donc d'avoir changé d'avis et de considérer Dame Erbigael comme faisant partie d'une armée et non d'une troupe de brigands. La différence est énorme.. dois-je vous montrer encore une fois la différence en ce qui concerne les articles de lois?

Maintenant la partie rire!

« ... Par exemple 200 poissons mis en vente à 7 écus....Les vendre à 7, c’est les avoir obtenus à bien moins. Voire à rien. Et où ailleurs qu’à Cahors ? qu’ils n’ont pas pillé Cahors ?"

Pour votre gouverne Cahors est une ville fruitière... et cela serait étonnant qu'une ville fruitière ait 200 poissons en stock ou alors c'est qu'ils sont fous. Il y a pénurie de poissons en Guyenne et Cahors qui allait mal avant la prise de la Mairie en aurait eu 200 en stock? Vous allez nous faire mourrir de rire Sire Tête de fer!

Et encore...

"Et vous avez en plus la grande naïveté de croire que les habitants de Cahors les ont accueillis à bras ouverts ? Avez-vous demandé par exemple à cette femme d’Eglise, la droiture même, Dame Sednax ? Celle qui a repris la ville de haute lutte ? Vous êtes sans doute passé après la tempête, et avez écouté les mauvaises personnes... »

Ils n'ont pas pris la ville pendant une semaine et tout d'un coup, par un miracle d'aristote c'est la curée qui aurait réussi là où l'Ost aurait failli! Donnons l'Ost à l'église! Nous serons mieux protégés!

« ... la plainte d’un homme, un simple voyageur, qui a été laissé pour mort, désormais alité pour plus d’un mois et demi, par ces gueux que vous défendez bec et ergots ! Voyez-vous dans ce lâche assassinat un dessein militaire quelconque ? un intérêt stratégique qui servirait une révolte ? ne serait-ce même que l’ombre d’un idéal se profiler dans le fait de verser le sang de cet innocent ? Allons ! vos ‘révoltés’ sont des brigands et des assassins, il faut appeler un chat, un chat...»

Pensez-vous que notre Ost qui se bat en Bretagne ne pratique pas la même chose? Je crois qu'en plus de relire vos textes de lois vous devriez relire les manuels militaires... Chaque armée en territoire "ennemi" pratique de cette manière... Pourquoi croyez-vous que notre Comte a interdit les déplacements dans notre comté? Donc cette armée aurait du pratiquer autrement que toutes les armées existantes? Une démonstration absurde que vous faites là...

« Enfin, vous me demandez quelle preuve j’ai que votre cliente a participé à tout cela ? Eh bien, tout simplement ceci : d’une, elle a été capturée l’épée à la main. De deux, elle faisait partie de cette armée de pillards dans laquelle elle n’avait pu s’engager que de son plein gré. »

Encore du vent.. A t'elle niée faire partie de cette armée? Bien sûr que non! Vous avez bu ou quoi? Elle a toujours dit qu'elle en faisait partie!

Encore des commentaires? Ah non! vous avez été cité comme témoin! Vous ne pouvez donc plus continuer à pervertir le cours d'un procès... Je serais curieux de voir comment que vos agissements illégaux seront considérés par la Cour d'Appel du royaume et je serais tout autant curieux de connaître la position de votre Juge concernant vos agissements... Il risque le blâme lui aussi s'il n'intervient pas...

Je vous rappelerais simplement le préambule de la Charte des Juges...

Le juge dispose d'un pouvoir très important sur des milliers de joueurs des Royaumes Renaissants; pouvoir qui va de pair avec une responsabilité accrue à l'encontre des autres joueurs, du jeu en général et des concepteurs. En clair, si le juge abuse ou mésuse de son pouvoir, il peut mettre gravement en péril les équilibres du jeu, en vicier l'atmosphère et rapidement mettre a mal le fragile édifice que les concepteurs prennent tant de soin à bâtir.

C'est aussi valable pour le Procureur et vous avez vicié la procédure du tribunal! Votre acte est indéfendable et je suis outré qu'on se comporte comme cela dans mon comté et qu'on abuse de son Pouvoir! C'est un monstrueux vice de procédure et je ne l'ai jamais constaté ailleurs depuis les presque trois années que je m'intéresse à la Justice! Et des Tribunaux corrompus j'en ai vu!


Dernière édition par la main du diable le Dim 08 Juin 2008, 00:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: le procès   Lun 26 Mai 2008, 09:46

tete de fer a écrit:
Tête de fer regardait, fasciné, l'aspirant juriste faire son numéro. Tout y était. L'âpreté, la brutalité. Le vocabulaire acide, en permanence à la limite de l'injure. Heureusement qu'il connaissait Zaza, cela sauvait le jeune Amor d'être définitivement rayé de ce qui participait à ses yeux de l'espèce des hommes.

Hélas, ce dernier manquait de la finesse de l'autre, et compensait l'intelligence par un verbiage incessant, qui couvrait la pauvreté malhabile de sa réthorique. Dénigrement systématique, point à point, quitte à sombrer dans l'incohérence. Insultes crasses sur ce qu'il aurait aimé avoir de l'adversaire sans y atteindre vraiment. Esquive systématique, recoupements hasardeux, et une louche de menaces... Le poisson allait finir par se noyer dans son propre fiel, comme en chaque comté où il passait...

Lorsque le jeune fat sembla avoir terminé, le procureur croisa le regard du juge. Il leva les yeux au ciel, haussa les épaules imperceptiblement, indiquant vaguement la direction du tas de parchemins qu'on avait apporté, prévention d'un moine archiviste de quelque part au sud, et que tous avaient pris grand plaisir à lire.


- "Je crois qu'il a fini, votre honneur. Pour ma part, je n'ai rien à ajouter."


Dernière édition par la main du diable le Dim 08 Juin 2008, 00:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: le procès   Lun 26 Mai 2008, 09:59

La main avait ri au premier discours du procureur. Un rire moqueur et franc qui laissait paraître sur son visage des rictus de douleur. Elle se demanda si le procureur ne consommait pas des champignons hallucinogènes…ou alors consommait-il trop d’eau de vie et de la forte. Le garde lui donna une bourrade mais reçut en réponse un coup de pied dans le tibia. Non mais ça suffisait les coups, elle n’était peut-être qu’une brigande mais aussi un être humain. C’était fou comme certains pouvaient en maltraiter d’autres juste parce que les premiers étaient les préposés de la justice.
La main se leva tant bien que mal et regarda Tête de Fer dans les yeux sans baisser son regard une seconde.


Messire, vous me trouvez un tête de catin soit. Pensez donc ce que vous voulez de moi comme je pense ce que je veux de vous. D’ailleurs, si j’étais votre médecin, je vous conseillerais de prendre du repos, vous me semblez divaguer. Je peux vous consulter après le procès si vous le souhaitez !!

La main lui fit un superbe sourire moqueur.

Honnêtement, je pensais qu’un haut dignitaire tel que vous, saurez que le terme « main du diable » signifie la main gauche pour l’inquisition. Hé oui !! encore des gens qui se permettent de juger sans comprendre. Elle n’a jamais supporté les gens differents et envoient les malheureux comme moi au bucher juste parce qu’il n’utilisent pas leur main gauche .
Vous êtes un peu comme eux, vous me jugez sans chercher plus loin. Je suis une femme dans une armée de brigands : je suis donc une catin. Pourquoi donc, ne serait-il possible d’accepter qu’une femme peut être respectée même au milieu des pires êtres humains, pires pour vous bien entendu, et qu’en plus elle puisse être médecin ? Je suis la femme que d’un seul homme et non pas de toute une armée. S’ils veulent du plaisir, il existe des tripots. Je suis médecin pas catin. Et d’ailleurs, pourquoi affirmer que je choisis mes patients ? Je soigne les brigands biensur, ils ont droit aux soins eux aussi, mais je n’ai jamais refusé de soigné la population locale. J’ai d’ailleurs toujours proposé mes services de médecin.


Son visage se figea pour devenir dur. Avec le visage tumifié comme elle l’avait, ça donnait quelque chose de monstrueux.

Vous trouvez que mon âme est noire ? et la votre ? Et celle de tous ces gens soi-disants respectables qui nous entourent aussi ? Vous êtes donc aveugle ou vous fermez les yeux quand cela vous arrange ? C’est facile de juger les brigands : ce sont des méchants, ils donnent la mort : de toute façon ils sont brigands, tuons-les tous !! Vous, personnes respectables, êtes tellement plus perfides, plus manipulateurs. Vous tuez de façon plus insidieuse, plus lente par infamie, par traitrise, par coups bas et vous ne risquez jamais rien. Vous vivez avec des brigands en puissance, qui portent bel habit et qui donnent l’illusion de personnes aux âmes pures. Vous voulez des noms ? Je peux vous en donner !! Alors je préfère avoir une âme noire plutôt de l’avoir comme la vôtre, vous n’êtes pas mieux que moi !
Pendez-moi ! Rouez-moi ! empalez-moi ! Et je reviendrai hanter vos nuits tel un succube ! Je mérite un chatiment pour avoir été membre de l’armée de Nilas mais vous ne pouvez pas juger de mon travail de médecin, je ne vous en donne pas le droit. Vous ne savez rien de moi, rien…


Elle désigna ensuite Amor, non loin d'elle.

Que je sache, j'ai le droit à un témoin. J'ai choisi cet homme. Il n'est pas avocat, il cherche juste à défendre mes droits.

Elle repartit s’asseoir tentant de calmer sa colère, quittant enfin le regard du procureur.


Dernière édition par la main du diable le Dim 08 Juin 2008, 00:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: le procès   Mar 27 Mai 2008, 13:06

Citation :
Le prévenu a été reconnu coupable de haute trahison.

En ce jour du 27 Mai 1456, sous le règne de sa grandeur Perturabo de Louvelle, je Cubi, rend le verdict concernant l’affaire de Haute trahison de Erbigaël.

Attendu qu’une fois les réquisitions du procureur, seul l’accusé ne peut-être entendu, l’intervention d’Armor n’est pas prise en compte.

Attendu que Dame Mizuki, atteste ici même avoir reconnu l’accusée

Attendu par ailleurs que l’accusé atteste avoir fait parti de l’armée, ayant tenté de renversé le pouvoir du comté.

Attendu que l’accusé atteste manifestement ne pas regretter ses actes, pire encore, jure ici même je cite « revenir hanter les nuits » du procureur, et donc des habitants du Comté.

Attendu que ceci caractérise un délit particulier

Je déclare l’accusé coupable, de haute trahison envers le comté du Périgord Angoumoisin.

Etant convaincu que vous en avez les moyens, je condamne l’accusé à une amende de 1000 écus, pour réparation des dégâts subis par le comté.

L’accusé est également condamné à la peine capitale, et sera pendu sur la place publique.


Frappa sur la table

Que justice soit faite

Le prévenu a été condamné à la peine de mort. Son exécution aura lieu dans 3 jours.


Dernière édition par la main du diable le Dim 08 Juin 2008, 00:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: le procès   Mer 28 Mai 2008, 15:13

La main du diable écouta le verdict sans rien dire, sans même montrer une mine défaite. Elle les regarda tous, tous ces bien-pensants avec leur sourire béta, elle avait envie de leur cracher à la figure.

Le garde la tira en arrière et la ramena dans le cachot, dans cette pièce infâme. Ses blessures la faisaient toujours souffrir et elle n'avait rien pour se soigner. De toute façon, le juge se fichait de tout sauf de lui-même.

Le plus lentement possible, elle grimpa les marches, parcourut les couloirs, la tête droite sur son corps meurtri. Le garde ouvrit la porte, lui enleva les chaines et la poussa dans la minuscule pièce.. Elle faillit aterrir sur le mur si elle n'avait pas mis ses mains devant elle. Puis elle glissa lentement par terre, la tête appuyée sur le mur plein de salpêtre et elle posa mes mains sur le haut de sa chevelure. Là enfin, elle se lacha, vidant son corps de toutes les tensions contenues durant le procès, de tous ses sentiments confus. Elle pleurait et frappait de temps en temps le mur de ses poings abimés.


Dernière édition par la main du diable le Dim 08 Juin 2008, 00:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: le procès   Sam 07 Juin 2008, 23:51

Grand Corbeau a écrit:
Un grand oiseau noir survolait maintenant la capitale périgourdine !
Il traçait de grand cercle dans le ciel poussant des cris rauques en cette fin de journée...
Peut être est ce la vue de ce perchoir que des hommes montaient en plein milieu de cette place qu'il l'attirait...
Il descendait lentement survolant la batisse de pierre noire aux fenetres barrées de fer...
De ses fenetres, comme des bouches béantes émanaient odeurs fetides , gémissments et pleures...
Les hommes avaient finit leur labeur, le grand perchoir etait dressé, planté au milieu des pavés , tirant son ombre a l'infini, lugubre...
Le corbeau s'y posa, criant de dédain comme pour marquer son territoire, defiant quiconque de le deloger de la !
La place était vide et les passants ne s'attardaient pas, baissant la tête a la vue du montage de bois où tronait l'oiseau de mauvaise augure...Ils allongeaient le pas pour fuir l'endroit maudit...
Plus tard ils reviendraient surement en masse... Plus courageux que jamais...Ils viendront plein de argne, de mépris ou de chagrins , peut etre...
L'oiseau noir, entre deux croassements, donnait des coups de bec a la corde qui ornait la bois blanc du perchoir...

Il s'envola de nouveau, pour tourner dans la ciel...Puis il fondit sur le batiment noir aux fenetres de fer, il se posa sur le rebord de l'une d'elle !!

Son chants se fit moins lugubre... Il declamait au bord de la fenetre a l'etre se tenant derriere:


Craoaaa Craoooo Groaaaaa Gruaaaaaa Gussaaaaaaaaaaa !!!!!

Au dessous, son grand perchoir s'etait mue en potence ou la corde pendait au vent ....


Dernière édition par la main du diable le Dim 08 Juin 2008, 00:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: le procès   Sam 07 Juin 2008, 23:52

La main s'arrêta de pleurer et écouta le chant de l'oiseau. C'était un corbeau sans doute, certainement pas Ivre, son pigeon. Elle releva la tête vers la fenêtre. Elle était trop haute pour que la jeune femme puisse identifier l'animal. Pourtant ce chant... il était bizarre... il lui rappelait son quartier.
Animée d'une soudaine force, elle se leva et se mit au milieu de la pièce.


Viens-là!!! Viens-là, l'oiseau noir! Viens chanter pour une condanmée à mort!!

Elle lui parlait doucement, avec un léger sourire, tendant ses bras pour l'attirer vers elle.


Dernière édition par la main du diable le Dim 08 Juin 2008, 00:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: le procès   Sam 07 Juin 2008, 23:53

Grand Corbeau a écrit:
le grand oiseau tourna la tete fixant de son oeil noir aux reflets bleus la mains qui apparaissait, ecoutant la voix qui parlait, douce mais ou la douleur transparaissait...

Il sautilla un peu plus pres mais toujours gardant distance ! il etait bien gros pour pouvoir passer par le fenêtre de fer étroite !

pourtant il interpreta, rien que pour la belle, une danse abstraite, baissant et remontant la tête et le corps et chanta son chant sombre et gutturale !

Croaaa Craooo Cruaaaa Gruaaaa Grussaaaa Gusaaaaaaa GUSAAAAAA

Puis d'un coup, il s'arracha une longue penne d'un noir profonds aux reflets bleu qu'il laissa voler doucement vers la prisonniere en guise d'offrande.
Un peu de douceur en ce monde si terrible,....


Dernière édition par la main du diable le Dim 08 Juin 2008, 00:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la main du diable
Collectionneur de bourses à plein temps
Collectionneur de bourses à plein temps
avatar

Nombre de messages : 288
Localisation : là où son ombre serait
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: la pendaison   Sam 07 Juin 2008, 23:54

La main voyait l'oiseau noir à la fenêtre mais avec l'impossibilité d'entrer. Elle soupira tristement et le regardant rester à l'extérieur tandis qu'elle était toujours dans cette pièce sombre, sale et puante.
Puis elle vit une plume voleter dans la pièce, une plume noire aux reflets bleutés. Avant qu'elle ne tombe au sol, la jeune femme la ramassa et l'accrocha dans ses cheveux. Puis elle se releva et posa son regard sur le corbeau.


Merci bel oiseau. Je te remercie pour ce cadeau et vas dire à ton maitre que...

Que lui faire savoir? Qu'elle aurait voulu le connaitre mieux? Qu'elle avait apprécié son accueil? pourquoi? Elle allait mourir demain de toute façon.


Dernière édition par la main du diable le Sam 07 Juin 2008, 23:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la vie ordinaire d'une femme ordinaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
la vie ordinaire d'une femme ordinaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» la vie ordinaire d'une femme ordinaire
» Ode a la Femme Ordinaire
» FLIC Chroniques de la police ordinaire, Bénédicte Des forges
» Peinture extra ordinaire
» Une journée Ordinaire dans la vie de....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Grotte des Joyeux Brigands :: La Grotte des Joyeux Brigands :: [RP] Dans les profondeurs de la grotte… :: Journal Intime-
Sauter vers: